Nos frères du Sahel

Sahel subsaharien
Une mère subsaharienne et son enfant à Annaba. New Press

Par Sadek Sahraoui – Quoi que l’on dise, l’Algérie est l’un des rares pays dont la solidarité à l’égard de ses frères africains n’a jamais été prise à défaut. Et cela, depuis son accession à l’indépendance. Le président Bouteflika croit tellement au rêve de bâtir une Afrique indépendante et solidaire qu’il n’a, d’ailleurs, même pas jugé utile, ne serait-ce que pour la forme, de faire avaliser en 2013 par le Parlement sa décision d’effacer la dette de 14 pays du continent dont le montant cumulé est de 902 millions de dollars. Il en va ainsi de toutes les aides envoyées dans les régions qui en avaient besoin. Et elles ont été très nombreuses.

Pour ne parler que du Sahel, l’Algérie a répondu présent à chaque fois que le Niger, le Mali, le Burkina Faso ou la Mauritanie avaient besoin d’elle. Il n’y a pas très longtemps encore, le Croissant-Rouge algérien a été l’une des toutes premières organisations à avoir acheminé des tonnes de vivres et de médicaments à Niamey pour venir en aide aux populations touchées par les inondations. Nos frères du Mali savent certainement mieux que quiconque les importants moyens humains, matériels et financiers que l’Etat algérien déploie depuis de longues années pour empêcher que la sous-région parte en mille morceaux.

Est-il besoin de rappeler aussi les milliers de frères et sœurs africains qui ont été formés en Algérie aux frais des contribuables algériens ? Et ils sont très nombreux aujourd’hui encore à fréquenter gratuitement nos campus, nos instituts, nos centres de formation ou nos écoles militaires. Et cela continuera certainement encore longtemps, car, pour les Algériens, le panafricanisme n’est pas synonyme de folklore.

Malgré son engagement irréprochable en faveur de la libération et du développement du continent, l’Algérie fait bizarrement l’objet d’attaques régulières et sournoises de la part d’une certaine presse du Sahel. Il y a peu, un média malien, Le Journal du Peuple, est allé jusqu’à comparer l’Algérie à «l’apartheid». Rien que ça ! L’Algérie qui a formé Mandela et de nombreux autres militants de l’ANC et aidé à la libération de l’Angola, qualifiée de raciste. Qui l’eût cru ? Et pour quelle raison ? Les autorités algériennes ont reconduit aux frontières, dans les conditions les plus humaines qui soient, des ressortissants subsahariens entrés illégalement sur le territoire algérien.

L’Algérie possède un Etat qui veille au grain et fait respecter ses lois. Que nos frères du Sahel le sachent !

S. S.

Comment (22)

    Anonyme
    1 novembre 2017 - 0 h 27 min

    Nos frères ? Non ! Le terme est trop fort. Nos amis ? Non plus ! Le terme est encore exagéré. Nos voisins du Sahel plutôt oui et qui doivent comprendre qu’ils doivent en finir avec cette mentalité d’éternels assistés.




    8



    2
    Observateur
    31 octobre 2017 - 23 h 51 min

    Il faut leur octroyer la nationalité algérienne. C’est la seule façon de résoudre une partie de ce problème.
    Les Maliens entrant en Algérie ne sont pas soumis à un visa. Ils sont libres d’aller et venir comme bon leur semble. Les Maliens doivent avoir des facilités pour bénéficier de la nationalité algérienne après un séjour régulier en Algérie. Les Maliens sont très proches des Algériens.
    Les Nigériens sont soumis à un visa parce que le Niger a toujours imposé un visa pour l’entrée des Algériens sur son territoire sur injonction de la France, laquelle garde dans ce pays de très importants intérêts miniers (l’uranium des 57 réacteurs nucléaires français). Leur cas est un peu compliqué et l’étude de leurs dossiers doit se faire au cas par cas.
    Pour les autres ressortissants d’Afrique subsaharienne, notamment ceux d’Afrique de l’Ouest, il semble que leur séjour en Algérie n’est qu’une étape pour passer en Europe.




    3



    9
      Anonyme
      1 novembre 2017 - 11 h 56 min

      Leur accorder la nationalité algérienne ! Rien que ça et en vertu de quoi ? Manquons nous à ce point d’habitants sur notre territoire ? Nous n’arrivons même pas à subvenir aux besoins élémentaires (nourriture, soins, éducation, logement, travail) d’une bonne partie de notre population qui compte plus de 70 % de jeunes de moins de 30 ans. L’Algérie n’est pas l’Allemagne, l’Algérie est malheureusement un pays sous-développé.




      10



      2
    Felfel Har
    31 octobre 2017 - 23 h 41 min

    Il ne faut accorder aucun crédit à des articles élaborés et faxés par des officines françaises à des journaux africains aux fins de publication pour ternir l’image de marque de l’Algérie. Il appartient à nos diplomates de demander aux pays du Sahel de démentir publiquement de telles rumeurs. Leur refus de le faire serait un aveu de leur complicité. Il nous appartiendra alors d’en tenir compte en réévaluant nos relations avec eux. Edharbou a3raf madherbou!




    11



    0
      Anonyme
      1 novembre 2017 - 12 h 09 min

      Plus que ça ! Ils doivent être convoqués en urgence par nos autorités pour démentir leurs propos infâmes, nous remercier et présenter des excuses officielles, sinon revoir nos relations avec eux.




      7



      0
    abdel
    31 octobre 2017 - 19 h 08 min

    remercions notre président qui dans ses rares moments de lucidité a éffacé la dette de certains de ses pays qui nous veullent bien sur que du bien,et comme ancien diplomate,il devrait,et toujours dans ses moments de lucidité, connaitre cette maxime, »les nations n’ont pas d’amis,mais que des intérets »




    11



    2
    Anonyme
    31 octobre 2017 - 19 h 00 min

    La situation est très grave mais pas désespérée, il faut d’abord prendre conscience de l’ampleur de ce tsunami migratoire subsaharien . qui a submergé l’Algérie du sud au nord et d’est en ouest.
    Ce tsunami est appelé à être suivi par d’autres de plus en plus importants et ce n’est pas les timides et insignifiantes reconduite de quelques centaines d’individus une fois tous les 6 mois qui vont les endiguer.
    Il y a 3 mois et en une seule journée 8000 africains sont rentrés frauduleusement chez nous.
    Ce déferlement inouï de mendiants africains sur notre sol sous le fallacieux prétexte de guerre an nord Mali ou de misère au Niger, a montré ses véritables objectifs à partir de l’année 2012. Il s’agit purement et simplement de substituer à la population autochtone algérienne, par colonisation de peuplement une population étrangère originaire du sahel. Des lobbies qui veulent notre disparition pure et simple ont fait croire à ces envahisseurs incultes et parasites qu’en Algérie ils sont chez, et que nous autres Algériens nous serions venus du moyen orient coloniser cette partie de l’Afrique. A lire : ‘ la lice et sa compagne’ fable de La Fontaine.




    12



    0
    Mello
    31 octobre 2017 - 17 h 29 min

    Nos freres du Sahel, est beaucoup mieux que de dire nos freres arabes. Qu’on le veuille ou pas, nous sommes le plus grand pays d’Afrique et nous sommes la «  Suisse » de cette Afrique. La population du Mali, du Niger, du Tchad n’est elle pas , en majorite des amazighs ? Donc dire nos freres du Sahel n’est vraiment pas deplace.
    Quant au geste de Bouteflika, c’est l’expression d’un pouvoir personnel et que meme s’il venait a passer cette mesure devant l’assemblee nationale, ils seront minoritaires ceux qui diront NON.




    17



    13
      Anonyme
      31 octobre 2017 - 19 h 35 min

      Le génôme du nord africain contredit vos affirmations sur la fraternité de l’algérien avec le sahélien.
      Quant à parler d’assemblée nationale, elle a cessé d’exister depuis le coup de force contre le GPRA.




      13



      1
        Mello
        3 novembre 2017 - 11 h 02 min

        De quel genome vous parlez ? L’origine du Nord Africain est commune a toute la race humaine, puisque le premier humain , d’apres les chercheurs , vient de cette Afrique ( Somalie ou Ethyopie). Mais de cette evolution, nait une idendite, une culture que des franges de populations se partagent. C’est ainsi que le Sahel et l’Afrique du Nord partagent des pans entiers d’identite et de culture, sans parler de langue, bien apres est venue la religion.




        0



        1
          Kamel
          4 novembre 2017 - 18 h 04 min

          Les chercheurs ont un beau rôle et surtout de garder leurs statues de super savants.
          C’est comme ceux qu’on appelle les islamistes, ils se croient des soldats de notre prophète et visiblement, dans leurs délires, ils le côtoient quotidiennement au point de savoir comment il fait ka… et pi…
          Personnellement, je ne cois aucunement à leur théorie si ce n’est de nous faire croire ce qu’ils veulent qui est celle de réparer la monstruosité de leur ancêtres.




          0



          0
          Anonyme
          5 novembre 2017 - 8 h 54 min

          Petite précision, Mello. J’apprécie votre  » L’origine du Nord Africain est commune a toute la race humaine ». Cependant l’origine du premier Homo sapien n’est pas de l’ethiopie/somalie puisqu’il est prouvé très récement etre de jebel irhoud au Maroc et se trouve ainsi plus nord africain qu’on le pensait. L’histoire n’est pas encore terminée…




          0



          0
          Mello
          5 novembre 2017 - 9 h 28 min

          Non, ya Kamel, il ne faudrait pas cracher sur le savoir, sur les connaissances et sur les sciences. Ces chercheurs , n’ont pas fait l’universite Algerienne, ils n’ont jamais ete chasseurs de modules a tout prix , ils n’ont eu personne pour leur donner leurs diplomes. Alors , cessons ce genre d’hypocrisie pour cette classe d’intellectuels qui ne dorment que 2h sur 24h. La science avance grace a ces gens de haut niveau.




          0



          0
          Anonyme
          5 novembre 2017 - 20 h 13 min

          Désolé Lucy (afrique de l’ouest , 3,7 millions d’années) n’est pas l’ancêtre de l’humanité. Des travaux récents ont mis à jour la fossilisation en Crète d’un humain plus ancien que Lucy, ce qui revient à dire que cette fraternité énoncée sans preuve est une chimère.




          0



          0
    Abou Stroff
    31 octobre 2017 - 14 h 57 min

    « Nos frères du Sahel » titre S. S..
    non, monsieur, la notion de frère rappelle une ère révolue où une forme de romantisme « révolutionnaire » occupait la place de l’analyse concrète d’une situation concrète.
    Primo, comme tout état qui se respecte, l’algérie n’a pas de frère (et encore moins une soeur) mais des intérêts palpables et quantifiables qui doivent être défendus, bec et ongles par nos augustes dirigeants (j’avance en passant que bouteflika n’avait nullement le droit d’effacer la dette des 14 pays africains, car, usqu’à preuve du contraire, la dette ne représentait point ses fonds propres).
    deuxio, nous devons faire preuve de réalisme et admettre que, contrairement à nos voisins, l’état physique de notre bienaimé fakhamatouhou national constitue un handicap majeur quand il s’agit de défendre nos intérêts nationaux.
    moralité de l’histoire: agissons en tant qu’Etat puissant et montrant notre puissance pour ne pas être obligés d’en faire usage.




    13



    7
    Anonyme
    31 octobre 2017 - 12 h 53 min

    Je préfère au terme très démagogique de « nos frères » le terme plus réaliste de « nos voisins ». Il ne sert à rien d’user de certains qualificatifs galvaudés et de faire le beau devant ces gens là qui ne prennent pas de gants avec nous . Il est superflu de citer les innombrables cas de croche-pieds et de coups de Jarnac que ces ingrats nous ont administrés depuis des décennies . Il faut leur rappeler qu’ils ne trouveront nulle part dans le monde la générosité désintéressée du pouvoir et du peuple Algérien. Leurs gouvernements devraient présenter des excuses officielles au pouvoir et au peuple Algérien et venir eux-mêmes récupérer leur ressortissants entrés frauduleusement chez nous.
    Nous sommes entrés dans l’ère de la mondialisation où l’angélisme n’a plus cours et devient même mortel. C’est « donnant donnant » et à l’Algérie personne ne fait de cadeau. Aujourd’hui l’Algérie est comme ce nageur épuisé qui lutte avec les flots pour maintenir sa tête hors de l’eau, il est donc du devoir patriotique de ne pas lui coller des boulets à ses chevilles qui l’engloutirait à jamais.
    Réalisme oblige il est de toute première urgence vitale de reconduire chez eux tous les migrants clandestins (vrais mendiants et faux coopérants), et mettre sur pied une véritable coopération « gagnant-gagnant » avec nos voisins du sahel. Nous pouvons leur envoyer des coopérants techniques (médecins, ingénieurs, techniciens, professeurs), leur vendre des produits finis (tracteurs, grues, bus, produits électroménagers, etc…) et leur acheter des minerais nécessaires à notre industrie.




    18



    4
    Viva l'Aldjérie
    31 octobre 2017 - 10 h 50 min

     » Nos frères du Sahel ». Mon oeil !




    18



    4
    anonyme
    31 octobre 2017 - 10 h 12 min

    les occidentaux agissent de la même façon ;  » aide au développement  » oui !
    mais libre circulation des personnes non !
    il faut reconnaitre que les institutions et organismes en charge du traitement des « clandestins » (comme les africains en Europe ) manquent d’orientations et de formation pour ce genre de missions hautement humanitaires ; on ne peut plus cacher quoi que ce soit !




    14



    3
    Chemseddine
    31 octobre 2017 - 9 h 44 min

    Ne pas oublier que les sbires du Roitelet M6 existent dans pas mal de pays africains et notamment dans le monde de la presse.




    15



    4
    bougamouss
    31 octobre 2017 - 8 h 46 min

    Le temps de l’amitié est révolu.Il faut faire comme tout le monde: Investir, vendre et acheter.Et rien donner.




    25



    4
    Anonyme
    31 octobre 2017 - 8 h 12 min

    Nous perdons notre temps et notre argent avec ces gens-là. Nous devrions nous occuper de nos affaires et nous préoccuper de la situation de plus en plus déplorable de l’Algérien lambda.




    22



    7
    Chaoui
    31 octobre 2017 - 4 h 23 min

    Commentaires, observations et rappels de bon aloi. Vrais et justes.
    Rappel d’un petit événement à nos détracteurs témoignant de notre identité :
    http://news.abidjan.net/h/434376.html




    16



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.