Polémique autour de tamazight : les étudiants descendent dans la rue à Béjaïa

La coordination des étudiants, lors d'une précédente manifestations. New Press
La coordination des étudiants, lors d'une précédente manifestation. New Press

Par Rabah A. – La contestation contre le présumé votre contre tamazight à l’APN prend de l’ampleur. Après les lycées, les étudiants font leur entrée en scène. A Béjaïa, hier peu avant minuit, des centaines d’étudiants de la résidence universitaire 17-Octobre sont descendus dans la rue pour protester contre ce qu’ils considèrent comme une «minoration» de la langue amazighe, en se référant à ce mystérieux vote à l’APN où une majorité de députés se seraient opposés, selon la rumeur, à la promotion et à la généralisation de l’enseignement de tamazight.

Chauffés à blanc, après des discours enflammés à l’intérieur de la résidence, ces étudiants ont improvisé une marche jusqu’au campus universitaire Targa-Ouzemmour, sur un parcours de près d’un kilomètre, hissant des drapeaux «amazighs» et d’autres identifiant le Mouvement d’autodétermination de la Kabylie (MAK) et en scandant les traditionnels slogans hostiles au pouvoir et chantant la gloire de tamazigh : «Assa, azekka, tamazight tella tella !» (Aujourd’hui, comme demain, tamazight existera toujours !», «Ulac smah ulac !» (Nous ne pardonnerons pas).

Interrogés sur place, des étudiants nous ont expliqué que cette manifestation est une forme de «répétition» pour «la grande marche» qu’ils ont programmée pour ce lundi. Dans une déclaration rendue publique vendredi, la Coordination locale des étudiants de Béjaïa, qui regroupe une dizaine de collectifs, appelle à une marche populaire lundi 11 décembre au chef-lieu de wilaya pour dénoncer à la fois les lois antisociales et antipopulaires adoptées récemment par le gouvernement et «la précarisation» de la langue amazighe.

R. A.

Comment (9)

    ZORO
    10 décembre 2017 - 23 h 35 min

    Meme quand j ai fait mon service national dans les annees 70 a blida ,batna et bechar je n avais jamais entendu parle nulle part de tamazight amazigh et tout ce qui lié a cette factice liberte tiree des reves ou des cauchemars de certains J ai côtoyé les chouis ,les mozabite et les kabyles qu on appele zwawa et tout le monde parle arabe algerien et comme par magie j apprend a mon vieil age qu il y a une langue amazigh celle des hommes libres qui vecurent librement sur notre sol depuis des millenaires.Enfin salut a chachnock pour l annee 2968 je le salue par ben3amis parce que chachnok est de ma region.
    Signé ZORO. …..Z…..

    10
    4
      Abdelrahmane
      11 décembre 2017 - 9 h 54 min

      @ Salem ZORO. En vérité il n y a pas de langue berbere unique et véhiculaire, il n y a jamais eu. il y a une multitude de dialectes berberes non-inter compréhensibles et différents entre eux comme le français est différent du portugais ou du roumain, ou comme l’alsacien est différent de l’allemand et du néerlandais. Le berbere dit standard qu’on veut mettre en rivalité avec l’arabe et imposer aux algériens n’est autre que du kabyle farci que même le kabyle moyen ne comprend pas et peine à apprendre tellement il est artificiellement tronqué et trituré. le pot aux roses sera découvert lorsqu’on leur dira, « ok, on va l’enseigner, ce berbère, et commençons par l’enseigner (à l’exclusion du français,et même de l’arabe) d’abord et à vous, chez vous ».

      7
      2
        ZORO
        11 décembre 2017 - 14 h 20 min

        Salem akhi Abderrahmane.je ai souvent répété sur ce site que mes parents sans avoir ete a lecole parlaient couramment le francais et l espagnol sans les lire et ce fut le cas de nombreux citadins des villes de louest.
        les espagnols et les francais parlaient eux aussi l arabe algerien, mais cet acquis de ces deux langues etrangeres n a jamais ete en mesure de tisser un lien de fraternite entre nos comunautes (…). il a beaucoup plus important que l apprentissage d une langue pour renforcer les liens entre les communautés. personellement je ne vois que la foi en un destin commun dans une Algerie indivisible, usant d une langue commune a tous les algeriens comme ce fut le cas durant la guerre de liberation, qui nous a rendu tous, si je peux emprunter le terme, AMAZIGH.

        7
        1
    Amazighkan
    10 décembre 2017 - 18 h 16 min

    Les régions arabophones d’Algérie (la majorité) se contrefichent de l’amazighité, de la langue amazigh et de tout le patrimoine amazigh. Il est vrai que l’état a choisi de promouvoir la langue arabe et par malhonnêteté intellectuelle a voulu nous identifier aux arabes. Les kabyles dont je fais partie sont les seuls à revendiquer et à résister contre cette politique d’acculturation et de reniement de soi. Il faut que nous prenions acte de ce constat limpide et sans équivoque pour en tirer les conséquences qui s’imposent. L’amazighité de l’Afrique du nord est une réalité historique et contemporaine et l’ignorer ou la minorer ne peut pas aider à vivre ensemble en bonne intelligence dans un même pays que l’on veut uni.

    7
    8
    Yacine
    10 décembre 2017 - 16 h 07 min

    Lors du Boycott scolaire et la grève du cartable de 1994-1995 observés suite à l’appel de la Coordination Nationale du MCB , appuyée par le MCB Commissions Nationales et qui a amené pour la première fois à l’introduction de Tamazight dans l’école algérienne , le PT n’a apporté aucune contribution , ni de loin ni de prêt à ce mouvement et se bornait à chaque fois à d’opposer sa fameuse lutte des classes chère aux communistes trotskystes , car pour lui seule l’idéologie socialiste comptait même emprunte d’islamisme ou de bâathisme est la bienvenue !
    Il suffit de revoir ses positions par rapport au FIS dissous , pour comprendre que Tamazight est le dernier souci du PT !

    4
    3
      awrassi
      10 décembre 2017 - 19 h 28 min

      Le Parti des travailleurs est un parti trotskiste. Tout est dit ! Trotsky était un agent de la CIA et son internationalisme socialiste était surtout une stratégie pour faire échouer le nationalisme social de Staline … Que l’Algérie ne s’inquiète pas : pour qu’il est révolution prolétarienne, il faut qu’il y ait un prolétariat. Or la plupart des salariés algériens sont fonctionnaires !!!

      1
      4
    Algérien Nationaliste
    10 décembre 2017 - 8 h 57 min

    Comment ça se fait que c’est toujours les kabyles qui défendent les langues berbères et pas les autres algériens ??? C’est dingue ça, à croire que les algériens dans leur ensemble veulent l’islamisation et l’arabisation du pays, c’est dramatique pour l’histoire du peuple algérien qui ne s’arrête pas à Mohammed. Nous avons plus de 3000 ans d’histoire, une culture et une langue qui nous est propre, pourquoi la renier ?

    22
    14
      awrassi
      10 décembre 2017 - 11 h 53 min

      Plus de 80 000 ans exactement (!), d’après les fouilles du site tunisien de Nefta (près de Tozeur) … L’Algérie et l’ensemble du Maghreb sont berbères. Rien de typiquement arabe dans notre cuisine, musique ou habillement. Nous avons pris plus aux Turcs, mais eux-mêmes ne sont pas Arabes !

      12
      8
    awrassi
    10 décembre 2017 - 8 h 15 min

    Je suis chaoui, Algérien nationaliste et patriote, anti-MAK et tout regroupement hostile à notre unité, et je revendique ma langue berbère. La diversité, qu’elle soit ethnique, culturelle, linguistique ou autre est l’oeuvre de Dieu. tamazight nous a été donnée par Dieu. L’arabe est la langue du Saint Coran. Nous pouvons être berbérophones et musulmans; comme les Philippins qui sont catholiques et prient en tagalog, par exemple. L’arabisation ne doit s’opposer à aucune acquisition d’autres langues. Combien de nos frères, souvent de familles révolutionnaires, ont dû s’exiler en France (j’en connais plusieurs et pas tous Kabyles) parce qu’ils ne savaient pas l’arabe et se sont sentis en un jour « étrangers » sur la terre qui leur a donné naissance ? L’arabisation ne soit pas servir d’agent de colonisation, non plus. Il m’est d’avis que certains d’entre nous et d’ailleurs se servent de la langue du Saint Coran pour nous acculturer, comme jadis la France avec le français. Nous devons la résurgence de Tamazight au pire despote marocain, Hassan II, qui a su voir dans Tamazight un moyen de s’attirer les peuples berbères qui se sont souvent ligués contre lui. Tamazight ne nous empêche ni d’être musulman, ni algérien. Elle nous libère des colons arabes qui se cachent …

    19
    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.