Noureddine Boukrouh : «Notre agonie est à la fois morale et psychologique»

Boukrouh
Noureddine Boukrouh. D. R.

Par Hani Abdi – L’ancien ministre et fondateur du PRA, Noureddine Boukrouh, dénonce la résignation des Algériens face à l’absurdité du système en place. Cet homme politique, qui déclare depuis quelques mois que le président Bouteflika, malade, ne gouverne plus, regrette ainsi que les Algériens, et plus particulièrement l’élite politique, acceptent cet état de fait. Pour lui, on assiste à une lente agonie d’un système politique qui risque d’emporter avec lui l’Algérie entière.

«Combien de temps devra durer notre agonie ? Cette lente agonie (du mot grec «combat») qu’est le 4e mandat ressemble à une quête éperdue de l’élixir de jouvence ; à la fuite insensée d’un homme devant la mort, une fuite aussi vaine que celle de Caïn devant Jéhovah, telle que rapportée par Victor Hugo dans La conscience ; à une interminable descente aux enfers ; aux derniers instants d’un roi-dieu, quand toute vie se fige dans l’attente de son ascension vers le monde des esprits», écrit-il dans une nouvelle contribution publiée sur le site français Oumma.

Noureddine Boukrouh est allé encore plus loin dans son analyse. Il estime ainsi que «notre agonie est d’abord morale ; nous en avons assez de le (le président Bouteflika) voir se trimbaler d’un pays à un autre, d’un hôpital à un autre, sous les quolibets de la presse internationale et sans être démonté par ce qui se dit ou s’écrit sur lui, non pas en sa qualité d’homme, mais parce qu’il est chef d’Etat, qu’il ne représente pas sa personne, mais nous tous». «Si le problème ne concernait que lui, que sa personne et sa famille, qui s’en mêlerait ? Qui s’en soucierait ? Or, il nous concerne tous, tous les jours, et nous en sommes mortifiés et humiliés, a-t-il soutenu, en se demandant : «Jusqu’à quand devrons-nous endurer ce jeu de cache-cache entre les médias et les enfantillages de son entourage ? Que doit-il arriver pour que notre déchéance rencontre enfin une limite ?»

Noureddine Boukrouh poursuit en affirmant que «notre agonie est ensuite psychologique : que présage un attachement aussi insensé au pouvoir ?» «Que nous prépare-t-il pour l’avenir ? La peur le dispute à l’angoisse chez tout Algérien conscient : la peur du pire, la peur de l’imprévu, l’angoisse face à un avenir économique incertain, l’angoisse à chacune de ses évacuations en urgence à l’étranger…», a-t-il souligné.

Cet homme politique, qui a lancé un appel aux Algériens pour un sursaut patriotique, relève que dans ce sillage des voix appellent d’ores et déjà à «un cinquième mandat pour lui en avril 2019, s’il sera encore de ce monde, ou du premier pour son frère…». Pour lui, «l’accepter serait signer la fin de l’Algérie !» Noureddine Boukrouh explique que la subordination de l’Etat à un homme déclinant ou en bonne santé est un contresens, une anomalie, une monstruosité qu’on doit proscrire du champ du possible si on veut édifier un ‘‘Etat qui survive aux évènements et aux hommes’’, comme promis en 1965 par Boumediene, promesse non tenue à ce jour». «Dans les temps modernes, dans les républiques, chez les peuples rationnels, ces choses-là, ces spectacles-là n’existent plus. Même au Japon, où l’empereur est présumé être d’essence divine, même dans la savane, même au fin fond de l’Amazonie, l’idolâtrie a disparu et aucun homme n’a plus le droit, nulle part, d’entraîner une nation dans sa tombe ou sa folie du pouvoir», a-t-il affirmé.

Noureddine Boukrouh, qui occupe ces dernières semaines la scène médiatique, ne désespère pas de voir son projet de «renouveau» susciter de l’intérêt chez les Algériens.

H. A.

Comment (53)

    water water
    1 octobre 2017 - 22 h 17 min

    Le pouvoir a remplacé le ciel par l’occident , les Boukrouh , les Benflis , les Mokri, les Ouyahia , sans oublier bien entendu les Louisa ne dérangent en rien le pouvoir.
    Pour le pouvoir un homme libre dérange sauf s’il est mort.
    da Hocine , Mehri, Hachani sont des hommes remarquables parce qu’ils sont mors.
    Comment disait déja l’armée Française pendant l’occupation , un bon arabe est un arabe mort.
    On a hérité beaucoup de chose de l’homme du nord.




    0



    1
    Abdelaziz DJABALI
    1 octobre 2017 - 21 h 34 min

    -( Algérie: la lente agonie d’un système )

    -Noureddine Boukrouh,

    -Mène une campagne de Dénigrement contre l’Algérie,

    -Retournant son Arme contre ses Anciens Maîtres du Régime,

    -Allant jusqu’à s’accaparer le droit de qualifier les gens de Mécréants selon lui par ce Verset du Coran qu’il appuie,

    -( « Et certes, tu les trouveras les plus attachés à la vie d’ici-bas, pire en cela que les mécréants. Tel d’entre eux aimerait vivre mille ans. )

    -Et de pourparler de Dieu,par ce Verset Toujours selon lui, :

    ( Mais une pareille longévité ne le sauvera pas du châtiment » (Coran, al-Baqara, 96).)

    -Apres avoir Qualifié le Peuple Algérien de ( Ghachi ),

    -Voilà qu’il Qualifie ses Hôtes qui lui tendent la main de ( Kouffars ),

    -( Quand le Prophète est tombé malade……..il ne s’est pas fait transporter chez les « kouffars » pour qu’ils lui rendent la santé. )

    -Pour ce qui est de :

    -( Quant aux autres Français, ils pensent pour beaucoup d’entre eux (à tort) qu’il vient se soigner chez eux « à l’œil », alors qu’ils sont en crise, et n’apprécient pas les désagréments qu’il occasionne, ne serait-ce que la fermeture d’une ruelle ou la perturbation de la circulation devant la clinique de Grenoble.)

    -Sache Monsieur Boukrouh,

    -Que c’est grâce aux Africains en Général,

    -et aux Maghrébins en particulier que

    -Qui ont faits de la France,de l’Europe toute entiére,

    -et de leurs Populations

    -ce qu’ils sont Aujourd’hui

    -Verdun et Monté Cassino,

    -Témoignent jusqu’à nos jours,

    -de la Bravoure des Anciens Combattants,

    -et du 3 éme Régiment des Tirailleurs Algériens

    -Au moment où ces Français,

    -ces Européens et leurs Semblables

    -Fuyaient tels des Rats,

    -et Chiaient dans leurs Culottes,

    -et Pantalons devant l’Artilleries Nazis,

    -et déclaraient leurs Villes,

    -Villes Ouvertes l’une après l’autre

    ( -VIDÉO :

    -À la mémoire des héros du 3e Régiment de Tirailleurs Algériens

    https://youtu.be/gJV2t2Q0de8 )

    ( -AVANT L’AFRIQUE ÉTAIT À EUX,

    -AUJOURD’HUI LA FRANCE ET L’EUROPE SONT A NOUS !

    https://i.skyrock.net/7438/16147438/pics/1650225224.jpg )

    -Selon Boukrouh,

    -( L’ Algérie n’a pas un président malade, elle a un malade pour président. )

    -( Je ne sais pas si le président est conscient de l’image humiliante, tant pour lui que pour nous, qu’il donne au monde. )

    -il arrive à un Aigle comme Abdelaziz Bouteflika,

    -de tomber aussi bas qu’une Poule,

    -Mais il n’arrive Jamais à une Poule,

    -comme Noureddine Boukrouh de Voler aussi qu’un Aigle,

    -( signer la fin de l’Algérie !)

    -Sache bien que ce sera bien ta Fin avant celle de l’Algérie !




    1



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.