Les Emirats recrutent des mercenaires en France parmi les fils de harkis

Légion étrangère émiratis
Des légionnaires parmi les fils de harkis et les personnes d'origine marocaine sont recrutés par les EAU. D. R.

Par Houari Achouri – Des sources informées en France rapportent que les services émiratis ont envoyé dernièrement dans ce pays des recruteurs de légionnaires parmi les fils de harkis et les personnes d’origine marocaine qui ont une formation au maniement des armes, en plus d’anciens militaires de ces deux pays, qui sont déjà préparés à faire la guerre. Ces légionnaires sont destinés à des missions au Yémen, en Libye et d’autres régions. Nos sources précisent que ces recrues présentent, aux yeux des Emiratis, l’avantage de disposer de passeports français.

Parmi les facteurs attractifs qui facilitent le travail des recruteurs émiratis, il y a le salaire de mercenaire et la présence de filles djihadistes, principalement d’origine tunisienne, transférées de Syrie et d’Irak, qui considèrent dans ces circonstances, et dans leur état fanatisé, le crime sexuel, c’est-à-dire le viol et le mariage de force, comme un bienfait vertueux.

Ce n’est pas la première fois que les Emirats arabes unis font appel à des étrangers pour des missions à caractère militaire. Il y a quelques années, c’est le prétexte de la crainte du prétendu danger iranien mais aussi les risques de troubles internes dans le sillage des «printemps arabes» qui ont poussé les services émiratis à acheter à grands frais une armée privée formée de combattants étrangers, en fait de pays occidentaux, non musulmans.

En 2011 justement, les médias avaient révélé qu’un avion transportant plusieurs dizaines d’hommes de nationalité colombienne avait atterri sur l’aéroport d’Abou Dhabi. Déguisés en ouvriers du bâtiment, ces Colombiens étaient des soldats destinés à intégrer une armée secrète de 800 soldats étrangers encadrés, selon les mêmes sources médiatiques, par des soldats américains à la retraite, et par d’anciens membres des unités d’opérations spéciales britanniques et allemandes ainsi que de la Légion étrangère française.

Les dirigeants des Emirats arabes unis ne font pas confiance aux capacités de leur propre armée qui ne serait pas à la hauteur. Les spécialistes estiment que les forces militaires locales sont plutôt modestes et inexpérimentées. Mais cela n’empêche pas les Emirats arabes unis d’installer une base militaire au Somaliland après celle qu’ils ont, depuis deux ans, en Erythrée dans le port d’Assab, et à partir de laquelle ils mènent leurs opérations au Yémen, au sein de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite, contre ce pays.

Les Emirats arabes unis sont impliqués dans des conflits en dehors de leur territoire, au Yémen et en Libye. Au Yémen, leur armée agit dans le cadre de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. Tout récemment, ils ont convenu avec l’Arabie Saoudite du renforcement de leur «coopération» militaire. En Libye, ils offrent un soutien logistique et technique au général Haftar. Il y a quelques mois, les experts onusiens avaient prouvé que les Emirats arabes unis avaient fourni des hélicoptères, des drones, des avions militaires et des véhicules blindés au général Haftar.

Pour rappel, les Emirats arabes unis abritent depuis 2009 une base interarmées française – composée de trois bases militaires (armée de terre, marine nationale, armée de l’air) composée de 700 militaires.

H. A.

Comment (23)

    Anonyme
    10 décembre 2017 - 14 h 02 min

    Kahina : Et qui nous dis que seul les pays du golf ont organisés ce que tu avance !? Les occidentaux sont des anges pour toi dans cette affaire !??????




    0



    0
    Rayes Al Bahriya
    10 décembre 2017 - 5 h 23 min

    Et le président Macron veut forcer la main au
    Regime Algerien pour permettre le retour de
    Harkis pour qu’ils soient des mercenaires
    Suppletifs de la France.
    Le piège est là.
    Un traitre harki restera toujours un traitre harki.




    7



    7
    karimdz
    9 décembre 2017 - 20 h 25 min

    Les émirats arabes unis sont un autre israel au coeur du monde musulman, au nord, il s agit de massacrer à petits feux le peuple palestinien, au sud, c est le peuple yemenite qui fait les frais d’une entreprise criminelle, visant à semer la division le chaos, pour régner et faire main basse sur les richesses de ces pays.

    ET il est triste de constater que des musulmans volontaires ou dupés, participent à cette planification sanguinaire qui touche d autres musulmans. Ils ont réussi à dresser les musulmans, à les pousser à s entretuer, c est elbliss qui se frotte les mains…




    15



    1
    awrassi
    9 décembre 2017 - 19 h 53 min

    Ces fils seraient plutôt des petits-fils, non ? Plus sérieusement, les Emirats recrutent des policiers pour les rues de leurs villes (majoritairement Marocains du Maroc qui parlent arabe). Les mercenaires font généralement la légion pour acquérir la nationalité française après 2 ans d’engagement. Pourquoi les Beurs – Français par filiation mariage ou naissance – iraient chercher la mort dans la péninsule arabique, alors qu’ils ne parlent ni arabe, ni chaoui, ni kabyle, ni chleuh, ni rifain !!!!




    18



    0
    Moh
    9 décembre 2017 - 19 h 04 min

    A ceux qui appellent à bannir le mot fils de harkis de notre langage, jetez un coup d’œil dans Google pour vous rendre compte qu’ils sont fières d’être fils de harkis et sont fiers de leurs parents, vous trouverez des centaines d’associations de fils et filles de harkis fières de l’action de leurs parents, ces filles et fils sont le vivier électorale du FN avec les pieds noirs pour exprimer leur haine de l’Algérie.
    Jeanette Boughrabe n’arrêtait pas de dire je suis fière de mon père sur les chaines françaises.

    Merci à AP et bravo pour cet article, on comprend maintenant la haine que nous portait le cheikh Al Qassimi gouverneur de l’émirat de Sarjah.




    20



    6
    Anonyme
    9 décembre 2017 - 19 h 02 min

    il ne faut pas oublier que du temps de Hollande, le ministre français des anciens combattants était Kader Arif, un Harki de la première heure. Et c’est à ce titre qu’il fut reçu par le ministre des Moujahidine à Alger avant qu’il ne parte en retraite à Lyon.




    14



    3
    Le Patriote
    9 décembre 2017 - 18 h 58 min

    Cest pour cette raison que Macron, lors de sa virée à la rue Larbi BenM’hidi a « demandé à la jeunesse algérienne d’oublier le passé [« laissez le passé passé passer] et de permettre le retour « des Harkis et des Pieds-Noirs ».




    12



    4
    Anonyme
    9 décembre 2017 - 17 h 04 min

    Les harkis et leurs enfants ont bon dos !




    20



    14
    Kahina
    9 décembre 2017 - 16 h 15 min

    Sarkozy et Hollande ont déjà vendu aux pays du golf les jeunes issus de l’immigration ( originaire de l’Afrique du nord surtout). Les jeunes immigrants sont devenus une chaire à canon à exporter.
    Pire que ça…même les Algériens, qui ont été déportés en nouvelle Calédonie en 1871,ont été approchés par ces princes terroristes pour les recruter dans les rangs de DAECH.
    La France vend ses immigrants aux pays wahhabo-terroristes.
    Un esclavagisme légalisé ……




    30



    3
      awrassi
      9 décembre 2017 - 19 h 44 min

      Comme l’Algérie a fait de ses enfants avec les Accords d’Evian ! La France ne s’est pas construite seule …




      4



      2
    Salim SALAMAT
    9 décembre 2017 - 16 h 09 min

    Monsieur Houari Achouri, pourquoi vous nommés précisément « les fils de harkis et les personnes d’origine marocaine » pour le recrutement comme mercenaire dans la légion étrangère ou autres groupe pour donner la mort. !
    Vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a dans ces formations toutes les races du monde, toutes les confessions, toutes les nationalités, toutes les croyances, tous les athéismes etc… etc… . Alors pourquoi ne parler que des fils de harkis. D’ailleurs , je souhaite que le pouvoir algériens interdise l’utilisation de ce terme « fils de harki » car il porte préjudice dangereusement à des enfants de harkis qui n’ont pas choisi le chemin de leur père, au contraire.
    Je ne suis pas fils de harkis ,mais si c’était le cas, je lutterais pour ce terme soit définitivement banni du vocabulaire algérien . Montrer du doigt les harkis oui , ok , d’accord , mais le faire aussi pour les enfants de harkis qui n’ont pas fait ce choix, c’est injuste, très injuste ! Ce n’est pas parce que le père est criminel, ou assassin ou traître que le fils l’est automatiquement !




    45



    11
      Anonyme
      9 décembre 2017 - 17 h 43 min

      Très bonne réponse à cet article,les armées de mercenaires existent partout dans le monde et comprennent des gens de tous les pays, même les états unis d amerique les utilisent au Proche Orient
      .Quant au terme de fils de harki,il faut le bannir à jamais de notre vocabulaire ,les enfants n ont rien à voir avec le choix ,parfois pour des raisons de survie,de leurs parents,il faut rassembler ,ne plus diviser,on a besoin de toutes nos forces vives




      31



      12
      Anonyme
      9 décembre 2017 - 18 h 13 min

      J implore AP de bannir le mot harki,l histoire peut seule porter son juge.Les enfants n ont pas choisi leurs parents,les raisons sont diverses,mais ils ne peuvent etre responsables.
      Manfred Rommel a été maire de la ville de Stuttgart pendant plus de vingt ans,. Il est le fils du célèbre Generalfeldmarschall du Troisième Reich, Erwin Rommel,collaborateur de Hitler.Il n a jamais ete traite de nazi.Le fils ne peut pas repondre des crimes de ses parents.




      14



      7
      L'inspecteur
      9 décembre 2017 - 19 h 14 min

      @Salim SALAMAT
      Pour répondre à ta question pourquoi le journaliste cite les fils de harkis et les mercenaires d’origines marocaines.
      Les services émiratis ont choisit ces deux catégories parce qu’ils sont musulmans et arabes qui passent inaperçus et ça tu le savais, même au sud du Mali dans les armées africaines présentent pas loin des frontières algériennes il y a parmi eux des soldats marocains noirs pour passer inaperçus et ils passent inaperçus..




      10



      3
      salim
      9 décembre 2017 - 20 h 24 min

      Comment voulez vous que nous abandonnons le terme de harki puisque vous même dans votre commentaire vous utiliser  » porter préjudice aux enfants de harki » – quel terme voulez vous utiliser pour puisse les reconnaitre, les enfants des vendus, des traîtres. C’est à vous de vous racheter car vous portez une tare que vos parents ont acheté pour une gamelle de haricots, ce n’est pas à nous de changer, mais à vous de le faire..




      7



      5
      Felfel Har
      9 décembre 2017 - 23 h 14 min

      Je suis tenté de me joindre à vous pour ne pas jeter la pierre aux enfants de ceux qui ont trahi leur pays. Mais quand il s’agit d’enfants de harkis qui poursuivent avec plus d’acharnement le combat d’arrière garde de leurs parents, je prends mes distances avec vous. Certains enfants de harkis sont plus radicaux que leurs parents. Au lieu d’en vouloir à la France qui les a parqués comme des bêtes et qui les a longtemps considérés comme citoyens de seconde catégorie, et qui les utilisent comme pions dans ses relations avec l’Algérie, ils en veulent à un pays qu’ils ne connaissent pas et qui n’a aucune responsabilité dans leur misérable quotidien. Séparons donc « le bon grain de l’ivraie »! Salutations!




      12



      4
    moms
    9 décembre 2017 - 16 h 00 min

    salam. toujours se mefier avec les descendants de harkis ils sont maléfiques leurs adn est atteint il faudra des centaines d anees pour nettoyer cet vermines jamais leur faire confiance!!




    20



    26
      Anonyme
      9 décembre 2017 - 17 h 56 min

      Et les anciens moudjahidine et leurs progénitures qu’ont-ils fait de l’Algérie ?




      75



      45
        Anonyme
        10 décembre 2017 - 6 h 12 min

        Les vrais anciens moudjahidines n’ont jamais eu le pouvoir. Ils ont mené une vie très discrète loin de la politique.
        Tel père tel fils.




        5



        2
    selecto
    9 décembre 2017 - 15 h 43 min

    Le FIS aussi a fait appel aux services des fils de harkis.
    Ces dernières années les filles des harkis ont toute les portes ouvertes en Algérie reçues dans les salons d’honneur des aéroports sous hautes protections.
    Lors des réceptions organisées par les chancelleries algériennes à Paris et sa Région, ambassade, consulats, centre culturel algérien elles font parties des invitées VIP




    27



    12
      moms
      9 décembre 2017 - 16 h 54 min

      @selecto quel fin diplomate tu est la classe!




      11



      7
      Anonyme
      9 décembre 2017 - 19 h 52 min

      Exact. Les frères Hattab sont de ceux-là. Ils ont à leur « actif » l’assassinat de Kasdi Merbah; des ministres de l’intérieur Hardi et Belkaïd; du recteur de l’université de Bab Zouar et bien d’autres hauts cadres de la nation dont le seul tort était leur amour de l’Algérie et celui de ne pas plaire à Mitterrand.




      12



      3
      Anonyme
      10 décembre 2017 - 3 h 54 min

      @ Selecto

      Tu es une boite d’information !!
      Merci !




      3



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.