La schizophrénie algérienne (II)

alphabet Kabyle
Dans quel alphabet sera enseigné tamazight, arabe ou latin ? D. R.

Par Mesloub Khider – Les berbéristes revendiquent à cor et à cri l’officialisation de la langue kabyle. Certes, la revendication est légitime. Mais au nom de quelle légitimité exigent-ils son application à l’échelle nationale ?

A vouloir imposer la langue kabyle à l’ensemble des Algériens dont la langue maternelle depuis des siècles maintenant est la langue vernaculaire arabe (derdja) et la langue administrative officielle est la langue littéraire arabe (el-fousha) n’est-ce pas reproduire et inverser l’oppression linguistique ? En effet, c’est transformer les Kabyles en oppresseurs par leurs exigences de contraindre tous les Algériens à apprendre et à parler le kabyle.

En effet, à titre personnel, quoique Kabyle, je suis contre la généralisation de la langue kabyle à l’ensemble des Algériens. En d’autres termes, il n’est pas pertinent de vouloir l’imposer dans toutes les écoles algériennes. Il faut conserver la langue arabe comme langue officielle au niveau national et introduire la langue kabyle de manière massive dans les régions berbérophones. Quant aux autres régions arabophones, l’école la proposera à titre facultatif au-delà d’un certain cycle scolaire.

Pour les Kabyles résidant dans les villes arabophones désireux scolariser leurs enfants dans les écoles dispensant la langue amazigh, il faut favoriser l’ouverture d’établissements scolaires privés financés ou subventionnés par la collectivité, à savoir la commune ou l’Etat. De manière à permettre à ces élèves l’apprentissage de leur langue maternelle dans des conditions favorables, notamment par l’aménagement de leurs temps scolaires.

En résumé, concentrer tous les moyens humains et financiers dans les régions berbérophones pour leur permettre d’instaurer des écoles dispensant l’enseignement en amazigh, rapidement opérationnelles et efficientes à l’ensemble de leurs élèves. Et dans les régions arabophones, favoriser l’ouverture d’écoles privées destinées aux parents désireux dispenser un enseignement kabyle à leurs progénitures.

Demeure la question controversée du choix des caractères d’écritures à adopter pour dispenser l’enseignement en amazigh. Certains prônent l’adoption de l’alphabet latin, d’autres penchent pour l’arabe arabe.

Sur ce chapitre, également, la schizophrénie s’invite au débat. La majorité des berbéristes, souvent francophones, plaident pour les caractères latins pour des raisons purement idéologiques et égoïstes. Ou carrément pour des motifs racistes ou de mépris de la langue arabe. Parce qu’ils ont reçu un enseignement à dominante française, ils soutiennent que les caractères latins sont mieux adaptés à l’étude de la langue amazighe. Sans nous démontrer scientifiquement cette assertion.

A la vérité, aveuglés par leur occidentalisme étriqué pathologique, ils oublient que la majorité des Algériens sont arabophones. Et tous les élèves, depuis maintenant plus de quarante ans, depuis la généralisation de la langue arabe dans l’enseignement et dans les administrations, reçoivent un enseignement en arabe. Cette langue, devenue langue officielle de l’Algérie.

Cette évidence est une donnée historique. L’Algérie, qu’on le veuille ou non, est d’expression arabe. On peut même affirmer qu’elle est arabe, d’un point de vue linguistique et culturel. Il faut être de mauvaise foi ou être aveuglé par un ostracisme clinique pour soutenir le contraire. Certes, le substrat maghrébin fut berbère. Encore faudrait-il éclairer ce terme. Qu’entend-on par berbère ? A quelles dimensions renvoie-t-il ? Aux dimensions ethniques, culturelles, linguistiques, géographiques, etc. ? D’ailleurs, le vocable lui-même a été forgé par les Grecs pour désigner les peuplades étrangères. Si on devait apporter une définition, on dirait qu’il s’agit d’un terme générique pour qualifier tous les habitants de l’Afrique du Nord. Il est l’équivalent du mot Européen.

Et par voie de conséquence, si l’on se limite juste au registre de la langue berbère, elle renvoie à une multitude d’idiomes disséminés à travers tout le Maghreb, marqués par des variantes très prononcées. Rien de commun entre les langues parlées de la Kabylie et celles des régions marocaines, libyennes ou nigériennes. A l’exemple du latin, langue originelle des langues française, italienne, espagnole, roumaine, berbère est un terme générique pour désigner les multiples dialectes issus de ce substrat linguistique. Substrat linguistique disparu depuis des siècles pour laisser place juste à quelques idiomes concentrés dans certaines régions de l’Algérie et du Maroc.

Entre temps, l’histoire impitoyable s’est chargée d’œuvrer à l’installation d’une autre langue associée à la récente religion en pleine expansion géographique, la langue arabe.  Par un processus historique naturel, contrairement aux assertions berbéristes d’une implantation rampante forcée ou d’une imposition par les pouvoirs des califats, la langue arabe a fini par supplanter les multiples dialectes amazighs. Et au fil des siècles, elle est devenue la langue maternelle, vernaculaire des Algériens, comme de la majorité de la population maghrébine. Il n’y a donc ni falsification historique, ni sentiment de trahison, ni de honte de qualifier l’Algérie pays arabe, du nom de ceux qui ont apporté la nouvelle religion et converti les Berbères.

Pour illustrer notre affirmation, nous nous appuierons sur l’exemple de la France.  Chacun est informé que l’on désigne l’habitant de la France par le vocable Français. Cette dénomination ne suscite et provoque aucune désapprobation, ni ne soulève de condamnation en France. Pourtant, historiquement les premiers habitants de ce pays furent les Gaulois. Puis, à l’époque romaine, il y eut des brassages de populations favorisés par l’émigration. Ce qui donna naissance aux Gallo-romains. Sans oublier les armoricains (les Bretons). Au lendemain de l’effondrement de l’empire romain survenu en l’an 476 de notre ère, la France a vécu une longue période d’invasions provoquées par les fameux Barbares germains. Parmi toutes les nombreuses tribus installées en France, la tribu des Francs se démarqua par son tempérament guerrier et son esprit conquérant.

Cette tribu des Francs, arrivée tardivement dans l’Hexagone, était minoritaire comparé à la majorité de l’autre population composée de Gaulois et de Gallo-romains. Progressivement, elle prendra les rênes du pouvoir royal. Imposera sa lignée. Convertira les autres peuples de l’Hexagone à sa nouvelle religion chrétienne. Et dominera tout le territoire situé au nord de la France. Et en particulier Paris. Puis au fil des siècles, son pouvoir s’étendra à toute la France.

Pourtant, c’est cette minoritaire tribu qui donnera son nom à ce pays devenu France, imposera son idiome, sa langue à l’ensemble des autres régions. Aujourd’hui, ce pays s’appelle la France et parle le français (du nom des Francs). Et aucun habitant de la France descendant des Gaulois et autres tribus ne s’offusque qu’il soit désigné sous le vocable de Français (dont il est d’ailleurs fier), ni que son pays soit dénommé France. Ce descendant de Gaulois, véritable autochtone de ce pays, ne trouve rien à redire sur sa francité. Il l’assume sans complexe et avec fierté.

Pourquoi, en m’adressant aux Kabyles en particulier et aux Berbères en général, contestent-ils le caractère et l’identité arabes de l’Algérie ? De toute évidence, de mon point de vue, définir l’Algérie comme arabe est historiquement fondé si l’on retient comme définition de la nation le principe juridique de communauté de langue, de religion, de culture, d’histoire. Et non pas la définition se fondant sur les concepts ethnicistes, raciaux pour postuler l’appartenance nationale.

De manière générale, si on se place au plan de la définition du droit international, la nation se définit de la manière suivante : communauté de langue, de culture, de religion, d’histoire. Sur ces fondements-là, on peut affirmer que l’Algérie est arabe, de confession musulmane. Dans ce stérile débat sur l’identité réelle et authentique de l’Algérie, définie par les uns comme amazigh, et arabe pour d’autres, le clivage est superflu, superfétatoire. En vérité, le paradoxe, c’est que le Kabyle est un Arabe qui parle kabyle.  En effet, rien ne le distingue, ne le différencie de l’Algérien arabophone ou arabe. Excepté la langue. Ils partagent la même histoire, la même culture, la même religion, les mêmes physionomies, etc.

Pour revenir à la controverse sur le choix de l’alphabet à utiliser dans l’enseignement de tamazigh, étonnamment, ce sont les mêmes militants berbéristes adeptes de l’enseignement de tamazight au niveau national qui sont défavorables à son étude en caractères arabes. Leur choix est purement idéologique, politique. Et absolument pas scientifique. Encore la schizophrénie à l’œuvre. Pourtant, pragmatiquement, il est plus judicieux de dispenser l’enseignement amazighe avec les caractères arabes. D’abord, pour des raisons purement linguistiques.

En effet, la majorité des Algériens, grâce à la massification scolaire, maîtrise parfaitement la langue arabe. Il serait donc plus pertinent, pour des motifs d’efficacité d’apprentissage, d’enseigner tamazight dans l’alphabet arabe. Car les lettres arabes, la littérature arabe, sont plus familières aux Algériens.

D’autant plus, seconde raison et chance d’élargir son audience, que cette perspective permettrait aux arabophones désireux apprendre la langue amazighe d’accéder plus aisément à son étude. Ce que ne semble pas vouloir les berbéristes en militant pour le choix des caractères latins.

Ce refus de l’alphabet arabe dissimile-t-il un racisme latent envers les Algériens arabophones, considérés comme indignes d’étudier la langue tamazight avec l’alphabet arabe ? Ou bien la langue tamazight serait-elle trop précieuse pour ne pas se laisser souillée par l’alphabet arabe perçu comme «colonial», ou vecteur d’ignorance et porteur d’arriération ? Ou bien serait-elle réservée exclusivement à ces valeureux et nobles Kabyles, seuls dignes de la parler et de l’étudier en caractères latins, histoire de conforter les thèses colonialistes des origines latines des Kabyles ?

Je serai tenté de le croire, quand on observe la tournure prise par les mouvements revendicatifs berbéristes. Nul n’ignore l’apparition et le développement de l’organisation séparatiste, indépendantiste, le MAK, qui veut créer un Bantoustan kabyle par les seuls et pour les seuls Kabyles. La défense de la pureté de la race dans toute sa laideur !

Pour conclure sur ce chapitre, à mon humble avis, par-delà les dissensions marquées par des considérations idéologiques manifestes et l’absence d’objectivité scientifique, l’utilisation de l’alphabet arabe serait mieux adaptée à l’apprentissage et la diffusion de la langue tamazight.

M. K.

(Suite et fin)

Comment (102)

    Anonyme
    6 novembre 2017 - 13 h 32 min

    Après l’histoire de l’antiquité Numidie, l’histoire des amazighes se perpétue sans cesse, et ne s’effacera jamais de la mémoire du peuple algérien, malgré le lavage de cerveau qu’il subit de la part d’un régime illégitime qui a échoué dans sa tentative d’enrayer toute trace de l’amazighité dans la mémoire du peuple algérien amazighe à 99% entre «arabophones» et amazighophone. Les algériens grâce aux développements des moyens de communication modernes se lentement mais sûrement son identité millénaires, confisquée par le régime coloniale français et à l’indépendance de l’Algérie par par le régime du clan d’Oujda venu du Maroc, une dictature arabe à la marocaine, qui a interdit l’identité et la langue amazighes au peuple algérien, pendant des décennies, du jamais vu nulle part au monde, pour imposer, en terre des hommes libres, une arabisation sauvage. Malgré la volonté du régime du clan d’Oujda à commencer par Benbella le tirailleur de l’armée française et Boumediene, les deux comparses imposteurs qui n’ont jamais pris un fusil pour combattre le colonisateur français ont fait des dégâts incommensurables en terre algérienne, ils ont tenté d’effacer notre identité millénaire de notre mémoire, pour nous coller l’identité arabe importé du Moyen Orient, avec laquelle le peuple algérien n’a absolument rien à voir. Les descendants des Numides que nous sommes resterons à l’éternité Numides amazighes, n’en déplaise aux fossoyeurs de l’histoire, qui sont en réalité des arabistes zélés, négationnistes de notre identité millénaires, des arabistes très dangereux pour l’unité de notre pays, des propagandistes de la haine, des incultes indignes qui se sont vendus, comme des harkis, aux panarabistes au point de cultiver la haine d’eux mêmes et envers l’authentique peuple algérien amazighe. être amazighe pour ces arabistes incultes est pour eux une honte, un déshonneur qu’il faut cacher. Merci de publier ce post.




    9



    7
      Mello
      6 novembre 2017 - 15 h 00 min

      Ils sont tous passes par la, ils ont tous tente, ils n’ont pas pu et ils sont repartis. L’Amazighite n’est pas une chose materielle, elle n’est pas seulement une langue, comme a pu le croire ce pouvoir en la constitutionalisant, mais c’est memoire, c’est un mode de vie qui se transmet de generation en generation. Les amazighs apprennent la langue , comme ils apprennent l’anglais ou tout aute langue, sans devenir arabe ou anglais ou autre !




      3



      6
      mouatène
      6 novembre 2017 - 16 h 00 min

      monsieur, laissez moi vous dire que je suis perplexe. vous méprisez tout le monde (qui n’est pas de votre bord) et je me demande pourquoi. et pourtant, la population d’irdjaouène, fut un temps ou elle a adopté sidi belloua iben athmane chez elle et l’installa en tant qu’imam de la dachera. cette personnalité accompagnait son père et son frère qui étaient en route vers l’arabie. sidi belloua accepta et restat en tant qu’imam à irdjaouène ou il est enterré. cette famille est marocaine. irdjaouène est situé sur les hauteurs de Tizi ouzou, dénommé le mont belloua. ceci est d’une. quant à votre mépris pour la langue arabe, je vais quand meme vous apprendre la meilleure, c’est que l’état sioniste en palestine a pour langues officielles l’ARABE et l’HEBREU. je penses vous avoir suffisament initié vu que vous avez des trous dans vos études d’histoire. amicalement. nous recherchons le savoir et la science, meme en chine.




      7



      1
        Anonyme
        6 novembre 2017 - 23 h 24 min

        Les algériens amazighes dans leur globalité n’ont de haine envers personne, ils s’insurgent légitimement pour le dénie identitaire, la haine du kabyle une région amazighe au même titre que les amazighes des autres régions, la haine du kabyle, que les arabistes ont, est viscérale, alors ils s’attaquent aux symboles de tout de qui est amazighe au point d’interdire aux berbérophones de s’exprimer dans leur langue, cette interdiction a commencé à l’indépendance de l’Algérie par une bande d’incultes imposteurs venus d’Oujda qui ont pris le pouvoir par la force et enrayer l’identité amazighe de tout le peuple algérien, c’est du génocide identitaire, culturel, qu’ont subi les berbérophones de toutes les régions du pays. Le régime en place aidé d’incultes d’ignorants de racistes ont tenté vainement de diviser le peuple algérien en jouant sur la haine des kabyles et sur les amazighes de toute l’Algérie. La haine provient des racistes arabistes qui représentent le pire danger pour l’unité du pays. Même les vrais arabes du Moyen Orient savent que l’Algérie n’a jamais été arabe, ils le disent, et respectent notre identité que les algériens arabistes dénient et rejette viscéralement, les algériens qui jouent à ce jeux dangereux pour diviser le peuple algérien par le haine particulièrement du kabyle, et des berbères en générale font courir à l’Algérie le pire danger de la scission du pays. Quand j’était enfant il ne fallait pas parler dehors la langue amazighe c’était dangereux et ceux qui s’exprimaient dans cette langue étaient moqués, rejetés ignorés et j’en passe. La haine est du côté des arabistes algériens qui sont les pires ennemis de l’unité du peuple et de l’identité authentique amazighe du peuple algérien. Ton histoire sur Sidi Belloua révèle que ce ne sont pas les berbérophones qui ont gardé les valeurs ancestrale millénaires de l’hospitalité, qui sont haineux envers leurs compatriotes arabophones, mais le contraire, tu viens de le confirmer avec ton histoire.




        4



        5
          Anonyme
          7 novembre 2017 - 17 h 55 min

          Lire mon poste du 23h24 «les berbérophones Ne sont pas haineux envers leurs compatriotes arabophones»




          1



          3
        Anonyme
        9 novembre 2017 - 18 h 30 min

        Faire renaitre un saint sans maitriser son origine , reste un blaspheme pour le commun des mortels. Sidi Bellaoua ( bel barakatou) est issu d’une famille maraboutique venue de Sakiet el hamra Oued Dhahab du Sahara occidental, apres l’invasion des arabes en Afrique du Nord. Apres avoir traverse tumultueusement l’Algerie, les arabes ,porteur du Saint Coran , trouverent au Sahara Occidental un peuple Amazigh , dont le niveau d’instruction depasse celui de toute l’Afrique du Nord, qui accepta avec ferveur le livre saint. Ils furent envoyes vers les regions berberophones d’Algerie pour rapporter le message . Tous les saints de tous les villages Kabyles sont originaires de cette contree. Arrivant a faire passer le message de l’islam, ils furent respectes par la population locale, et a leur dece, ils furent recompenses par des monuments ,actuellement Zaouiates, pour devenir des lieux de pelerinages.Sidi Belloua, comme Sidi Bahloul a Azazga et tous les saints marabouts sont originaires du Sahara Occidental, actuellement colonise par le Maroc.




        0



        0
      Anonyme
      6 novembre 2017 - 17 h 36 min

      Lire mon poste de 13h32

      Les algériens grâce aux développements des moyens de communication modernes se RÉAPPROPRIENT lentement mais sûrement LEUR identité millénaires, confisquée par le régime coloniale français et à l’indépendance de l’Algérie par le régime du clan d’Oujda venu du Maroc, CE RÉGIME ILLÉGITIME ARABISTE a interdit l’identité et la langue amazighes au peuple algérien, ET CE, pendant des décennies, du jamais vu nulle part au monde, pour imposer, en terre des hommes libres, une arabisation sauvage, QUI EST UN VÉRITABLE GÉNOCIDE IDENTITAIRE, CULTUREL, LINGUISTIQUE COMMIS CONTRE LE PEUPLE ALGÉRIEN.




      4



      6
    Anonyme
    5 novembre 2017 - 15 h 10 min

    Partie I

    Les Grandes Confédérations de Tribus Amazighs
    A-Zenâtas:
    Probablement la plus grande confédération Amazighe (sédentaires et nomades à la fois), les Zenâtas sont issus de l’est algérien, se sont d’abord répandu entre Tripoli et Cherchell (Ouest d’Alger), le déplacement des Zenâtas au Sud et vers l’Ouest est le produit de la défaite des Zénètes face au Kotama et au Houaras suite à cela les Zenâtas ont occupé l’ouest de l’Algérie et le nord du Maroc.
    D’après Poitiron «Les Zenâtas disparaitront vers VIIIe siècle et qui couvraient le quart de l’Afrique du Nord, est un des faits les plus extraordinaires qu’ait connus le Maghreb. La similitude de vie et de domaine amène une arabisation rapide, accélérée par le désir des Zenâtas de s’anoblir, de paraitre Arabes». Les Zenâtas étaient les premiers berbères à s’arabiser au 8eme siècle.
    – Les Maghrawas
    Les Maghrawas sont des Zenatas, probablement les plus nombreux parmi les Zénatas, ils descendent de la branche de Madghis ( Medghassen). Les Maghrawas sont les frères des Banou Ifren et des Irnyan.
    Ifren, Irnyan sont les frères de Maghra. Le pluriel de Maghra est Aimgharen en berbère (qui veut dire « quelqu’un qui a vendu sa part » et aussi « vieux »).
    Les Maghrawas sont issus des Aurès, La grande partie des habitants des Aurès sont issus de cette ancienne tribu.
    L’ Ouarsenis abrite les Maghrawas, ainsi que les habitants du massif de la Dahra à Tipaza, Cherchell, Alger, Chlef, Aïn-Defla, Mostaganem, Relizane.
    Vers le début du premier siècle. Les Maghrawas étaient très nombreux dans les environs d’Icosium (Alger) et Ptolémée de Maurétanie devait les contenir. Ptolémée de Maurétanie, fera transférer une partie des Maghrawas vers le chlef.
    Parmi le plus noble de la tribu Maghrawa, le chef berbère Ouezmar Ibn Saclab qui a été le 1er ambassadeur berbère auprès du Kalif Uthman ben Affan.
    les Maghrawas fondent Oujda. Cette dernière sera la capitale principale de leur règne. Ils établiront leur pouvoir dans la région pendant 80 ans. Les Maghraouas seront massacrés par les Almoravides. Cela achèvera leur règne au Maghreb
    – Les Banou Ifren:
    Tribus berbères de la confédération Zenatas, valeureux guerriers et experts en cavalerie ils se sont battus contre romains, byzantins et vandales.
    Les Banou Ifren (en Tamazight : At Yefren) sont Zenâtas , Ifri a eu un enfant du nom Izliten. Ce dernier a eu plusieurs enfants dont Ifren, Maghrawa et Irnyan. Les Banou Ifren descendent d’Ifri et forment une tribu nomade et sédentaire berbère. On les retrouve dans les villes, les plaines et les montagnes au Moyen Âge.
    Les Ifrens étaient concentrés dans la région des Aurès méridionale et dans la Hodna et dans le Mzab. Au nord du Maghreb, les Ifren (Hodna, Mzab, Aurès), les Merendjisa, les Beni Wargu (Hodna) sont également apparentés aux Ifrens.
    Les Beni Wassin (Wasin ou Ouacine) (Les Aurès), Les Maghrawas, les Irnyan sont les frères des Ifren.
    Les Beni Yala (Ouest et centre de l’Algérie), etc, font parties des Beni Ifren. Certains Chawiyas sont des banou Ifren.
    Au sud, plusieurs tribus Touaregs font parties des Banou Ifren.
    La grande tribu Azguez est formée par les Banou Ifren. De plus, les Banou Ifren du Hoggar sont divisés en trois souches : les N’Oukiren, les N’Irdad (oiseaux), les N’Ettedel (tambours).
    Tlemcen fut fondé par Abou Qurra Imam et chef des Banou Ifren en 790.




    8



    6
      Chelsea
      5 novembre 2017 - 17 h 55 min

      Merci! Votre post est intéressant et devrait faire rafraîchir la mémoire des « Zwawas ».




      6



      8
    Chelsea
    5 novembre 2017 - 11 h 34 min

    Il y a un post très intéressant de @anonyme expliquant l’arbre généalogique des descendants des Amazighs d’Afrique du Nord et des Algériens. Pour les Kabyles c’est la branche des « Zwawas ».
    Vous devriez le lire, pour ma part j’ai trouvé ma branche : c’est les Banous Ifren….




    6



    8
    Wikx
    4 novembre 2017 - 23 h 10 min

    Ah Kabylie cette belle région montagneuse , de ruisseaux, de verdures, creuset de poésies, vivante par ses oiseaux enchanteurs qui bercent les profonde vallées magnifiques. Pourquoi tant de haine? Nul n’est prophète en son pays n’est-ce pas? Pourquoi tant de chamailleries pour quelques choses de si futile…Lorsque vous parcourez le monde et que vous vous promenez dans les artères des grandes villes, vous côtoyer des gens qui parlent le finnois, l’allemand, le bengali, le hindou, le pachtoun, le tachelhit, le rifi, l’arabe, le français, le kabyle, le néerlandais, l’Espagnol, et j’en passe, et ici vous vous faites des petites guéguerres inutiles entre un peuple qui partagent non seulement le même patrimoine génétique et la culture à quelques différences prêt, tout en partageant deux langues une arabe l’autre berbère vous arrivez’ tout de même à vous quereller pour rien du tout. L’Algérie ne vous suffit-elle pas?




    8



    5
    Abdelrahmane
    4 novembre 2017 - 13 h 45 min

    @ anonyme 04/11/2017, 13:01 a dit, je cite: »Abdelrahmane l’arabe voilà qui est très clair: tu n’as rien à voir avec l’Algérie être arabe c’est être non algérien, et cela je l’ai tout de suite compris à tes premières élucubrations ».
    Tu peux même, pendant que tu y es, prétendre que j’ai dit que je suis zoulou, papou, martien ou vénusien, pas algérien. Cause toujours, anonyme, tu m’intéresses *.
    * cause toujours (tu m’intéresses) : se dit pour montrer à quelqu’un qu’on ne tiendra pas compte de ce qu’il dit, qu’il peut toujours continuer à parler mais que cela n’aura aucune conséquence. Se dit aussi pour marquer son indifférence à l’égard d’un provocateur. (dictionnaire reverso).




    8



    4
    Anonyme
    4 novembre 2017 - 13 h 01 min

    Abdelrahmane l’arabe voilà qui est très clair: tu n’as rien à voir avec l’Algérie
    être arabe c’est être non algérien, et cela je l’ai tout de suite compris à tes premières élucubrations.
    Les féodaux arabes incultes financiers du terrorisme, destructeurs de l’islam ne sont pas algériens, ce sont une minorité d’envahisseurs hystériques extrémistes qui doivent être maitrisés avant qu’ils nous provoquent une deuxième décennie noire en Algérie, ou renvoyés chez eux en Arabie Saoudite; ils vont comprendre ce que c’est d’être dans la peau arabe et de vivre dans la féodalité arabe.




    11



    8
      tangoweb54
      4 novembre 2017 - 14 h 23 min

      M.Abderrahmane est un intellectuel d origine Arabe, fier de son Arabité qu il revendique en Algérie son pays d’origine n’en déplaise aux régionalistes racistes comme toi M. Anonyme, Nous Arabes Algériens nous somme fiers de nos origines dans le pays pour lequel nos parents et grands se sont sacrifiés tels que émir Abdelkader, Bouammama, Ouled Sid Cheikh, Boubaghla, Ali la pointe, colonels Bounaama, Abbes, Athmane, Chabani…. Ben Mhidi, Souidani, Boussouf et beaucoup d’autres
      et ce n’est pas un petit parvenu comme toi qui ose nous dire de joindre l’Arabie qui va changer l histoire ou la composante multiculturelle de l’Algérie!! un conseil arrête de semer ta haine maladive contre les Arabes.




      15



      13
      Abdelrahmane
      4 novembre 2017 - 15 h 28 min

      bien dit compatriote, merci pour ce coup de pouce bienvenu. Salem




      10



      8
    Anonyme
    4 novembre 2017 - 12 h 56 min

    Confédérations amazighes (suite et fin)

    Abou Qurra des Banou Ifren de Tlemcen a été le chef de la tribu des Banou Ifren. Il est le fondateur de l’opposition des Berbères d’Afrique du Nord à la dynastie des Omeyyades née d’impôts trop élevés.

    Abou Qurra est fondateur du kharidjisme sufrite en Afrique du Nord. Vers 736, Abou Qurra professe cette doctrine aux Zénètes et aux Berbères et se voit désigner comme imam et comme chef. Entre 767 à 776, il parvient à reprendre aux Arabes toute l’Ifriqiya à la tête d’une armée de plus de 350 000 cavaliers. Ibn Khaldoun le décrit dans son livre Kitab al-Ibar.

    Au Xe siècle, les Banou Ifren et leurs cousins Maghrawas étaient opposés à tous les gouvernants Omeyyades et Abbassides. Les Banou Ifren régnaient sur l’ouest de l’Algérie. Et après la conquête des Zirides vassaux Fatimides, les Banou Ifren occuperont presque la totalité du Maroc actuel aux côtés des Maghrawas jusqu’à l’arrivée des Almoravides

    L’Emir Abdelkader disait descendre des Banou Ifren.

    – Les Jerawas:

    Zénatas, ancêtre des Chawiyas, originaire des Aurès (Khenchala), tribu de la reine Dihya appelée en arabe el Kahina (prêtresse)

    – Les Wassin :

    Font partie des Zenâtas, originaires de l’est algerien (sud des Aurès) un groupe des Wassins nomades, les Banu Mérine, originaire de Biskra, suites aux batailles contre les Banu Hilal, les Banu Mérine se sont établie dans l’Oranie, ensuite les Banu Mérine ont fondé la dynastie (les Mérinides) avec Fès comme capitale.

    – Les Nefzawas:

    Apparentés aux Zenâtas, tribus issues du sud algero-tunisien, parmi les Nefzawas se trouvait la tribu des Ulhassa, tribu de Traik Ibn Ziad. Le groupe des Ulhassa de l’est de l’Algérie est situé à la limite des bornes des wilayas de Constantine et de Béjaia ainsi que les bordures des Aurès.

    De nos jours, les descendants des Ulhassa vivent dans la wilaya de Tiaret Algérie.

    B- les Branis

    les Baranis (les Abranis) sont les enfants de Bornos ben Borre ben Mazigh ben Canaan ben hem.(Fils de Noé).

    Les Branis forment une branche berbère ayant le même ancêtre que les Zenâtas

    Les confédération des Branis est formée par :

    1- les Kotamas

    La plus importantes branche des Branis, les Kotamas, formaient la plus importante des tribus berbères en Algérie au moyen âge de par le nombre et la renommée. Le territoire des Kotamas englobait au moyen-âge les actuelles Wilayas de Setif, Jijel, Skikda, Constantine, Mila, Annaba, Guelma, soit la toute Numidie du nord.

    – Les Amazighs d’Egypte de l’Oasis de Siwa sont apparentés aux Kotamas.

    L’arabisation des Kotamas a été progressive et a été facilitée par le fait que les Kotams étaient les fideles alliés des fatimides, et sont allés jusqu’à Damas combattre les abbassides. Les Kotamas ont contribué à la fondation du Caire,Il existe toujours au Caire « Hay el Kotamiyins »

    2-Les Awarbas : apparentés aux Branis

    Originaires de la région allant de la Lybie jusqu’aux Aurès. Cette confédération regroupait plusieurs tribus dont celle de Koceila, les Awarbas ont combattu avec Koceila les musulmans, à la mort de Koceila à Tlemcen, les Awarbas se sont dispersés dans l’Ouest algerien et au Maroc.

    3- les Zwawas

    Ancêtres des Kabyles d’aujourd’hui, voisins de l’ouest des kotamas, confédération de plusieurs tribus bèrebes de l’Atlas algerien.

    Certains historiens disent que les Zwawas sont des Kotamas restés berbérophones et d’autres les dissocient des Kotamas. Comme les Kotamas les Zwawas etaient les alliés des Fatimides.

    Les Zwawas avaient pour voisins à l’Ouest les Sanhadjas

    4- Les Sanhajas

    Les tribus Sanhadja/Iznagen sont originaires du nord-ouest saharien mais, après l’arrivée de l’islam, des tribus émigrent vers le nord en remontant jusqu’au Moyen Atlas (près des côtes atlantiques de l’actuel Maroc) et continuant sur l’Atlas saharien (actuel Algérie) et jusqu’à Alger.

    Certains Touaregs seraient les descendants des Sanhadja
    Les Sanhadja sont à l’origine du nom Sénégal, par l’intermédiaire du portugais Sanaga.

    Les Beni Mezghenna : tribu des Sanhadjas. Ils occupaient la région d’Alger, qui ont donné la dynastie des Zirides

    5- Les Meknassas

    Meknassa serait une tribu Zenâtas qui aurait fondé la ville actuelle de Meknès, Originaire de l’est entre l’Algerie et la Tunisie et etablie au Maroc et dans l’Ouest algérien.

    C- Autres Tribus et confédération berbères

    1-Houaras

    Tribu berbère originaire de la tripolitaine en Libye. Voisins des Sanhadja et des Zénètes. On les trouve dans les régions chaoui des Aurès et dans le Sud de l’Algérie.

    – Les Hraktas, les Nmemchas, les Henanchas, les Goumri, entre autres, font parties de cette tribu.

    Une partie des Touaregs sont originaire des Houaras, Les Kel Ahaggar du Hoggar (http://fr.wikipedia.org/wiki/Hoggar) proviennent des Houaras, on les trouve aussi à Adrar Ils sont voisins des Sanhadja et des Zénètes généralement.

    D- Masmoudas

    Confédérations de berbères distinctes des Branis et des Zénatas issues du Maroc actuel, les fondateurs des dynasties des Almohades et des Hafsides sont issus de cette confederation.

    Synthèse




    14



    7
    Anonyme
    4 novembre 2017 - 12 h 54 min

    L’histoire doit être réhabilitée pour mettre en échec les faussaires, les fossoyeurs de l’histoire, les haineux qui vivent avec un complexe d’infériorité.
    Aux arabistes incultes je dis, rêvez donc en couleur ignorants que vous êtes, l’histoire vous en bouche un coin n’est ce pas? c’est dure d’avaler la pilule face à l’authentique identité amazighe du peuple algérien, alors en désespoir de cause vous vous acharnez comme des hystériques pour imposer vois idées reçues et votre ignorance crasse. Mais heureusement que l’histoire démonte un par un les mensonges des complexés arabistes haineux, négationnistes, véhiculés par des incultes et ignorants, qui confondent arabité en tant qu’ethnie et islam en tant que religion universelle sans identité, et de ce fait sacralisent des peuplades arabes féodales primitives, incultes issues des déserts d’Arabie au sein desquelles se trouvent autant de juifs et de chrétiens que de musulmans, puisque les musulmans sont à 99% non-arabes et n’adoptent aucunement l’arabe comme langue nationale et encore moins l’identité arabe.
    Les ennemis des peuples nobles issus de grandes civilisations telle que celle des amazighes, 10 000 ans d’existence, celle des perses et autant d’autres civilisations n’ayant rien à voir avec les arabes ethniquement parlant, des vraies civilisations non arabes mais musulmanes, qui ont illuminé le monde.
    Ces incultes arabistes s’acharnent à rabaisser les vrais peuples non arabes qui ont donné à l’humanité des civilisations éclairées pour les attribuer aux seuls arabes. Heureusement que les sciences par l’ADN, l’archéologie, l’anthropologie etc…. mettent en échec les idées reçues véhiculées par les ignorants extrémistes, des terroristes idéologique squi n’ont rien à envier aux idées dangereuses que véhiculent les islamistes qui ont ensanglanté le monde musulman et détruit l’islam.
    Des incultes arabistes qui sont incapables de dissocier islam et arabité, qui vantent soi-disant la civilisation « arabe » en prétendant faussement qu’elle a régné sur l’humanité. Alors qu’il s’agit seulement de locuteurs amazighes ou turcs, ou perses etc. ayant étudié l’arabe pour mieux comprendre le message coranique et le traduire dans leurs propres langues.
    Les arabophones comme les francophones, ou anglophones etc… ne sont ethniquement ni arabes, ni français, ni anglais. Les arabophones non arabes, auxquels ont a collé l’identité arabe, pour leur ôter leur apport civilisationnel immense à l’humanité et l’attribuer à tort aux seuls arabes qui en sont très minoritaires, voire négligeable dans cette civilisation musulmane. Le vrai monde arabe reflète son passé, (…) empreint d’ignorance, d’arrogance, d’indiscipline tels que les décrit le grand Ibn Khaldoun.
    On voit dans quel état chaotique de sous développement, de traitrise, de lâcheté, d’ignorance et j’en passe se trouve le monde kharabe.
    Ce sont les amazighes qui furent les maitres de l’Espagne, ce sont les amazighes proches de l’Europe qui ont illuminé le continent européen et aidé à sortir du moyen âge féodal, n’en déplaise aux arabistes qui attribuent faussement la conquête de l’Espagne et El Andalous aux arabes, alors que réellement les capitales comme Damas et Baghdad d’origine non arabe ont apporté uniquement la caution religieuse sous forme de Khalifat, en solidarité avec les musulmans amazighes, les vrais conquérants d’El Andalous. L’histoire nous révèle que l’occupation, le combat, la construction, l’islamisation de cette région furent le fait des amazighes même si les locuteurs en langue arabe musulmans non arabes ethniquement furent berbères.
    Les civilisations amazighe, perse, hindoue etc…. ont été confisquées par les kharabes bédouins féodaux frères de sang des juifs et anciens sarrasins.
    Médite donc sur les texte d’Ibn Khaldoun concernant la barbarie arabe. Les arabes comme leur frères de sang juifs sont des sionistes, ils se sont appropriés l’islam et le judaïsme pour étendre leur impérialisme idéologique mortifère, ce sont eux qui sont à l’origine du désordre mondial, du terrorisme sanglant qui frappe le monde musulman non arabe. Les arabes ont un point commun avec les juifs: le sionisme, ces deux peuplades se considèrent des peuples élus alors qu’il n’en est rien. Les juifs du Moyen Orient et les arabes sont des frères de sang, et des sionistes.

    Par le Pr Abderrahmane Mebtoul, Un résumé fort intéressant de l’histoire de la grande Algérie amazighe
    L’histoire de l’Algérie : des Numides (IVe siècle avant J.-C.) à 1962
    (…)




    13



    9
      Mello
      4 novembre 2017 - 16 h 54 min

      Non , inutile de deverser toute cette histoire, car ettarrikh qu’ils apprennent a l’ecole , sur cette Algerie millenaire , demarre de l’Emir Abdelkader qui se rendit au colonialisme avant de se rendre en Syrie. Cette ettarrikh , on la connait , on a ete note 10/10 lorsqu’on ecrit «  l’Emir Abdelkader le premier et seul heros Algerien … ». De cette ettarrikh victime d’une censure apocalyptique de notre ecole, est nait cette ignorance de la vraie histoire de toute l’Afrique du Nord. Merci Pr Mebtoul.




      5



      7
    Abdelrahmane l'arabe
    4 novembre 2017 - 11 h 16 min

    @ larbi dit, je cite : »Pourquoi les sud américains ne se disent pas espagnols ou portugais ? « .
    Nous avons déjà répondu, maintes fois, à ce genre de (tentative de) colle. Ces sud-américains hispaniques (qui vient du terme espagne) ne se disent pas espagnols ou portugais, tout comme nous, nous nous disons algériens arabes, et nous nous disons jamais saoudiens, khalijis, syriens ou yéménis. Pour ta gouverne, ces sud -américains latino-hispaniques entretiennent des rapports denses, intenses et privilégiés avec l’espagne (et le portugal pour le brésil).




    12



    9
    Louiza
    4 novembre 2017 - 11 h 09 min

    Ok !! … Si j’ai bien compris je dois dire à mes enfants qui sont encore scolarisés dans nos établissements Algériens, de traduire le noble coran en Tamazight et dans un futur très proche renier le drapeau Algérien, pour laisser place au nouveau née créé en 1977 pour faire plus berbère !! .. Et que la langue classée par mis les 5 langues les plus parlés dans le monde et plus vieille que le français n’est plus un bon choix linguistique…
    Et, que leur papa n’est qu’un sal arabe et pour faire plus in que c’est un sal arabo-musulman, et que nous les kabyles nous sommes une race arienne et …
    Mais franchement je ne connais pas une famille arabe ou kabyle qui soit digne d’un modèle de race sans avoir au moins un neveu ou nièce ou belle-sœur ou beau-frère atteint d’un mixage arabo-musulman ou kabyle-musulman, sincèrement c’est du pur délire d’ouvrir une porte comme celle-là qui nous mènera que vers une destruction totale de cette belle toile riche et harmonieuse par ce mixage qui fait de nous des algériens… unis encore aujourd’hui.
    Les conseilleurs ne sont pas les bons payeurs comme on dit. maiiiis les véritables subventionnés installés dans d’autres états depuis des années lâchent toujours leurs fidèles chiens endoctrinés pour mieux nous mordre sans nous offrir le vaccin en cas de rage collective…
    Rabi yester ou yah’fad blad’na de ceux qui connaissent réellement les conséquences même partiellement, et qui nous mènerons à coup sûre que vers une guerre civil causée par de tels propos et actes qui sentent déjà l’odeur du sang et la destruction de se qui reste de nôtre nation … Encore fragile, pour ne pas ouvrir toutes les parenthèses de ses maux !!!? ..




    12



    9
    Abdelrahmane l'arabe
    4 novembre 2017 - 11 h 03 min

    @ Zoro سلام أخي وصديقي وأَنِيْسي وولد بْلادي .
    Vois-tu cher frère, ces berberistes imposteurs, ils ont un double langage et agissent avec duplicité pour définir et déterminer l’identité d’une communauté et/ou d’un individu :une méthode et un point de vue pour eux, une autre pour nous. Alors que nous, nous nous définissons Arabes par rapport à notre langue maternelle (l’arabe) et notre culture familiale et sociale arabe que nous héritons de nos parents et grands-parents (sur au moins +3 générations), et (troisième critère) la civilisation arabe musulmane à laquelle nous nous référons et nous exprimons notre appartenance, sans considération et sans égard pour les gènes (qui, comme tu le dis si pertinemment, disparaissent en puanteur) et l’adn que nous préférons laisser au cheval de course pur sang.
    Mais eux, tout en nous niant et récusant ce droit personnel de nous définir, ils se basent uniquement et automatiquement (sans autre considération) sur le dialecte qu’ils héritent de leurs parents et grands-parents. en quelque sorte, 7lal 3lihem, 7ram 3lina. Et nous, nous leur disons : « causez toujours, messieurs, vos laïus nous intéressent ».




    13



    11
    Anonyme
    4 novembre 2017 - 10 h 48 min

    Merci mr Mesloub de nous avoir affiché l’alphabet de nos ancêtres Amazighs.
    Quant à la schizophrénie, (…) vous vous prétendez kabyle et défendait une hérésie. Dieu Soubhanou nous ordonne de nous identifier à nos pères et quant il y a un doute de nous considérer comme musulmans point barre. Par contre ce même Dieu vous exhorte à rechercher la science partout et donc apprendre d’autres langues, ceci outre la science et l’ouverture d’esprit qu’elles véhiculent vous différentient des animaux.
    Je terminerai en rappelant à nos concitoyens que du temps du colonialisme tout notre peuple se disait « arabe » même en kabylie, aures, etc. mais c’était dans le sens musulman comme l’avait confirmé sur une radio nationale un ancien de jamiyat el oulama et compagnon de Benbadis interrogé sur ce thème. D’ailleurs notre peuple en est tellement imprégné que beaucoup s’étonnent que les turcs ou les iraniens ne parlent pas arabe.




    8



    6
    LARBI
    4 novembre 2017 - 10 h 22 min

    Aux zélés de l’arabisme qui confondent arabe et arabophone.
    Pourquoi les sud américains ne se disent pas espagnols ou portugais ? pourquoi les belges ne se disent pas français, italien etc. en rapport à leurs parlers ? et il y a des centaines d’autres exemples.
    Moi le suis arabisés depuis 3 générations, je me dis musulman, algérien d’abord, accessoirement nord africain, méditérranéen et amazigh (Kotama), car je garde encore les traces de mes origines, mais dans quelques générations ma descendance se dira peut-être arabe, comme vous tous, et je ne suis pas d’accord.
    D’ailleurs le plus grave dans votre mentalité, c’est que les plus zélés d’entre-vous renient leur race et considérent les yemenites et les hijazistes comme leurs frères de race et leurs vrais frères amazighes comme des extraterrestres!! et à cet égard vous êtes dangereux pour ce pays.
    Certain d’entres vous sont même prêts à vendre l’Algérie à ces berceaux de l’arabisme croyant que c’est leurs véritables patries.
    Quant à la génétique, c’est une science ne vous en déplaise et elle a fait ses preuves depuis des lustres, même dans les enquêtes criminelles et la justice, d’ailleurs je vous suggère de faire un test, de paternité d’abord, avant de vous intéresser à vos parents lointains!!




    9



    7
    ZORO
    3 novembre 2017 - 19 h 03 min

    Je me demande ce qu on aurait entendu des kabylistes si à Tizi, se trouvaient ,l ALHAMBRA, LE SPHINX ,des PYRAMIDES,ou Saint Augustin???Elhamdou lilah maken walou ghir el hadra batel kama youridou.
    SIGNE ZORO. …Z…




    6



    13
    Abdelrahmane
    3 novembre 2017 - 17 h 40 min

    @ berberiste a dit, je cite: »Un gene ou adn, ya si abderrahmane, ce n’est pas un fake. Non… ».
    Vous semblez, vous berberistes, vous accrocher à la génétique et son pendant, la génographie (supposée utilisation de l’adn et les gènes pour déterminer les identités et les races) comme à une bouée de sauvetage. NON, monsieur, la génographie (votre trouvaille, votre trophée du genre « la science a tranché, il n’y a pas d’arabes en Afrique du nord » et tout le patati et patata qui s’en suit) n’est pas une science exacte, elle se base sur des probabilités, des échantillonnages, des statistiques et des hypothèses vagues, sans certitude et sans précision. Donc, irrecevable, impertinente et farfelue. Elle ne dit pas (sinon elle serait de la divination) que tel est arabe, tel est berbère, tel autre est chaoui, tel est kabyle, tel est rifin, l’autre là est targui, l’autre est hébreux, l’autre est……. Non, monsieur, toi-même/vous tous pour te/vous déterminer et affirmer ton/votre identité kabyle ou rifin ou chleuh, tu/vous n’as/n’avez pas pas attendu les résultats de tests génétiques, tu t’es basé sur la langue/dialecte maternelle acquise, héritée et transmise par tes parents et grands-parents (beaucoup d’entre vous, beaucoup, beaucoup, s’ils consultaient la génétique, ils auront des surprises qui leur donneront le tournis). Vous faites, justement, comme nous, nous faisons, en (y) ajoutant notre culture et patrimoine ancestraux (réels et substantiels, séculaires et étendus sur des dizaines de générations, sur toute l’étendue du territoire national) et la civilisation de référence et d’appartenance (la civilisation arabe-musulmane, réelle et universellement consacrée et reconnue, sauf par une infime minorité d’opposants revanchards). Pourquoi ce qui est valable pour vous, vous le niez et récusez pour nous ?! De quelle droit et de quelle posture et en vertu de quelle légitimité ?! Ne sommes pas aptes ou assez murs pour decider pour nous-mêmes ?!
    7lal 3likem, 7ram 3lina ?Non, monsieur ! faites ce que vous voulez pour ce qui vous concerne. Laissez ce qui nous concerne pour nous. Nous ne vous avons ni sollicité, ni délégué, ni consulté. Et nous n’avons que faire de vos diagnostics et votre gymnastique.
    Droit de réponse, publier, svp.




    5



    13
      ZORO
      4 novembre 2017 - 7 h 35 min

      Salem Si Abderrahmane :Avant l islam le grand poete arabe ZOHEIR a, magisralement defini l homme , en disant:
      لسان الفتي نصف و نصف فوأده. فلم تبقي اﻵ صورة اللحم و الدم
      Le plus important chez l homme c est la parole qu il profere et sa foi qui le guide.le reste c est une carcasse de chair , d os, de sang et aussi de ces fameux genes qui n ont jamais fait ressortir la difference.Cette carcasse devient puante peu de temps apres la mort, qu ils aillent donc chercher les genes dans la puanteur.
      Signe ZORO. …Z…




      7



      9
      Abdelrahmane
      4 novembre 2017 - 8 h 14 min

      Les arabes n’ont rien inventè sauf la parole hachachines qui laternalement veut dire ASSASSIN.




      2



      11
        ZORO
        4 novembre 2017 - 9 h 04 min

        @ ABDECHAITANE: En raison de leur savoir et de leur genie les arabes ont cree des jaloux qui ne cesseront de les denigrer en tout temps et tout lieu. on les apelle EL HASSADINE.




        6



        7
        Abdelrahmane l'arabe
        4 novembre 2017 - 9 h 28 min

        @ abdelrahmane 4 novembre 2017 8:14. Honte à toi, tu as usurpé mon identité (mon pseudo) pour proférer tes inepties et imbécilités. tu aurais pu, pour te distinguer, modifier le pseudo ne serait-ce-que par une lettre ou un chiffre. Jalousie quand tu nous tiens ! mais comme dit le proverbe arabe (comme il y en a des dizaines de milliers dans la littérature et la sagesse arabes). إذا لم تستحي فافعل ما شِئْتْ




        5



        7
    Tikouk
    3 novembre 2017 - 16 h 13 min

    Il n y a pas de terres arabes en algerie!




    15



    5
    Massine
    3 novembre 2017 - 15 h 03 min

    Rien à faire ils doivent rester dans leur tanière.




    4



    5
    Mazigh
    3 novembre 2017 - 14 h 59 min

    Retirez-vous alors de l’Algérie? Erigez des murs; placez des fils barbelés tout autour de vos montagnes et plaines, préparez-vous à vivre en autarcie, et refaites sortir de l’histoire le royaume de Koukou.




    11



    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.