L’Algérie appelle à une «réforme radicale» des structures de l’ONU

session ONU
Abdelkader Messahel devant l'Assemblée générale de l'ONU. D. R.

Par Sarra L. – «Cette session se tient dans un contexte préoccupant marqué par la persistance de conflits anciens en attente d’un règlement qui demeure plus élusif que jamais, l’apparition de nouveaux conflits meurtriers et de foyers de tension la fragilisation de l’équilibre écologique de notre planète en raison des outrages répétés qui lui sont infligés, la paupérisation, le sous-développement et les maladies qui continuent d’être le lot quotidien de centaines de millions d’individus de par le monde et enfin par l’aggravation des menaces transfrontalières qui, à l’image du terrorisme et de son corollaire le crime transnational organisé, affectent directement la sécurité et la stabilité de chacun de nos pays». Tel est le triste constat établi par le ministre des Affaires étrangères, dans son discours prononcé devant la 72e session de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York.

«Face à la multiplication des crises et des foyers de tension et les drames humains indicibles qu’ils génèrent, nous ne pouvons plus nous permettre de reporter indéfiniment cet examen de conscience collectif auquel nous devons procéder sur les causes qui ont conduit à la faillite du système de sécurité collective que les pères fondateurs de notre Organisation ont imaginé comme un rempart devant prémunir à jamais les générations à venir des horreurs de la guerre», a relevé Abdelkader Messahel, qui a appelé, au nom de l’Algérie, à réformer l’ONU «pour la mettre en position d’assumer pleinement les missions pour lesquelles elle a été créée».

«Le moment est, en effet, venu d’une réforme radicale de notre organisation, à la fois dans ses structures dans son mode de fonctionnement», a souligné le ministre, affirmant que «cette réforme doit, en premier lieu, porter sur le Conseil de sécurité, avec comme point de départ, la correction de l’injustice historique que constitue la sous-représentation de l’Afrique dans les deux catégories de membres de cet organe et son élargissement à d’autres nouveaux acteurs importants sur la scène internationale». Messahel a, dans le même sillage, exhorté la communauté internationale à revitaliser et à renforcer l’autorité de l’Assemblée générale de l’ONU.

Lutte antiterroriste : une priorité de l’agenda international

Le ministre des Affaires étrangères a mis en garde contre la menace que représente le retour des terroristes étrangers enrôlés dans les rangs de Daech, d’Al-Qaïda, d’Al-Nosra, etc., appelant à une plus grande mobilisation de la communauté internationale contre ce phénomène. «La lutte contre le terrorisme et sa matrice, l’extrémisme violent, reste malheureusement une priorité de l’agenda international. La menace terroriste demeure globale. Les attentats terroristes à répétition au Moyen-Orient et au Sahel, comme ceux survenus, cette année dans d’autres régions du monde nous le rappellent dramatiquement», a, en effet, souligné Abdelkader Messahel. «Le phénomène de radicalisation progresse, a-t-il dit, notamment grâce à internet et aux réseaux sociaux et confère toute sa pertinence à la stratégie des Nations de lutte contre l’extrémisme violent», tout en relevant aussi la progression de l’islamophobie.

«L’Algérie maintient un haut niveau de vigilance sur le front interne et sur ses frontières et renforce son engagement régional et international dans la lutte contre ces fléaux», a assuré le ministre.

Abordant la question des mouvements migratoires incontrôlés, Messahel a indiqué que ceux-ci «génèrent des situations fortement préjudiciables tant aux personnes concernées qu’aux pays contraints d’y faire face», affirmant que l’Algérie «mesure à sa juste valeur la complexité de cette question».

S. L.

Comment (42)

    SAM 400
    25 septembre 2017 - 10 h 17 min

    Encore faudrait il que la voix de l’Algérie soit audible et porte y’a Si Messahel.
    Il n’y a que les grands pays qui ont la voix au chapitre au sein du concert des nations.
    Or un pays qui importe 90% de ce qu’il consomme, qui ne produit rien, qui soigne ses dirigeants dans d’autres pays faute d’avoir érigé des ‘hôpitaux dignes de ce terme, un pays où la corruption règne en maître en haut et en bas de l’échelle, où la justice est aux ordres où l’école est sclérosée, où la bureaucratie est de rigueur , un pays qui achète 95% de ses armes de défense à l’étranger, un pays qui ne construit pas lui même ses routes et ses immeubles, un pays qui ne produit pas lui même son blé, ses médicaments, un pays qui pond des constitution à la taille de personnages et non du peuple, qui remet en cause la citoyenneté d’une partie de son peuple…Ce genre de pays ne peut pas avoir voix au chapitre. Sa voix est inaudible. C’est un pays qui n’est pas pris au sérieux . C’est un pays qui ne peut pas appeler à des réformes de l’ONU lorsque lui même ne se réforme pas. Et ce n’est pas les bons points que vous vous distribuez et l’autosatisfaction que vous vous faite qui y changeront grand chose.
    Sincèrement, comment peut on prendre au sérieux un pays dont le président a disparu des écrans radars depuis plus de 3 ans. Ça fait tâche, ça ne fait pas sérieux. …au point même où on est moqué.
    Il est vrai que nous ne sommes pas à une humiliation près mais de grâce, ne faite pas déborder le vase ……Ne dites pas l’algerie appelle à une réforme de l’onu car on nous répondra : ALGERIENS , RÉFORMEZ VOUS D’ABORD AVANT D’APPELER À REFORMER UNE INSTITUTION INTERNATIONALE !!!




    5



    0
    Nosognons
    24 septembre 2017 - 21 h 54 min

    Nosognons
    Mille excuses pour les 2 fautes de frappe: la faune prédatrice nuisible ET nocive qui ÉTRANGLE le pays…
    Nosognons




    0



    0
    Mus
    24 septembre 2017 - 17 h 47 min

    Certains pensent qu’être critique a l’égard de la diplomatie de son pays relève du nihilisme, voire de la trahison. C’est faux et l’inverse est vrai dans le sens ou le nombrilisme et l’unicité de la pensée constituent un frein a l’autocritique objective qui permet de voir clair en ses erreurs et insuffisances et d’aller de l’avant vers la perfection.
    Les « appels » de M. Messahel aux Nations Unies constituent une formalité dans la mesure ou toutes les délégations présentes disent la même chose et appellent a une reforme de l’ONU. C’est devenu une constance du discours onusien y compris chez de pays que la reforme n’arrange pas. je pense aux 5 puissances membres permanents du Conseil de Sécurité. Parce que l’essentiel du processus de reforme envisagé depuis Koffi Annan voire Boutros Ghali ou plus loin, tourne autour du Conseil de Sécurité que convoitent des puissances du genre Japon, Allemagne, Inde, Brésil, Afrique du Sud et bien d’autres. Dans ce cadre, l’idée est d’attribuer a l’Afrique deux sièges permanents. Le premier devrait aller sans doute a l’Afrique du Sud. Le second est convoite a la fois par le Nigeria et l’Egypte. Ou est l’Algérie de Bouteflika et Messahel? dans le banc des spectateurs qui « lancent des appels » et regardent, passifs et impotents, le train de l’Histoire diplomatique mondiale défiler devant eux. Donc,l’amour de l’Algérie ne signifie nullement l’adoration aveugle et complice d’un régime qui a fait plus de torts au pays que tous ceux qui l’ont précédé depuis 1962. Par contre le critiquer pour ses insuffisances et son incapacité a servir le pays (au lieu de s’en servir) est un devoir patriotique, sans pourtant toucher a l’intimité des personnes, cela va de soi. Critiquer objectivement ce régime c’est aimer et servir son pays. En tout cas, c’est mon opinion de citoyen Algérien et j’y tiens.




    6



    0
      Nosognons
      24 septembre 2017 - 21 h 51 min

      Mille excuses pour les 2 fautes de frappe: la faune prédatrice nuisible ET nocive qui ÉTRANGLE le pays…
      Nosognons




      0



      0
    kamel Abdi
    24 septembre 2017 - 17 h 20 min

    Je pense que c’est un argument valable pour réformer l’ONU, mais l’ironie ici est que notre système gouvernemental algérien est incapable de se réformer soi-meme après 50 ans d’indépendance. typique de la mentalité algérienne voulant toujours changer d’autres que nous-mêmes.




    4



    0
    LE NUMIDE
    24 septembre 2017 - 13 h 14 min

    Nous ne comprenons pas que certains algériens trouvent indigne ou incongru que Monsieur Messahel ministre des affaires étrangères porte la voix de la nation algérienne à l’ONU ? Ce ne sont pas des bêtises, la revendication diplomatique algérienne de la reforme de l’ONU au profit des plus faibles dans le monde. C’est au contraire intelligent et honorifique pour les algériens. Beaucoup de nations respectables revendiquent cette idée, pourquoi pas l’Algérie ??? C’est une voix algérienne respectable qui doit être respectée au moins par les citoyens du pays qui la porte.
    La haine nihiliste des algériens et l’insulte qu’ils tiennent pour leur pays et leur état et leur Nihilisme wahhabisé et paresseux pour tout ce qui est algérien sont devenus insupportables. On dirait que certains algériens ne s’apaiseront que quand ils verront leur pays devenir un abattoir humain et un champ de ruines sous le sarcasme de ses démons… c’est pas possible cette haine de soi !




    6



    4
    chibl
    24 septembre 2017 - 11 h 38 min

    Je ne comprends pas ces ministres qui vont a l’autre bout du monde pour dire des conneries,l’autre fois Hadjar qui va en Azerbaïdjan pour dire que nous faisons de tres grands pas dans le domaine de la recherche scientifique et aujourd’hui Messahel qui va a l’ONU pour dire qu’il faut une reforme, Monsieur Messahel si l’ONU c’ete du sérieux zaama il vous auraient invité a lire un discours.
    qui va vous entendre ya monsieur Messahel, vous représentez qui?
    Les vrais nations c’est leurs président qui parle a l’ONU, Trump,Rohani,Macron…etc. vous ne faites pas le poids.




    6



    5
    Prédator.dz
    24 septembre 2017 - 11 h 14 min

    Je me demande si celui qui lui a écrit ce discours est vraiment conscient des enjeux planétaires actuels, qui sont l’hégémonie des USA, l’utilisation du terrorisme comme une arme de destruction massive, la contestation sociale comme une arme de déstabilisation, le contrôle des cours du pétrole comme une arme de dissuasion, la démocratie comme un coup de sommation, les droits de l’homme comme des mise-en-garde. Et, à côté de tout cela, la guerre qui fait rage entre les USA et ses alliés naturels/Traditionnels d’un coté et le bloc BRICS de l’autre, le reste (dont nous faisons partie) ne sont (sommes) que les futurs dommages collatéraux ou victimes expiatoires de cette féroce course pour la survie. La Corée du Nord a compris le prix à payer pour sa survie, c’est une course contre la montre mais cela vaut le coup de la courir! En attendant, nous devrions nous contenter du rôle de figurant qu’ils (ONU, USA, Russie, France..) voudront bien nous donner et… à nos dépens bien sûr!




    7



    2
      sami
      25 septembre 2017 - 14 h 14 min

      Le ridicule ne tue plus chez nous.Quand il y a des élites comme Messahel ,saadani,l’indéboulonable bensalah,tliba,Ghoul,mokri… qui font l’acualité chez nous il y a de quoi s’arracher les cheveux.En fait,plus on est imbécile,médiocre,incompétents etc,plus on se croit incontournables et intelligents.




      0



      0
    Lghoul
    24 septembre 2017 - 10 h 14 min

    Le ridicule ne tue plus depuis 1999.




    8



    1
    SUPER-MESSA-VA
    24 septembre 2017 - 1 h 38 min

    NOTRE SUPER MESSAHEL NATIONAL EST ALLÉ DÉFIER L’ADMINISTRATION DES NATIONS UNIES À NEW-YORK. RIEN QUE ÇA !!!
    CECI ME RAPPELLE LA FABLE de LAFONTAINE QUI TRAITE DE LA FAMEUSE BÉBÊTE QUI VOULAIT DEVENIR AUSSI GRANDE QU’UN ÉLÉPHANT… LA SUITE NOUS LA CONNAISSONS TOUS!!!!!




    5



    3
      Abou Stroff
      24 septembre 2017 - 13 h 58 min

      c’est la grenouille qui voulait être aussi grosse qu’un boeuf. elle a fini par exploser




      6



      2
    sami
    23 septembre 2017 - 22 h 42 min

    L’HUMBLE COMMENCE par lui-même.« elmoumen yebda brouhou« .l’État devrat faire du menage chez lui avant de le proposer aux autres.




    9



    6
      Réponse à Sami
      24 septembre 2017 - 8 h 06 min

      Adresse ces vœux à commencer par toi-même. Le gros problème chez les algériens qui commentent devrait faire preuve d’humilité. Une valeur totalement inconnue dans votre éducation.




      7



      4
    Aicha Benguendouze
    23 septembre 2017 - 22 h 33 min

    C est ce que demande le President des USA Donald Trump….mais il y a yne question de fric aussi…qui paye quoi…?




    7



    0
    Anonyme
    23 septembre 2017 - 21 h 27 min

    BRAVO BRAVO ET ENCORE BRAVO MONSIEUR MESSAHEL.
    VOILÀ COMMENT IL FAUT LEURS PARLÉ À CES HYPOCRITES.
    FINI D’ARRONDIR LES ANGLES DE MÉNAGÉ CES ASSASSINS FAISEURS DE MORTS ET DE MISÈRES.




    11



    5
    Anonyme
    23 septembre 2017 - 20 h 18 min

    L’Algérie appelle à une «réforme radicale» des structures de l’ONU. OK ! Bravo M. Messahel.
    « Madame l’ONU » peut elle aussi nous rétorquer :
     » D’accord mais commencez par réformer radicalement votre mode de gouvernance, nous vous suivrons après. D’ailleurs comme j’y songe depuis longtemps je vais vous en faire la primeur: je n’accepterai désormais en mon sein que les régimes qui appliqueront à la lettre Ma Constitution à savoir la pleine application de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen avec ce que cela suppose de libertés individuelles et collectives, politiques, d’expression, de pensée, de conscience, d’égalité, de séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, de démocratie réelle avec l’alternance au pouvoir au bout de 2 mandats maximum (2 x 4 ans comme aux USA) et la non transmission dynastique du pouvoir. Je n’accepterai désormais que les vrais régimes républicains du style US ou des monarchies parlementaires du style couronne d’Angleterre. Quant aux spécificités qu’invoqueraient les uns et les autres pour se distinguer j’accorderais des marges de manoeuvre légères, légères… »




    13



    3
    Nasser
    23 septembre 2017 - 20 h 07 min

    L’Algérie doit aussi « réformer radicalement » les institutions, certaines lois, le choix des responsables ainsi que le mode de gouvernance! Tout est bloqué par obsolescence!




    12



    1
      Diogéne
      23 septembre 2017 - 21 h 15 min

      si l’ONU accède à votre demande  » elle peut déménager de Mahattan et louer un petit bistrot à Greenwich village car ce sera suffisant pour réunir ses membres ,une dizaine au plus les USA en moins car tout n’est pas vert dans ce pays , sauf Dieu dollar.




      4



      2
    FLN Canal historique
    23 septembre 2017 - 17 h 29 min

    Elle devrait d’abord se retirer de la pseudo Ligue Arabe et cesser de cotiser au profit des enfants et familles des responsables Egyptiens. L’ONU est connue de son pourrissement depuis sa création elle est toujours dirigés par le lobby sioniste. M.Msahel évite de parler de la Ligue Arabe et continu à verser annuellement l’argent des algériens qui vont dans les poches du clan de Sissi




    9



    2
    anonyme
    23 septembre 2017 - 16 h 41 min

    L’Algérie appelle à une «réforme radicale» des structures de l’ONU
    Les algériens appellent à la transparence dans la gestion des dépenses des ministères
    Ils appellent la Cour des Comptes à controler les dépenses abusives, dans les ministères, et particulièrement
    Le Ministère des Affaires étrangères, Ministère des missions, voyages, conférences, et congrès bidons, inutiles, et sans lendemain
    Qui grèvent lourdement le budget de fonctionnement de l’état algérien, avec ses déficits abyssales, et ses effectifs pléthoriques
    Improductifs, et non rentables
    (gaspillages divers, consommations diverses, bons de carburants, voitures très couteuses, et rutilantes, charges diverses inutiles ?!,…..)




    15



    5
    Elkhayam
    23 septembre 2017 - 15 h 34 min

     » «réforme radicale» des structures de l’ONU  » réformez mon œil oui ! Réformez déjà votre système de gouvernance, votre religion belliqueuse , vos notions de la citoyenneté en Algérie pas celle du croyant , et puis l’ONU c’est une autre paire de manche .




    17



    6
    Yeoman
    23 septembre 2017 - 15 h 31 min

    Il semble que tout le monde ici est d’accord pour dire que notre pays est mal placé pour demander des réformes à l’ONU. Je pense, personnellement, que l’Algérie, de par ses positions plus que courageuses en ce qui concerne certains foyers de tensions politiques et autres injustices honteuses, est bien placée pour parler et dire BASTA.




    15



    3
    Abou Stroff
    23 septembre 2017 - 15 h 15 min

    L’Algérie appelle à une «réforme radicale» des structures de l’ONU! j’adhère totalement à ce slogan ô combien pertinent. en effet, au regard de « notre » expérience », je suggère à madame l’ONU d’appliquer les dispositions suivantes (la liste étant, bien évidemment non-exhaustive):
    1- le secrétaire général doit être désigné à vie
    2- le nombre de représentants permanents au conseil de sécurité doit être ramené à deux (le secrétaire général peut, si les conditions l’exigent, faire appel au taj de ghoul et au machin de benyounès qui pourraient être secondés par le msp, pour prendre les décisions qui s’imposent)
    3- nommer ouyahia porte parole de l’ONU, avec sa faconde remarquable, h’mimed pourrait entrainer l’entité sioniste à renoncer à son arsenal nucléaire.
    4- quant au terrorisme, il serait pertinent d’amnistier tous les terroristes, de leur fournir une prime d’installation et de les insérer dans les commerces formel et informel.
    5-………..
    PS: je me demande qui va écouter le représentant d’un pays en quasi faillite?




    20



    9
    karimdz
    23 septembre 2017 - 15 h 13 min

    Messahel est un excellent ministre des affaires étrangères, quand c est bien il faut le dire aussi. Il est presque sur tous les fronts, et il devient même incontournable.

    Sa proposition de restructuration de l ONU qui devrait être également élargi au conseil de sécurité est d actualité et nécessaire. Mais hélas, cette démarche risque de se heurter à certaines puissances occidentales qui ne voudront pas céder de leur influence et leur poids sur ces deux structures.

    Il faudrait déjà commencer par transférer le siège de l ONU dans un pays neutre pour commencer…




    9



    10
    Anonyme
    23 septembre 2017 - 14 h 37 min

    Oui de profondes réformes de l’ONU sont nécessaires et indispensables pour l’avenir de l’humanité menacée de disparition à moyen voire à court terme. Les savants les plus optimistes n’accordent que 100 ans à l’espèce humaine et d’autres espèces animales ou végétales avant leur extinction définitive de la planète. Les causes elles sont au nombre de 4 :
    1) la surpopulation ( en 2100 la population mondiale aujourd’hui à 7,4 milliards atteindra 11 milliards, l’Afrique aujourd’hui à 1,2 milliards passera à 4,2 milliards avec le Nigéria à plus de 400 millions, le Niger à plus de 200 millions, le Mali à plus de 100 millions !)
    2) la pollution avec ses multiples impacts sur la santé et la vie en général ( chaque année la date du dépassement écologique avance de 10 jours, cette année elle est arrivée le 02 août. La planète est donc en déficit depuis cette date et il aurait fallu avoir 1,8 planète Terre pour maintenir l’équilibre écologique.)
    3) les changements climatiques (induits par les 2 points précédents) qui pourraient atteindre un point de non retour
    4) le creusement des inégalités entre les pays et les hommes
    5) le terrorisme qu’on devrait ajouter aux 4 points précédents
    En 1975 déjà devant l’assemblée des nations unies, l’Algérie avait appelé à un nouvel ordre économique mondial, pour éviter que des populations du sud remontent vers le nord !
    L’Algérie n’a pas été écoutée. Aujourd’hui avec le « nouvel ordre mondial » qui a démarré en janvier 1991 avec l’invasion puis la destruction de l’Irak par Georges Bush père qui a déclaré : « un nouvel ordre mondial vient de démarrer et il va durer 100 ans » , les migrants économiques et climatiques du sahel se ruent par centaines de milliers vers le nord. L’Algérie subit de plein fouet ces cohortes de subsahariens livrés à eux-même et vagabondant à travers tout le territoire national mettant en péril sa cohésion et sa stabilité.
    42 ans plus tard, l’appel de l’Algérie à l’ONU sera-t-il entendu ? Pas sûr , car pour que l’appel soit crédible, il faut d’abord se réformer soi même !




    7



    2
    oups
    23 septembre 2017 - 14 h 34 min

    on n’arrive méme pas à réformer notre système préhistorique et archaique …et on veut réformer l’Onu ? !!! waw elle est pas mal celle là !!!




    14



    7
    Anonyme
    23 septembre 2017 - 14 h 23 min

    Pourquoi un si long discours? Une phrase aurait suffit de la part de cet illégitime (parmi tant d’autres): »Faites ce que l’on dit pas ce que nous faisons! ».Monsieur Messahel,commencez par réformer votre pays et ensuite seulement vous pourrez parler du Monde,vous parlez de l’Afrique qui est sous représentée à l’ONU,mais le peuple algérien n’est pas sous représenté par le gouvernement mais pas représenté du tout!!




    13



    6
    MELLO
    23 septembre 2017 - 14 h 13 min

    @Hamoud Mostefaoui 23 septembre 2017 – 9 h 17 min
    Intervention de haute facture de notre Messahel à l’ONU. Il n’a fait que montrer les capacités d’un Algérien fort en observations et en politique .Dans le même sillage, que Mostefaoui, je dirais à Mr Messahel
    d’ appliquer ces réformes en premier lieu en son pays, livré à tous les maux qu’il a cités. Une réforme profonde des institutions de l’Etat, de toutes les institutions de haut en bas, en commençant par la présidence. D’ailleurs certains de ces observateurs présents sur place, ont du faire les mêmes remarques: Pourquoi il ne commence pas à balayer devant sa porte , au lieu de venir nous ressasser ses théories. L’ONU est comme une pieuvre où chacune de ses tentacules s’agitent , comme chaque pays membre, alors que son corps reste cette masse inerte , qu’est les USA.




    7



    4
    Felfel Har
    23 septembre 2017 - 13 h 02 min

    Les réformes de l’ONU sont comme le serpent de mer, faisant la une un jour puis dispaîssant des radars le lendemain; on en parle depuis des lustres. Elles sont justifiées depuis que les membres permanents du Conseil de Sécurité ont piraté toute l’institution pour la faire dévier de ses missions originelles. Le CS était investi de « la responsabilité du maintien de la paix et de la sécurité internationale ». Qu’en est-il aujourd’hui? Les USA, la GB et la France se sont donné le droit de déclencher des hostilités. La déclaration du 26 juin 1945 (acte de naissance des Nations Unies lors de la conférence de San Francisco) insistait sur « le principe de l’égalité souveraine des états membres et sur l’engagement à s’interdire le recours à la menace ou à la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout état. » Au vu des agissements des trois pays que j’ai mentionnés, il est clair que l’ONU fait fausse route. La loi du plus fort s’applique.
    Nous sommes loin des objectifs que s’étaient fixés les fondateurs de cette institution: 1- « Préserver les générations futures de la guerre », 2- Créer les conditions nécessaires au maintien de la justice », 3-à pratiquer la tolérance, à vivre en paix ». Sous la houlette de seulement trois membres, véritables états-voyous, n’en déplaise à Trump (dans un discours récent), les fondements de cette institution se sont écroulés. L’ONU n’est pas réformable, elle ne sert que les intérêts des plus forts, des plus riches et de ceux qui leur font des courbettes. Elle doit être repensée et rebâtie sur de nouvelles bases, en abolissant les privilèges (droit de véto, désignations des directeurs des organisations spéciales: PAM, OMS, etc…) privilèges qui signifient tout, sauf justice et démocratie. L
    e replâtrage et le bricolage de cette institution n’auront aucun effet sur la paix, la sécurite et la justice dans le monde. Ce sera le retour de la loi de la jungle! L’Algérie doit faire entendre sa voix.




    11



    1
      lakhdar
      23 septembre 2017 - 18 h 30 min

      Les trois pays que vous citez cher ami décident de tout sur terre et ils sont très mal placés pour parler de justices puisque c’est eux même qui peuvent se permettre de rayer un pays sur terre, eux seuls peuvent dessiner les cartes de pays sur le terre à leurs guises et de déclarer quels pays sont bons et d’autres mauvais (entendre par là les dirigeants s’ils sont dans leur collimateur sans aucune raison qu’eux même ne savent même pas pourquoi, c’est selon leur humeur du jour).
      Comment peut-on placer cette organisme dans un continent ou les autochtones ont presque disparu de la surface de la terre, les survivants vivent comme des parias de l’humanité et sans aucune lueur d’espoir.
      Il faut se rendre à l’évidence, la justice n’est qu’un rêve qui n’a jamais existé et n’existera jamais sur terre.
      Si dieu nous a donné la vie, d’autres dieux peuvent décider comment nous pouvons vivre sur terre!!!




      1



      2
    hrire
    23 septembre 2017 - 12 h 14 min

    Qui dit reforme dit automatiquement representation…




    2



    1
    anonyme
    23 septembre 2017 - 11 h 38 min

    L’Algérie appelle à une «réforme radicale» des structures de l’ONU
    Le F.M.I, et la Banque Mondiale appellent l’Algérie à une (( réforme radicale )) des structures de son économie, de ses finances, de son Fisc, de ses douanes, de son commerce extérieur monopolisé par des barons mafieux, uniquement pour les importations de l’inutile, Du futile, du non conforme, des consommations de tout, sans créations de nouvelles richesses pour diversifier son économie complétement fragilisée, malade, paralysée, et déséquilibrée. pétrole, rien que le pétrole dévalorisé, comme source d’entrée de devises…
    Un pays qui dépense sans compter de ses ressources rares et non renouvelables dans des missions bidons et sans interet(…)
    Conférences, congrès, rencontres, spectacles, festivités, festivals, missions, voyages couteux pour le trésor public et inutiles pour une économie souffrant de ces agissements et de ces comportements contraires à l’éthique (l’abus de trop,…)
    Il n’est pas facile de donner des leçons et de faire des reproches aux autres quand on est complétement à coté du cadre!!!




    17



    5
      yugarithen
      23 septembre 2017 - 12 h 15 min

      Bravo ,j’ajoute de vraies reformes politiques qui donneront une vraie assemblée nationale,un président qui donne l’exemple du respect de la loi et des institutions,un vrai conseil constitutionnel qui sera le surveillant sur tout dépassement,un chef du gouvernement avec de vrais pouvoir pas une marionnette fusible qu’on nomme,dégomme et renomme à la guise du dictateur,une armée de vrais professionnels qui ne s’occupera que de la défense et dont les dirigeants ne se mêleront ni dans le politique ni dans les affaires.ainsi on fera de l’Algérie un pays digne des sacrifices des martyres et vrais moudjahidines.




      11



      2
      Amitou
      23 septembre 2017 - 12 h 31 min

      La cle est entre les mains des consommateurs pour pour priviligier les produits made in Algerie,produits et eleves par les mains et la sueur de nos agriculteurs,de nos artisans et de nos jeunes entreprises.Boycottons tous les produits importes et superflus pour aider notre economie a se diversifier et a produire tout ce que nous avons besoin pour notre consommation.40 millions de consommateurs de produits Algeriens seraient une richesse Algerienne pour notre economie,Le deficit serait completement reduit et les reserves en devises trouveraient leurs utilisations dans la creation de richesse en Algerie.Cela s appelle du patriotisme .




      9



      5
    massinissa
    23 septembre 2017 - 11 h 09 min

    Le phenomene islamiste progresse grace à l’Etat qui inculque la charia dès lécole primaire. Outre l’arabisation qui sert à codifier la prédisposition au nul. Un acte criminel qui ne peut deboucher que sur la haine de la vie!




    12



    11
      Correcteur
      23 septembre 2017 - 11 h 46 min

      Hors sujet!!!




      6



      6
    yugarithen
    23 septembre 2017 - 9 h 24 min

    Oui pour être conséquent avec soi même, Messahel doit proposer, par exemple, la modification des dispositions concernant le mode d’élection du secrétaire général de l’ONU. à savoir l’élargissement du nombre de mandats, voire une élection à vie!!! (…)




    10



    14
    Hamoud Mostefaoui
    23 septembre 2017 - 9 h 17 min

    Ya khali Messaheh, yakhi bled, réformons d’abord notre pays et après on verra pour l’ONU !!! C’est pas possible ce culot d’un pays qui n’est même pas capable de gérer son propre bugdet et ses propres institutions qui donne des leçons à l’ONU ! C’est fou ce pays !!




    18



    17
    nono
    23 septembre 2017 - 7 h 26 min

    Regime Algerien toujours arrogant. Nous somme incapable de se reformer mais on a leculot de donner des lecons au monde




    22



    22
      bird
      23 septembre 2017 - 8 h 37 min

      Exact ,un diplomate de troisième rang d’un pays dirigé par un fantôme qui ne participe à aucune conférence internationale depuis 2013 ,devant des chefs d’états et de gouvernements démocratiquement élus donne l’illusion au peuple que la voix de l’Algérie est forte ,écoutée ,admirée ,et que l’on attendait son discours salvateur ,pour avancer et envisager des changements à l ‘ONU .Pour nommer des nouveaux membres permanents cela sera des conflits à n’en plus finir ,en Afrique si on envisage 2 postes ,il y aura 20 ptétendants qui se déchireront pendant des années ,Nigéria ,Ethiopie ,Algérie ,Maroc ,Kenya ,Afrique du Sud etc ….




      15



      13
      staifi
      23 septembre 2017 - 8 h 45 min

      المسلوخة تضحك على المذبوحة و المقطعة شبعت عليهم ضحك




      5



      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.