Nigeria : le chef de l’Agence du renseignement limogé pour corruption

Ayo Oke Nigeria
Ayo Oke, directeur général de l'Agence nationale du renseignement. D. R.

Deux hauts responsables du Nigeria, dont le directeur général de services des renseignement, ont été limogés pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, a annoncé ce lundi le bureau du président Muhammadu Buhari.

Le directeur général de l’Agence nationale du renseignement (NIA), Ayo Oke, et le secrétaire du gouvernement fédéral, Babachir Lawal, avaient été suspendus de leurs fonctions en avril et ont été limogés avec «effet immédiat», selon un communiqué de la Présidence.

Oke est soupçonné d’avoir détourné 43 millions de dollars (37 millions d’euros) destinés à la NIA. Cet argent a été retrouvé dans une résidence privée de Lagos. Lawal est, quant à lui, suspecté d’avoir accordé des marchés à des entreprises dans lesquelles il avait des intérêts pour des projets de reconstruction dans le nord-est du Nigeria en proie aux attentats et exactions du groupe terroriste Boko Haram.

Au Nigeria, premier exportateur de pétrole avec une moyenne de 2 millions de barils par jour, la corruption a gangréné toutes les époques, et tous les gouvernements depuis les années 1960. Buhari avait promis de mettre un terme à cette spirale infernale mais, depuis son élection en 2015, la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) révèle chaque semaine de nouvelles enquêtes, ouvre de nouveaux procès, gèle des comptes et des avoirs de personnes impliquées dans le détournement de milliards de dollars.

R. I.

Comment (4)

    Lyes Oukane
    31 octobre 2017 - 3 h 51 min

    Purée ! sont durs les Nigérians . Pour subtilisation de 43 millions $ ,chez nous tu deviens chef de daira . Si tu veux grimper les échelons ,il te faut  » aspirer  » d’une seule traite ,au moins quelques centaines de millions $ . Quant à devenir  » le cake des cakes  » il te faut arriver à voler tous les plus grands voleurs et avec le sourire sinon tu restes wali jusqu’à la prochaine épreuve de cleptomanie appliquée .




    0



    1
      Anonyme
      31 octobre 2017 - 21 h 00 min

      Lyes Oukane. En Algérie, il y a 535 daïras. En supposant que 200 chefs de daïras seulement sont kleptomanes, l’argent détourné s’estimera à 200x43millions $. Il y a plus de 50 walis, bien sûr tous kleptomanes disons avec un détournement de 50 millions $ pour chacun. Disons qu’il y a 30 ministres pour un détournement de 100 millions $ pour chacun. Rien que pour ça, on dénombrera plus de 14 milliards $ détournés. On estimera aussi la même somme détournée par le président, ses conseillers, les généraux, les PDG des entreprises publiques, des banques etc…Cela fait au total 28 milliards $ et si on convertit en dinars au cours officiel, cela donne 1600 milliards de dinars environ c’est à dire 1 600 000 de millions de dinars, c’est colossal ! Quand on dénonce des malversations, des forfaitures, un mal qui ronge une société, il faut observer une extrême rigueur pour rester crédible.




      1



      1
        Lyes Oukane
        1 novembre 2017 - 9 h 04 min

        @ anonyme . Tu as très bien compris le fond de ma pensée. Il ne sert à rien de noyer mon commentaire sous une arithmétique pour cacher la gabegie nationale ,tout le monde est au courant. Et quand bien même ses chiffres seraient vrais, je dirais encore qu’ils sont sous-évalués . Qu’est ce que 14 milliards de détournés quand les économistes parlent de centaines de milliards engrangés par l’Algérie en une décennie ? Des cacahuètes !




        0



        0
    Argentroi
    30 octobre 2017 - 20 h 46 min

    Bizarre, bizarre dans l’Algérie des mystères! Depuis des lustres que des commentateurs dénoncent sur ce site et ailleurs la corruption et les kleptomanes en Algérie mais ici rien, nada, walou. Pourtant le titre de l’article est accrocheur. Il suffisait à ces commentateurs, d’habitude si prompts à trouver une occasion pour dénoncer le système, de faire le parallèle avec le Nigeria pour enfoncer encore plus le système rentier algérien, comme ils disent, et la corruption ambiante. Peut-être qu’ils n’ont pas lu l’article et que je me fais des idées seulement; on se trompe souvent!




    1



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.