Tamazight instrumentalisée : qui veut rééditer le «printemps noir» en Kabylie ?

tamazight Kabylie
Vers un nouveau «printemps noir» en Kabylie ? D. R.

Par Houari Achouri – Vraie ou fausse, authentique ou manipulée, l’information sur le rejet par l’Assemblée populaire nationale (APN) d’un projet de loi visant à financer l’extension de tamazight dans le pays a produit son effet déclencheur. Les dernières nouvelles indiquent que le mouvement de contestation des lycéens et étudiants en Kabylie se propage et bénéficie, même parfois, du soutien d’élus locaux. On parle de démonstration de force à Akbou où des milliers de personnes ont investi la rue, de marches des lycéens des localités de la côte est de Béjaia, d’une grève dans la plupart des lycées de cette wilaya. On parle aussi de la wilaya de Bouira qui rejoint le mouvement, de localités dans la wilaya de Sétif qui en font autant et de marches dans la plupart des communes de Tizi Ouzou.

Cette agitation contraste avec le «calme plat» apparent dans d’autres régions du pays où les populations sont moins vulnérables à ce genre de provocation. Ce qui amène les observateurs qui ont une bonne connaissance de la Kabylie et de l’agitation qui la secoue, pour une raison ou une autre, quasiment en permanence, à estimer que ce qui se passe actuellement n’est pas «innocent». Ils posent la question de savoir pourquoi «on» cherche à déstabiliser la Kabylie et pensent qu’à travers cette région, c’est, en fait, toute l’Algérie qui est visée, en actionnant la provocation qui fait mouche à tous les coups, celle d’une prétendue attaque contre tamazight. Et surtout, ils s’interrogent : qui veut rééditer le «printemps noir» en Kabylie ?

Mais le plus surprenant, «c’est cette attitude laxiste des institutions et de la classe politique devant un péril en marche», comme le relève l’édito d’AP qui souligne que le silence des partis qui ont pignon sur rue en Kabylie «en dit long sur leur incapacité à canaliser la révolte si jamais elle éclate». Toujours est-il que les dirigeants «historiques» du mouvement identitaire en Kabylie, en général, devenus militants dans des partis politiques, ne sont pas écoutés par la nouvelle génération qui a été sensible à cette information, savamment manipulée.

Les appels au calme des personnalités politiques de la Kabylie, issues pourtant elles-mêmes du mouvement contestataire d’avril 1980, restent sans écho parmi les jeunes qui semblent vouloir en découdre. Ils n’ont, d’ailleurs, pas attendu le mois symbolique d’avril pour lancer leur mouvement. Il est certain qu’à la faveur des manifestations et grèves chez les lycéens et étudiants en Kabylie, de nouveaux leaders apparaîtront, et c’est avec eux qu’il faudra discuter.

En réaction, de toute évidence, à ce mouvement, le Haut Commissariat à l’amazighité (HCA) a fait connaître ses actions futures prévues en 2018 dont «l’objectif principal est la généralisation et la socialisation de la langue amazighe à travers tout le pays», selon les propos de son secrétaire général, Si El-Hachemi Assad. C’est la seule réaction institutionnelle connue à ce jour alors que le péril en la demeure se fait plus en plus menaçant. Mais il faudra sans doute plus que cela pour arriver à empêcher le grave dérapage qui se dessine.

H. A.

Comment (34)

    A VAHRI TSILI
    11 décembre 2017 - 23 h 17 min

    GHOURWANE AGMATHNA !!! LE LOUP EST DANS LA BERGERIE… ÇA SENT – LA MANIPULATION – A MILLE LIEU A LA RONDE. FAITES GAFFE LES GARS ! C’EST UN PIÈGE DONT LES FICELLES SONT TIRÉES PAR DES SPÉCIALISTES DE LA MANIP… : LES GENS DE L’OMBRE…!!!




    13



    5
    HOMBRE
    11 décembre 2017 - 21 h 59 min

    les kabyles sont en algerie comme le sucre dans le cafe donc partout et nul part ;quand on parle de l amazigh; croyaient vous honnetement qu on lance un satellite en amazigh? que l on parle amazigh a l ONU ou avec POUTINE?moi je vis en FRANCE si une kabyle passe dans la rue avec sa tenue orange ,elle se fait traitee de sale ARABE !!! donc basta avec ca L ALGERIE TU L AIME OU TU LA QUITTE mais des traitres comme le MAK QU ILS AILLENT SE FAIRE VOIR A TEL AVIV .ici en france je connais un khabyle qui a change de prenom ;pour trouver du travail ;j ai fait sa connaissance je lui ai demande tu es marocain ou ALGERIEN ? il m a dit khabyle!!!! je lui ai dit c est quoi ca ? vous n avez pas de consulat pas d ambassade pas de siege a L ONU pas d armee de BRAVES ANP donc tu est ALGERIEN ? ya le traitre!! il s est fait appeller jacques
    pour trouver du travail ya ouled el kelb
    je tiend a dire que cette histoire est vraie
    QUE les kabyles demandent des visas a la france et ils verront la reponses d autres ont voulu servir la FRANCE et ils se sont fait tuer comme des chiens!!!! pour leur allegeance servile traitre tu es traitre tu resteras




    20



    18
      Lyes Oukane
      12 décembre 2017 - 3 h 19 min

      @ Hombre . Pour changer de prénom il y a deux solutions . 1 ) il faut passer par le tribunal avec assentiment d’un juge pour changer ne serait-ce qu’une lettre de ton nom ou prénom ( idem en Algérie et partout dans le monde ). 2) Autre solution . les parents HARKIS de ton copain ont étés conseillés par l’administration française à donner un prénom français à leur enfant pour être  » intégré  » ( ex: Jeannette Boughrab ) . Ton copain ,pour trouver du travail ,doit obligatoirement présenter une pièce d’identité , mais pas que , avec sa vraie identité . Sinon il restera chômeur toute sa vie . Il a dû bien rigoler en te faisant avaler un tel bobard . De plus ,par les temps qui courent ,un arabe qui falsifie son prénom et même sans rien falsifier du tout est déjà suspect …

      Ps : tous les harkis n’ont pas voulu changer les prénoms de leurs enfants . seuls les pleutres ,les plus naïfs ont accepté cette  » transaction  » post coloniale .




      5



      8
      karimdz
      12 décembre 2017 - 6 h 53 min

      Cela me fait penser à une phrase que nos ainés qui ont connu l occupation : « arbi arbi oualoukan colonel…. » j ai oublié le nom lol, des compatriotes pourront me le rappeler.

      Meme les harkis qui avaient pourtant collaboré, ont été traités comme des chiens en France.

      Comme quoi tu auras beau changer ton nom rien n y fera. Il y en a meme parmi les harkis qui dépités, reprennent un nom arabe…




      8



      2
        Abdelrahmane
        12 décembre 2017 - 10 h 40 min

        « el-3arbi 3arbi 7ata law kana el-colonel bendaoud ». c’est une histoire vraie.




        6



        3
          ZORO
          12 décembre 2017 - 16 h 19 min

          L histoire est vraie ,ya si abderrhmane mais je pense qu elle doit etre revue du fait que l arabe d hier à l instar de kamel Daoud tient à renie son arabite pour son amazighité , le colonel bendaoud retrouverait alors son origine avec ses hauts et ses bas il serait alors plus juste de dire: Elamazighi ghir amazighi loukane houa el colonel bendaoud.
          SigneZORO. …..Z…..




          7



          3
          karimdz
          12 décembre 2017 - 19 h 49 min

          Merci Abdelrahmane, c était le fameux colonel bendaoud.




          5



          2
      Anonyme
      12 décembre 2017 - 13 h 58 min

      T’es ridicule!




      2



      4
    karimdz
    11 décembre 2017 - 21 h 31 min

    On aurait cru qu avec l officialisation de la langue tamazigh, la création du haut conseil de l amazighité, la promotion de la kabylie, que cela allait calmer les esprits, mais non, on constate que des milliers de gens, manipulés ou non, continuent de manifester plus à tort que raison pour revendiquer, revendiquer et toujours revendiquer…

    La main étrangère y est pour quelque chose sans aucun doute, mais aussi la complaisance de l Etat face au mak qui a pignon sur rue.

    Je pense personnellement qu il faut crever l abcès une bonne fois pour toute dans cette région d Algérie, organiser un référendum pour ou contre, non pas l indépendance, mais l autonomie. Une autonomie que devront assumer les habitants, hormis bien entendu, les affaires étrangères, et la défense nationale, pas question que cette région ne devienne un bastion du sionisme au coeur de l Algérie.

    Je sais personnellement que beacoup de kabyles sont exaspérés par ces manifestations de trop, comme si, les kabyles étaient mis à l index, alors que comme beaucoup le savent, ces algériens sont bien intégrés partout dans l appareil de l Etat, dans l administration, le commerce, les ministères, l armée etc. S il y a une région qui devrait le plus se plaindre, c est bien le sud sous équipé.




    24



    14
    bango
    11 décembre 2017 - 21 h 18 min

    Vive l’Algérie sans les islamistes




    15



    12
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 18 h 17 min

    Meme je suis pas kabyle ca fait plaisir de voir des vivants pas les autres irremediablement decapites par
    « l islamisme _l arabisation et l eternel colonialisme avec passeport diplomatique « 




    16



    16
    M'hend
    11 décembre 2017 - 17 h 57 min

    Sincèrement, je constate avec beaucoup de regrets que NOUS les Kabyles sommes facilement très manipulables par les gens de l’ombre….. Cependant, il y a lieu d’attirer notre attention que de cette MANIPULATION sans nom, il y aura UN SEUL PERDANT : LA KABYLIE ET LES KABYLES… Beware lads !!! The situation is so DANGEROUS……




    27



    20
    Mohamedz
    11 décembre 2017 - 17 h 48 min

    Tant que notre chère ALGERIE restera prise en otage entre le « Clan d’Oujda » et le « Clan de Tizi » elle n’avancera JAMAIS.
    C’est ma profonde et sincère conviction au regard de la réalité quotidienne du terrain.
    Par conséquent, on doit sauver le pays du Million et demi de Martyrs et le prémunir de ses ennemis héréditaires que sont le Maroc, la France et l’Arabie Yahoudite.




    20



    11
      awrassi
      11 décembre 2017 - 21 h 30 min

      Désolé, mais le MAK vit à l’étranger et ne représente vraiment pas grand chose en nombre. Il peut faire les yeux doux à la diaspora kabyle, mais je ne lui donne pas dix minutes à Tizi Ouzou ! Quant au clan d’Oujda, merci à l’armée de vous en occuper s’il ne travaille pas pour l’Algérie !




      12



      6
    Didouche
    11 décembre 2017 - 17 h 41 min

    j’avais des doutes sur les réelles intentions du parti qui a proposé un amendement pour rendre obligatoire l’enseignement de Tamazight sur le territoire national et ce à cause de la proximité de ce parti avec les partisans du 4eme mandat .idem pour la réaction des partis de la majorité par rapport à cette proposition.mais avec l’article provocateur de chawki amari sur El Watan,il est certain qu’on veut encore utiliser la Kabylie ,comme en 2001, comme terrain pour des règlements de comptes entre clans au pouvoir.la promotion de tamazight est un droit légitime.vous n’avez pas le droit d’utiliser la Kabylie et sa jeunesse à des fins de préservation du pouvoir.




    15



    3
    ZORO
    11 décembre 2017 - 17 h 10 min

    Sur ce sujet mehenni est tres clair ,il s est démarqué de tamazgha et tamazight ,il s est tracé un pays et confectionné un dapeau il defend takvailit et seulement takvailit precise t il.alors qui pousse les kabyles a se faire avocat de tamazight qui les depassent et de tres loin?????ma fhemna wallou!!!!
    SIGNE ZORO. …….Z…….




    12



    16
    Karamazov
    11 décembre 2017 - 16 h 51 min

    A chaque fois que ça bouge en Kabylie, on se demande pourquoi. Et pourtant ce n’est ni la première ni la dernière fois. Et, à ce jour on n’a pas encore trouvé la main de l’étranger qui active.

    Bien sûr que les kabyles qui nagent dans le bonheur le plus total, encore plus que le reste de l’Algérie, n’ont aucune raison de manifester.

    Cette région qui est la seule en Algérie qui n’a pas conscience de soi et de la chance qu’elle a de se trouver dans un paradis ne sait vraiment pas se réjouir.

    C’est sûrement Netanyahou et Trump qui sont derrière cette agitation. Avec la complicité de Sansal, Ferhat, KD, YK et Idir, bien entendu.




    17



    10
    ASVOUHROU
    11 décembre 2017 - 16 h 51 min

    Salam, Azul, Bonjour, Good morning, Buongiorno, Buenos Dias et 你好 (au choix).
    Il est vraiment dramatique que nos fameux dirigeants FLNistes n’aient pas trouvé encore(cela fait 65 ans) la bonne voix pour régler définitivement le choix de la langue ou des langues d’enseignement dans nos écoles. Ils ne l’ont pas fait ou ils n’ont pas oser le faire pour la bonne et simple raison, et ça tout le monde le sait, pour eux il n’y a que leur interêt et l’interêt tribal de leur proche qui compte, du moment que ces pseudos révolutionnaires avaient et ont toujours la possibilité d’envoyer leurs enfants dans des écoles privées en Algérie ou dans des écoles et universités chez madame la France ou ailleurs en Europe et aux USA.
    Il est grand temps de s’arréter et de définir l’école de demain en Algérie. Basta de cacher le soleil avec un tamis. La réalité est là et on ne peut pas l’occulter. La langue Arabe et encore plus la langue Amazigh(que je respecte bien, que je parle très bien car c’est ma langue maternelle) sont des langues de culture et de morale pour le peuple. Mais, car il y’a un mais et c’est le peuple lui même, qui lui doit manger et doit se developer dans un monde de plus en plus rude où les sentiments genre ‘’ Melyoune oua nisfe melyoune chahides’’ n’ont plus leurs places. Rabbi yerhame echouhadas, mais il est temps de se réveiller. Nationaliste au plus profond de mes sentiments, je propose qu’il y’est un réferendum populaire pour le choix d’une langue de travail ( Français ou Anglais) aux cotés de l’Arabe et Tamaghth afin de maintenir ne serait-ce que l’écart, de plusieurs siècles qui nous sépare des pays développés et ce dans tous les domains. Détrompons nous, le développement ce n’est pas la 2, la 3 ou la 4G pensée et réalisée par quelqu’un d’autre. Regardons l’état déprimant des sociétés Arabes et méditons, car il y va à long terme, de la sauvegarde de notre patrie. Les discours auréolés des rouh el-watania et thawriya sont creux et la jeunesse Algérienne a compris et personne ne peut plus la tromper.




    10



    7
    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    11 décembre 2017 - 16 h 17 min

    A mes chers même très chers, compatriotes avec qui je partage la cause Tamazight. TAMAZGHA ou TAMAZγA n’est pas rien que la Kabylie, elle s’étend sur tout le nord-africain à savoir : la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, le Sahara occident, la Libye et Mauritanie ainsi que partiellement cinq autres pays , nord du Mali (voir Azawad), nord du Niger, une partie de l’ouest de l’Égypte (comprenant la région imazighenes de Siwa), une partie du nord du Burkina Faso, ainsi que les enclaves espagnoles de Melilla, Ceuta et des Îles Canaries.
    Certes nous sommes nombreux à pratiquer la langue amazigh en Algérie c’est notre identité. Nul avant ou après, ne peut réfuter ni ôter à cette terre cette identité.
    Dites à celui qui prétend défendre cette langue et cette identité qu’il nous exhibe ces travaux de recherche scientifique, académique etc…, Evitons d’être manipulé , aux jeunes, à tous les jeunes votre jeunesse a besoin de vous.
    Lors du séminaire sur Jugurtha qui s’est tenu en Aout 2016 à Annaba, un conférencier Virgilio Enamorado Martinez éminent universitaire espagnol a abordé l’historiographie des Amazighs dans le contexte du règne de Jugurtha. Il avait paraphrasé sa conférence en disant « qu’on ne peut parler de l’Andalousie sans parler des amazighs ».
    Ce que j’ai aimé à aucun moment il n’a utilisé le mot Berbère quand il parlait des Amazighs. Chers compatriotes arrêtons le tberbir et soyons amazighs en continuant à travailler comme D’al Mouloud , Said Boulifa et tant d’autres. Ils ont fait un travail colossal sans demander quoique ce soit d’autant plus le contexte et bien meilleur, l’environnement est plus apaisé, sauvegardons cet acquis qui est la stabilité.




    15



    12
      Bouzorane
      11 décembre 2017 - 18 h 57 min

      Votre message aurait été parfait s’il ne faisait pas référence à un cosmopolitisme nord-africaniste aussi toxique que le cosmopolitisme arabo-islamiste… Nous sommes amazighs mais nous sommes ALGERIENS avant tout…Nous somme Algériens, Algérianistes, Algérophiles… Au diable « l’Afrique du nord » et au diable « le monde arabo-musulman »… Seule l’Algérie compte… Seule l’Algérie existe!… Je dois préciser néanmoins que je ne reconnais pas les frontières héritées du colonialisme : nos frontières ouest s’étendent jusqu’au oued Moulouya, des villes comme oujda et Figuig sont algériennes..; de la meme façon, les touareg sont tous algériens et leurs régions, aujourd’hui éparpillées entre le mali, le niger, le burkina et la lybie doivent etre annexées par l’Algérie




      9



      4
      momo
      11 décembre 2017 - 19 h 29 min

      Reviens sur terre my friend. Vous proposez français ou anglais. Le français, je comprend; il est déjà présent et c’est dans cette langue que la déclaration du 1er novembre a été faites, but english, after 45 years in this country, I haven’t met that many people who understand it and even less able to speak it. A moins que vous nous importiez des séoudiens pour nous l’enseigner, eux la maitrise parfaitement.




      4



      7
        ZORO
        11 décembre 2017 - 22 h 52 min

        Since momo is an Algerian he can teach us we are in the right way ,English is certainly useful than french.
        Signé ZORO. ..Z..




        2



        1
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 16 h 09 min

    Une chose est sûre, l’APN est devenue le lieu de rencontre des ennemis de l’Algérie.




    16



    6
    mouatène
    11 décembre 2017 - 16 h 06 min

    mesdames et messieurs bonjour. allez y doucement s’il vous plait ! il n’y a jamais eu, il n’y a pas et il n’y aura jamais le feu dans la MAISON ALGERIE comme il y en a eu pendant la colonisation. un peu de retenue, une journée comme celle là doit etre consacrée à la commémoration du 11 DECEMBRE 1960, jour ou le peuple algérien a démontré au monde entier qu’il est décidé à chasser l’occupant. je m’incline devant la mémoire de tous ceux qui sont tombé ce jour là et rendre hommage à la MAMAN algérienne qui , de par ses YOU YOU faisait trembler la soldatesque coloniale. que vice le peuple algérien dans la paix et la prospérité et gloire aux martyrs de toutes les révolutions. le mazighe vient après, nous avons tout notre temps.




    13



    11
    Larbi ould el arbia
    11 décembre 2017 - 16 h 04 min

    c’est un site pro kabyle
    des qu’un arabe émet un avis contraire il n’est pas publié
    Pourquoi cette censure
    Publiez si vous êtes authentiques




    21



    28
      Bouzorane
      11 décembre 2017 - 18 h 38 min

      J’ai constaté une chose Curieuse : la plupart de ceux qui revendiquent leur arabité, le font en se référent à leurs mères (oueld el arbiya), par contre, ceux qui se considèrent comme amazighs, ceux-là se réfèrent plus à leurs père!!… Qui dit vrai, les papas ou les mamans??… de la part non pas d’un kabyle, mais d’un chaoui oueld echaoui




      11



      6
        ZORO
        11 décembre 2017 - 23 h 32 min

        Si tu es musulman tu ne dois pas ignorer que c est au nom de ta mere qu on te fait la chahada.c est elle seule qui connait ton pere alors a toi de decider qui dit vrai dans cette affaire les fils a maman ou les fils a papa???
        SIGNE.ZORO. …..Z……




        4



        6
    Kahina
    11 décembre 2017 - 15 h 56 min

    Il faut chercher du coté des complices du mekhzen qui siègent à l’APN …
    Il faut trancher sérieusement et rapidement sur la langue Amazigh. Les mekhzeno-waahabites qui siègent à l’APN doivent arrêter de faire barrage à la langue Amazigh pour provoquer un soulèvement en Kabylie.




    24



    10
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 15 h 32 min

    L’histoire n’est pas falsifiée, c’est comme ça, chacun vit son amazighite chez lui dans son akham, toute l’Algérie est comme ça avec leur propre tribus éparpillées. ..




    11



    8
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 15 h 18 min

    Pour régler une bonne fois pour toute le conflit identitaire et de langue en Algérie, l’arabisation ne doit plus être imposée dans toutes les régions berbérophones. Ok pour le maintien de l’arabe dans les autres régions arabophones, mais toutes les régions berbérophones doivent avoir le droit d’étudier dans leur langue millénaires et ancestrales le tamazight dans leurs universités et leurs écoles, n’en déplaise aux arabistes arabo islamistes baahtistes qui ont fait le nid de l’intégrisme et l’extremisme religieux. Nous ne sommes pas arabes, que cela soit bien claire. Le peuple algérien dans sa majorité absolue est amazighe, il s’exprime dans ses langues locales le daridja et tamazighte. Cessez de falsifier l’histoire de ce pays. Dés que la Kabylie tape du poing pour rappeler à l’ordre le régime qui tente mais en vain de détruire l’identité authentique amazighe du peuple algérien, et d’arabiser sauvagement les régions berbérophones, on parle de manipulation pour faire taire les contestations légitimes.




    15



    10
    NON A' l'ETAT ARABE
    11 décembre 2017 - 15 h 05 min

    L’ unique alternative c’ est bien le retablissement de la verite’. Entre l »Etat arabe qui ne correspond en rien a’ la nature berbere et les tensions que ce choix scelerat induit( le manque d’ adhesion de la kabylie a’ l’ Etat arabe date de 1962), il y a le vide entre institution et peuple. Donc se limiter a’ la condamnation pseudo morale est le signe Clair que le vide politique du regime est le veritable probleme. Plutot que de d’esser avec le mensonge identitaire on veut persistere dans la  » stabilite’ dans la vous » du devoir-etre arabe, parce qu’ une caste a decide’ que nous le devrions devenir.




    12



    15
    Grave
    11 décembre 2017 - 14 h 34 min

    quand on falsifie l’histoire et qu’on cache la vérité a ses jeunes générations, on arrive a se résultat ; l’ignorance des jeunes facilite la route au magouilleurs!!! Ils sont facile a manipuler, il suffit d’allumer la mèche pour que tous s’enflamment. Ces ados sont devenus sources de gain pour les syndicaliste qui n’ont aucun intérêt autre que de remplir les poche et le ventre au détriment d’un niveau d’éducation qui se dégrade de jour en jour… pauvre Algérie trahie par les siens.




    17



    10
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 14 h 22 min

    Monsieur Achouri , vous rejoignez , amplement, mon analyse à ce sujet. En effet, dès que le pouvoir veut préparer et réaliser quelque chose, on secoue cette Kabylie assise sur des charbons ardents, il en fut ainsi pour tous les soulèvements de cette région. Mais, ils (ces gouvernants) doivent savoir que la population de la Kabylie ne veut plus s’engager dans des actes d’extrêmes violences , car le pacifisme , prôné par les partis politiques justement, a pris le dessus sur toute action de dérapage . Le Kabyle est devenu plus sage et sait comment séparer le bon grain de l’ivraie. En effet le silence des autorités est bien parlant d’un projet de déstabilisation de cette région , hormis la réaction du Ministre OULD ALI , qui était lui même acteur du mouvement berbère, il en sait beaucoup. Que ceux qui se targuent de tirer sur la Kabylie, s’en rendent compte que cette KABYLIE fait partie intégrante de cette ALGERIE – ALGERIENNE.




    27



    15
    Mokrane
    11 décembre 2017 - 14 h 13 min

    Le Régime Allaouite du Makhnez est en train de tout faire pour créer un Hirak du Rif dans notre chère Kabylie avec la complicité des fils de Harkis de chez nous d’où la plus grande vigilance de la part de tout algérien.




    29



    30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.