Eric Zemmour se déchaîne contre Audin qu’il aurait «abattu de douze balles»

EZ Zemmour
Le très médiatique provocateur français Eric Zemmour. D. R.

Par Karim B. – Le polémiste français anti-algérien et islamophobe Eric Zemmour multiplie les dérapages sur les plateaux des chaînes de télévision et de radio françaises. Après avoir tenu des propos racistes dans une émission de Thierry Ardisson, le présentateur pro-sioniste de l’émission «Salut les terriens», qui lui ont valu une condamnation unanime, Eric Zemmour a récidivé quelques heures plus tard sur RTL.

Intervenant dans l’émission «On n’est pas forcément d’accord», diffusée par la radio propriété du groupe de médias français M6, Eric Zemmour a affirmé, sur un ton dédaigneux, que «ce monsieur Audin» qui «était un idéaliste (…) est mort dans des conditions horribles – mais tous ces gens alliés au FLN, parce que communistes, parce que porteurs de valises, étaient alliés à des gens qui tuaient, massacraient des Français et qui portaient les armes contre la France». Ce nostalgique névrosé de l’Algérie française qualifie l’acte héroïque de l’anticolonialiste Maurice Audin de «trahison en temps de guerre», estimant que «ça mérite douze balles dans la peau». Pour lui, le mathématicien français qui s’est opposé aux crimes de guerre commis par la France en Algérie méritait le «poteau d’exécution».

Eric Zemmour justifie l’assassinat de Maurice Audin par le «contexte» de l’époque, en arguant qu’«en décembre 1956, il y avait 122 attentats, tous les jours un Bataclan, des cinémas sautaient, dans la rue, des femmes et des enfants mouraient». Le chroniqueur manipulateur rejoint l’écrivain algérien Boualem Sansal qui, en 2016, comparait l’auteur de l’attaque de Nice aux combattants du FLN lors de la Bataille d’Alger. Pour lui, l’armée française avait les «pouvoirs de police», justifiant ainsi l’enlèvement et l’assassinat de Maurice Audin au moment où le président français lui-même admet qu’il s’agit d’un abominable crime de guerre commis par le «système».

L’auteur de Z comme Zemmour, issu d’une famille juive d’Algérie, martèle que la France coloniale dont il se proclame «n’a rien fait de mal». Ces crimes étaient, selon lui, «légaux» et leur reconnaissance «va encore aggraver la culpabilité française, toujours au détriment des mêmes», c’est-à-dire lui et ses indignes pendants.

K. B.

Comment (97)

    ****CAPTAIN ALGERIA****
    22 septembre 2018 - 15 h 56 min

    Et pour manipulation et tromperie Zemmour aurait pris combien de balles ?

    Rachid Alger
    21 septembre 2018 - 23 h 59 min

    Albert Camus disait qu’entre la justice et la patrie, il choisit la patrie.
    Maurice Audin lui n’a pas choisit, il croyait et incarnait une autre France, une France juste. Et cette France là, il ne l’a pas trahit, il lui a fait honneur, comme il l’a fait pour son pays l’Algérie, à laquelle il a offert son sang.

    Maurice Audin a sauvé la face pour beaucoup de français, et j’imagine que grâce à son sacrifice, les français épris de justice peuvent regarder cette page de leur histoire sans rougir.
    Quant à ce Zemmour, s’il pouvait m’écouter je lui dirais ceci : les grands hommes suscitent le respect de grands hommes, et la jalousie des minables. Dans très longtemps on continuera à rendre hommage à Maurice Audin, quant à toi, Zemmour, tu mourra un jour comme tout le monde, et on t’oublia très vite.

      MOHAMMED BEKADDOUR
      22 septembre 2018 - 7 h 54 min

      @Rachid Alger
      21 septembre 2018 – 23 h 59 min
      —————————————————————-
      J’apprécie la clarté de ton pseudo, Rachid/D’Alger. Je ne sais pas quel âge tu as, mais je suis sûr que tu aimeras ce partage au sujet de Maurice Audin. C’était en 1975, j’avais mon bac en 1974, en France, et j’étais « appelé » vers notre patrie, à l’époque l’état algérien recrutait et formait dans tous les domaines pour faire le plein en cadres après le vide créé par « L’Algérie française ». Je me suis retrouvé au siège de notre ministère de la défense, conduit par une annonce parue dans le journal El Moudjahed sur l’aéroautique, qui ne précisait pas s’il s’agissait du civil ou du militaire. Comme je voulais une carrière dans le civil, le militaire qui m’avait reçu m’a dit : « Allez voir avec Air Algérie, place Maurice Audin », j’entendais ce nom pour la première fois, l’école française taisait tout cela à l’époque, et voilà, avec le temps, je découvrirai que c’était toujours une histoire militaire même sous l’apparence du civil, bref en s’incrustant dans notre corps l’état français a laissé des traces indélébiles, Maurice Audin est un cas qui sert à nous enseigner la complexité de l’histoire des Francs, issus de l’histoire de l’église, le « Communisme » a un sens au plan spirituel, je te renvoie au cas de Roger Garaudy, à ce que nous signifie son itinéraire.

        Rachid Alger
        22 septembre 2018 - 11 h 26 min

        Bonjour MOHAMMED BEKADDOUR
        Je n’ai pas vécu la guerre, mais je l’ai vécu à travers mes parents et mes oncles, mon père étant chef FLN à la fédération de France, ma mère à vécu l’atrocité de la guerre dans un village kabyle avec les yeux d’un enfant, et qui a été, entre autre, forcée, enfant qu’elle était, à assister à l’exécution de Moudjahids, parfois dévorés par des chiens.
        Hier l’ancien ambassadeur de France à Alger Bernard Bajolet, ancien patron des services de renseignements français, lui qui était derrière le coup de la bousculade au portes du CCF d’Alger à la veille du 1er novembre, avait, dans une interview, dit que le problème avec l’Algérie était entre autre une génération qui entretient les sentiments à l’égard de l’ancienne puissance coloniale.
        Il revendique aussi en guise de mesure réciproque en vue de l’ouverture de l’archive de guerre français aux algériens, que l’Algérie ouvre son archive de guerre.
        Quant aux sentiments à l’égard de l’ancienne puissance coloniale, les français doivent savoir qu’elle n’est pas l’apanage d’une ancienne génération partante. Il y’a de ces crimes qui transcendent les générations de par leur barbarie parfois gratuite. Non on n’oubliera jamais. J’emmène mes enfants plusieurs fois par an au musé du monument des martyres à Alger afin qu’ils sachent, preuves à l’appuis ce qu’on nous a fait.
        Quant à cette réciprocité que nous sortent les français à chaque fois que nous évoquons quelque chose (les tortures, l’ouverture de l’archive,…) moi je dirai que si on doit s’inscrire dans la logique de la réciprocité on doit y aller jusqu’au bout, c’est à dire, ne tourner la page entre nos deux pays que si on va chez eux les occuper 132 ans en pillant, asservissant et avilissant, ce qui, de toute façon, ne nous ressemble pas.

          Anonyme
          23 septembre 2018 - 10 h 18 min

          Je n’ai pas vécu la guerre d’Algérie, mes parents, mes aînés, mes grands-parents oui. J’en ai vu les effets jusqu’en France sur les enfants des algériens immigrés. Aucun oubli n’est possible. Cela n’a rien à voir avec une génération d’Algériens ayant une rancune à l’égard de la France, cela à avoir avec un dégoût, une colère devant des crimes ignominieux que la France et les gens de la veine de Bajolet veulent faire passer pour une histoire anodine. La génération d’algériens de la diaspora qui s’en vient ne sera pas une génération facile pour la France et les gens comme Bajolet, car leurs parents ayant 40/50 ans lisent, comparent, se forment et reviennent à leurs racines après avoir tenté des expériences religieuses (comme ce qui se passait en Algérie dans les années 80/90 mais avec dix ans de décalage), ils en viennent à revisiter leur histoire familiale. Les lectures sur l’histoire de l’Algérie sont de plus en plus fréquentes et l’ambiance politique et médiatique délétère en France sur l’immigration, notamment algérienne, les pousse de plus en plus à chercher d’autres points de vue. Un exemple ? La diaspora a subi un matraquage sur l’ANP comme étant une armée à l’origine des massacres d’Algériens durant la décennie noire. José Garçon, François Gèze, Florence Aubenas, tous ces journalistes aux ordres ont fait et font un véritable travail de propagande. Avec les révolutions arabes et le traitement de l’information, cela les a poussé à revoir avec 20 ans de décalage cette présentation médiatique du « qui tue qui ? » comme ce qu’elle est : une entreprise de manipulation de masse. Et ça c’est impardonnable.

    Anonyme
    21 septembre 2018 - 15 h 19 min

    Audin est un juste,entre dans l’histoire,en Algerie on a pas oublie son sacrifice,quant a Zemmour,il finira dans la poubelle de l’histoire et l’oubli

    Anonyme
    21 septembre 2018 - 7 h 08 min

    a force de se laver la bouche avec de l eau chaude il a fini pas choper des hémorroïdes il croit que c est des amygdales ,,,

    Felfel Har
    20 septembre 2018 - 23 h 36 min

    Si vous étiez comme ce Zemmour, affreux, sale et méchant, que feriez vous pour affirmer votre présence? Vous verseriez dans la polémique en tenant des propos controversés pour faire croire que vous êtes supérieurement intelligent (un trait de caractère de nombreux Juifs), que vous faites oeuvre utile à la société, surtout quand les medias vous ouvrent les plateaux de leurs studios et amplifient vos insanités parce que celà fait de l’audimat et que ça rapporte de l’argent. Le lobby sioniste tient en BHL et Zemmour les plus grands propagandistes de leur doctrine raciste à l’extrême, exagérément élitiste et belliciste. Faisons comme Ulysse, bouchons-nous les oreilles et laissons ces cerbères s’époumonner, ils finiront par s’effacer quand ils réaliseront que personne ne les respectent. Que du mépris pour cette racaille!!!

    7
    5
    Kabyle d'Algérie
    20 septembre 2018 - 19 h 51 min

    Zemmour La Marionette sioniste de la guerre civile en France.

    Dans l’intérêt d’Israël, tout est permis. Et incontestablement, Zemmour va droit dans le sens de la fascisation de la société française et, par conséquent, son alliance avec le parrain du fascisme moderne : Israël. Une Martingale sioniste de la guerre civile en somme dont la victime première est la France dans sa paix civile et l’unité de son peuple et les français dans leur avenir hypothéqué ainsi aux calandres de Sion.

    Eric Zemmour est un sioniste pragmatique. L’intérêt d’Israël et rien que l’intérêt d’Israël. Sans discours, ni trompettes, il avance son schmilblick en toute quiétude. Et tout y passe. Politique, histoire, géostratégie, faits divers et crise internationale, tout est en effet bon pour rallumer la flamme de la haine et la déchirure, armes par excellence de Sion et ses suppôts pyromanes. 

    Le tout sous les cyniques yeux amusés d’une médiocratie française prise en otage par son vice. Le racisme envers l’Africain : l’Arabe et le Noir, bref le Musulman tout court. N’empêche que son discours prend de l’ampleur et il a désormais un auditoire de plus en plus élargi. 

    A savoir ces masses déshéritées qui, tourmentées et malheureuses, recherchent des causes simples et des coupables faciles à designer pour assouvir une vengeance en perspective. Autant dire tout ce que Zemmour sait produire. 

    Or, leur entonne-t-il, la cause c’est l’islam et ce sont les Arabes les coupables. Ainsi, fidélisées et entretenues sous ses nombreuses couveuses cathodiques, ces masses se shootent chaque entrée d’une forte dose de haine annuelle leur permettant de tenir jusqu’à l’année prochaine. 

    Et tout le monde y trouve son compte. Quelques centaines de milliers d’euros pour l’intéressé lui même, le prix sonnant et trébuchant de ce buzz médiatique bien organisé par cette médiocratie décomplexée qui, en plus de voir son fou attitré injurier les Arabes, il ne lui déplaît pas non plus sa réelle aptitude à détourner à son avantage le vrai sens de la lutte sociale. Vraie combine gagnante pour le moment, dans laquelle tout le monde est perdant à terme. Puisque c’est bien connu, l’encre est historiquement le frère jumeau du sang. Car là où coule l’un, l’autre coulera à son tour, tôt ou tard. 

    Et c’est ici en fait que s’accomplit le dessin macabre de Zemmour et ses affidés sionistes, qui, voyant bien le jeu et ses enjeux, lui laissent libre cours à toutes ses outrances frôlant souvent la ligne Maginot infranchissable pour les autres. C’est que dans l’intérêt d’Israël, tout est permis. Et incontestablement, Zemmour va droit dans le sens de la fascisation de la société française et, par conséquent, son alliance future avec le parrain du fascisme moderne : Israël. 

    Une Martingale sioniste de la guerre civile en somme dont la victime première est la France dans sa paix civile et l’unité de son peuple et les français dans leur avenir hypothéqué ainsi aux calandres de Sion. 

    Qui, certes, rapporte moins que l’escroquerie au Carbone, ou au Faux virement, voire celle dite du Sentier, mais qui est en revanche terriblement efficace dans la mesure qu’elle prend tout un pays en otage le temps d’un « shoot » à l’intra-cathodique, terriblement mortel. A l’overdose. 

    3
    6
    Citoyen16
    20 septembre 2018 - 15 h 17 min

    Audin est un heros pour l’Algerie et c’est a l’algerie de l’honorer , mais un traitre pour la france , c’est aussi simple que cela , et c’est ce que cet entete de zemmour veut dire , et c’est evident qu’il
    a tout a fait raison .

    2
    7
    Anonyme
    20 septembre 2018 - 10 h 01 min

    Zemmour toujours perspicace dans ses analyses .L’art de regarder là ou les autres sont atteint de cécité .

    6
    21
    benchikh
    20 septembre 2018 - 7 h 35 min

    Il me fait rappeler ce Zemmour (klaxon en arabe) et son cousin Audin la trahison qu’a subie le messager Aissa (jesus que la paix soit en lui) par Juda le christ .C’est leur méthode diabolique pour y rester en forme ,toute en croyant que les gens sont inconscients de leurs actes.

    7
    7
      Anonyme
      21 septembre 2018 - 8 h 53 min

      @Bencheikh,zemmour veut dire olive ou olivier en langue bérbére à ne pas confondre avec zemmar qui veut dire trompette et non klaxon en langue bérbére toujours.N’oublie pas que l’arabe n’est là que depuis les années 700 dans le sillage des conquêtes islamiques alors que le bérbére est sur ses terres depuis toujours.Arrêtons de falsifier l’Histoire et rendons à César ce qui appartient à César pour faire jaillir cette vérité historique massacrée par une certaine idéologie qui fait de nous un peuple sans passé sans avenir avec un désastreux présent.

    Belzebuth
    20 septembre 2018 - 7 h 31 min

    Ah!… ce cher Éric Zemmour,par analogie nous dirions que c’est comme si les affres de l’armée nazie étaient justifiés à l’encontre de la population civile française y-compris les Juifs de France pendant la seconde guerre mondiale .

    16
    4
    Sprinkler
    20 septembre 2018 - 6 h 00 min

    L’Ange de la mort devra se boucher le nez lorsqu’il viendra reprendre l’âme de cette …Et que dire de la Terre qui accueillera la chair et les os de cette fétide créature !

    19
    6
    Sabrina-DZ
    20 septembre 2018 - 2 h 09 min

    Je crois que j’ai compris pourquoi le raté Zemmour a préféré gagner sa vie en faisant concurrence aux chiens enragés.

    Selon Wikipédia:  » …il échoue par deux fois au concours d’entrée de l’École nationale d’administration ».
    Oui, son QI de minable ne lui a pas permis d’avoir une place dans les grandes écoles, d’où le psychopathe déverse son venin sur toute l’humanité.
    En conclusion: Pour vivre, Zemmour n’a pas le choix d’opter pour la fonction de chiens enragé

    26
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.