Un rapport le révèle : les Britanniques vulnérables à la propagande de Daech

Daech extrémistes Daech
Daech a trouvé un terrain fertile en Grande-Bretagne pour le recrutement de terroristes. D. R.

De Londres, Boudjemaa Selimia – Le contenu extrémiste de la propagande de Daech génère plus de clics en Grande-Bretagne que dans n’importe quel autre pays d’Europe, conclut un rapport réalisé par un think tank, qui souligne que les grandes compagnies d’Internet ne parviennent toujours pas à enrayer ce phénomène. Le Centre des échanges politiques d’analyses (Policy Exchange Analyses) relève, en substance, que l’organisation terroriste Daech continue à produire et à poster sur la Toile, chaque semaine, environ 100 articles, y compris des vidéos montrant des scènes d’exécutions et des instructions pour la fabrication de bombes.

Le rapport intitulé The New Netwar, évoque, dans la foulée, l’enracinement tentaculaire de l’écosystème djihadiste en ligne dans des centaines de domaines différents, à travers l’usage de l’application Télégramme, ce qui lui permet d’atteindre un très large spectre d’internautes, qui se chiffrent en plusieurs dizaines de milliers, dont un grand nombre d’utilisateurs au Royaume-Uni.

Le rapport a été rédigé en prélude à une réunion, cette semaine, entre la Première ministre britannique, Theresa May, et le président Français, Emmanuel Macron, consacrée à l’examen d’une nouvelle stratégie pour lutter contre l’extrémisme en ligne, à travers notamment la mise en place de mesures coercitives en forme de sanctions financières contre les compagnies d’Internet qui ne parviennent pas à bloquer les publications postées par les réseaux extrémistes.

Cette rencontre a été programmée au moment de l’apparition d’une préface rédigée par le général David Petraeus, ancien commandant américain en Irak et ex-patron de la CIA, dans laquelle il explique que l’engin explosif placé dans une rame du métro londonien, à la station Parsons Green, vendredi dernier, a été fabriqué à l’aide d’un manuel disponible sur des sites djihadistes. Petraeus a, par ailleurs, tenu à souligner que la menace terroriste constituait désormais le plus grand défi sécuritaire dans le monde d’aujourd’hui.

Le nouveau rapport publié par le Centre de réflexion, d’échange et d’analyse politique montre clairement que les réseaux djihadistes exploitent les espaces non contrôlés du cyberespace, avec une grande maîtrise en termes d’expertise technique, doublée d’une grande performance dans la production de matière liée à la propagande djihadiste et une grande agilité face aux diverses tentatives visant à limiter leur accès à cet outil.

«Il est certain, conclut le rapport, que les efforts de lutte contre l’extrémisme et tout autre initiative visant à réduire l’activité de ces réseaux en ligne, n’ont, jusqu’ici, pas apporté les résultats escomptés, d’où la nécessité de se pencher sur la question d’une manière urgente, car le statu quo sur ce grave problème n’est plus acceptable».

B. S.

Comment (15)

    Elkhayam
    21 septembre 2017 - 21 h 15 min

    L’empire britannique a fait tellement de malheur à travers le monde qu’il a été puni par la malédiction de l’islam .




    0



    0
    anonyme
    20 septembre 2017 - 17 h 13 min

    Depuis ma jeune enfance on me dit que les femmes ne doivent faire la prière en plein air hormis à la Mecque pour raison de places mais sur la photo on peut les voir occuper les dernières rangées.Imaginons un peu un détraqué anti -musulman




    3



    3
      lakhdar
      20 septembre 2017 - 21 h 51 min

      Pour moi cher ami, ce n’est pas des musulmans mais se prétendent musulmans et il y a une grosse différence.
      Prier dehors comme on voit dans la photos ne ressemble à rien si ce n’est se donner en spectacle pour la galerie,
      à des endroit aussi malpropre!!!




      6



      1
      zaatar
      21 septembre 2017 - 9 h 05 min

      Il y a même un bébé dans une poussette qui fait aussi partie dans les rangs de ceux qui font la prière…il apprend très jeune lui…




      4



      2
    yassine
    20 septembre 2017 - 15 h 28 min

    Vous parlez des musulmans britanniques ou immigres (Pakistanais , Bengalais , moyen orientaux et nord africains).
    De toutes les facons , ils seront toujours mal integres .
    A lire votre titre tapageur , on pense aux britanniques de souche !




    5



    1
      lakhdar
      20 septembre 2017 - 21 h 55 min

      Ils ne sont pas dans les pays occidentaux pour s’intégrer si l’on peut parler ainsi (j’entends par là améliorer leur condition de vie) pour pour se croire en pèlerinage à vie dans le golfe persique.




      4



      1
    zoheir
    20 septembre 2017 - 10 h 50 min

    @ john major et tony blair: dansez maintenant !




    7



    3
      zaatar
      21 septembre 2017 - 9 h 06 min

      ils danseront bien le sirtaki…




      4



      1
        Krimo
        21 septembre 2017 - 20 h 30 min

        Zaatar, mon bon ami,

        A ton bon souvenir.

        Zorba n’est plus la pour entonner le premier pas et meme « Z » n’a plus la même signification.
        Pas mal pour le clin d’œil a Brassens.

        Bien a toi




        3



        0
    Flitox
    20 septembre 2017 - 9 h 31 min

    L’angleterre doit redéfinir son liberalisme. Apres les années 80 et Thatcher l’Etat s’est retiré de la dimension sociale qui à la faveur de la déregulation le tout liberalisé a de fait appliqué la déregulation meme pour les secteurs regaliens. Ainsi outre l’école et la santé, il y a les secteurs de la securité qui a vu ses budgets redimensionnés.
    le commonwealth doit etre repensé. Certes il y a des tensions intercommunautaires mais les migrants au Royaume unis sont assez intégrés, meme si il reste à consolider le sens d’appartenance qui est nuancé par certains pays qui utilisent les communautés musulmanes pour créer des zizanies.
    Un pays qui aime les défis ne peut que venir à bout de cette crise. God bless United Kingdom.




    2



    0
    mhd dz
    20 septembre 2017 - 9 h 22 min

    Ils en ont même fait une série « the states » qui raconte l’engagement de quatre Britanniques dans les rangs de l’EI donc au final après la défaite plus qu,imminente en tous cas en Syrie et Irak de ce monstre fabriqué par eux mêmes… après les avoir fait jouer….y’a encore un ptit billet à se faire..




    8



    1
    Elkhayam
    20 septembre 2017 - 8 h 48 min

    Les britanniques à trop vouloir flirter avec le Diable, ont fini par tomber sous son charme.




    7



    1
    Moskosdz
    20 septembre 2017 - 8 h 40 min

    Sans se rendre compte,le Londonistan a introduit les loups dans sa bergerie.




    6



    2
    zaatar
    20 septembre 2017 - 7 h 23 min

    Il y a un proverbe de chez nous qui dit ceci: » guemi ith3arren igtsazel », qui signifie, c’est après avoir été détroussé qu’il a commencé à se protéger. La GB quand elle accueillait avec grand plaisir tous les barbus tangos venus de toutes parts sous couvert de réfugiés politiques ou autres raisons, elle se donnait en quelque sorte le rôle de protectrice de ses futurs bourreaux. Elle pensait qu’il était inconcevable que ceux à qui elle offrait asile oseraient se retourner contre elle…la suite lui prouva que non, comme dans la chanson de Brassens « le Gorille ».




    16



    2
      lakhdar
      20 septembre 2017 - 22 h 08 min

      Ce royaume a toujours chié dans la botte des républiques musulmanes, il suffit de se rappeler de ce qui s’est passé pour les palestiniens.
      Après les avoirs rendu impuissant avec leur armada militaire, voila qu’ils les ont livré à des monstres pour les rayer de ce monde.
      Elle soutient ces monstres qui se prétendent musulmans (qui au passage ont déchiqueté leurs propres concitoyens), pas par humanisme d’ailleurs qu’ils n’ont pas dans leurs gènes mais pour se servir à volonté comme mercenaires comme on la vu dans divers républiques musulmanes




      3



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.