ICG loue les efforts de l’Algérie au Mali, en Libye et dans la lutte antiterroriste

ICG
Jean-Marie Guehenno, président de l’ONG International Crisis Group (ICG). D. R.

Par Ramdane Yacine – Le président de l’ONG International Crisis Group (ICG), Jean-Marie Guehenno, a loué les efforts de l’Algérie dans la lutte antiterroriste, notamment aux frontières avec la Tunisie et la Libye.

M. Guehenno a insisté, lors de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, en marge de la 72esession de l’Assemblée général de l’ONU, à New York, sur le fait que «l’armée algérienne fait face à des menaces sécuritaires multiples qui ont abouti à la mise en échec de plusieurs attaques terroristes à plusieurs endroits», selon le journal El Bilad. La même source indique que les discussions entre les deux responsables ont porté sur les crises notamment libyenne et malienne ainsi que sur les questions de lutte contre le terrorisme, l’extrémisme violent et la question de la migration.

M. Messahel a rappelé à cette occasion les efforts de l’Algérie dans l’accompagnement des frères libyens dans leur quête d’une solution politique de la crise dans leur pays à travers un dialogue et la réconciliation nationale sous l’égide du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, Ghassane Salamé.

A propos de la situation au Mali, le chef de la diplomatie algérienne a insisté sur l’importance du dialogue entre les frères maliens pour le dépassement de leurs divergences et le début de la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation nationale au Mali, ajoute la même source. M. Messahel a saisi cette opportunité pour rappeler à son interlocuteur la nécessité d’une plus grande implication des Nations unies pour le lancement d’une nouvelle dynamique pour l’application de l’accord de paix au Mali.

Jean-Marie Guehenno a, de son côté, salué les efforts de l’Algérie dans le processus de règlement des crises au Mali et en Libye et son apport important à la lutte antiterroriste. Il a souligné l’importance du renforcement de la présence de l’Etat algérien aux frontières avec la Libye à travers des programmes sociaux de développement, et a exprimé ses inquiétudes au sujet de la situation à la frontière avec la Libye dans la mesure où les autorités tunisiennes, a-t-il dit, n’arrivent pas à assurer un dialogue avec les bandes qui écument les frontières et gagner la confiance des tribus frontalières.

ICG a appellé, à cette occasion, la Tunisie à mieux collaborer sur le plan sécuritaire avec l’Algérie et la Libye et a émis le souhait que la Tunisie coopère davantage avec l’Algérie sur le plan sécuritaire et dans la formation d’un service de renseignement nouveau, qui collabore avec les services de renseignement et la lutte contre le terrorisme.

ICG est une ONG internationale qui jouit d’une expertise impartiale dans l’analyse et le conseil aux gouvernements et aux organisations internationales telles l’ONU, l’Union européenne et la Banque mondiale dans le domaine de la prévention des conflits et leur résolution.

R. Y.

Commentaires

    Nasser
    25 septembre 2017 - 13 h 47 min

    nos diplomates du M.A.E et nos militaires ne ménagent pas leurs efforts et sont de fidèles serviteurs, certains hommes d’ affaires , députés, walis, ministres et autres fonctionnaires devraient en prendre de la graine et retourner sur les bancs de l’ école des cadets afin d’ apprendre à servir l’ Algérie, (mais je crains que cela reste un voeux pieux)




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.