Supercoupe d’Algérie 2017 : l’ES Sétif s’offre son deuxième trophée

ESS Supercoupe
Finalement, c'est l'ESS qui remporte le trophée. New Press

Au bout d’un match qui n’a pas tenu ses promesse, l’ES Sétif a sué pour remporter la Supercoupe d’Algérie de football en s’imposant face au CR Belouizdad (0-0, aux tab 4-2), en match disputé mercredi au stade Chahid-Hamlaoui de Constantine.

Il s’agit du deuxième trophée remporté par la formation des Hauts Plateaux, vainqueur une première fois de la Supercoupe en 2015 face au MO Béjaïa (1-0). Dès le début de la rencontre, les Sétifiens ont acculé la défense du Chabab, qui s’est montrée cette fois-ci plus solide, quatre jours après avoir a été «perforée» lors du derby algérois face à l’USM Alger (4-0) en championnat. Avec une possession de balle assez nette, l’Entente s’est procuré la première occasion à la 23e minute par l’entremise de l’attaquant Mourad Benayad, dont la reprise de la tête a raté le cadre du portier belouzdadi Abdelkader Salhi.

De son côté, le CRB a procédé par des contres, mais sans pour autant inquiéter la défense sétifienne bien regroupée autour de son gardien, Mustapha Zeghba. Les deux équipes se sont quittées au terme d’une première période terne sur un score de parité (0-0), alors que le stade de Constantine n’a pas fait le plein pour cette affiche. Au retour des vestiaires, le même scénario était au menu avec une équipe sétifienne qui dominait les débats et une formation du CRB en manque d’inspiration sur le plan offensif mais qui a bien tenu le coup défensivement. L’unique action dangereuse de cette partie a été l’œuvre du rentrant Abdelhakim Amokrane.

Le portier du CRB Salhi, convoqué pour les deux prochains matchs de l’équipe nationale, a été l’auteur de l’arrêt de rencontre (67e) sur une tête de l’ex-international olympique. Jouant la carte offensive, l’entraîneur de l’ESS, Kheireddine Madoui, a fait incorporer tour à tour les deux attaquants Amokrane (58e) et Rachid Nadji (80e) mais sans que ces deux changements n’apportent leurs fruits. Il a fallu donc recourir directement à la séance fatidique des tirs au but pour départager les deux protagonistes, une série qui a finalement souri à l’ESS qui a réussi à prendre sa revanche sur le Chabab, quatre mois après la finale de la Coupe d’Algérie ayant opposé les deux équipes et remportée par le Chabab (1-0, a. p.).

L’Entente, dont il s’agit de son 27e titre, toutes compétitions confondues, succède au palmarès de la Supercoupe à l’USM Alger, vainqueur une année plus tôt jour pour jour face au MC Alger (2-0), en match disputé au stade Mustapha-Tchaker de Blida.

R. S.

Comment (8)

    Anonyme
    2 novembre 2017 - 10 h 47 min

    Le CRB de Lalamas reste la meilleur équipe d’algérie de tout les temps, Suivi du MCA de Zouba, USMA bon et le reste Un peu La JSK un peu ESS et les autres club MCO etc…Je me souviens d’un Match d’un très grand Match MOC MCA a Contsantine en 75 championnat sa doit être les premiers Match de Bencheilkh avec le MCA de betrouni zenir bachi etc..et le MOC de Gamouh Fandi Krokro Hanchi etc…ses temps la ne revienne plus quel grand matche fut….




    1



    3
      Anonyme
      2 novembre 2017 - 11 h 52 min

      Que des clubs algérois. Il est vrai que pour jouer en équipe nationale de l’époque et même d’aujourd’hui, il faut jouer dans un club algérois. Si pour le CRB de Lalmas, je suis d’accord avec vous, pour le reste, vous exagérez un petit chouia car votre mca et usma jouaient en ce temps là à l’ascenseur. Bencheikh, par exemple, etait beaucoup plus un jongleur et un faiseur de petits ponts appréciés dans un cirque que d’une grande utilité à l’équipe.




      4



      1
        ana
        2 novembre 2017 - 14 h 36 min

        bayen men ksentina ya anonyme
        l’entente waara………………………..




        2



        0
      el kolli
      2 novembre 2017 - 14 h 18 min

      tu dois avoir alzheimer




      3



      0
    Anonyme
    2 novembre 2017 - 7 h 17 min

    Bravo à l’Entente pour ce titre qui porte le numéro 27 comme le 27° trophée remporté par l’Aigle noire Sétifien qui devient du coup, l’équipe la plus titrée du pays. N’en déplaise à une certaine presse.




    3



    2
      Anonyme
      2 novembre 2017 - 7 h 46 min

      Plutot , n.en deplaise a certains, mais t’inquietes la jsk avait tous ses titres au moment ou le foot national etait au summum, pas du graoudj.




      1



      4
        Anonyme
        2 novembre 2017 - 11 h 58 min

        C’était l’époque du monopole d’état dont a bénéficié énormément la jsk grâce à ses enfants bien placés dans les rouages des ministères et des sociétés nationales. A l’époque, çà sonnait de partout: sonacome, sonelec, sonatruc.. mais pas pour toutes les équipes. La jsk était la seule équipe à avoir droit à un entraîneur étranger de qualité payé par l’état, à des stages à l’étranger et aux recrutements des meilleurs joueurs locaux qui étaient assurés d’avoir un emploi.




        2



        2
          Mello
          5 novembre 2017 - 17 h 26 min

          La JSK de l’epoque , comme tu le dis si bien, n’avait que l’ENIEM , L’USMA avait SONELGAZ, le MCA avait la SONATRACH, le CRB avait SONACOM et aini de suite, alors comment se fait il que seule la JSK ( JET) remportait les titres , avec 19 points d’avance SVP et BOUICHE meilleur buteur avec 36 buts , qui dit mieux.
          J’ajouterais que 85 % de l’effectif est de la region. A ce jour, aucune equipe ne peut egaler les titres de la JSK.
          KHALEF etait passe par la, point final.




          0



          1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.