Le groupe Tahkout annonce le montage de véhicules de marque Suzuki à partir de mai prochain

Swift Suzuki
La Swift et Alto Suzuki seront bientôt montées en Algérie. D. R.

Le montage de véhicules touristiques de marque japonaise Suzuki sera lancé au mois de mai prochain à Saïda, a-t-on appris, mardi, de la cellule d’information du cabinet du wali.

Ce projet d’investissement du groupe Tahkout dans la zone industrielle du chef-lieu de wilaya prévoit le montage du premier véhicule de marque Suzuki au début de mai 2018. L’aménagement de l’usine de montage de ces véhicules à Saïda et son équipement seront achevés avant la fin de l’année en cours, a-t-on indiqué.

Deux types de véhicules de cette marque seront produits dans cette usine que sont Alto et Swift qui seront commercialisés au deuxième semestre de l’année prochaine, a-t-on ajouté. Il est prévu que l’usine de montage enregistre plus de 10 000 véhicules par an comme première étape. Un chiffre qui sera doublé à l’avenir.

Ce projet d’investissement premier du genre dans la wilaya de Saïda devra générer 400 emplois en première étape avec une opération de formation théorique et pratique des personnels dans la wilaya de Tiaret, encadrée par une équipe japonaise relevant de la firme Suzuki.

R. E.

 

Comment (10)

    Djamel BELAID
    10 décembre 2017 - 11 h 20 min

    On met en place plein d’usines pour faire du montage de véhicules. Il serait souhaitable de faire la même chose pour le matériel agricole.Certes, concernant les tracteurs, les moissonneuses-batteuses, les charrues des actions sont en cours. Mais il y a un segment primordial oublié. Il s’agit:
    1 – de la fabrication de semoirs low-cost pour semis direct (l’agriculteur sème plus vite pour moins cher tout en s’adaptant au réchauffement climatique),
    2 – de la fabrication d’engins de désherbage mécanique (herses étrilles et houes rotatives – voir la vidéo d’Arvalis.fr « désherbage mécanique » sur Youtube.

    Djamel BELAID. Ingénieur agronome.




    0



    0
    MELLO
    9 décembre 2017 - 20 h 43 min

    Voyez ce qui se passe du coté de Oued Tlelat avec un parking de stockage archi-plein , mais le simple demandeur , le petit citoyen ne peut acquerrir son véhicule que dans les six mois et plus. La cause est que les véhicules Renault sont servis aux trafiquants intermediaires qui ont ouvert des concessions pour pouvoir les revendre avec 30% en plus. Ce commerce illicite n’est pas controlé ni maitrisé par l’Etat, mais plutot encouragé.




    0



    0
    Anonyme
    9 décembre 2017 - 19 h 36 min

    Tahkout, et Co devraient prioriser l’ouverture aux formations de qualité, et de haut niveau, au Managment moderne, aux compétences
    Et non sur la débrouille, le bricolage, la malice, la ruse, les interventions, et les protections par des clans affairistes très puissants
    Au sommet de l’état
    Manque de maturité, de mentalité, et de savoir scientifique, technique, technologique, et industriel
    On construit pas une industrie d’automobiles moderne algérienne du jour, au lendemain avec une mentalité, et réflexes mercantiles
    Du petit commerçant, marchand, et importateur malin, rusé, et corrupteur




    0



    0
    elhadj
    6 décembre 2017 - 9 h 41 min

    après le monopole sur le transport des étudiants,écartant de fait les transporteurs locaux,l implantation d une unité de simple montage rudimentaire de véhicules assembles au niveau des usines mères,voila qu une autre unité de montage est annoncée ce qui ne créera nullement et dans l immédiat une richesse pour le pays en aggravant encore la sortie de devises ce qui n est le cas de ce respectueux industriel du centre qui non seulement pour faire fonctionner son usine finance l acquisition des bovins, assure l alimentation en fourrage mais aussi investit dans la filière pour parvenir a satisfaire les besoins essentiels des citoyens.pourquoi ces nouveaux riches n investissent pas dans des projets industriels de l agroalimentaire pour le développement de l élevage,la transformation des produits agricoles ,la réalisation de marches de fruits légumes et poissons ,de chambres froides a travers toutes les régions ,la mise en valeur des terres et mecanisation de l agriculture etc..dans l immédiat le peuple a besoin de satisfaire en premier lieu l essentiel de son alimentation et sa sante au lieu d un gaspillage inutile des ressources pour des gadgets importes a coups de devises .




    4



    2
    Felfel Har
    5 décembre 2017 - 23 h 34 min

    Nos investisseurs auront beau multiplier les projets de construction automobile en CKD, ils n’auront jamais l’envergure des Henry Ford, Louis Chevrolet, Giovanni Agnelli, Ferdinand Porsche, David Buick, August Horsch (Audi), etc. id est les vrais « constructeurs » et « concepteurs » de ces engins de transport. En Algérie, n’importe qui, avec un peu de pognon, peut prétendre jouer dans la cour des grands, alors qu’il fait du montage, autrement dit, du bricolage. C’est pareil avec les anciens gargotiers devenus bâtisseurs. Ils ont les sous, mais pas l’étoffe de capitaine d’industrie. Ne l’oublions pas!




    5



    3
      Chicago2015
      8 décembre 2017 - 14 h 57 min

      VW-Porsche-Audi est controle par le fond d’investissement du Qatar, Mercedes par celui de Dubai, Fiat-Chrysler-Ferrari des juifs newyorkais Elkann par Abu Dhabi…etc: les bedouins ont place des managers Britaniques aux commandes de ces entreprises germaniques! La Chine produit 22.000.000 d’automobiles par an, sans pouvoir acceder au reel transfert technologique occidental (idem pour l’Inde, Russie ou Coree… du au veto Japonnais/USA/Europeen! la Chine s’essaie au “tout electrique” pour contourner cet obstacle)!




      1



      2
        Felfel Har
        12 décembre 2017 - 17 h 30 min

        CQFD! Merci d’apporter de l’eau à mon moulin. Disposer des sous, sans maîtrise réelle de la technologie, ne fait pas d’eux des « Capitaines d’industrie ». Le montage de kits en CKD n’est pas, à proprement parler, du transfert de technologie. L’industrie de l’auto est très intégrante, elle requiert un réseau de sous-traitants disposant chacun de son « intelligence » (une brochette d’ingénieurs mettant au point leur propre technologie), ce qui est loin d’être le cas à l’heure actuelle en Algérie. Alors ne pavoisons pas trop et ne jetons pas des fleurs à des bricoleurs! Salutations!




        0



        0
    Anonyme
    5 décembre 2017 - 23 h 04 min

    …et le cauchemar continue




    3



    1
    Anonyme
    5 décembre 2017 - 22 h 53 min

    A CETTE CADENCE ON RESSEMBLERA A L’INDE ET LA POLLUTION FERA DES RAVAGES
    ARRÊTEZ CE MASSACRE DE GRACE
    EN QUO CES FERRAILLES SONT ELLES RENTABLES POUR LE PAYS SI CE N EST SUCER CE QUI RESTE DE CE MAUDIT PETROLE
    Y A T’IL MATRE A BORD DANS CE PAYS POUR DIRE STOP A CETTE MASCARADE




    3



    2
    jaber
    5 décembre 2017 - 19 h 33 min

    Ce montage suivra-t-il les autres montages, c’est à dire mettre uniquement en place les pneus ?

    Bonne soirée.




    4



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.