Le roi et le parapluie

Makhzen
Emmanuel Macron en compagnie de Mohammed 6 lors de sa visite au Maroc en juin dernier. D. R.

Par Sadek Sahraoui Le silence qu’observe le gouvernement français à l’égard de la répression sanglante que mène le Makhzen dans la région pauvre et délaissée du Rif, depuis maintenant une année, prouve que la France demeure le plus grand protecteur de la monarchie marocaine. Elle se comporte avec le Maroc exactement de la même manière que les Etats-Unis avec Israël. Comme sous François Hollande, le président Emmanuel Macron veille à ce que rien ne vienne contrarier Mohammed VI dans son entreprise de réduire en esclavage les Rifains et de leur faire payer leur impertinence.

Depuis l’arrivée au pouvoir du président du mouvement la France en marche, tout le monde aura remarqué qu’aucun officiel français ne s’est hasardé à condamner les dépassements massifs de la machine répressive marocaine. Même les médias publics français qui, jusque-là, traitaient de temps à autre de la misère des Marocains, paraissent avoir été sommés d’aller voir ailleurs. L’Elysée et le Quai d’Orsay, si prompts à réagir lorsqu’il question d’atteintes aux droits de l’homme dans le monde arabe, ont préféré, dans le cas du Maroc, se faire complices d’une monarchie répressive et prédatrice. Pour eux, tout va bien. Il n’y a aucune matière à inquiétude.

En détournant sciemment les yeux de la situation qui prévaut dans le Rif, le président Macron ne fait en réalité rien d’autre que donner à Mohammed VI le feu vert pour poursuivre sa sale besogne. Entre-temps aussi, il a décidé de tourner le dos à la société civile française qui exige de lui qu’il cesse de couvrir le Makhzen et use de son influence pour obtenir la libération des 350 détenus politiques – parmi lesquels le leader du mouvement Hirak Rif, Nasser Zafzafi – qui croupissent dans les geôles moyenâgeuses du Makhzen.

Le déni de réalité dont continue à faire preuve le pouvoir français dans le cas du Maroc est à la limite prévisible. En admettant que Mohammed VI n’est au fond qu’un petit dictateur aussi sanguinaire que son défunt père, l’Elysée aurait ouvert une brèche qui aurait certainement conduit à remettre en cause la légitimité même de la monarchie marocaine. Et cela, c’est un exercice dont la France ne veut pas entendre parler car pouvant compromettre durablement ses intérêts vitaux dans le pays. C’est la raison pour laquelle les Français se sont faits une obligation de ne pas s’ingérer les affaires internes du Makhzen, cela quand bien même Mohammed VI provoquerait un bain de sang.

S. S.         

Comment (9)

    El Kenz
    26 septembre 2017 - 19 h 29 min

    Dans une lettre rédigée en 2014 par l’ Elysée de Hollande ( divulguée par Libération) , il a été demandé aux français de retour de leur voyage du Maroc de s’abstenir de faire des déclarations ou critiques défavorables à l’ endroit de la famille régnante. Macron est dans la continuité de la politique de son ex président qui consiste à faire de l’ âne un cheval de courses.




    1



    0
    Moskosdz
    24 septembre 2017 - 10 h 13 min

    Mohammed VI suit la même la voie que ses ancêtres ayant appelés la France coloniale à les protéger..




    6



    1
    Chaoui
    23 septembre 2017 - 23 h 47 min

    Les Rifains et les Sahraouis doivent en prendre…acte. Ils doivent intégrer l’idée qu’ils n’ont pas affaire qu’au seul régime marocain mais également, et au premier chef, au « pouvoir »…français, lequel leur signifie le mépris dans leur cas des garanties et protections universelles des droits de l’homme.




    12



    2
    L'EPERVIER.
    23 septembre 2017 - 19 h 28 min

    elle couche avec lui , sans l’aimer , mais elle se doit de le defendre , c’est son souteuneur , la france.




    16



    1
    anonyme
    23 septembre 2017 - 14 h 09 min

    Le protectorat français sur le Maroc (Mars 1912 – Juillet 1956) ne s’est pas terminé en 1956, mais continue jusqu’à jour sous une autre forme habile, et discrète : Les PME Industrielles Françaises en difficulté en France, peu technologiques (concurrence, marché étroit pour leur expansion commerciale…) et ayant des problèmes avec le Fisc Français remplacent les soldats-légionnaires français!!
    Le MEDEF (patronat français) remplace le gouverneur général sur le Maroc du « Maréchal » Lyautey
    La concurrence capitaliste franco-espagnole sur le Maroc continue de plus belle.
    Quand aux grands et très puissants allemands, le coup d’Agadir de 1904 s’est transformé en coup de l’Europe de l’Est, et son marché dominé par la belle industrie et la technologie allemandes (Siemens, Bosch, Kuka, Basf, Krupp-Thyssen,Daimler-Benz-Mercedes, MAN, Motoren Turbinen Union (M.T.U), Porsche, BMW, Rheinmetall, et bien sur….Volkswagen AG.




    22



    3
    HANNIBAL
    23 septembre 2017 - 13 h 47 min

    La vassalité légendaire du royaume de bouffi VI revient a dire que c’est un protectorat. obligé de défendre une prostituée qu’on aime pas, pour la France c’est devenu un protocole de traiter le maroc sur un pied d’égalité avec les DOM-TOM
    (…) le makhnaz pense a la zone de libre échange pour ses actrices qui circulerait librement dans une profondeur Africaine par millier et ce toujours avec l’introduction de la France qui conseille ce roitelet (…) c’est plus un parapluie c’est un
    moucharabieh qu’il faut pour cacher la lignée de ce royaume en perdition !!




    20



    3
    Anonyme
    23 septembre 2017 - 9 h 08 min

    LA ROUE TOURNE .
    Des exemples j’en ai des milliers à citer.
    Faîtes appelle à vôtre mémoire et référez vous aussi aux livres bibliques et aux historiens.




    9



    11
    BEKADDOUR Mohammed
    23 septembre 2017 - 8 h 30 min

    Un parapluie n’est pas un paratonnerre !




    24



    7
      Neva
      23 septembre 2017 - 15 h 17 min

      Sourire .. Un parapluie n’est pas un paratonnerre ! j’apprécie votre réponse.




      14



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.