Le comité de soutien à Rebrab accuse l’Etat de favoritisme envers Kouninef

Rebrab Kouninef
Issad Rebrab, patron de Cevital. New Press

Par Hani Abdi – Le groupe Kouninef reçoit les équipements pour son usine de trituration des graines oléagineuses à Djendjen. L’information a été révélée par le Comité de soutien aux travailleurs de Cevital qui suit cette affaire de très près. «Le port de Djendjen décharge les équipements de trituration du groupe Kouninef», croit savoir ce comité de «sources sûres».

Souhaitant prospérité et réussite au groupe Kouninef, le comité précise que le déchargement a été effectué le 18 novembre «au quai GC/1». Pour donner la preuve de la véracité de son information, le comité poursuit en donnant le nom du navire, le Da Cai Yun, en provenance de Chine. Le matériel est destiné à «l’usine de trituration de Nutris, filiale du groupe Kouninef, qui sera implantée à l’intérieur même du port de Djendjen».

Ce comité dénonce ainsi «une politique de deux poids, deux mesures» des autorités, qui refusent d’un côté le déchargement d’équipements destinés à une usine de trituration des graines oléagineuse de Cevital et autorisent de l’autre côté la réception par le groupe Kouninef du même matériel.

«Depuis mars dernier, les navires transportant les équipements destinés à l’usine de trituration de graines oléagineuses de Cevital à Béjaïa, qui sera implantée à l’extérieur du port, sont empêchés d’accoster et de décharger au port de Béjaïa. Il est clair aujourd’hui qu’il n’y a aucune base légale ni réglementaire qui justifie les abus outrageants dont se rend régulièrement coupable le DG du port de Béjaïa», estime ce comité. Y a-t-il un deux poids, deux mesures dans cette affaire ?

H. A.

Comment (24)

    Akli Boughzer
    21 novembre 2017 - 14 h 44 min

    L’économie algérienne s’enfonce dans la crise et on met des bâtons dans les roues à des capitaines d’industrie comme Issâad Rebrab capables d’apporter un plus à cette économie moribonde par la faute justement de dirigeants incompétents et cupides.Il est peut être temps de tirer les conclusions de cette situation car le pays a des richesses certaines et des compétences marginalisées.Où va l’Algérie comme disait très justement le grand Mohamed Boudiaf mort tragiquement pour avoir tenté de sauver ce pays.




    14



    0
    Anonyme
    21 novembre 2017 - 11 h 06 min

    C’est des hommes comme Rebrab qui vont nous sortir du sous développement.Il ne faut pas compter sur tous ces corrompus qui tournent autour du pouvoir et surtout de la mangeoire pour le faire.Pour arriver à cela il faut un Etat de Droit avec tous ses attributs et on ne verra plus ces comportements incroyables de gens qui se servent et servent leur clientèle en toute impunité au lieu de servir leur pays.




    14



    0
    Abo
    21 novembre 2017 - 5 h 59 min

    Laisser les gens travaillent . Système corrompu




    7



    0
    Vive l'Algérie
    21 novembre 2017 - 0 h 40 min

    Un ex – comptable, profité d’une conjoncture, avoir des appuis, limogé un premier ministre……etc ;peut être que tous cela est vrai mais le résultat après 30ans et là , mr Rebrab ce capitaine d’industrie a investi ,créé de la richesse parce que il est tous simplement visionnaire .ça capacité a manager il a prouvé dans d’autre pays qui ce respect dans lesquels aucun autre industrielle algérien ou voleur algerien n’a pus fructifier son capital volé au peuple. Si ce n’est de le placé a banque et vivre avec les intérêts. Je ne connais pas mr isaad Rebrab . je respecte cet homme pour la contribution qu’il à apporté a l’humanité.

    JE SOUHAITERAIS QUE REBRAB ISAAD DEVIENT NÔTRE PROCHAIN PRÉSIDENT




    11



    0
    Aicha Benguendouze
    21 novembre 2017 - 0 h 02 min

    Le comité de soutien à Rebrab accuse l’Etat de favoritisme envers Kouninef…Ya si Rebrab…vous avez toute l Europe et le Bresil dans la poche…pourquoi vous enerver en Algerie….? c est pas le flouss qui manque…! Bonne chance dans vos affaires and God Bless you….




    3



    3
      Anonyme
      21 novembre 2017 - 19 h 47 min

      rebrab aime son pays amazigh et il a sa famille en algerie , ses beaux parents , ses enfants ,ses petits enfents , ses voisins ……..ETC comme toute algerien qui aime son pays ;pas les usurpateurs, les traitres , des lâches qui qui ont transferer l argent du peuple algerien vers l étranger !




      9



      0
    Anonyme01
    20 novembre 2017 - 20 h 55 min

    Une analyse archi-fausse,sinon comment oses tu penser que Rabrab, qui ne jouit d’aucun soutien du pouvoir oserait s’opposer à quiconque pour qu’il puisse avoir un monopole sur un quelconque produit.Tu dois savoir que celui qui peut avoir le pouvoir de monopole est celui qui jouit de bonnes relations avec le cercle du pouvoir, mais jamais avec celui qui ne compte que sur ses moyens, son travail et son sérieux, comme c’est le cas de Rabrab.Ya Boureb c’est évident que Rabrab ne compte que sur lui-même.La preuve c’est qu’il investit actuellement dans des pays étrangers, c’est à dire là ou la concurrence est rude et ou la loi est rigoureusement appliquée et que les soutiens douteux qui viennent d’en haut n’existent pas.Agir de sorte équivaut à dire que Rabrab ne compte que sur ses compétences, son sérieux et sur son travail.Tu dois savoir que l’on en veut à Rabrab parce qu’ il refuse de s’associer à des combines venant d’ailleurs.Je dirai que si on avait quelques dizaines de Rabrab en Algérie, notre pays s’en sortira vite et sûrement de la pauvreté, de la médiocrité et de la corruption qui le gangrènent gravement et en un temps record.Arrêtons de discréditer les rares hommes travailleurs et intègres de chez nous, pour les préférer à des hommes corrompus, médiocres qui ont des soutiens venant d’ailleurs pour des intérêts mesquins.




    28



    0
    Anonyme
    20 novembre 2017 - 16 h 57 min

    Donnez nous dix Rabrab et le chomage sera vaincu et notre pays produira son autosuffisance alimentaire et meme en produits domestiques.Khallou Errajel yekhdem li bladou,il fait vivre des milliers de familles Algeriennes.




    31



    2
    Anonyme
    20 novembre 2017 - 15 h 07 min

    Il est clair aujourd’hui qu’il n’y a aucune base légale ni réglementaire qui justifie les abus outrageants dont se rend régulièrement coupable le DG du port de Béjaïa», estime ce comité. Y a-t-il un deux poids, deux mesures dans cette affaire ? Vous osez encore poser la question ???? WALLAH vous exagérez …. vous l avez dit plus haut il n y a aucune base légale ni règlement dans ce bled (babour autralia) … …….




    21



    2
    Anonyme
    20 novembre 2017 - 9 h 24 min

    khalouh yekhdem ya ibad ellah ! rebrab mrabab, radjel ou nos!! et aussi un os dans la gorge du système rentier ! par son labeur, il est entrain de démontrer que ce système de khobzistes, de passe-droit et de corruption doit disparaitre au profit de la libre entreprise !




    48



    4
    Argentroi
    20 novembre 2017 - 9 h 14 min

    Et voilà que tout s’éclaircit ! Rebrab ne veut pas qu’on touche à son monopole sur l’huile et le sucre. Il veut à lui tout seul le marché algérien. C’est pourquoi ses faiseurs d’opinion sur le Net menaient une campagne de dénigrement contre Kouninef qu’on qualifiait de bourgeois compradore. Qu’en est-il alors d’un entrepreneur comme Rebrab qui refuse la concurrence, n’est-il pas aussi un bourgeois compradore! Et le comité de soutien de Cevital qui choisit le 11 janvier pour son grand rassemblement, veut-il par là rééditer et commémorer les émeutes du fameux janvier 2011 grâce auxquelles Rebrab a obtenu le monopole sur l’huile et le sucre; c’était bien le temps des deux poids, deux mesures et des républiques bananières. Et puisque l’affaire du déchargement est entre les mains d’Ouyahia, pourquoi on s’en prend encore au DG du port? Que cache cette haine à l’encontre d’un simple exécutant sinon que de brouiller les pistes et induire en erreur l’opinion publique pour mieux la chauffer à blanc!




    64



    101
      AURES
      20 novembre 2017 - 11 h 27 min

      Bien répondu !…Bonne analyse de la situation




      15



      50
      Rascasse
      20 novembre 2017 - 11 h 41 min

      Je te laisse juste vérifier la résidence des uns et des autres, le jour où on acceptera le projet d’un enfant du pays et du peuple à ce moment là les chiyatines fainéants cesseront d’exister




      34



      2
      ouali
      20 novembre 2017 - 12 h 46 min

      Rebrab a réussi a renvoyer belaid abdeslam chez lui alors qu’il était 1er Ministre. aujourd’hui qu’il a perdu ses appuis il trinquera. il a aussi détruit le groupe blanky




      6



      27
        nectar
        20 novembre 2017 - 21 h 27 min

        Le groupe Blanky a été détruit par Rahim et ceux qui sont derrière lui..En plus, d’un frère très dépensier au point de croire qu’une fortune mal acquise peut durer….




        5



        0
      zaatar
      20 novembre 2017 - 14 h 12 min

      Par quel tour de passe passe Rebrab tient il le monopole de l’huile et du sucre? qui empêche quiconque d’investir dans ce secteur pour concurrencer Rebrab? Ce n’est surement pas Rebrab lui même puisque les Registres de commerce, les autorisations et toute ce qu’il y a dans la réglementation relève de l’administration de l’état. Or il se trouve, que le port est géré par cette même administration qui fait et défait les règles pour les adapter à sa guise selon les circonstances du moment. Aussi, nul n’est interdit de concurrencer Rebrab, pour peu qu’il ait les moyens et que l’administration l’y autorise (de produire et de vendre dans le secteur) et à ce jeu, on voit bien qui est favorisé. Et s’il y a un comité de soutien pour Rebrab, c’est tout simplement que le bonhomme a su créer cette empathie des citoyens d’en bas envers lui, juste par la force de se conduire et de se comporter. Le peuple d’en bas se trompe rarement… surtout après une lassitude d’un emprisonnement par un pouvoir illégitime.




      27



      1
        Anonyme
        20 novembre 2017 - 15 h 20 min

        @zaatar.Et qui empêcherait ce même état, cette même administration comme tu dis d’organiser la concurrence ! Et s’il devait y avoir concurrence, on ne va pas encore favoriser celui qui détient le quasi monopole ; au contraire, il faut le brider pour un certain moment ! L’histoire des trusts est là pour attirer notre attention sur les méfaits des situations de monopole.




        2



        11
        Argentroi
        20 novembre 2017 - 17 h 36 min

        @zaatar. Et qui empêcherait ce même état, cette même administration comme tu dis d’organiser la concurrence ! Et s’il devait y avoir concurrence, on ne va pas encore favoriser celui qui détient le quasi monopole ; au contraire, il faut le brider pour un certain moment ! L’histoire des trusts et du monopole est là pour attirer notre attention !




        1



        9
          zaatar
          21 novembre 2017 - 8 h 05 min

          Mon ami argentroi, tu réponds toi même à ta question. C’est l’état qui fait et défait tout dans notre bled. C’est elle qui fait les lois et les règles et les adapte en fonction des circonstances du moment. Errachem H’mida et laab h’mida, c’est ce que l’on a toujours dit ici. et donc si tu réfléchis un peu avec cette vérité, tu constateras toi même qu’on veut brider Rebrab au profit de Kouninef sans motif valable puisque personne de nos responsables jusqu’au premier ministre qu’on a interpellé n’a voulu dire un mot la dessus. Ce n’est pas en bridant un acteur économique au profit d’un autre temporairement qu’on fait avancer et fait développer l’économie du pays. Il est clair que cette cabale contre Rebrab est montée de toute pièce par le pouvoir. Qu’on encourage Kouninef pour qu’il investisse personne n’est contre, mais qu’on ligote un acteur économique c’est du sabotage du pays. Sans être pour l’un ou pour l’autre, c’est une question de logique économique pour un pays même avec l’idée qu’au départ ces acteurs ont truandé pour s’enrichir.




          4



          0
      Anonyme01
      20 novembre 2017 - 19 h 03 min

      Une analyse archi-fausse,sinon comment oses tu penser que Rabrab, qui ne jouit d’aucun soutien du pouvoir oserait s’opposer à quiconque pour qu’il puisse avoir un monopole sur un quelconque produit.Tu dois savoir que celui qui peut avoir le pouvoir de monopole c’est celui qui jouit de bonnes relations avec le cercle du président, mais jamais celui qui refuse de financer la compagne électorale du président, comme c’est le cas de Rabrab.Ya boureb c’est évident que Rabrab ne compte que sur lui-même.La preuve c’est qu’il est un investisseur dans des pays étrangers, c’est à dire là ou la concurrence est rude et ou la loi est rigoureusement appliquée.Agir de sorte c’est compter sur sur ses compétences et son sérieux.Tu dois savoir que le cercle du président en veut à Rabrab parce qu’ il refuse de s’associer à des combines venant de lui.Je dirai que si on avait quelques dizaines de Rabrab en Algérie, notre pays s’en sortira de la pauvreté et de la corruption qui gangrène notre économie en un temps record.Arrêter de soutenir les ennemis de l’Algérie pour combattre les hommes travailleurs et intègres de chez nous




      12



      1
    Anonyme
    20 novembre 2017 - 8 h 06 min

    Kouninef ou Rabrab, c’est du pareil au même. D’où sort Rabrab, l’ex-comptable et d’où vient Kouninef. Et c’est valable pour tous ceux qui se sont retrouvés comme par miracle 1100 cent fois milliardaires, par exemple. Alors le petit peuple, cesse de défendre ces rapaces de tous bords.




    15



    37
    Youssef
    20 novembre 2017 - 0 h 11 min

    Plus que ça, il y a deux poids deux mesures, du sabotage, du régionalisme et meme de la traîtrise vis à vis du pays car on empêche son développement.




    51



    3
    Felfel Har
    19 novembre 2017 - 23 h 34 min

    CQFD! Tout ce que le directeur du port de Béjaïa s’entêtait à faire par ses manoeuvres dilatoires de basse qualité , c’était bien de donner un avantage au protégé du clan. En a -t-il reçu l’ordre ou a-t-il agi de son propre chef pour cirer les bottes des puissants du moments? C’est comme celà que ça se passe dans les républiques bananières où règnent les copains, les gredins, et les coquins. C’est parce que K est incapable de battre R à la régulière qu’il a eu recours à tout ce stratagème. Ont-ils étudié la fable du lièvre et de la tortue? Je leur rappelle sa morale pour parfaire leur « bonne » éducation (pas celle de la mafia): « Rien ne sert de courir, il faut partir à point. » R est connu dans le monde entier contrairement à K que personne ne connaît en dehors de sa zaouïa.




    47



    6
      Argentroi
      20 novembre 2017 - 18 h 22 min

      @Felfel Har. A la régulière que tu dis ! Il en découle de cette assertion que Rebrab a bâti son empire à la régulière. Alors l’Algérie est le meilleur des mondes possibles !




      1



      10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.