L’UGTA et le patronat réitèrent leur soutien à Bouteflika pour «une Algérie émergente»

Sidi Bouteflika
Sidi Saïd en compagnie du président du FCE, Haddad Ali. New Press

Par Hani Abdi En réaction au message du président Bouteflika à l’occasion du 63e anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération nationale, l’UGTA, le FCE et les autres organisations patronales expriment leur satisfaction de la gouvernance du chef de l’Etat.

Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, l’UGTA et le patronat affirment avoir accueilli «avec le plus grand respect et la plus grande considération» le message du chef de l’Etat. Ils affichent ainsi leur fidélité à l’esprit de Novembre 1954, «une date de fondation de l’histoire contemporaine algérienne». «Nous restons fidèles à nos prédécesseurs qui ont bravé le colonialisme pour le recouvrement de sa souveraineté, son indépendance et sa liberté à notre peuple artisan de la lutte de libération nationale au prix d’un million et demi de martyrs», lit-on encore dans la même déclaration.

L’UGTA et le patronat relèvent dans ce sillage la vision du président Bouteflika pour une Algérie émergente. «Votre noble vision pour une Algérie émergente à la hauteur de ses ressources et à la mesure des ambitions légitimes de notre peuple nous exhorte dans notre détermination sans faille à fournir les efforts nécessaires et indispensables pour relever le défi du développement économique et social en coordination avec le gouvernement», ajoutent l’UGTA et les organisations patronales selon lesquelles, la présidence de Bouteflika «a été celle du travail, de la réalisation, de l’effort dans l’innovation et de l’anticipation». L’UGTA et les organisations patronales ont rappelé les bienfaits de la réconciliation nationale «conçue» par le président Bouteflika. Elles ont également rappelé le dialogue social au niveau national «sollicité, selon ces organisations, au niveau international».

H. A.

Comment (32)

    Zaatar
    3 novembre 2017 - 10 h 56 min

    Quand on les voit assis l’un à côté de l’autre on sent la science… et le savoir.




    2



    0
      Mello
      3 novembre 2017 - 12 h 46 min

      Les sciences et le savoir chez chez gens la, c’est comme la terre et jupiter. Moi, je dirais que Haddad demande a Sidi Said , pourquoi il n’a pas la brochure du FCE ? (…)




      1



      0
        Mello
        3 novembre 2017 - 16 h 33 min

        Il n’y a pas de honte a dire que Sidi ne sait pas lire. En fait quel est son diplome ?




        0



        0
    Zaatar
    3 novembre 2017 - 10 h 55 min

    Mais quand est ce que la paire Haddad – Sidhoum Said sera nominée pour le Nobel de Gestion – Économie? Avec tout ce qu’elle a démontré comme savoir et savoir faire dans le domaine cela devrait faire longtemps depuis qu’elle aurait du avoir le Nobel… ils sont jaloux de nos deux valeureux scientifico-technocrates-chercheurs-gestionaires à savoir tout faire… en plus ils chantent « avec ma gueule de métèque » de moustaki… pas de quoi en rire…




    2



    0
    Anonyme
    2 novembre 2017 - 21 h 30 min

    ces zigotos sont encore la ?




    4



    0
    tangoweb 54
    2 novembre 2017 - 14 h 19 min

    franchement comment voulez vous que notre pays s en sorte avec des gens pareils, Monsieur Benhamouda Allah yerhamou se retourne dans sa tombe en voyant un mec pareil a la tête de l UGTA




    7



    0
    impartial.monsieur@gmail.com
    2 novembre 2017 - 13 h 52 min

    Union Gouvernementale de Truands Algériens!




    9



    0
    hrire
    2 novembre 2017 - 9 h 41 min

    L’Algerie s’ecroule jour apres jour comme ce chateau de cartes ou meme la Somalie nous a dans son retroviseur. Et cet energumène parle d’Algerie emergente. Au lieu de soutenir ceux qui creent l’emploi et sont bloques, il se met du cote de celui qui les bloque.




    8



    0
    Mus
    1 novembre 2017 - 23 h 47 min

    Un duo dangereux, anachronique et antinomique, antinational et antipatriotique que ce duo …Dans un pays de logique, tout ou presque devrait les opposer. L’un est sensé défendre les travailleurs (employés) et l’autre, les patrons (employeurs). Les deux catégories socio-professionnelles devraient plutôt avoir des intérêts contradictoires même s’ils sont complémentaires. Mais dans ce pays dirigé par des khobzistes qui ne vivent pas par l’effort et l’intelligence mais grâce a la soumission et au larbinisme, il est normal de voir ce duo … qui se sucrent sur le dos du contribuable s’entendre, prêter allégeance au puissant du jour et renier des principes qu’ils ne possèdent pas. Pauvre Algérie, une fois encore! Ca donne la nausée!




    12



    1
    L'HOMME DE CROMAGNON
    1 novembre 2017 - 23 h 19 min

    Quand un pays se prépare pour son avenir, avec des analpha_bétes!!! ça donnera quoi à votre avis ?




    13



    0
    WhatsApp !!!
    1 novembre 2017 - 22 h 33 min

    moi je ne peux pas comparer des beznassiya , avec des ENTREPRNEURS tels que Mark Zuckerberg , Steeve Jobs , Bill Gates ….qui ont changé le monde radicalement !!!




    9



    0
    Allah yastor
    1 novembre 2017 - 22 h 32 min

    Où sont-ils allés trouver ce mot, « émergente »? Une actrice aurait pu dire: « émergente, émergente? ai-je une gueule d’émergente? ». Dans tous les cas de figurent, ils ont la hantise que l’Algérie soit… »EFFERVESCENTE » et elle n’en est pas loin.




    8



    0
    WhatsApp !!!
    1 novembre 2017 - 22 h 31 min

    faut faire la différence entre des : beznassia d’un coté , et des ENTREPRENEURS ayant réussi à changer la face du monde et le cours de l’histoire , j’ai nommé les Mark Zuckerberg , Steeve Jobs , Bill Gates , Segey Brin ….et des centaines d’autres qui se considèrent juste comme de simples citoyens du monde et surtout pas des chiya……
    rien que WhatsApp ( appartennant actuellement à Zuckerberg ) nous économisent des millions en communication….comparé aux autoroutes cabossés et surtout trés mal signalées ….




    6



    0
    Anonyme
    1 novembre 2017 - 19 h 57 min

    L’UGTA défend les travailleurs ou le patronat ? J’espère que quelqu’un me fournira la réponse à cette question qui me turlupine depuis un bout de temps




    9



    1
      Anonyme
      1 novembre 2017 - 22 h 18 min

      La réponse est claire comme de l’eau de roche : Il défend ceux qui lui saupoudrent quelques miettes de la rente et lui garantissent l’immunité.




      7



      0
      citoyen algérien
      1 novembre 2017 - 22 h 51 min

      par ce que tu prend l’ugta pour un syndicat ouvrier? détrompes toi mon ami. ugta fait parti du pouvoir, c’est une « composante », le seul « syndicat » reconnu, il est encore au parti unique si les gens n’ont compris.




      4



      0
      Anonyme
      2 novembre 2017 - 21 h 53 min

      L’UGTA est comme le perti de Louisa Hanoune: Les travailleurs dont ils se prévalent, il n’y a que Louisa et Sidi qui les ont vus




      1



      0
    AL-KHANAFISSE
    1 novembre 2017 - 19 h 21 min

    BIGLEZ ET RELUQUEZ UN PEU CES DEUX PERSONNAGES FOSSOYEURS DE LA PAUVRE ALGÉRIE LIBÉRÉE DU JOUG COLONIAL PAR DES FEMMES ET DES HOMMES DONT LE SACRIFICE N’A AUCUNE COMMUNE MESURE DANS LE MONDE.
    ET VOILÀ QU’À L’INDÉPENDANCE CE PAYS EST TRANSFORMÉ EN UN IMMENSE ESPACE OU LA PRÉDATION ET LA CORRUPTION SONT LES SEULES CLEF DE VOÛTE DE LA RÉUSSITE. C’EST TRISTE DE VOIR UNE BANDE D’ILLETTRÉS TRILINGUE S’AUTOPROCLAMER DÉCIDEURS DE PROGRAMME, CONJOINTEMENT AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. CESSEZ DE MENTIR ET DE TROMPER VOTRE MONDE, CAR SI LE PRÉSIDENT ÉTAIT CONSCIENT IL VOUS AURAIT BOTTÉ LE…




    11



    2
    Judas
    1 novembre 2017 - 19 h 16 min

    Le contraire nous aurait étonné.




    9



    2
    nasser
    1 novembre 2017 - 18 h 32 min

    vous dites….. »Nous restons fidèles à nos prédécesseurs qui ont bravé le colonialisme pour le recouvrement de sa souveraineté, son indépendance et sa liberté à notre peuple artisan de la lutte de libération nationale au prix d’un million et demi de martyrs», lit-on encore dans la même déclaration.
    les algériens et algériennes qui ont bravé le colonialisme avaient soif de justice, de liberté et avant des idéaux. votre déclaration et vos comportements de voyous sont des insultes à leurs mémoires et du mépris à notre égard.




    10



    1
    Nourredine
    1 novembre 2017 - 17 h 33 min

    ….  » L’UGTA et le patronat réitèrent leur soutien à Bouteflika » … mais qui penserait un jour le contraire ??? Tout le monde sait aujourd’hui que le FCE et l’UGTA sont des partis politiques du pouvoir (oui je dis bien des partis politiques) au même titre que le FLN, le RND, le TAJ et le MPA.




    19



    0
    Hamid
    1 novembre 2017 - 17 h 33 min

    L’indépendance sert surtout à ce que eux prennent la place des colons en faisant des choses plus cruelles,
    à savoir que ceux qui se sont sacrifiés pour notre liberté ne l’auraient pas fait s’ils savaient de quelle manière notre pays serait géré.
    C’est facile pour eux de jouer les industriels en pompant les ressources naturelles quand d’autres pays font rentrer des milliards de devises pour faire fonctionner toute l’économie nationale.
    C’est à croire que nous sommes dans l’abondance économique et tous nos besoins vitaux sont plus qu’ assurés par l’état comme si nous étions des handicapé physiques et mentaux.
    Très franchement, je me demande qu’est-ce qu’ils apportent à notre pays si ce n’est d’être comme des rapaces parce que faire comme eux est à la portée même d’un âne (bien que l’animal est beaucoup plus noble et rend de multitudes de services à l’humain)




    12



    1
    Zaatar
    1 novembre 2017 - 17 h 16 min

    Aussi nous connaissons en partie ceux qui depecent le pays. Il faut rajouter quelques casquettes. Avec la paire Haddad – sidhoum sais, experts en économie et en gestion du pays soyez en sur qu’ils nous conduiront à bon port.




    13



    2
    Anonyme
    1 novembre 2017 - 17 h 15 min

    Ils semble que le syndicat et le patronat ont compris que les temps sont difficiles et l’etat a besoin de toutes ses ressources pour faire face. Il faut que d’autres forces patriotiques se joignent à eux pour construire un large consensus national. Les aveux de l’ancien ministre quatari sur la BBC, concernant les plan de destabilisation de beaucoup de pays ne relève pas que de la panaroia. Y a eu bel et bien un plan diabolique pour destabiliser y compris l’algérie à travers le financement de la chaine El Magharibia qui passait en boucle un discours nihiliste alimenté par des soi-disants opposants.




    6



    12
      Anonyme
      1 novembre 2017 - 23 h 04 min

      D’abord, il faut avoir du respect pour l’État. Et pour ce faire, on doit l’écrire avec un «É» majuscule, puisque c’est ainsi qu’il s’écrit, et non pas avec un «e» minuscule.
      Ensuite, l’État est une notion abstraite puisqu’il n’est pas personnalisable, comme le font beaucoup malheureusement.
      «Bouteflika c’est « eddoula », la police c’est « eddoula », l’armée, le ministre, le fonctionnaire.. etc. Mais tout ce beau monde ne sont d’aucune manière l’État. Ils occupent des fonctions au sein de l’État, mais ne sont aucunement l’État. Même Bouteflika ne saurait être l’État, puisqu’il y occupe seulement la fonction de chef de l’État.
      Sinon, selon ce raisonnement erroné, pourquoi ne dirait-on pas alors, qu’un PDG d’une entreprise est l’entreprise elle-même ? Qu’il en est les murs, les actifs, le personnel, les machines et les engins… ? Ou, si tu préfères mieux, que Ali Haddad c’est l’ERTHB ? Même si au fond de lui-même il en est même arrivé à croire, lui aussi, qu’il est devenu l’État !
      Mais ça, c’est une autre paire de manche qui dépasse l’entendement du meilleur des laudateurs.




      3



      0
    Anti khafafich
    1 novembre 2017 - 17 h 09 min

    La sauce du premier novembre est devenue indispensable pour faire passer la pilule ! Que faites vous des diplômés par milliers qui se bousculent devant les consulats du monde pour quitter le pays du 1er novembre ? Ou bien ca vous arange que le pays se vide pour qubil soit livre aux charognards incompetents moches et mechants ?




    15



    3
    dz
    1 novembre 2017 - 16 h 47 min

    Sidi-said est le FCE ont une amitié contre nature très profonde.
    Sidi-said est le syndicat du FCE.




    21



    1
      Anonyme
      1 novembre 2017 - 17 h 27 min

      c est la conjoncture internationale et les dangers qui rodent qui exigent ce consentement mutuel entre les syndicats et le patronat,car il y a aussi un defi important a relever,celui de sortir de la dependance des hydrocarbures dans les dix prochaines annees.Tout doit etre regle a l amiable par le dialogue,les conflits entre patronat et syndicat sont extremement nefastes a l investissement, et destabilisent completement les projets de developpement.
      Je pense que les syndicats et le patronat ont demontre leur maturite politique pour sauvegarder l interet general de notre Patrie.




      1



      17
        Anonyme
        1 novembre 2017 - 17 h 47 min

        «Ils ont démontré leur maturité politique» ???
        Tu es vraiment sérieux ?
        Tu veux ainsi nous convaincre que ceux-là même qui ont dépèce le pays et dilapidé ses richesses à tous vents, au détriment des intérêts supérieurs de l’État, sont donc capables de faire preuve de… «maturité politique» ?!
        Cet espace m’interdit malheureusement de dire ce que je pense réellement de ce genre d’insultes inadmissibles, formulées à l’encontre des vrais algériens et de leur intelligence avec autant d’audace, aussi me contenterai-je de dire ici, bien à contre cœur mais poliment, : «3iche ettchouf, 3iche tessma3 !».




        15



        1
        Boualem
        1 novembre 2017 - 17 h 58 min

        Cher @Anonyme, j’ai pu voir par scanner satellitaire que tu as une carte FLN ! Tu es été trahi par un satellite géo-stationnaire au dessus de l’Algérie !




        8



        1
    Anonyme
    1 novembre 2017 - 16 h 44 min

    On émerge pas avec des baznassa analphabètes




    22



    3
      Anonyme
      1 novembre 2017 - 23 h 09 min

      Et pourtant !
      Au pays de fakhamatouhou. tout est possible, même l’inimaginable.




      2



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.