Un dirigeant de Lafarge : «Nous versions 20 000 euros par mois à Daech»

Lafarge Syrie Daech
Le patron de Lafarge sera remplacé en octobre prochain. D. R.

Par Ramdane Yacine – Les responsables du leader mondial franco-suisse des matériaux de construction, Lafarge Holcim, ont reconnu qu’ils versaient de l’argent au groupe Daech, contribuant ainsi au financement du terrorisme. Les extraits des auditions des responsables de la société, rendus publics par le journal Le Monde, sont accablants à double titre.

D’abord, les responsables de l’entreprise entendus par les enquêteurs, qui cherchaient à déterminer les liens qu’a pu entretenir le géant du ciment avec des groupes armés, ont reconnu avoir versé de l’argent à Daech. Bruno Pescheux, PDG de la filiale syrienne de l’entreprise jusqu’en juin 2014, a indiqué aux enquêteurs avoir vu le nom de Daech sur des documents internes à l’entreprise. A la question «Avez-vous une idée du montant prévu pour Daech», il répond : «De l’ordre de 20 000 dollars par mois.»

Ensuite, Le Monde révèle que «la décision du leader mondial des matériaux de construction de rester en Syrie a reçu l’aval des autorités françaises, avec lesquelles le groupe était en relation régulière entre 2011 et 2014». Les responsables de Lafarge affirment ainsi à plusieurs reprises avoir consulté le ministère des Affaires étrangères ainsi que le gouvernement au sujet du maintien de leur activité dans le pays. Lafarge justifiait cela par son souci de continuer à fonctionner pendant la guerre. Pour le cimentier français, dans les affaires, il n’y a pas de principes mais des gains. Quitte à participer au financement «indirect» de l’Etat islamique qui continue de semer la mort en Syrie, en Irak et partout dans le monde.

Le 3 mars dernier, les responsables de Lafarge Holcim ont fait mine de regretter leur geste : «Avec du recul, les conditions exigées pour assurer la continuation du fonctionnement de l’usine étaient inacceptables.» Or, selon Le Monde, ces arrangements ont profité à l’organisation terroriste la plus sanguinaire, à savoir Daech. Une organisation avec laquelle la France est officiellement en guerre.

Le plus cocasse dans cette histoire est que le gouvernement français a, à plusieurs reprises, fait des propositions pour lutter contre le financement du terrorisme, alors qu’il a déjà de lourds antécédents dans le paiement de rançons aux ravisseurs, en Afrique notamment, rappelle Algeriepatriotique dans un article consacré à ce sujet. En novembre 2016, Algeriepatriotique s’interrogeait déjà si l’argument de la nécessité de céder au racket pour continuer à travailler en Syrie ne cachait pas une autre vérité : le groupe Lafarge est-il une société-écran qui mène des opérations secrètes dans ce pays livré à la guerre civile et où les groupes islamistes armés bénéficient du soutien de Paris ?

Enfin, ces révélations sur le financement du terrorisme confirment si besoin est la thèse très répandue de l’implication d’officines secrètes dans la création et le financement de groupes terroristes islamistes instrumentés pour provoquer des guerres civiles dans les pays arabes dont les régimes et les peuples refusent de s’aligner sur les puissances occidentales.

R. Y.

Comment (10)

    karimdz
    22 septembre 2017 - 12 h 25 min

    Lafarge n est que la petite partie émergée de l iceberg car il est plus qu’évident que le daech est une fabrication de l otan-israel.

    La posture de Macron, toujours aussi hypocrite de président en président, consistera à faire croire qu’il découvre, alors que la France est un des fondateurs du daech.




    2



    0
    Anonyme
    21 septembre 2017 - 23 h 24 min

    Ça on le savait déjà. L’information avait fuitée par les Américains qui voyaient d’un mauvais œil cette entreprise d’un pays qui est leur supplétif: la France qui devait se contenter des miettes que les US lui laissait comme ce fut le cas lors de la guerre du Golfe.
    Ceci dit, ce dirigeant devrait nous dire combien sa société qui opère chez nous paie-t-elle les résidus de AQMI, MUJAO…?




    4



    0
    Moskosdz
    21 septembre 2017 - 20 h 18 min

    La pègre islamiste trouvera toujours un prétexte pour dire que n’est pas vrai,c’est des kouffars qui cherchent à nuire à l’islam.




    7



    0
    TARZAN
    21 septembre 2017 - 19 h 40 min

    20.000 euros x 50 voilà ce que vous versez, menteur! et puis daesh à qui? donnez les noms de vos contacts! en tout cas le maroc n’est pas loin.




    9



    0
    Moskosdz+BEKADDOUR MOHAMED
    21 septembre 2017 - 19 h 17 min

    Si l’on dira à un âne,va égorger ton semblable,sans aucun doute il refusera,pendant la décennie noire,j’avais compris que les barbus voilés d’un islam élaboré ailleurs étaient entrain d’achever ce que l’OAS n’a pu faire après son départ précipité en 62.




    10



    0
    L'EPERVIER.
    21 septembre 2017 - 16 h 31 min

    qu’on presente , sarko , hollande et les gros poissons des renseignements francais , devant les tribunaux (a defaut du TPI ) avec des preuves aussi accablantes , je ne vois pas qu’est ce qu’ils attendent ? une honte pour la france , qui se permet d’ouvrir sa grande gueule pour donnee des lecon de bonne conduite aux autres.




    18



    0
    HANNIBAL
    21 septembre 2017 - 15 h 20 min

    Ce sbire Jean-Jacques-Gauthier, directeur général de Lafarge Algérie, qui nous vient droit de Syrie exerce chez nous dans une cimenterie qui traine une sale renommé n’a pas lieu et place d’exister chez nous
    pays du million et demi de martyrs c’est le moment d’asphyxier cette pourriture d’entreprise jusqu’a sa faillite et la racheter au dinar symbolique on est avertit comment peut’on accepter des soutiens au terrorisme nous qui fumes victime de ce
    meme terrorisme la france soutient du terrorisme( ya pas si longtemps fabius trouvait qu’ al nosra faisait du bon boulot )
    nous devons renvoyer ce triste menteur a coup de pompe en Syrie pour rendre des comptes de sa forfaiture !!




    10



    2
    Felfel Har
    21 septembre 2017 - 14 h 56 min

    Elle est là sous nos yeux la preuve de la collusion de la France (qui se targue par ailleurs d’être la patrie des droits de l’homme) avec des organisations terroristes pour déstabiliser un gouvernement légitime sur ordre des régimes honnis quatari et saoudien, eux-mêmes prosternés aux pieds du complexe militaro-industriel américain qui, comme chacun le sait, est dominé par les israélo-anglo-américains. Nous n’avons pas prêté attention aux propos de Thierry Meyssan quand il dénonçait dans son livre, Sous Nos Yeux, les décisions du groupe Lafarge, en Syrie sous la houlette de MM. Collomb (actuel ministre de l’intérieur) et du général Pulga (chef d’état-major) de construire des bunkers, des abris souterrains et des tunnels au profit de Daesh. Heureusement que la Russie les a réduits en ruines, ce qui a changé la dynamique sur le théâtre des opérations. Que reste-t-il du prestige de la France maintenant que nous les preuves de sa lâcheté, de son hypocrisie et de son « à-plat-ventrisme » devant les éternels fouteurs de pagaille que sont les anglo-saxons en voie d’être dépassés par les sionistes, assoiffés de pouvoir et de sang?




    16



    0
    Adda
    21 septembre 2017 - 14 h 34 min

    Je pense personnellement que la France, par l’intermédiaire de cette société, a financé le terrorisme de façon officielle. Je crois que les victimes de ces terrorismes, en Syrie et ailleurs dans le monde (y compris en France, en Espagne, en Grande Bretagne, en Libye et en Belgique) doivent intenter des poursuites judiciaires contre la France qui finance et donc soutient cette horde sauvage. Et que Macron ne vienne pas en Algérie ou en Mali nous apprendre comment lutter contre le terrorisme.
    Les victimes de terrorisme en France doivent se lever, condamner et demander à l’État français et aussi à Abou Hollande Al Firanssi et Abou Sakozy Assahyouni des comptes.
    Je suis convaincu aussi que ce n’est pas seulement 20000$ par mois c’est beaucoup plus et peut-être ils l’auront procuré des d’armes et d’autres matériels (caméras, ordinateurs, voitures etc …)




    12



    0
    Tin-Hinane
    21 septembre 2017 - 14 h 21 min

    On le savait déjà bien-sûr mais c’est bien que les coupables avouent d’eux mêmes qu’ils ont financé le terrorisme dans les pays musulmans, continuent de le faire et le feront jusqu’à leur dernier sous.




    13



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.