Le Royaume-Uni propose un partenariat militaire à l’UE après le Brexit

Brexit
David Davis, ministre britannique en charge du Brexit. D. R.

La Grande-Bretagne a proposé un partenariat militaire «profond et spécial» avec l’Union européenne, à même de contribuer à faire face aux «menaces globales croissantes».

Un document d’orientation post-Brexit précise comment le gouvernement britannique veut bâtir un nouveau partenariat avec l’UE afin de «défendre la démocratie et protéger la paix en Europe et dans le monde». Il souligne que Londres veut maintenir une coopération «étroite et profonde» avec l’UE dans le domaine de la sécurité et dans divers aspects de défense et d’affaires étrangères, incluant des politiques conjointes et des collaborations sur des sanctions internationales. A ce titre, les Britanniques se sont engagés à contribuer à l’envoi de soldats dans les missions militaires de l’Union européenne.

Le ministre en charge du Brexit, David Davis, a déclaré qu’il était «dans l’intérêt commun de l’Europe et du Royaume-Uni de travailler ensemble contre le terrorisme et les autres formes de menaces». Il a exprimé la volonté de son pays de mettre à la disposition de l’UE ses «moyens» et son «influence» pour lutter contre les défis partagés auxquels est confrontée l’Europe. «Quand nous quitterons l’Union européenne, nous continuerons à faire face à des menaces communes sur notre sécurité, nos valeurs partagées et notre mode de vie. Il est de notre intérêt commun de travailler en étroite collaboration avec l’UE et ses Etats membres pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme, les migrations illégales, la cybercriminalité», a-t-il dit. M. Davis a relevé qu’une collaboration «considérable» existe déjà entre le Royaume-Uni et l’UE dans les domaines de défense, de sécurité et de développement.

Afin de renforcer cette collaboration, Londres envisage également un «partenariat solide» dans les secteurs de la politique étrangère et de la défense afin de faire face aux «défis partagés», note le document.

R. I.

 

Commentaires

    Rayés Al Bahriya
    13 septembre 2017 - 12 h 44 min

    Ils ne savent plus sur quel pays danser.

    Un pied sur la rive gauche….un pied sur la rive droite ….et un pied dans le derrière des imbéciles…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.