Oran : prison ferme pour deux narcotrafiquants

narcotrafiquants
Les saisies de drogue se multiplient, mais le fléau reste entier. D. R.

Le tribunal criminel d’Oran a condamné, lundi, deux trafiquants de drogue à 15 ans de prison ferme et un troisième, en fuite, à la réclusion criminelle à perpétuité, dans une affaire de trafic de 3,80 quintaux de résine de cannabis.

Les mis en cause dans cette affaire sont poursuivis pour «importation, transport, détention en vue de la revente» d’une quantité de 3,80 quintaux de résine de cannabis, ainsi que d’«association de malfaiteurs».

Cette affaire remonte au mois de mai 2016 lorsque les éléments de la Gendarmerie nationale, agissant sur information faisant état de l’acheminement à partir du Maroc d’une grosse quantité de kif traité, ont arrêté un véhicule utilitaire à Djebel Asfour, au lieudit Ouled Sidi Moussa, dans la région de Beni Snouss, relevant de la daïra de Maghnia, wilaya de Tlemcen.

Selon l’arrêt de renvoi, la drogue a été introduite sur le territoire national par trois Marocains pour le compte de A. A. et son neveu actuellement en fuite O. M. La drogue, acheminée à dos de mulet, a été déchargée dans le véhicule utilitaire conduit par leur acolyte B. S., qui était accompagné de O.M. A la vue des gendarmes, les deux occupants du pick-up, B. S et O. M. ont abandonné le véhicule et ont pris la fuite. B. S. a été arrêté alors que O. M. a réussi à prendre la fuite.

Lors de l’enquête, B. S. a révélé l’existence de A. A., le commanditaire et principal accusé dans cette affaire, de connivence avec son neveu O. M., qui l’aurait contacté pour le transport de la drogue. A. A. a été arrêté à son tour et déféré au parquet. Lors de l’audience, ce dernier a nié les faits, arguant qu’au contraire il était un informateur des services de sécurité, notamment pour les affaires de trafic de stupéfiants et qu’il avait aidé à résoudre de nombreuses affaires de ce type.

Pour sa part, B. S. a reconnu avoir seulement transporté la marchandise prohibée et que sa responsabilité se limitait à ce seul niveau ; il a précisé que les accusations d’importation et de détention de drogue concernaient l’accusé en fuite O. M., et que A. A. étaitle cerveau de cette affaire.

Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la peine maximale à l’encontre des accusés.

Pour sa part, la défense des deux accusés a tenté de limiter la responsabilité de B. S. au transport de la marchandise prohibée comme elle a essayé de disculper A. A., soulignant que celui-ci n’a rien à voir avec cette affaire et mettant en exergue l’absence de preuves directes contre lui, hormis le témoignage d’un autre accusé, B. S.

Après délibérations, A. A. et B. S. ont été condamnés à 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de 2 millions de dinars. Quant à O.M., en fuite, il a été condamné par contumace à la perpétuité.

R. N.

Comment (3)

    BabElOuedAchouhadas
    9 octobre 2017 - 18 h 48 min

    Il faut rétablir la peine de mort contre les narcotraficants et les kidnappeurs d’enfants même si le mieux, serait d’aller chercher mimi6 et le faire juger par un tribunal algérien pour crime narcotique contre la jeunesse algérienne. Vu




    5



    0
    Felfel Har
    9 octobre 2017 - 17 h 44 min

    Je suis favorable à un amendement du Code Pénal pour rétablir la peine capitale dans les cas de trafic de drogues. La distribution de drogues dans nos cités a atteint des limites extrêmes, elle s’invite même dans nos écoles et lycées, elle s’attaque à notre jeunesse et personne ne réagit autrement que du bout des lèvres. Dans les années 70, Boumédienne avait fait fusiller un trafiquant de drogue pour donner l’exemple. Que ceux qui s’adonnent à ce pernicieux commerce, sachent quel risque ils prennent. A l’heure actuelle, je me suis laisser dire que les barons de la drogue jouent sur du velours: ils ont corrompu tout le monde et leur séjour en prison est de plus en plus court et s’assimile à des vacances aux frais du contribuable. Aux grands maux, les grands moyens, sinon nous sommes fichus!




    8



    0
    Anonyme
    9 octobre 2017 - 15 h 52 min

    À quoi servent les tranchées creusées tout le long de la frontière avec le Maroc????
    Comment les mulets peuvent passer ces soit disant tranchées?
    Voilà des questions sérieuses que nous devons nous poser.
    Malgré les tranchées et la surveillance des frontières avec le Maroc, que nous annoncent les autorités algériennes, la drogue marocaine réussit à passer, y aurait-il des complicités au sein des douanes algériennes?
    C’est un mur qui doit être construit tout le long de cette maudite frontière avec le Maroc et la déclarer zone militaire pour que rien ne puisse passer, tirer à bouts portant sur tout ce qui bouge.




    8



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.