Un dictionnaire libanais définit les Algériens comme des «harkis français»

dictionnaire
Rohi Baalbaki (à droite), l'éditeur du dictionnaire en question. D. R.

Par Ramdane Yacine – Un dictionnaire libanais humiliant les Algériens en les présentant comme des harkis collaborateurs avec les Français risque de faire parler de lui à nouveau à l’occasion de la prochaine édition du Salon international du livre d’Alger (Sila), prévu en octobre prochain.

Ce dictionnaire avait déjà fait scandale en 2009 suite à des protestations de citoyens algériens sur sa vente en Algérie en toute liberté, mais la ministre de la Culture de l’époque, Khalida Toumi, a laissé faire et ce dictionnaire a continué à être diffusé.

Aujourd’hui, si rien n’est fait pour l’en empêcher, l’éditeur arabe va récidiver avec la dernière édition de son dictionnaire polémique, qui date de 2016. «Ce dictionnaire est disponible depuis des années dans les bibliothèques des centres culturels arabes à Paris», indique une source sûre à Algeriepatriotique.

Rappelons qu’en 2009, le directeur de la maison d’édition équivoque avait promis aux protestataires de rectifier la bourde dans la prochaine édition, mais les Algériens sont toujours présentés comme des harkis dans l’édition mise à jour en 2016 de ce dictionnaire.

Le plus grave est que ce dictionnaire de terminologie dédié aux étudiants qui est l’objet de la polémique est à sa sixième réédition depuis 2009, et la maison éditrice ne s’est jamais donné la peine de rectifier sa bourde monumentale, en dépit des nombreuses récriminations des maisons d’édition algériennes.

Il semble donc que la maison d’édition en question ait de solides soutiens à Alger parmi les libraires et les responsables, sinon comment expliquer que l’offense faite aux Algériens et à ses millions de martyrs continue toujours et que l’éditeur s’apprête cette année encore à fourguer aux Algériens un dictionnaire qui les insulte en portant atteinte à leur honneur et à leur dignité.

De ce fait, il convient de se demander ce que feront la commission de lecture et le commissariat du Sila cette année face à cette problématique. Vont-ils réagir promptement cette fois-ci en mettant un terme définitivement à ce dangereux dépassement d’une maison d’édition censée diffuser le savoir et non l’ignorance, ou laisser faire comme les autres fois et laisser la société civile se battre toute seule pour laver cet affront ?

R. Y.

Comment (63)

    Ghani
    22 septembre 2017 - 22 h 28 min

    Bons baisers (de Judas) de nos « frères libanais »; pays se targuant d’être le « paradis » de l’édition dans le monde arabe, que ce soit via les centaines de maisons d’édition, qui y activent, même dans les caves, que le nombre astronomique d’exemplaires, tirés de la myriade de collections retenues. Et le Liban est également, hélas ! l’un des plus grands pays de la planète, où la piraterie des publications d’ouvrages, peut-être même le leader, dans cette activité honteuse, qui nuit considérablement aux milliers d’auteurs, dépouillés ainsi, de leurs droits, pourtant fort modestes, d’ailleurs : 8 à 10% du prix de vente ! 😡




    6



    2
    Farid
    22 septembre 2017 - 22 h 16 min

    Tout les libraires importateurs de livres du Moyen Orient d’Alger connaissent cette maison d’éditions et elle a déjà participé au Salon du livre d’Alger

    Ell s’appelle  » Dar Al-Kotob Al-ilmiyah » et le dictionnaire en question s’intitule  » « قاموس عام لغوي علمي  » bilingue anglais arabe.
    Après une recherche sur Google il parait qu’elle vend ses livres même sur un site partenaire Muslim Shop !
    Ce dictionnaire figure sur le site de la maison d’éditions dans la liste des dictionnaires.




    8



    1
    Sprinkler
    22 septembre 2017 - 18 h 05 min

    Un ramassis de  » Brigands  » et de  » voleurs  » sans scrupules, c’est en ces termes  » élogieux  » que les Grecs décrivaient les Phéniciens…Les libanais n’ont guère changé…




    15



    3
      Amitou
      23 septembre 2017 - 13 h 17 min

      Nuances,pas tous les Libanais,le peuple Libanais n a rien a voir a cette affaire,c est a nous de reagir




      4



      10
    Chaoui Ou Zien
    22 septembre 2017 - 17 h 12 min

    Il ne faut pas oublier que ces minables que nos “dirigeants” aussi minables ont toujours voulu en faire des “freres” et ce depuis 1962, nous jalousent terriblement notre guerre d’independance. Cette guerre d’independance (et toutes les autres qui l’ont precede) a permis a plusieurs pays d’Afrique (y compris le Maroc et la Tunisie) d’acquerir la leur sans tirer une balle et a fait de nous des hommes au milieu des “elkhalath” (comme on dit en chaoui) du moyen orient. A chacune de leurs defaites contre Israel, leur jalousie a notre egard est montee de plusieurs crans du Caire a Beyrouth. Ce sont la des gens en qui on ne devrait jamais faire confiance. Tournons leur le dos une fois pour toute. Le salut de notre pays en depend. On n’a pas besoin de freres, de surcroit quand ils sont faux et pernicieux. Cherchons plutot de vrais amis. C’est a ce moment qu’on pourrait se dire, ce que peut penser de nous un marchand libanais fourbe, on s’en balance… Mais ce n’est qu’une opinion personelle.




    17



    4
    ALGÉRIE-UNIS
    22 septembre 2017 - 17 h 01 min

    Ils sont jaloux de notre pays complexé car le notre qui est aux porte de l’Europe et eux ?????
    Après il dois y avoir d’autre raison à savoir qui gouvernent réelement le Liban et ce pays est composé de quoi dans sa population ????
    Pas claire ?
    Voyons cette fois ci nos dirrigeants bougés !




    11



    3
    yugarithen
    22 septembre 2017 - 16 h 23 min

    Le jour ou l’armée des frontières a tiré sur les moudjahidines les vrais combattants de l’intérieur et on a emprisonné Boudiaf et Ait Ahmed et beaucoup de moudjahidines engagés pour la démocratie , le jour ou on a condamné et exécuté le colonel Chabani, le jour ou on a fait travailler les veuves de chahids comme femmes de ménage,ce jour la ,le peuple Algérien devait savoir que le Harki ,le traitre s’est installé au pouvoir.




    26



    3
    Amitou
    22 septembre 2017 - 15 h 21 min

    cette maison d edition ne represente pas le peuple Libanais.On a tendance toujours a confondre certains idiots comme les dirigents de cet editeur Libanais aux peuples,il faut « bombarder » cette maison d edition de Emails et de critiques a travers face book et twitter et lui barrer la route a notre foire du livre avec interdiction de stand.Nos deux ministres de l information,de la culture et de l education doivent appliquer cette interdiction de toute publication de cette maison d edition dans notre pays.Le moderateur de ce site doit nous fournir les adresses electroniques ….etc.C est plus qu un devoir,c est notre education heritee de nos Parents dans l amour de la PATRIE.Tous ensemble pour exiger non seulement la correction de la definition mensongere mais aussi des excuses de la maison d edition Libanaise sur les Journaux Algeriens.




    18



    5
    Tin-Hinane
    22 septembre 2017 - 14 h 46 min

    Franchement vous appelez ça une bourde. D’abord c’est faux et un dictionnaire se doit de donner la véritable signification du mot donc d’un point de vue étymologique ce dictionnaire devrait être irrecevable. De plus ce n’est pas une bourde mais une attaque en règle, ce n’est pas non plus une simple insulte c’est une déclaration de guerre. Comment peut on publier de telles conneries, pour plaire à la France et à Israël certains individus, (libanais qui publient et algériens qui achètent ces publications), sont prêts à toutes les hontes à toutes les indignités, à toutes les bassesses. Ce libanais a oublié les 15 ans de guerre qui ont détruit son pays et ce quel que soit son bord ou sa religion. S’il ne sait pas lui ce que le mot ALGERIEN veut alors il est bien le seul au monde à ne pas le savoir et dommage et même tant pis pour lui.




    25



    4
    Mohamed El Maadi
    22 septembre 2017 - 14 h 28 min

    Que fait le ministre ? Il y a peut être une action a faire au pays c’est de distribuer des flyers en dénonçant ce livre a l’entre du salon du livre ou alors un homme ou militant se met a faire un discours dans le salon pour dénoncer cette saloperie.
    Il faut vous bouger, c’est bien de manger, boire du café et regarder les minettes, mais agir c’est mieux!!




    21



    3
      aymen
      22 septembre 2017 - 17 h 28 min

      ce salopard d’éditeur libanais, il doit sa liberté et sa sécurité actuellement à l’Algérie, qui à stoppé la guerre fratricide au Liban grâce à lakhdar brahimi, à l’époque la presse libanaise et les politiques libanais l’appelaient «  » la colombe de paix », cet énergumène, le sait..que si son cul est actuellement au chaud derrière son bureau, au lieu de servir de cible de tirs pour ses compatriotes baroudeurs libanais, c’est grace aux algriens, qui ont envoyé des armes armes et des camions, made in sonacome à l’armée libanaise, qui venait d’etre créee grâce aux accords de taef, négociés par notre lakhdar brahimi, en fin , certains libanais, développent un sens élevé de larbinisme et bassesse inqualifiables, même les israéliens s’étonnent souvent du nombre de harkis libanais, mouchards, agents de services, qui viennent proposer leurs services au Mossad, ils ont la trahison et la lâcheté dans le sang, à l’exception des patriotes et nationalistes surtout le Hezbollah, qui souffre de leurs trahisons quotidienne….




      9



      4
    Lghoul
    22 septembre 2017 - 14 h 13 min

    Je me souviens du temps ou ils arrivaient en Algerie grace aux bourses charitables de Boumediene. La plupart incrits dans les facultés de medecine avec des diplomes trafiqués. Je me souviens du temps ou ils se mariaient a des algériennes naives, se faisaient préparer a manger chez elles, y vivaient pour quelques années, et n’habitent jamais dans les cites U.
    Une fois leur diplome en poche, ils disparaissent de la circulation et retournent chez leurs commanditaires des labo de tel aviv avec des rapports depassant le volume de leurs thèses.
    Pauvre Algerie qui continue a se faire rouler dans de la farine par une « fraternité caméléoniste » qui n’a en fait jamais existé et n’existera jamais.




    31



    4
      anonyme
      22 septembre 2017 - 17 h 18 min

      L’une de ces filles naives mariee a un etudiant en medecine libanais etait une voisine. Il a disparu une fois son diplome en poche la laissant derriere avec deux gosses.




      9



      2
    séhab
    22 septembre 2017 - 13 h 25 min

    depuis la nuit des temps l’Algérie c’est défendue contre les envahisseurs de tout bords l’Algérie existe
    depuis 5000 ans. avant que le Liban soit crées en 1916 par Les accords secrets Sykes-Picot entre la France et la Grande-Bretagne!!!

    RELATION DES PRÉPARATIFS FAITS POUR SURPRENDRE ALGER en 1602
    Bien que Votre Seigneurie, dans sa lettre datée du premier octobre, se défende de me donner aucun ordre, en alléguant que j’ai d’autres occupations, Elle m’apprend toutefois qu’Elle désire savoir exactement ce qui s’est
    passé dans l’entreprise qui a été dirigée contre Alger; la raison en est qu’Elle a entendu émettre sur cette armada beaucoup d’opinions différentes; je m’empresse d’obéir. Je dirai d’abord que ceux des citadins de cette République qui n’ont ni occupation mercantile ni grande ambition, sont entièrement oisifs, comme je le suis moi-même, en sorte que je vous prie, en toute autre occasion, de ne pas craindre de me donner Vos ordres. Encore que Votre Seigneurie connaisse, soit par sa
    propre expérience, soit par les livres ou les récits, les conditions dans lesquelles se trouve Alger, sa situation géographique, et combien elle moleste la Chrétienté; comment cette ville est tombée des mains des Mores à celles des Turcs, et comment, favorisée par les tempêtes, elle a été victorieuse des entreprises dirigées contre elle, je veux cependant Lui raconter succinctement ces choses, afi n d’éclairer mon sujet; si je dépasse les bornes fi xées par votre lettre, mon récit rappellera la fable de l’Épître à la Lune, qui, pour être d’un grand format, ne fut pas trouvée disproportionnée à la grandeur du sujet.
    Alger, qui fut jadis Julia la partie de l’Afrique que nous appelons Barbarie dans la nomenclature moderne. Elle est située sur le rivage de la mer Méditerranée, entre Oran et Bougie, celle-ci au Levant, l’autre au Ponant; elle présente son front de mer au Nord; ses côtés, se dirigeant au Midi, gravissent la montagne et s’étendent avec le territoire voisin vers le Grand Atlas. Elle est distante du détroit de Gibraltar de plus de quatre cents milles; sa latitude est d’environ trente-trois degrés. Elle est entièrement entourée de fossés, de murs et de boulevards, qui ne sont pas aussi forts que nous les faisons maintenant, mais qui sont moins faibles cependant qu’on ne les faisait autrefois. Hors de la ville et à peu de distance, le côté du Levant est pourvu de quelques forts, mais tous de peu d’importance ; seule, la partie la plus élevée de la ville possède une forteresse qu’ils appellent l’Alcasova, plus forte et plus à craindre que les autres.




    12



    3
    Bison
    22 septembre 2017 - 13 h 10 min

    ((« …d’une maison d’édition censée diffuser le savoir et non l’ignorance, ou laisser faire comme les autres fois et laisser la société civile se battre toute seule pour laver cet affront ? »))!? Quelle société civile? Celle des frerrots et de nos oulémas qui assez déjà assez occupés comme ça à faire avancer la caravane ensablée, à retrouver la besmala qui s’est évaporée des livres scolaires, a mesurer la longueur des jupes des filles, et tout l »effort qu’il faut pour garder l’Algérie authentique (immobile, inerte, dans la vertu), pendant que le reste du monde avance a grand Vitesse (dans la décadence); ou bien la société civile des démocrates celle même qu’on qualifie nous mêmes, a domicile et avant meme les libanais, oui, celle qu’on qualifie nos même de harki, de hizb franca, de sahyoune…!??
    Oui, nos oulémas, nos frerrots en général qui ont toujours, nous dit-on, « défendu l’algerie et son honneur », en pensent quoi justement!? Ont ils émis un son, un chuchotement ! ?
    Non, Pour moi, cette affaie, rien à faire, y’a qu’un seul responsable ou deux (non un): c’est khalida toumi (l’article le souligne bien, c’est sous son règne que tout a commencé, c’est sa seule mission, juste apres elle est partie), et le MAK de ferhat! Ça ne peut pas être autrement !
    Et maintenant, manque juste a ajouter un trait d’union avec la ministre de l’éducation, benghabrit, comme ça on offrira un os assez gros, massif et consistant, à ronger par la populace pendant tout l’hiver, pour lui faire oublier l’essentiel, qu’il neige sur son dos!
    PS.: ((« …d’une maison d’édition censée diffuser le savoir et non l’ignorance… »))!! Ça me rappelle une association particulière, celle de nos oulémas ! Depuis le temps qu’on attendait de voir jaillir leurs 3ouloum, leurs savoirs et leurs lumières, la moindre étincelle… et en attendant on n’a eu droit qu’à des enfumages qui s’épaississent à chaque jet, épaississant d’avantage les ténèbres qui nous tiennent et nous maintiennent au chaud!! et quand on sait que la chaleur et l’obscurité sont des conditions idéales pour dormir…, rien qu’en y pensant je bâille, c’est pas demain le réveil ! Mais, ça va venir, nos oulémas sont encore jeunes… il finiront par trouver quelque chose (si en attendant il ne perdent pas l’Algérie, auquel cas ça sera pas de leur faute, je vous le dis des maintenant)! Bonne nuit!




    6



    1
    karimdz
    22 septembre 2017 - 12 h 22 min

    Une décision doit être prise sans aucune hésitation compte tenu de la récidive de cette maison d édition libanaise qui manque de culture : interdiction de salon.

    Je suggère que le dictionnaire algérien donne une autre définition du mot libanais : peuple inculte et sujet de la France…




    17



    5
    Algé[email protected]
    22 septembre 2017 - 11 h 55 min

    AP vous devez illustrer votre article par une image du dictionnaire en question, avec le nom de l’édition du livre et pourquoi pas une copie de la publication originale de la définition des algériens sur ce dictionnaire pour connaitre dans quel sens et quel contexte celà été publié.
    Ma curiosité insatiable ma poussé a faire des recherches pour avoir des informations sur ce dictionnaire en question j’ai rien trouvé d’intéressant. Ce que je sais, les libanais ont l’exclusivité ou le monopole si on veut dire ça dans le monde arabe de publier des dictionnaires bilingues et les dictionnaires de langue arabe, même dans le doublage des films ou documentaires audiovisuel des productions étrangère qui sont commercialisés dans tous les pays arabe.

    L’Algérie doit avoir une position de fermeté et interdire toute importation de ces livres ou supports audiovisuels provenant du Liban pour leur faire comprendre qu’on joue pas avec notre identité, notre culture et notre histoire deux fois millénaire qui se résume pas à la petite parenthèse de « l’Algérie française »




    11



    3
    bougamouss
    22 septembre 2017 - 11 h 44 min

    Editer un dictionnaire est à la portée de n’importe quel novice. Alors, pourquoi sommes-nous obligés à le commander à un Libanais sans « Din » ni « Mella »?? C’est qui ce bâtard, comme tout son peuple , qui fait la leçon à nos millions de chouhada!!!




    17



    4
      Algé[email protected]
      22 septembre 2017 - 12 h 30 min

      Pour compléter mon commentaire en dessus, je tiens a ajouter et préciser une chose importante
      au sujet du mot « harki » que beaucoup d’entre nous ne savant pas son histoire étymologique exacte et comment il s’est imposé largement dans le lexique de la guerre d’Algérie et même 50 ans plus tard il est toujours d’actualité des deux cotés de la Méditerranée. Les dictionnaires français, Larousse et
      Le Robert ne précisent pas son étymologie historique comme le font pour chaque mot, chaque nom ou chaque terme. Comme j’ai déjà lu des dizaines de livres parmi les 2000 livres qui on été publiés de 1962 à nos jours, rien que sur la guerre d’Algérie, j’ai découvert que le mot « harki » a été appliqué pour la première fois sur les partisans messalistes du MNA (Mouvement National Algérien – الحركة الوطنية الجزائرية) – les frontistes (partisans du FLN) appelaient les partisans du MNA : « EL HARKA », ce mot vient directement du mot arabe « الحركة », qui veut dire « mouvement » (MOUVEMENT national algérien), les partisans ou militants de el : « الحركة ». Il faut le rappeler, avant le FLN ,c’est a dire début des années 50 le MNA eut le plus de soutien parmi les algériens musulmans vivant en France métropolitaine, où Messali résidait, et exerça une influence considérable sur les syndicats algériens dans le pays, mais avec l’apparition du FLN en guerre fratricide contre le MNA qui veut détruire les capacité de ce dernier pour prendre le contrôle en France des nationalistes algériens dans la « guerre des cafés ». Cette guerre fratricide causa, selon les chiffres officiels des autorités françaises, entre 1956-1962 : 10 223 victimes (dont 3 957 tués). Le FLN réussit à prendre progressivement le contrôle au sein de l’immigration algérienne en France
      L’ironie de l’histoire, ou accident de l’histoire le mot « harki » fut donné comme nom quelques années plus tard (dernières années de la guerre d’Algérie) aux individus algériens (qui sont pas tous du MNA) servant comme des supplétifs dans l’armée coloniale. Les dictionnaire français, donnent une fausse explication sur l’origine de ce mot, en ces termes « Harki ou Harka, veut dire mouvement, fut donné au supplétifs algériens qui se déplaçaient avec les troupes de l’armée française dans les maquis ». Aujourd’hui ce mot a pris une connotation particulière très péjorative pour désigner des individus ou personnalités politiques qui agissent contre les intérêts de l’Algérie ou tout court un : « traitre » à l’encontre de l’Algérie. Ce mot il a encore beaux jours devant lui




      18



      1
    Le Direct .
    22 septembre 2017 - 11 h 38 min

    Quand ont arrive à ce stade d’insultes par un moins que rien (ce soi-disant Libanais) sur L’Histoire de Tout un Peuple et sur La Mémoire d’ un Million et demi de Martyrs , je pense qu’en face il ne peut t’y avoir qu’un Gouvernent faible au sens large du mot.
    je fait appel à tous Les Algériens de souche de prendre cette Affaire au sérieux, pour monter au créneau et montrer à ce Libanais que Le Peuple Algérien existe et existera toujours et qu’il défend sa Dignité (…) Vive L’Algérie et son Peuple .




    20



    4
    anonyme 117
    22 septembre 2017 - 11 h 34 min

    Celui qui a humilié les Algériens c’est la mafia au pouvoir mais pas une simple reflexion d’une personne lambda.




    22



    3
    Expression
    22 septembre 2017 - 11 h 21 min

    C’est pas si faux quand on vois nos dirigeants prendre leurs retraite à l’extérieur de l’Algérie et l’état de nôtre pays si vraiment ils étaient patriotes j’en suis persuadé que notre pays serais parmi les premiers dans tout les domaines, donc ya du vrai: de véritables Harkis saboteurs au service de la France ?…




    17



    2
    abdel
    22 septembre 2017 - 10 h 57 min

    si cette information est vraie,ça nous informe sur l’ignorance de l’histoire de l’algerie et au pire une nouvelle falsification de cette histoire par les membres de la ligue arabe,rappelons nous, de ce diplomate qatari qui a affirmé que l’indépendance a ete « donnée » par de gaulle




    14



    3
    barcha
    22 septembre 2017 - 10 h 51 min

    hadi al bidaya mazal mazal prochainement ils vont publier que vous etes des batards franco-turc (…)!!!




    21



    9
    kader
    22 septembre 2017 - 10 h 38 min

    si nos soi-disant responsables n ont pas reagi c est que ….. il y a du vrai la dedans!!!




    17



    4
    Algérie Authentique
    22 septembre 2017 - 10 h 05 min

    je trouve votre article bien mystérieux ! pourquoi vous ne le nommez pas ce fichu dictionnaire ??? qu’on aille voir dans les librairies s’il est encore en vente et qu’on débusque cette insulte au grand jour ????? svp rédaction d’ap donnez nous son nom à ce dico!




    27



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.