Inclusion du Sahara Occidental dans un accord d’aviation avec le Maroc : WSRW met en garde

WSRW
Le siège du Parlement européen à Strasbourg. D. R.

L’Observatoire des ressources naturelles du Sahara Occidental (WSRW) a mis en garde mardi l’Union européenne (UE) contre l’inclusion du territoire du Sahara Occidental occupé dans le nouvel accord d’aviation qu’elle envisage de signer avec le Maroc. L’observatoire rappelle qu’en décembre 2016, la Cour de justice de l’UE (CJUE) avait clairement affirmé que le «Sahara Occidental est un territoire distinct et séparé du Maroc», et dans ce cadre, elle avait estimé qu’aucun accord avec le Maroc ne devrait l’inclure sans l’aval explicite et le consentement du peuple sahraoui.

Cet appel de WSRW coïncide avec le vote ce 24 octobre d’un accord d’aviation euro-méditerranéen entre le Parlement européen et le Maroc. L’Observatoire a rappelé que la semaine dernière, la Commission des transports et du tourisme du Parlement européen avait «révisé à la hâte» l’accord en question et l’avait soumis au vote en plénière pour approbation finale.

Le député européen des Verts, Florent Marcellesi, a déclaré à WSRW que son groupe regrette «l’absence d’une majorité politique au sein du Parlement pour soutenir sa demande pour un avis juridique qui aurait permis une décision en toute connaissance de cause sur cette question juridique complexe ayant des implications géopolitiques critiques». «Nous attendons toutefois que la Commission européenne clarifie la portée territoriale de cet accord avant le vote», a-t-il dit. Le parlementaire des Verts a ajouté que «les citoyens européens ont le droit de savoir si leurs avions volent illégalement ou pas, vers Laâyoune et Dakhla (deux villes des territoires sahraouis occupés)».

Pour sa part, Davide Contini de WSRW a déclaré qu’«il ne semble pas que le peuple sahraoui ait donné son consentement à l’exploitation de son espace aérien». Il a expliqué que «si le Parlement européen doit approuver l’accord révisé mardi, il est probable que les entreprises européennes opérant au Sahara Occidental – pour le trafic de passagers ou de fret – restent dans l’incertitude juridique, notamment en ce qui concerne les règles européennes et internationales sur la sécurité et la sûreté aériennes».

Par ailleurs, WSRW relève qu’il existe déjà 11 vols internationaux par semaine au Sahara Occidental, opérés par Binter Canarias et Royal Air Maroc. Les vols relient Dakhla et Laâyoune occupées à Gran Canaria. Une nouvelle connexion contestée vers la France, via Transavia, sera ouverte d’ici la fin du mois d’octobre 2017, selon l’observatoire.

R. I.

Comment (6)

    TARZAN
    24 octobre 2017 - 19 h 30 min

    si le polisario menace d’abattre tout avion volant dans son espace aérien, et voilà qu’aucune compagnie aérienne ne met ses passagers en danger!




    6



    5
    Lila Lili
    24 octobre 2017 - 18 h 29 min

    Aux armes les Sahraouis




    8



    5
    salah
    24 octobre 2017 - 16 h 54 min

    IL faut arrêter de discuter
    L’indépendance ce passe avec les armes et pas avec du blablabla et la pleurniche




    15



    12
    Omar
    24 octobre 2017 - 15 h 20 min

    On a l impression que certains pays européens veulent recompenser ceux qui ont tués leur enfants et citoyens lors des attentats barbares par des terrorristes marocains???C est le syndrome de Stockholm ou je n ai rien compris




    13



    13
    BabElOuedAchouhadas
    24 octobre 2017 - 14 h 48 min

    Il faut savoir une fois pour toute que l’Independance du Sahara occdental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte de temps.
    Pour preuve, c’est bien la lutte armee qui avait fait connaitre au monde entier la juste cause de ce peuple avant le Cessez le feu de 1991.




    21



    15
      Chaoui
      24 octobre 2017 - 21 h 33 min

      Chaque chose en son temps. Les armes, oui, mais en dernier et ULTIME recours…




      2



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.