Energie : Mustapha Guitouni fait des appels du pied aux Américains

Guitouni
Mustapha Guitouni. New Press

Par Sadek S. – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a présidé ce lundi les travaux du Conseil d’affaires algéro-américain (USABC). Cette rencontre intervient dans le cadre d’une mission d’affaires organisée par le Conseil d’affaires algéro-américain (USABC) et l’ambassade d’Algérie à Washington dont le but est de faire connaître les différentes opportunités qu’offre le marché algérien dans tous les domaines, notamment hors hydrocarbures. Cette mission, conduite par le président de l’USABC, Smaïl Chikhoune, a vu la participation des grandes compagnies américaines œuvrant dans le secteur énergétique.

Dans son allocution, le ministre de l’Energie a mis en avant «la volonté conjointe des deux pays de faire valoir les opportunités et renforcer leur coopération et leur business». Le ministre a également insisté sur la nécessité de s’accorder aux nouveaux «modèles énergétiques et économiques» et y faire face en étant «attentifs aux marchés et en adaptant nos textes réglementaires pour améliorer notre attractivité».

Le ministre a rappelé que «l’Algérie poursuit une dynamique de développement que Son Excellence le président Abdelaziz Bouteflika a impulsée sur la base d’une transition effective d’une économie fortement basée sur les revenus des hydrocarbures et sur la dépense publique vers une économie diversifiée et créatrice de richesses». Aussi, a-t-il déclaré, «compte tenu du potentiel, des atouts, de la stabilité et de la sécurité dont jouit notre pays, soyez certains que l’Algérie offre un environnement propice pour l’investissement et constitue une zone d’affaires particulièrement prometteuse».

Le ministre a rappelé également que le pays est «constitué de 1,5 million km2 de bassins sédimentaires dont les deux tiers ne sont pas encore soumis à des campagnes d’exploration, notamment dans le sud-ouest et le nord de l’Algérie et dans la zone offshore d’une superficie d’environ 100 000 km2, aujourd’hui totalement inexplorée». C’est pourquoi, a-t-il ajouté, «l’intensification des efforts d’exploration est au cœur de notre stratégie et les opportunités d’investissement sont ouvertes pour nos partenaires».

A ce titre, M. Guitouni a mis en avant la volonté du gouvernement «d’encourager les prospections destinées à mieux faire connaître le potentiel national en hydrocarbures schisteux». Les partenariats sont également souhaités dans «les domaines du raffinage et de la pétrochimie», mais aussi dans l’exploration et le développement des gisements existants et dans la «réalisation d’un ambitieux programme en énergies renouvelables associant le développement industriel».

Les opportunités seront «accompagnées d’incitations fiscales et de facilitations légales et règlementaires», a déclaré le ministre. Ces mesures visent à conclure de nouveaux partenariats gagnant-gagnant. En effet, le gouvernement, a-t-il insisté, «demeure à l’écoute et une réflexion est engagée pour réviser la loi sur les hydrocarbures à l’effet d’améliorer l’attractivité de notre pays en direction des partenaires étrangers, notamment dans la prospection et l’exploitation des hydrocarbures».

Le ministre a enfin souligné l’importance que revêt pour l’Algérie «l’intégration de l’industrie nationale dans les projets d’engineering, de procurement et de construction, et le développement des compétences et de la formation».

M. Guitouni a annoncé, par ailleurs, des portes ouvertes qui seront organisées par l’agence Alnaft le 16 octobre 2017 au Centre international des conférences d’Alger et qui seront consacrées notamment à la relance des investissements dans le domaine des hydrocarbures.

S. S.

Comment (9)

    zaatar
    4 octobre 2017 - 14 h 27 min

    Le ministre a rappelé que «l’Algérie poursuit une dynamique de développement que Son Excellence le président Abdelaziz Bouteflika a impulsée sur la base d’une transition effective d’une économie fortement basée sur les revenus des hydrocarbures et sur la dépense publique vers une économie diversifiée et créatrice de richesses». Voila dix huit (18) ans que ça dure et on en voit pas le bout du tunnel. Et, d’autres ont essayé avant lui…Il y a juste une nouveauté. On reconnait maintenant formellement que notre économie est fortement basée sur les revenus des hydrocarbures. Indirectement, on reconnait que le système est réellement basé sur la distribution de la rente et sur la prédation…puisque’aucune richesse n’est crée depuis des dizaines d’années. On en conclut donc sans risque de se tromper qu’on a fait des Algériens des tubes digestifs ambulants.




    2



    1
      Abou Stroff
      4 octobre 2017 - 15 h 12 min

      en plein dans le mille mister Zaatar! et comme on est au fond du trou, nos augustes dirigeants (h’mimed, entre autres) ont décidé de continuer à creuser (pour exploiter le gaz de schiste qui a fait des ravages aux USA et au canada, entre autres)




      2



      1
    Abou Stroff
    3 octobre 2017 - 13 h 10 min

    « Energie : Mustapha Guitouni fait des appels du pied aux Américains » titre S. S..
    je pense qu’il y a une grave erreur dans la description de la situation. (…)
    PS: il faut être d’une mauvaise foi certaine pour soutenir qu’un quelconque partenariat avec les firmes yankees puisse déboucher sur un quelconque développement de l’économie algérienne. au fait, si ses propres enfants (à supposer que ceux qui nous gouvernent soient effectivement les enfants de l’algérie) ont été incapables de la développer, comment voulez vous que les amerloques se mettent à développer l’algérie?




    4



    2
      zaatar
      4 octobre 2017 - 14 h 30 min

      Cher Abou Stroff je te salue,

      Ils pensent vraiment que ce sont les amerloques qui possèdent réellement le fameux khatem de sidna souleymane…et que, en un tour de passe passe, ils développeront l’Algérie mieux que quiconque…




      2



      0
    chibl
    3 octobre 2017 - 12 h 14 min

    Ce n’est pas un appel du pied, mais de la baisse de pantalon devant les amerloques!!!




    5



    1
    Micka
    3 octobre 2017 - 7 h 58 min

    Un partenariat d’affaires c’est généralement, au mieux, sinon ce ne sont juste que des opérateurs qui viennent écouler leurs biens et services, créer des Joint Venture avec des entreprises étrangères disposant d’un capital immatériel technologique pour profiter des possibilités qu’offre le marché national et adossé à un transfert de technologie qui ne se fera jamais.

    Le développement national, c’est que la Banque Centrale permette aux entreprises locales d’acquérir avec leur propres financements des licences sur des technologies dont elles ne disposent pas et qu’elles pourront par la suite intégrer et développer et aussi de leur permettre de recruter des personnels étrangers dont la compétence fait défaut au niveau national.
    C’est ainsi préserver leurs parts sur le marché national sans la partager avec des partenaires étrangers qui rapatrieront leurs bénéfices hors d’Algérie en rognant sur les réserves en devises de la Banque centrale.

    Une anecdote: les bénéfices réalisés par Maroc Télécom détenue alors par Vivendi à hauteur de 53% étaient de l ‘ordre de 10 Milliards de dirhams soit l’équivalent d’1 milliard d’euros transférables selon la Loi marocaine sur les investissements. La Banque Maghrib (banque centrale du Maroc) a dû emprunter sur le marché international des devises pour en permettre le transfert.

    C’est le coté néfaste des partenariats, ils s’installent, prennent la richesse (les ventes) et n’investissent pas en retour pour le développement du pays où ils sont installés et repartent quand tout est moissonné et le pays endetté.




    4



    1
    Marre du Khorti
    3 octobre 2017 - 3 h 55 min

    Après l’appauvrissement du pays (par le vol, le gaspillage, et la mauvaise gestion), voici venu le temps du bradage de nos terres et de notre sous sol. Et ils n’ont toujours pas renoncé à leur dangereux projet d’exploitation de gaz et pétrole de schiste. A ce titre, M. Guitouni a mis en avant la volonté du gouvernement «d’encourager les prospections destinées à mieux faire connaître le potentiel national en hydrocarbures schisteux»…




    4



    2
    226
    3 octobre 2017 - 0 h 44 min

    toujours lire la meme page,portes ouvertes et fenetres fermees.




    1



    0
    Anonyme
    2 octobre 2017 - 19 h 15 min

    C’est seulement maintenant qu’ils décident de ce bougés.
    Mais les autres en face les yankees vont exigés des très grosses concessions.




    5



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.