Que cache le reportage au cœur de la prison dorée des princes saoudiens ?

Prison Arabie reportage
L'hôtel de luxe transformé en prison pour les richissimes princes saoudiens à Riyad. D. R.

Par Karim B. – Le reportage réalisé par la chaîne britannique BBC à l’intérieur d’un hôtel cossu de la capitale saoudienne Riyad a fait le tour du monde. C’est la première fois qu’un média est autorisé à filmer les conditions de détention des dignitaires du régime saoudien que le prince héritier Mohamed Ben Salman a placés en résidence surveillée dans le cadre d’une opération «mains propres» lancée dès le lendemain de sa prise de pouvoir officieuse.

Les images montrent des nababs saoudiens enfermés dans un hôtel huppé, privés de tout moyen de communication avec l’extérieur, selon la journaliste de la BBC qui a reçu l’aval des autorités saoudiennes pour effectuer son travail à l’intérieur de cette forteresse dorée qui sert de prison à des richissimes princes et proches de la famille régnante désormais voués aux gémonies.

Pourquoi le prince Mohamed Ben Salman a-t-il «commandé» cette opération de propagande ? Pourquoi-t-il choisi un média britannique pour ce faire ? Il est évident, en effet, que derrière cette action médiatique qui a eu l’effet escompté, puisque le reportage fait le buzz sur les réseaux sociaux et est commenté par les médias internationaux, se cache quelque dessein inavoué. Le futur roi veut-il appuyer sa «révolution» en marche par des images qui lèveraient le doute sur sa volonté réelle de changer les choses dans cette monarchie dont l’image est ternie par son idéologie wahhabite obscurantiste et les frasques de ses dignitaires directement liées à l’opulence et au faste ?

L’audience accordée par Salman à l’émissaire du président Bouteflika, Tayeb Louh, prouve, en tout cas, que le prince Mohamed n’est pas encore le roi même si, de par ses actions coup de poing, il semble être l’homme fort du régime. Le roi Salman est-il «isolé» et réduit à des fonctions purement protocolaires ou est-il l’instigateur de la nouvelle politique conduite par son fils ?

K. B.    

Comment (4)

    Samira Trabelsi
    26 novembre 2017 - 3 h 18 min

    Al Waleed Bin Talal aurait été pendu par les pieds et battu par des mercenaires américains

    Par Tyler Durden

    Le prince héritier Mohammed bin Salman doit craindre que certains des membres de la famille royale qu’il a fait arrêter lors de sa razzia financière qu’il appelle «lutte anti-corruption» lui tiennent tête. Parce que le prince saoudien aurait embauché une équipe de mercenaires américains qui n’ont pas hésité à employer un éventail de techniques d ‘«interrogations renforcées».

    Comme le rapporte le Daily Mail, des mercenaires supposés employés par Academi, le successeur de la tristement célèbre entreprise de sécurité américaine Blackwater, ont enchaîné certains des «invités» de MBS au Ritz Carlton de Riyad par les pieds et les ont sauvagement battus pendant les interrogatoires. Ces allégations se sont répandues rapidement sur les médias sociaux en langue arabe, et même le président libanais, Michel Aoun, a accusé MBS d’utiliser des mercenaires. Toutefois, le Daily Mail n’est pas l’organe d’information le plus réputé, ces rapports devraient donc être pris avec quelque prudence.

    Ils les battent, les torturent, les giflent, les insultent. Ils veulent les détruire « , a déclaré la source à DailyMail.com.

    ‘Blackwater’ a été nommé par la source de DailyMail.com comme la firme impliquée, et l’attestation de sa présence en Arabie Saoudite a également été faite sur les médias sociaux arabes, et par le président du Liban.

    Le successeur de l’entreprise, Academi, nie catégoriquement être en Arabie Saoudite et affirme ne pas se livrer à la torture, acte illégal pour tout citoyen américain n’importe où dans le monde.

    Le prince héritier saoudien, selon la même source, a également confisqué plus de 194 milliards de dollars sur les comptes bancaires et saisi les actifs des personnes arrêtées, pouvant atteindre un total de 800 milliards de dollars en liquidités et actifs pour reconstituer les réserves saoudiennes en baisse vertigineuse. Compte tenu de l’atmosphère fébrile qui règne dans le royaume et du soutien tacite à la répression parmi les citoyens saoudiens, qui ont vu leurs emplois et les généreuses subventions gouvernementales réduites, MBS a pu contourner le système juridique du pays.

    Il utilise des mercenaires parce que, selon le Mail, les soldats saoudiens pourraient hésiter à torturer des hommes puissants comme le prince Al Waleed bin Talal, pour lequel ils ont eu du respect toute leur vie. Selon le Mail, Talal, qui est (ou était, jusqu’à récemment) l’un des hommes les plus riches du monde, a également été pendu par les pieds et battu.

    « Tous les gardes impliqués sont des agents de sécurité privés parce que MBS (Mohammed Bin Salman) ne veut pas d’officiers saoudiens qui ont eu toute leur vie du respect pour ces détenus « , a déclaré la source, qui a demandé à rester anonyme.

    A l’extérieur des hôtels où ils sont détenus, on voit des véhicules blindés des forces spéciales saoudiennes. Mais à l’intérieur, c’est une entreprise de sécurité privée.

    Tous ces gars ont été transférés à partir d’Abu Dhabi. Ce sont eux maintenant qui s’occupent de tout « , a déclaré la source.

    La source a déclaré que Salman, souvent appelé par ses initiales MBS, mène lui-même certaines interrogations.

    «Quand c’est quelque chose de très important, c’est lui qui interroge», déclare la source.

    «Il leur parle très gentiment pendant l’interrogatoire, puis il quitte la pièce, et les mercenaires entrent. Les prisonniers sont giflés, insultés, suspendus, torturés.

    La source dit que le prince héritier désespère de pouvoir assoir son autorité par la peur et veut découvrir un réseau présumé de fonctionnaires étrangers qui ont pris des pots de vin de princes saoudiens.

    Le rapport du Daily Mail sur le traitement des membres de la famille royale saoudienne arrêtés dans la répression est beaucoup plus atroce que tout ce que les médias traditionnels ont publié. Le Mail a publié des photos de ce qui semble être des détenus dormant sur de minces matelas dans la salle de bal du Ritz-Carlton.

    Parmi les personnes arrêtées sur des allégations de corruption figure le prince Al Waleed Bin Talal, le neveu du roi saoudien qui vaut plus de 17 milliards de dollars selon Forbes, et détient des participations dans Twitter, Lyft et Citigroup.

    La source de DailyMail.com prétend que le prince héritier a bercé Al Waleed dans un faux sentiment de sécurité, l’invitant à une réunion à son palais d’Al Yamamah, puis a envoyé des officiers pour l’arrêter la veille de la réunion.

    « Brusquement, à 2h45 du matin, tous ses gardes ont été désarmés, les gardes royaux de MBS sont entrés en force », a déclaré la source.

    Il a été trainé de sa chambre à coucher en pyjama, menotté, mis à l’arrière d’un 4X4 et interrogé comme un criminel.

    Ils les ont pendus par les pieds, juste pour envoyer un message.

    Ils leur ont dit » nous avons rendu publiques les accusations portées contre vous, le monde sait que vous avez été arrêté sur ces accusations. «

    Bien sûr, il est peu probable que MBS, ou les mercenaires américains, soient jamais poursuivis pour leurs actions, que ce soit en Arabie Saoudite ou aux Etats-Unis. Selon les rumeurs, le père vieillissant de MBS, le roi Salman, pourrait bientôt abdiquer, accordant à son fils le pouvoir illimité de diriger l’Arabie Saoudite comme bon lui semble.

    En 2008, le fils de l’ancien président libérien Charles Taylor, né à Boston, a été reconnu coupable de tortures horribles par un tribunal américain. Le jury de Miami a déclaré Charles Chuckie Taylor Jr coupable pour les huit chefs d’accusation retenus contre lui, y compris des allégations selon lesquelles lui et ses acolytes auraient torturé des victimes au Libéria en les brûlant au fer rouge, et en faisant fondre du plastique et en frottant du sel dans leurs plaies ouvertes.

    Source : http://www.zerohedge.com/news/2017-11-23/alwaleed-bin-talal-hung-upside-down-and-beaten-us-mercenaries

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-5108651/American-mercenaries-torturing-Saudi-princes.html




    0



    0
    Alfa
    24 novembre 2017 - 18 h 48 min

    On arrive à la dernière phase de la Dynastie des Al-Sahioun.
    Ça a commencé avec leur père et ça fini avec le petit fils.
    Comme disait Ibn-Khaldoun, une dynastie se détruit après 4 générations:
    1er: Le conquérant est celui qui a conquit le pays par la force.
    2eme: Le conservateur est celui qui essaie de maintenir l’équilibre chancelant du conquérant
    3eme: L’imitateur est celui qui pense que les 2 premiers sont dans l’erreur.
    4eme: Et enfin Le destructeur est celui qui mène le pays à la dérive en s’attribuant tous les pouvoirs sans penser aux conséquences.




    4



    0
    Rayes Al Bahriya
    24 novembre 2017 - 15 h 16 min

    Y a deux formes de justices.

    Y a l’avocat qui connait bien la loi.

    Et y a l’avocat qui connait bien le juge…




    7



    0
    Aicha Benguendouze
    24 novembre 2017 - 14 h 05 min

    Que cache le reportage au cœur de la prison dorée des princes saoudiens ? Loi de Murphy: Tout ce qui monte finit par descendre. –




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.