Macron à Alger : une simple «visite de travail» pour la presse française

La presse française a abondamment et diversement commenté la visite de Macron en Algérie
La presse française a abondamment et diversement commenté la visite de Macron en Algérie. New Press

Par Houari Achouri – La presse française a abondamment et diversement commenté la visite du président Macron en Algérie.

Ce n’est pas une «visite d’Etat», avertit Le Figaro, qui fait observer que «pour son premier déplacement officiel en Algérie, le président Macron va devoir se contenter d’un format réduit». Son court séjour, qui ne devrait pas dépasser une douzaine d’heures, est présenté comme une visite «de travail et d’amitié».

Le Figaro rappelle que «ses propos sur la colonisation» avaient déclenché un tollé à droite et dans les milieux des rapatriés d’Algérie : «C’est un crime. C’est un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes.» Le Figaro rapporte la vision de l’Elysée : «Comme au Burkina Faso, Emmanuel Macron devrait se tourner vers la jeunesse afin de présenter une ‘‘vision renouvelée de la France’’. Il s’agit de tisser de nouveaux liens avec un continent africain ‘‘diversifié’’, où l’Algérie occupe ‘‘une place singulière’’».

Le Monde estime qu’«en Algérie, Emmanuel Macron est en terrain ami». Ce journal donne le programme : «Dépôt de gerbe au monument des Martyrs avant une audience avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, puis avec le président Abdelaziz Bouteflika et un dîner de travail avec le président du Conseil de la nation (la chambre haute) Abdelkader Bensalah. Sont également prévus un déjeuner avec des membres de la société civile algérienne, une rencontre avec la communauté française et une courte déambulation dans la ville.»

Dans Marianne, Emmanuel Macron est carrément interpellé : «En Algérie, ayez l’audace de soulever les questions qui irritent», mais pas celles de la mémoire, car «on ne refait jamais l’histoire et on ne construit pas des lendemains tranquilles avec les haines d’hier».

Mais pour Le Point, «quand les jeunes scrutent Macron»… ils n’en attendent rien ! A la question de savoir ce qu’il attend de la visite du président français à Alger, un jeune répond : «Franchement, pas grand-chose !» Et il explique : «Macron est là pour les intérêts de son pays, pas pour le nôtre.» Il va plus loin en soulignant le peu d’intérêt qu’il accorde à ce que dit Macron : «Je ne crois pas que son discours, aussi bienveillant soit-il, soit déterminant pour nous, ici. Nous devons régler d’abord nos problèmes nous-mêmes.»

L’Obs relève : «Pour la première fois, l’Algérie accueille un chef d’Etat français qui n’a pas connu la colonisation. Mais le Président arrive à Alger encombré par un passé commun entre les deux pays qui a toujours du mal à passer.» En définitive, «le voyage officiel en Algérie n’est jamais anodin pour un dirigeant français…».

Le titre du journal économique Les Echos est sans surprise : «Macron à Alger pour resserrer les liens économiques». Le journal croit savoir que «la première et brève visite du président français en Algérie est consacrée ce mercredi aux relations économiques, qui rencontrent des difficultés, et au dossier sécuritaire». Il note que «la place de premier fournisseur du pays a été ravie par la Chine en 2013». Il rappelle que le président Macron enchaînera sur une visite officielle au Qatar où «des contrats sur les Rafale et le métro de Doha pourraient être signés».

Enfin, La Croix réussit à faire la synthèse en affirmant que «les enjeux économiques et mémoriaux seront au centre de la ‘‘visite d’amitié et de travail’’ d’Emmanuel Macron de ce 6 décembre en Algérie». Ce journal croit savoir que «le devenir des crânes algériens conservés au musée de l’Homme et du canon d’Alger installé à Brest devrait être évoqué».

H. A.

Comment (13)

    anti-khafafich
    6 décembre 2017 - 22 h 27 min

    que cela reste bien clair, une simple visite de travail, c’est amplement insuffisant. cela aurait du être : « simple visite protocolaire de fin d’année du brizidane de la diaspora francaise en Algérie ».




    0



    1
    Anonyme
    6 décembre 2017 - 19 h 49 min

    La France d’aujourd’hui n’est pas celle du passé, il faut que les relations avec l’Algérie et la France actuelles s’intensifient pour le développement, l’épanouissement et les échanges en sciences et recherche.




    1



    1
    Mas Umeri
    6 décembre 2017 - 18 h 55 min

    Mr Macron n’a pas de chance, même s’il est animé de bonnes intentions, sa visite est relégué au second plan,le décès de Johnny a été le plus médiatisé.Ce que les algériens demandent c’est le respect de leur pays, pas d’ingérence, pas de coups bas, tel que le soutien inconditionnel a la colonisation du Sahara occidental, par le Maroc. Considérer notre pays comme un Etat souverain, Investir en Algérie, en se conformant a ses lois.




    11



    3
    Felfel Har
    6 décembre 2017 - 14 h 23 min

    Que les merdias français (spécialistes des fake news et de la manip) sachent que la visite de leur président n’est qu’un courant d’air, un épiphénomène, un show médiatique insignifiant et insipide qui ne soulève pas l’enthousiasme des foules. Comme tous les prestidigidateurs, il n’a rien dans la tête, rien dans les poches, juste des illusions, et son « show » ne nous a pas impressionné. Comme beaucoup de Français avant lui, il vient en croyant chevaucher un cheval, il repartira à dos de mulet, en perdant de sa superbe. J’imagine que ces journalistes, formatés par le Capital et les guru de la Com, trouveront le moyen de présenter ce flop comme un exploit digne d’Hercule alors que rien d’extraordinaire n’a été accompli. « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. » (Corneille) Napoléon s’en est inspiré, mais quid de Joly Jumper (pardon de Jupiter)?




    38



    2
    Tin-Hinane
    6 décembre 2017 - 14 h 12 min

    Au delà de ce concert de malveillance et d’insultes qui nous tombe sur la tête de la part des medias français et de leurs complices et acolytes qui ne fait que confirmer ce que nous savons déjà. Connaissant le Figaro et sa ligne éditoriale concernant l’Algérie rien ne devrait me surprendre venant de ce quotidien et pourtant leur « Algérie occupe une place singulière » me laisse pour le moins perplexe, que veulent dire par là, quelle est donc cette singularité ? l’Algérie est aujourd’hui le plus grand pays d’Afrique (grâce à l’occident d’ailleurs puisqu’ils ont partagé le Soudan en deux) l’Algérie est l’un des plus riches pays d’Afrique et ne leur en déplaise l’un des plus dynamiques. De tout ça pour eux l’Algérie n’est qu’une singularité en Afrique. Certes, on ne devrait pas relever ce qu’ils disent sur nous mais puisque nos gouvernants reçoivent les leurs… Enfin bref, les chiens aboient et la caravane passe




    23



    2
    tarik
    6 décembre 2017 - 13 h 35 min

    ya til encore des algeriens fiers de leur pays >????????




    23



    12
      Anonyme
      6 décembre 2017 - 18 h 13 min

      Non !




      4



      2
    Koueyla
    6 décembre 2017 - 13 h 33 min

    « قلب المؤمن مسامح كريم »
    Il faut laisser le passé au passé et tisser des liens de fraternité sincères avec la France sans haine ni esprit revanchard.




    12



    26
      anonyme
      6 décembre 2017 - 14 h 37 min

      Chiatte.




      11



      5
      DZ
      6 décembre 2017 - 15 h 37 min

      s… HARKI




      11



      6
    Viva l'Aldjérie
    6 décembre 2017 - 12 h 26 min

    Dans  » Marianne » Karim Akouche notre ennemi intime s’est fendu d’un article puant sur l’Algérie. Selon lui les Algériens brusquement atteints du syndrome marocain ( servilité+ soumission+ tagine ) attendaient Macron comme le Messie et vivent dans des bidonvilles et des gourbis. Impossible de lui répondre, les commentaires postés d’Algérie ne passent pas.
    Du maroc, de Mauritanie, du Niger, du Mali, du Togo, du Bénin, du Liban, les papiers Q sur l’Algérie ( du reste produits par l’Office maroco-israélien du bashing anti Algérie) fleurissent comme jamais. L’Algérie fait l’objet d’une campagne de diffamation sans précédent dans son Histoire.
    Le maroc nous fait payer le dossier sahraoui, les Africains nous haïssent du bien qu’on leur fait à tous les niveaux, coupables que nous sommes de recevoir leurs mendiants par centaines de milliers mais ils trouvent que ce n’est pas assez, ils voudraient pouvoir se répandre chez nous par millions ; les Arabes font payer à l’Algérie sa politique étrangère de refus se prosterner devant la Yahoudie et ses maitres usraéliens et de massacrer les Yéménites pour leurs beaux yeux ; les journaleux français qui ne nous aiment pas nous reprochent d’avoir su éviter le piège des printemps arabes, ils auraient tellement voulu nous voir subir le sort de la Libye, de la Syrie ou même de la Tunisie aujourd’hui ruinée. C’est une véritable meute qui aboie sur l’Algérie en ordre groupé.
    Si vous lisez le dernier papier du  » Point » : Migrants la voix de l’ Afrique, c’est d’une flagornerie sans nom à l’égard du maroc tout en malmenant l’Algérie coupable de ne pas se laisser subsaharatiser comme n’importe quel pays européen. Le journaleux de service a dû être bien payé en riyad et en chair fraiche pour avoir osé pondre une chose pareille.




    33



    12
      zaatar
      6 décembre 2017 - 12 h 58 min

      Salut Viva l’aldjérie,

      On va les laisser aboyer ces Karim akouche et compagnie. de toutes les manières c’est tout ce qu’ils savent faire… Aboyer, mais n’arrive jamais à faire mal..




      27



      11
    Anonyme
    6 décembre 2017 - 11 h 50 min

    Une visite eclair d un president….simple acte protocolaire.
    Les differends entre la France et l Algerie buttent sur un passe historique a traiter avec beaucoup de justice et de pragmatisme La politique etrangere francaise a sens unique est contraire a ce qu elle devrait etre avec l Algerie.
    Comprehensible que la France perde face aux autres fournisseurs.




    30



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.