Abou Dhabi dépêche des mercenaires en Libye pour appuyer Haftar 

mercenaires
Erik Prince, fondateur de l'agence de mercenaires Blackwater. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Intelligence Online, publication consacrée aux services de renseignement, révèle, dans un article posté cette semaine sur son site, que le fondateur de Blackwater, Erik Prince, a été embauché par les Emirats arabes unis pour prêter main-forte sur le terrain au maréchal Khalifa Haftar et réduire l’influence militaire du Qatar et d’autres acteurs dans le pays.

Etabli depuis le début de la décennie aux Emirats arabes unis (EAU), le mercenaire américain – qui s’est rendu tristement célèbre durant la seconde guerre d’Irak par ses énormes bavures – est l’un des principaux «privés» choisis par Abou Dhabi pour travailler sur les opérations spéciales militaires des Emirats arabes unis en Libye. «Des avions émiratis installés dans une base aérienne secrète sur le sol libyen sont conduits par des pilotes qui ont été recrutés par le fondateur Blackwater», explique la publication, citant des sources fiables.

Pour mener à bien les missions qui lui sont confiées par ‎Mohamed ben Zayed Al-Nahyane, Erik Prince s’est entouré de ses anciens compagnons d’armes, devenus patrons de sociétés militaires privées. Ce sont tous maintenant des mercenaires qui travaillent à leur compte. A ce propos, Intelligence Online révèle que la compagnie émiratie Northstar Aviation qui offre des services aériens militaires, dirigée par des gens qui travaillaient auparavant avec Erik Prince, est également présente en Libye. C’est le cas également de l’entreprise Reflex Responses, basée aux EAU, qui a été chargée par le prince émirati de mettre sur pied un bataillon étranger de 800 hommes.

Selon la même source, bien que la justice américaine ait ouvert des enquêtes sur des tractations en coulisse entre le responsable émirati et le gouvernement libyen parallèle pour la vente d’armements américain, l’ancien patron de Blackwater continue ses missions top-secret sur le sol libyen. Pour beaucoup, ces ventes ont déjà eu lieu.

Ce n’est pas la première fois que des informations font de la présence d’Eric Prince en Libye. Algeriepatriotique rapportait déjà, en janvier dernier, que l’ex-patron de la sulfureuse société de mercenaires, dissoute en 2009, sous-traitait les opérations clandestines en Libye, en soutien au chef de l’armée, le général Khalifa Haftar, à partir d’Abou Dhabi. Depuis 2011, les Emirats arabes unis sont clairement partie prenante dans le conflit libyen. Mais ce sont bien des étrangers qui piloteraient des avions de lutte antiguérilla discrètement déployés sur place en 2015 par Abou Dhabi.

S. S.

Comment (9)

    Kilma
    28 novembre 2017 - 20 h 58 min

    Ces enturbanés. Sont des poisons visqueux.Le Guide disait combattre 48 nations,il avait raison et les preuves sont sur place en Libye.il ne pouvait pas gagner,vu la puissance d’en face,,,bande de lâches et de sous hommes.




    2



    1
    Beka
    28 novembre 2017 - 20 h 01 min

    Et alors si c est pour degommer le clan des barbus de tripoli affiler au quatar ou est le problme, il faut reconnaitre en haftar un ennemis jure des barbus .




    0



    0
    DYHIA
    28 novembre 2017 - 17 h 05 min

    On comprend mieux pourquoi moumou le Haschich ne veut rapatrier ses mercenaires bloqués en Libye. Les mercenaires de Abou Dhabi vont les rejoindre pour incendier la Libye.




    3



    1
    Tinhinane
    28 novembre 2017 - 16 h 49 min

    Ces pays du Golf n’ont pas encore fini leur conquête de l’Afrique du Nord. Ils se croient en l’an 672 .
    Que viennent faire ces mercenaires wahhabite dans cette région…l’époque des conquêtes au NOM d’Allah est révolue.
    Il faut reconnaitre que El-Kadafi, allah yerahmou, était une barrière pour ces nouveaux conquérants.
    Espérons que son Fils Saif rebâtira la barrière.




    10



    1
    Anonyme
    28 novembre 2017 - 16 h 33 min

    Un important reportage a voir absolument https://www.youtube.com/watch?v=7gyVXZDDNI8




    1



    1
    ALGHOUM AZOUG
    28 novembre 2017 - 12 h 12 min

    Le drame est que haftar et son concurrent potentiel ont comme substrat commun l’arabislamisme. Le choix donc pour les pays arabisés comme la Lybie, est dans l’adhèsion au modele d’abou dhabi ou celui de l’islamisme modéré- un euphemisme- l’antichambre de la noirceur




    9



    3
    Anonyme
    28 novembre 2017 - 11 h 19 min

    Ils ont fait appel a ces armees privees composees de mercenaires parce qu elles ne sont pas soumises aux conventions de Geneve,c est a dire elles peuvent tuer, assassiner, maltraiter, emprisonner… sans craindre aucun reglement ni etre poursuivi ou juger suivant les conventions de geneve de 1949.




    13



    1
    saharaoui
    28 novembre 2017 - 11 h 03 min

    Wallah que ces mercenaires font dans leur froc quand il s’agit d’aller au combat. En irak au debut de l’invasion ils etaient a la une car personne ne leur tirait dessus et l’armee US etait la pour ecraser toute rebellion, mais par la suite la resistance a repris le dessus et ils ont commence a se terrer comme des rats, sachant qu’en face d’eux ils avaient de vrais combattants et non des civils desarmes…
    En Libye, ils vont pomper quelques millions de dollars aux anes des EAU et apres ils feront leurs valises.
    quant a Haftar, il se sentira entoure de belle compagnie de ses anciens collegues de la CIA.




    13



    2
    Anonyme
    28 novembre 2017 - 10 h 32 min

    C est une intervention etrangere sous le couvert de Abou Dhabi….le Qatar et Abou Dhabi vont saboter toute possibilite d entente entre les lybiens et vont mettre la Lybie a feu et a sang avec la participation des combattants de DAECH qui ont ete transferes en Lybie fuyant la Syrie et l Irak.




    17



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.