Guterres demande au Conseil de sécurité de soutenir le G5 Sahel

Sahel
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU. D. R.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé cette semaine au Conseil de sécurité de soutenir la création d’une force militaire conjointe dans la région du Sahel. «J’invite le Conseil à faire preuve d’ambition au moment de prendre sa décision. Un soutien politique fort au Groupe des cinq (G5) dans le Sahel et une aide matérielle et opérationnelle adaptée à l’ampleur de la tâche sont essentiels», a-t-il déclaré au Conseil de sécurité au cours d’un débat de niveau ministériel.

Le G5 comprend le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauritanie, des pays qui ont créé une Force conjointe pour lutter contre une menace terroriste croissante dans la région du Sahel, en Afrique de l’Ouest. Etant donné l’évolution rapide de la situation et les risques de contagion généralisée dans la région, ne pas agir pourrait avoir des conséquences graves pour la région et au-delà, a averti M. Guterres. Il s’est dit préoccupé par la situation dans la région du Sahel c «La pauvreté, le sous-développement et le changement climatique ont contribué à l’émergence de graves crises humanitaires et sécuritaires. La faiblesse des institutions, l’exclusion et la marginalisation de certains groupes sont exploitées par les extrémistes et les terroristes. La porosité des frontières ne fait que faciliter le trafic d’êtres humains, d’armes et de drogues, entre autres activités criminelles.»

Le secrétaire général de l’ONU a souligné que la création de la force conjointe du G5 dans le Sahel attestait de la détermination de ces cinq pays à travailler de concert pour faire face à la menace. «Aujourd’hui, nous avons l’occasion de les soutenir et d’inverser ensemble le cours des événements», a-t-il ajouté.

S. S.

Commentaires

    Anonyme
    31 octobre 2017 - 13 h 00 min

    Il faut soutenir absolument cette demarche de Mr Guterres,pour la creation d une force conjointe africaine du G5 dans la region du Sahel,afin de lutter contre le terrorisme,le trafic d’êtres humains, d’armes et de drogues, et toutes les activités criminelles et exiger le depart des unites speciales de pays autres que les forces africaines du G5 .La diplomatie Algerienne doit s investir pour realiser l appel de Guterres.,




    2



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.