Harraga légale

Institut inscriptions
De jeunes Algériens devant l'Institut français d'Alger. D. R.

Par Kamel Moulfi – Un fait inhabituel s’est passé hier à Alger et l’information qui l’a rapporté était en continu sur les réseaux sociaux et les sites électroniques, photos à l’appui. Le spectacle qui s’est déroulé aux abords de l’Institut français d’Alger (IFA) avait, dès le matin, intrigué les passants : des centaines de jeunes, étudiants, a-t-on appris, filles et garçons mêlés, ont littéralement pris d’assaut les locaux de l’IFA. Dans quel but ? Juste prendre rendez-vous afin de passer un test de connaissances de français (TCF). Pourquoi ? Tout simplement, parce que ce passage par le TCF est obligatoire pour l’obtention du visa étudiant, mais – c’est sans doute là le secret de cette affluence hors normes – pas uniquement : le TCF sert également pour le visa ordinaire.

Toute cette foule amassée aux portes de l’IFA était-elle composée exclusivement d’étudiants ? Rien n’est moins sûr. Les jeunes Algériens, ce n’est un secret pour personne, sont nombreux à vouloir quitter le pays et la première destination qui s’offre à eux, presque de façon naturelle, pour des raisons que personne n’ignore, est la France où ils espèrent profiter d’une vie plus confortable que celle qu’ils endurent en Algérie. Le visa étudiant leur épargne la harga, c’est-à-dire l’émigration clandestine.

Pourquoi cette ruée vers «ailleurs» ? La réponse est évidente : face aux discours du gouvernement, passant de paroles mielleuses et rassurantes sur «la crise qui ne touche pas l’Algérie» à des propos carrément défaitistes et alarmistes à propos de «salaires qui risquent de ne pas être versés», comme si chaque Premier ministre avait sa propre perception d’une même réalité exprimée dans deux versions opposées et aussi peu crédibles l’une que l’autre, que reste-t-il aux jeunes ?

Majoritairement démobilisés par ce discours officiel quand ils l’écoutent et surtout par les pratiques de ceux qui sont dans le pouvoir, à quelque niveau que ce soit, les jeunes croient trouver la solution, adaptée au contexte du «chacun pour soi», dans la harga classique, à bord d’une embarcation de fortune, ou masquée par un vrai visa d’étudiant.

K. M.

Comment (14)

    Ouelechaab
    4 novembre 2017 - 7 h 10 min

    Comment peut-on retenir :
    1- les meilleurs des étudiants qui ne sont meilleurs que parce qu’ils et elles ont étudiés souvent seuls, (limitant l’université à la seule validation administrative de leur niveau), avec leurs propres moyens et volontés, sans compter sur une université à tous points de vue sinistrée ?
    2 – Comment retenir les meilleurs des étudiants quant beaucoup de Recteurs, depuis toujours, ont accéder à des gradés de «Pr» sans avoir jamais obtenu un baccalauréat ?
    3 – Comment retenir les meilleurs étudiants quand plusieurs «recteurs» sont rester (comme l’acteur Ministre Mr Hadjar) une vingtaine d’années à leur poste dans les plus grandes universités (Alger, Bab Ezzouar, Constantine, etc) ?
    4 – Comment retenir les meilleurs quand la majorité écrasante des Recteurs et Doyens sont inconnus de Google Scholar comme chercheurs ayant publier au moins un article dans une revue internationale dans leur spécialité ?
    5 – Comment retenir les meilleurs étudiants quand la discipline Science Économique à l’Université d’Annaba est dirigee par un semi analphabète depuis 36 ans, jusqu’à ce jour ou son âge depasse 70 ? Aucun Recteur d’Annaba n’a eu le courage et l’éthique nécessaire pour mettre fin à ses fonctions usurpees. !!!

    Ouelechaab




    0



    0
    Moh
    31 octobre 2017 - 3 h 56 min

    Pourquoi tout ce tapage pour une erreur d’organization du ccf. Les algeriens ont De tout temps fait leur etudes a l’etranger comme tout Les etudiants des pays in development Les algeriens etudiants in France sont 3eme apres les chinois et marocains, les etudiants francais sont plus de 50milles Au USA,UK,australie, allemagne pourquoi personne ne s’offusque. Moi je vois que nos etudiants sont ambitieux et ont un bon niveau car beaucoup seront accepte dans les facs francaises. Ya trop De recuperation politique et De sensationnel dans ce pays. On n’est pas pire




    7



    4
      Nourdine
      1 novembre 2017 - 10 h 12 min

      Si Moh – c »est tout sauf une erreur d’organisation, c’est un autre coup de Jarnac de notre « amie » la France… Je vous salue pour le reste de votre texte et pour votre lucidité.




      3



      4
    YOUCEF
    31 octobre 2017 - 2 h 41 min

    Quitter son sol pour y allez s’implanter la ou il est undesirable, se faire traiter comme ou pire qu’un chien!! Ca me surpasse. Le globe est assez vaste pour se resumer a cette terre de ba… qu’est la France.




    6



    7
    Nora
    30 octobre 2017 - 23 h 01 min

    D’abord pourquoi vous voulez partir en europe alors que vous n’osez même pas côtoyer l’autre sexe et vous refusez la mixité. Changer votre mentalité ce qui pourrait améliorer votre quotidien et ainsi rester chez vous au lieu d’aller quémander quelques euros.




    9



    2
    Chaoui ou Zien
    30 octobre 2017 - 21 h 06 min

    Ah, que ferions nous pour mettre ce clan et le systeme qu’il represente dans une barque trouee a la place de ces jeunes.




    6



    2
    Ziad Alami
    30 octobre 2017 - 18 h 02 min

    encore un coup du makhzen marocain rien de plus…




    10



    7
    Dafi
    30 octobre 2017 - 12 h 04 min

    J’ai très mal de cette Algérie qui fait fuir ses enfants, son avenir… jadis je comparais l’Algérie à des pays comme la turquie, aujourd’hui même le maroc rigole sur nous.
    Demain c’est le 1er novembre, les français vont bien rigoler en voyant cette file d.attente, à mediter




    25



    8
    Abou Stroff
    30 octobre 2017 - 11 h 39 min

    grâce à climat serein qu’a su concrétiser notre bienaimé fakhamatouhou national depuis son arrivée en 1999, tous les jeunes veulent quitter le pays pour semer leur enthousiasme et leur joie de vivre à travers tous les pays du monde, et particulièrement à travers la france.
    en cela ils ne font qu’imiter leur ainés qui se sont déjà installés (avec armes et bagages), bien qu’ils n’aient aucun revenu en devises, dans les quartiers chics des grandes capitales européennes.
    moralité de l’histoire: nos augustes dirigeants vont bientôt se retrouver seuls, sans peuple à diriger, puisque les algériens lambda, dans leur grande majorité veulent tous PARTIR vers des environnements moins sinistres, moins lugubres et moins macabres que l’environnement produit par les politiques judicieuses suivies par les benêts qui nous gouvernent .




    22



    8
    VivaViva
    30 octobre 2017 - 11 h 26 min

    Je suis en France depuis six mois. Sans papiers et je vis heureux. Sans papiers et j’ai accés aux soins les meilleurs dans les hôpitaux les meilleurs. Vive la France!




    24



    20
      Mello
      30 octobre 2017 - 14 h 01 min

      Peux-tu me donner certains details de cette vie heureuse en France ? Parce qu’apres tout ce je vois dans les journaux televises, la violence, le manque de travail, les attaques et toute sorte de mal vie touchent toute la France. Honnetement c’est quoi vivre heureux ?




      18



      10
      Nordesque
      30 octobre 2017 - 18 h 12 min

      Sans papiers et Monsieur prétend se faire soigner dans les meilleurs hôpitaux??? Quelle chance! Cela fait 35 ans que je vis en France, avec un travail stable et un très bon salaire et et je ne dis pas :vive la France!Quant à votre prétendu accès aux meilleurs hôpitaux, n’oublie surtout pas que c’est grâce à la charité, que c’est éphémère et que les Français que tu adores, détestent plus que tout!!




      14



      7
      Malika
      30 octobre 2017 - 22 h 54 min

      Ya VIVAVIVA ne tromper pas nos jeunes. Même avec des papiers les algériens sans haut niveau vivent des poubelles et du vol en France.




      5



      2
      Anti khafafich
      31 octobre 2017 - 0 h 03 min

      Rien ue Pour une visite gratuite (qui existe d ailleur en Algerie) tu as tout vendu ya …




      4



      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.