Promotion de tamazight : Ould Ali dénonce une «campagne de déstabilisation»

Ould Ali appelle la population à demeurer vigilante et dénonce une campagne de déstabilisation
El-Hadi Ould Ali. New Press

Par R. Mahmoudi – Réagissant à la polémique qui fait fureur depuis quelques semaines en Kabylie sur un présumé vote contre la promotion de tamazight à l’APN, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, a appelé la population à demeurer «vigilante» pour préserver la stabilité et la paix en Algérie, tout en dénonçant une «campagne de déstabilisation menée par des parties en propageant de vraies-fausses informations sur le refus de l’APN de voter une loi sur la prise en charge de tamazight».

Intervenant samedi, en marge de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tizi-Ouzou, le ministre, qui lui-même fut longtemps un animateur du Mouvement culturel berbère (MCB), a affirmé que tamazight en tant que langue nationale et officielle «n’a guère besoin de loi spécifique pour sa prise en charge dès lors, a-t-il souligné, qu’elle l’est de fait de par son statut de langue nationale et officielle de tout le peuple algérien».

Pour couper court à ceux qui continuent à crier au scandale, malgré tous les démentis, El-Hadi Ould Ali a assuré que la promotion de la langue amazighe est prise en charge dans le cadre de la loi de finances pour 2018. «Tamazight, a-t-il clamé, a bénéficié au même titre que l’arabe d’un budget de l’Etat pour sa prise en charge permanente.»

Dans le même sillage, le ministre a également assuré que plusieurs départements, dont le sien et celui de la culture, consacrent d’importants moyens financiers pour la promotion de la langue et la culture amazighes, citant quelques exemples récents. Pour lui, tous ces efforts «sont là pour démentir toutes ces rumeurs propagées par ceux que la stabilité retrouvée par la région et le pays dérange».

Pour rappel, cette polémique autour de la promotion de tamazight a été provoquée par la diffusion il y a un peu plus d’une semaine d’une information largement relayée par des internautes, faisant état d’un vote à l’APN contre un amendement portant généralisation de la langue amazighe et son caractère obligatoire. Selon nos informations, il s’agit d’une proposition faite par une députée du Parti des travailleurs (PT) lors d’un vote précédent, présentée par des militants identitaires comme ayant été soumis au cours du débat sur la loi de finances pour 2018.

Ce qui a mis dans la gêne les élus de partis comme le RCD et le FFS qui, selon ces rumeurs, auraient voté contre la proposition d’amendement. Mais les déclarations contradictoires de la députée du PT sur cette question et le silence inexpliqué des députés des deux partis majoritaires en Kabylie n’auront fait qu’amplifier le flou et conforter les fauteurs de troubles dans leur propagande.

R. M.

Comment (2)

    Ath Ouacifs
    10 décembre 2017 - 12 h 35 min

    Non à la truffe: une reconaissance octroyée dans un Etat arabe, c’est l’assimilation par valeurs interposées. Dans la constitutionette il n y a aucune valeur Amazigh, mais repprésente une succursale du panarabisme et pas la Numidie.




    3



    3
    Anonyme
    9 décembre 2017 - 22 h 41 min

    Si c le cas c la faute au predident apn qui ne communique pas,c à lui de dire ce qui s’est passé à l’apn.




    8



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.