L’Algérie a atteint tous les objectifs en matière de scolarisation des enfants

scolarisation
L'Algérie a enregistré cette année 1 million d'élèves en 1re année primaire. New Press

L’Algérie a atteint tous les objectifs de référence internationale en matière de scolarisation des enfants, malgré un contexte économique et financier difficile et d’une forte hausse de la natalité, a indiqué mardi un communiqué du ministère de l’Education nationale. «L’Algérie a atteint tous les objectifs servant de cadre de référence internationale en matière de scolarisation des enfants, en dépit d’un contexte économique et financier difficile et d’une forte augmentation de la natalité : 1 million d’élèves en 1re année primaire, contre 500 000 il y a moins d’une dizaine d’années», a expliqué la même source.

Le ministère de l’Education nationale souligne dans ce sens que le soutien et l’accompagnement de l’Etat en faveur de la population scolaire «se matérialise d’année en année par des actions sociales attribuées sous plusieurs formes», relevant que près d’un million d’élèves internes ou demi-pensionnaires bénéficient d’une bourse au niveau des cycles moyen et secondaire, trois millions bénéficient de l’allocation spéciale décidée par le président de la République et que plus de trois millions d’élèves profitent de la cantine scolaire au niveau des écoles primaires.

La même source ajoute que «plus de 4 millions d’élèves profitent de la gratuité des manuels scolaires, près de 500 000 élèves bénéficient du transport scolaire avec 4 500 bus et plus de 500 000 élèves bénéficient de trousseaux scolaires». En matière infrastructures, le ministère indique que «le nombre d’établissement ouverts cette année s’élève à 26 669, dont 420 nouveaux répartis entre 233 écoles primaires, 83 collèges et 104 lycées», relevant que les taux d’accroissement «sont respectivement de 1,24%, 1,53% et 4,42% par rapport à l’année dernière».

La même source note que «901 405 élèves ont été accueillis avec une augmentation de 270 809 élèves, représentant un taux de croissance de +3,09%, répartis sur près de 290 000 divisions pédagogiques». Relevant que 5% des divisions pédagogiques connaissent une surcharge cette année, le ministère rappelle que le taux «était de 12% en 2012/2013», estimant que cette baisse sensible «est le résultat de l’effort de l’Etat dans la construction de nouveaux établissements». «Les classes surchargées sont identifiées au niveau des nouvelles zones urbaines situées dans les zones périphériques des grandes agglomérations, fruit d’une dynamique de développement importante du rythme de réalisation des projets d’habitat, de l’évolution des taux de natalité et de la nécessaire prise en charge de la demande parentale pour l’éducation préscolaire», soutient la même source, précisant que le gouvernement a décidé, depuis trois années, d’injecter les équipements scolaires dans les programmes de construction des logements dans le cadre de l’habitat intégré.

Le fonctionnement de cet ensemble infrastructurel «est assuré par un effectif total des personnels du secteur de l’éducation pour cette année de l’ordre de 744 000 fonctionnaires, dont 460 000 personnels d’enseignement». Le ministère, qui fait état de la diffusion par l’Office nationale des publications scolaires de près de 70 millions de livres scolaires avec 156 titres, tous cycles confondus, indique que «93% des manuels scolaires ont été distribués. Parmi ces titres, 30 sont nouveaux et concernent les 3e et 4e années primaires, les 2e et 3e années moyennes et 2 titres sont en cours de distribution». Cet «effort gigantesque» est soutenu par une nouvelle approche de la politique éditoriale scolaire nationale : la qualité scientifique, pédagogique et esthétique des nouveaux manuels scolaires, fruit d’une ouverture du marché aux compétences nationales des secteurs public et privé soumis à un cahier des charges élaboré par la tutelle exigeant et conforme aux standards internationaux en la matière, lit-on dans le document de la tutelle.

L’orientation qualitative imprimée cette année «est contenue dans la circulaire-cadre avec plus de 140 types d’opérations organisant le déroulement de l’année scolaire 2017/2018 et mettant l’accent sur une hiérarchisation des priorités structurelles : le cycle primaire avec les langages fondamentaux, la refonte du système d’évaluation pédagogique, la modernisation de la gestion et du fonctionnement pédagogique et administratif, accoudée à une numérisation performante de tous les segments du secteur».

Pour le ministère de l’Education, tous les débats et efforts «seront portés, après les résultats des consultations nationales organisées au cours des quatre dernières années, sur le redéploiement du système éducatif à partir d’indicateurs de qualité portés par les trois leviers de la réforme : la refonte pédagogique, la gouvernance et la professionnalisation des personnels de la formation».

R. N.

Comment (12)

    MELLO
    28 septembre 2017 - 15 h 51 min

    Comment atteindre des objectifs dans la scolarisation, alors que le pays dans son ensemble se mord la queue en tournant tout en rond. Depuis 1962, on ne cesse de parler des objectifs de la scolarisation , alors que le résultat est là: arrivé en 3 AS , l’élève ne peut écrire une lettre ou faire une dissertation. Quel est l’objectif atteint lorsqu’au niveau du BAC , on continue à proposer deux sujets au choix pour chaque épreuve et on enregistre des scandales de  » copiage » via les réseaux sociaux ? Quel est l’objectif atteint quand des étudiants de première année universitaire n’arrivent pas à suivre les cours dispensés par leurs profs ?.Quel est l’objectif atteint quand , au sortir de l’Université, après une dizaine d’années passées à redoubler , on arrive pas à avoir un travail ? . Malheureusement les objectifs quantitatifs ne servent qu’à camoufler les objectifs qualitatifs qui sont loin d’être atteint.




    0



    0
    Kassaman
    27 septembre 2017 - 10 h 32 min

    Une nation qui investit dans le bien être de ses enfants est une nation qui construit son avenir.
    A tous les jaloux de mokokos et d’ailleurs qui commentent ici, la rage entre les dents, oui l’Algérie dispose de milliers d’écoles qui accueillent nos enfants nous ne les laissons pas comme vous traîner dans les rues, mendiant, chapardant ou se vendant à des pervers…




    17



    7
    naceur
    27 septembre 2017 - 8 h 41 min

    Malheureusement avec des classes surchargées, le niveau des enseignants et enseignantes laissent vraiment à désirer, sans compter la violence à l’intérieur même de l’école




    6



    3
    Non à l'Etat arabe
    27 septembre 2017 - 8 h 34 min

    L’arabisation islamisation font de cette école un levier du pouvoir feodal au meme titre de la mosquée..




    5



    6
    Djaffar
    26 septembre 2017 - 20 h 00 min

    De qui se moquent t-on ? allez voir dans l’Algérie profonde où les enfants font kilomètres à pieds pour se rendre à l’école sous le soleil ou sous la pluie en hiver sans parler des classes frigorifiées.
    Il faut que les ministres nommés par la clique cessent de faire de fausses déclarations le peuple n’est pas dupe.




    13



    13
      bird
      27 septembre 2017 - 9 h 45 min

      Quelle belle photographie ,une école impeccable ,des enfants souriants ,biens nourris ,bien vêtus ,on croirait une photo de propagande de l’ex URSS ou de la Corée du Nord .




      4



      6
    1962= ElBandia
    26 septembre 2017 - 19 h 10 min

    L’Algérie a atteint tous les objectifs en matière de scolarisation des enfants EN FAISANT D’EUX DES ANALPHABÈTES TRILINGUES et DES TERRORISTES ISLAMISTES CHEVRONNES




    11



    13
      Yeoman
      27 septembre 2017 - 10 h 25 min

      Si l’école algérienne ne formait que des analphabètes comme on n’arrête pas de le dire, je me demande pourquoi elle fait le bonheur des hôpitaux, dès laboratoires et des entreprises d’Europe et d’ailleurs. Arrêtez de vous insulter et vous gagnerez déjà beaucoup en valeur. Je n’a jamais entendu un tunisien ou un marocain dire que leur école forme des idiots. Pourtant c’est beaucoup plus le cas pour eux que pour nous.




      9



      4
    Abou Mrang
    26 septembre 2017 - 18 h 54 min

    Ô oui! Elles a atteint tous ses objectifs! Il n’y a que des jaloux pour dire que notre système éducatif a raté sa mission. Moua j’ai toujours dit que les résultats actuels aussi bien au niveau politique que dans la société qui lhemdoullah est totalement islamisée jusqu’au fin fond de la Kabylie, nous les devont à une politique volontariste d’arabo-islamisation. Donc la situation actuelle n’est pas le résultat d’un échec comme certains le laissent entendre mais la réussite d’un plan savamment oechestrée dipwi soissate-dou !
    Il ne reste plus qu’à attendre les résulta de la planche à billets de notre bien aime Ouyaya et nous atteindront la perfdection à tous les niveaux.




    8



    15
    Algérien nationaliste
    26 septembre 2017 - 18 h 42 min

    Il faut faire moins d’enfants et mieux les éduquer, la surpopulation crée un fossé entre riches et pauvres c’est exponentielle, idem pour a misère sociale, le chômage, la délinquance etc. Il faut stabiliser le taux de fécondité à 2.0 en Algerie et rester à 40 millions d’habitants, c’est fini, nous ne sommes plus au 19ème siècle.




    7



    4
    Elkhayam
    26 septembre 2017 - 17 h 21 min

    Oui mais quels enfants scolarisés ? Des daeschiens en herbe .




    7



    8
    Anonyme
    26 septembre 2017 - 16 h 00 min

    C’est le fort taux de natalité qui est inquiétant, ce fort taux de natalité qui a comme cause les méfaits de l’islamisme, de l’arabisation, de l’ignorance.




    11



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.