Les propos d’un diplomate algérien à l’ONU détournés pour un but précis

Bessedik Algérie
Mohamed Bessedik, représentant de l’Algérie à la quatrième Commission des Nations unies. D. R.

Par Karim Bouali – Un média algérien a détourné les propos de notre représentant de l’Algérie à la quatrième Commission des Nations unies chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation. Extrayant un passage de son intervention, le média en question a laissé entendre que Mohamed Bessedik aurait laissé entendre que «la démocratisation de l’utilisation des TIC» serait «une menace réelle pour la souveraineté nationale et un instrument de manipulation politique».

Cette manœuvre fait suite à une déclaration du représentant algérien qui a fait part d’une crainte exprimée par l’Algérie«préoccupée par le risque de politisation de l’information publique et la possible utilisation inappropriée des technologies de l’information et de la communication pour interférer dans les affaires intérieures des Etats souverains», mettant en avant «la nécessité de continuer à utiliser les médias traditionnels qui restent les principaux moyens de communication dans de nombreux pays en développement».

Des sources informées ont démenti à Algeriepatriotique que le représentant de l’Algérie ait insinué une quelconque volonté de brider ces technologies ou que son intervention ait concerné l’Algérie. «Les propos de notre représentant ne visent en aucune façon les TIC en tant que telles, et encore moins l’idée d’une censure», corrigent nos sources qui expliquent que l’Algérie n’a fait que reprendre la position du groupe des 77 «pour maintenir le traitement égal des six langues de travail par et pour l’ONU, y compris la diffusion radiophonique».

«Certains veulent que l’ONU s’oriente vers les TIC pour la diffusion de ses documents et ses communiqués, pour des raisons de coûts, ce qui est compréhensible, et abandonne les moyens traditionnels, mais ceci va pénaliser une majorité de pays, selon le groupe des 77», relèvent nos sources.

La manipulation de la déclaration du représentant de l’Algérie à la quatrième Commission des Nations unies chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation visait, en fait, à faire accroire à une atteinte à la liberté d’expression en Algérie, dans une vaine tentative de rameuter les ONG traditionnellement hostiles à notre pays et provoquer une campagne répondant à un objectif précis et ciblé.

K. B.

Comment (6)

    Nora
    30 octobre 2017 - 23 h 12 min

    Donner les noms de ces médias afin que les Algériens les boycottent et les interdire ou les brouiller.




    2



    0
    RAS LE BOL
    25 octobre 2017 - 14 h 35 min

    Pendant que le Maroc, aidé par ses maitres, complote conte la sécurité de l’Algérie, les chaines marocaines ne ratent pas une occasion pour manipuler les Algériens. Manipulation sur mesure lors du Match USAMA-WYDAD à CASA BORDEL.. Regardez la vidéo.

    https://www.youtube.com/watch?v=cHMRI5Shqpg

    JUSQU’A QUAND cette naïveté débile affichée par nos responsables à tous les niveaux.




    25



    8
      USMA-DZ
      25 octobre 2017 - 15 h 16 min

      Le DANGER: les chaines du makhzen montrent des supporters de L’USMA très contents de la victoire du WYDAD marocain et de la défaite de de leur équipe ( USMA).
      Les encadreurs des supporters ont failli à leur mission et ont commis un acte anti-Algérie.




      20



      8
    Kahina
    25 octobre 2017 - 14 h 10 min

    L’Algérie doit changer de méthode. Le silence diplomatique ne fonctionne plus. Il faut toujours répondre aux agressions verbales et aux provocations via la presse et nos diplomates. La fermeté est de mise!!
    EN tout cas, j’ai l’impression que la femme de MACRON n’aime pas l’Algérie.

    PS: Mais quelle presse?? J’ai l’impression que tous ces journaux pseudo-Algériens sont à la solde de nos ennemis.




    27



    4
    Moskosdz
    25 octobre 2017 - 11 h 49 min

    La corruption avec l’argent de la drogue fait de l’ombre partout,de l’Afrique jusqu’en Europe en passant par l’Asie à l’Amérique.




    32



    7
    lyes2993
    25 octobre 2017 - 8 h 05 min

    L’Etat devrait revenir aux seules méthodes que comprennent ces médias à la solde des ennemis de l’ALgérie :
    – attaque en justice pour diffamation des ces médias
    – démantèlement/blocages des flux financiers non autorisés ou jugés suspects
    La liberté d’expression d’un point de vue journalistique n’est pas la liberté de diffamer un individu, ou une entreprise , ou un peuple ou un pays.
    sinon ce ne sont pas des médias juste des forums de discussion ou des comptoirs de bar où là effectivement chacun peut s’adonner à ses aspirations et propos (avérés ou non).




    54



    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.