Le président du HCA qualifie le rejet d’un amendement sur tamazight de «canular»

Assad amazighe
Si El-Hachemi Assad, secrétaire général du Haut-Commissariat à l’amazighité. New Press

Le «prétendu rejet» par les députés à l’Assemblée populaire nationale (APN) d’un amendement portant généralisation de la langue amazighe et son caractère obligatoire s’est révélé «un canular savamment orchestré pour l’instrumentaliser à des fins contraires aux idéaux de tamazight, socle commun à tous les Algériens», a indiqué, jeudi, le secrétaire général du Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad.

«Le prétendu rejet par les députés à l’APN d’un amendement portant généralisation de la langue amazighe et son caractère obligatoire s’est révélé au grand jour. Il s’agit bien d’un canular savamment orchestré pour  l’instrumentaliser à des fins et objectifs contraires aux idéaux de tamazight, socle commun à tous les Algériens et élément fondamental de la cohésion sociale», a déclaré à l’APS Assad. «Nous tenons à exprimer notre profonde désapprobation devant ces manœuvres tendancieuses qui sèment la confusion et la régression et qui, par ricochet, provoqueraient ire et protestation dans une partie de notre grande nation», a précisé le même responsable. «Le motif de cette instrumentalisation est de dire qu’il y a atteinte à tamazight», a-t-il dit, soulignant que «notre déception est d’autant plus grande que cette supputation est porteuse de conséquences imprévisibles. Elle pourrait impacter négativement sur la stabilité du pays».

Le SG du HCA en appelle à «la sérénité qu’exige la situation sociopolitique du pays», ajoutant que «cette exploitation tendancieuse d’un prétendu rejet doit être clarifiée et expliquée pour en juguler et neutraliser la nuisance». Relevant que «les récentes avancées politiques et constitutionnelles sont indéniablement des acquis majeurs, attendus et salués par l’essentiel des composantes de la nation», Assad a constaté que «des subterfuges et des  entraves sont dressés çà et là pour empêcher l’entame de la socialisation de tamazight».

«Nous assistons encore à une tentative de déstabilisation d’un processus irréversible de parachèvement du cadre juridique d’application des dispositions de la Constitution qui permettra la dotation de tamazight de conditions appropriées à sa promotion au plan culturel et l’instauration, au plan linguistique, des approches et outils scientifiques et académiques requis», a souligné Assad. Il a indiqué également que «certains, versant carrément dans l’amalgame, prétendent que même le budget de tamazight est revu à la baisse», précisant que «la réalité du mode de financement de la promotion de tamazight et des institutions qui y veillent contredit cette allégation».

La reconnaissance juridique «existe», a assuré Assad, précisant qu’«il nous appartient de faire avancer la pratique militante». «L’activisme ne suffit plus, il faut produire, former, diffuser, normaliser et aménager notre langue. Il s’agit aujourd’hui de rattraper le retard accusé dans le domaine de la recherche et des TIC», a-t-il soutenu.

Il a souligné qu’«en dépit de l’immensité de la tâche restant à accomplir dans tous les domaines, le HCA demeure résolument optimiste et pleinement engagé pour assurer un avenir florissant à tamazight, patrimoine de tous les Algériens», ajoutant qu’il «ne ménagera aucun effort pour contribuer à l’aboutissement ce projet essentiel pour la nation algérienne». «Nous devons tous œuvrer à accompagner, de notre mieux, cette avancée constitutionnelle car c’est là l’unique acte majeur dont nous devons nous abreuver en vue d’instaurer la sécurité identitaire des enfants de l’Algérie de demain», a relevé Assad, concluant que «rien ne peut nous dévier de cette voie» en confirmant que «l’officialisation constitutionnelle est un acquis national, car l’amazighité restera toujours synonyme d’algérianité».

R. N.

Comment (2)

    Mourad
    9 décembre 2017 - 10 h 32 min

    Voila un qui ne fait que défendre sa croūte!

    6
    6
    Abdelrahmane
    9 décembre 2017 - 7 h 45 min

    Inutile de tergiverser, l’arabe est illégitime et l’Etat issu du coup d’Etat ne peut faire dans la verité.

    12
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.