Silence, on marche !

La contestation se propage comme une traînée de poudre. D. R.
La contestation se propage comme une traînée de poudre. D. R.

Par R. Mahmoudi – Le mouvement de contestation des lycéens et étudiants en Kabylie se propage comme une traînée de poudre et risque de devenir sérieusement menaçant avec l’entrée en scène annoncée de certains agitateurs politiques. Cela dit, le vrai danger est que ce mouvement serve de creuset à une contestation sociale plus large qui couve depuis longtemps. Car, il ne faut pas voir dans ces manifestations de jeunes une simple réaction par rapport à «un déni identitaire» ou au statut de la langue amazighe mais l’expression d’un marasme autrement plus profond qui touche notamment les étudiants qui voient les horizons bouchés. Ces processions sont, à vrai dire, à associer à l’image de la longue file scandaleuse des étudiants, le mois dernier, devant l’Institut de la culture française à Alger.

Mais ce que l’on ne comprend pas, c’est cette attitude laxiste des institutions et de la classe politique devant un péril en marche. Car, dans cette histoire, il n’y a pas que l’APN qui doit réagir pour dissiper les incompréhensions et apaiser les esprits avant que la situation ne devienne incontrôlable. Hormis le ministre de la Jeunesse et des Sport et le secrétaire général du Haut Commissariat à l’amazighité, dont la voix est malheureusement inaudible, on n’a vu aucune autorité s’adresser à l’opinion publique et donner des explications sur cette obscure affaire.

La responsabilité est aussi partagée par les partis politiques, même si celle du Parti des travailleurs est, ici, plus lourde. Certains soupçonnent aujourd’hui sa députée, qui est à l’origine de ce grand cafouillage, de s’être prêtée, volontairement ou involontairement, à un jeu dangereux. Ses atermoiements n’ont fait qu’envenimer un climat déjà assez lourd.

Mais quid des autres partis qui se targuent depuis quelques semaines d’avoir repris les rênes en Kabylie ? Leur silence en dit long sur leur incapacité à canaliser la révolte si jamais elle éclate.

R. M. 

Comment (17)

    LOUCIF
    12 décembre 2017 - 12 h 24 min

    Tonton l’internaute @BonASavoir, je m’adresse à toi qui à l’air de bien maîtriser l’histoire, mais aussi a tous ceux qui font semblant de ne pas comprendre le juste combat des Kabyles.

    D’abord, nous les kabyles on sait qui on est, et la langue qu’on utilise entre nous c’est le berbère kabyle. On sait tout simplement qu’on est des berbères kabyles par notre culture et par nos coutumes. En Kabylie, tout le monde sait, même le Dalaï-Lama, qu’on parle le berbère kabyle. Le reste est pour nous subsidiaire.

    Maintenant si toi tu penses connaître à fond l’histoire de l’Algérie et de la Numidie, je crois que tu devrais écrire des livres au lieu de nous jeter à la figure quelques hypothèses sur Algérie et sa région ici sur Algérie Patriotique. De plus, si tu penses nous faire croire que tu as suivi toi-même au fil du temps, en historien chevronné scientifique, la fresque historique du Maghreb et de notre pays, cela veut dire que tu as l’âge du temps et donc tu es une sorte de patriarche biblique témoin vivant de l’évolution de l’histoire, de la démographie et du mouvement des populations et ce jusqu’en 2017.

    De tout façon même si ce que tu dis est juste ou vrai ou ce que tu veux, nous les kabyles on veut simplement que notre langue et notre culture ne disparaissent pas et qu’elles ne soient pas entièrement phagocytées ou remplacée par l’arabe ! Çà nous fait mal de voir notre patrimoine culturel être remplacé progressivement par la culture arabo-musulmane, même si l’arabe est considérée comme la langue de Dieu et du coran ! On n’a rien contre l’arabe ou le Coran. Je suis sûr que de ton côté tu ne souhaiterais jamais que ta propre langue arabe soit phagocytée par quelque autre langue étrangère que se soit ! Ok, on s’est compris oui ou non ???

    Aussi, les berbères (kabyles, chaouis, mozabites, targuis etc… etc..) , demandent juste que le gouvernement budgétise annuellement et d’une manière conséquente dans La Loi des Finances un chapitre pour faire comme il a fait pour réhabiliter et développer l’arabe et l’islam depuis l’indépendance ! C’est l’État lui-même qui doit et qui a le devoir de protéger et développer le patrimoine culturel du pays dont Tamazigh est un élément. Les revenus du pétrole sont un bien commun à nous tous et pour son utilisation tous les citoyens sans exception ont le droit d’en profiter équitablement. Pourquoi le pouvoir de 1962 a utilisé cette technique pour l’arabe et qu’il a bien réussi et il refuse de le faire d’une manière franche et d’une manière transparente pour la culture berbère ??? Hein , pourquoi ??? Explique moi ??

    Vive l’Algérie Algérienne




    10



    2
    BonASavoir
    12 décembre 2017 - 11 h 32 min

    Salluste, le gouverneur général de ce pays lors de la chute de Carthage en -203 AJC, affirme ce qui suit :
    «Les premiers habitants de l’Afrique furent, dit Salluste, les Gétules et les Libyens, gens grossiers et barbares qui se nourrissaient de la chair des bêtes sauvages ou de l’herbe des prés, à la façon des troupeaux. Plus tard, des Mèdes (kurdes), des Arméniens et des Perses conduits par Hercule en Espagne, passèrent en Afrique et se mêlèrent, les premiers avec les Libyens, les Perses avec les Gétules. Tandis que les Mèdes et Libyens, bientôt confondus sous le nom de Maures, eurent de bonne heure des villes et échangèrent des produits avec l’Espagne, les Gétules et les Perses condamnés à une vie errante, prirent le nom de Nomades» (source : De Bello Jugurthino par Salluste).

    Considérant qu’après la chute de Carthage, ces différents étrangers mentionnés n’ont pas amené leurs familles et que le contact a duré 993 ans. La première phrase ne mentionne pas les Garamantes (Touaregs) , cela veut dire que le Tifinagh n’appartient ni aux Gétules ni aux Libyens. Cette même phrase atteste que les Gétules et les Libyens sont des néandertaliens, c’est-à-dire sans aucune forme de culture, de civilisation ou de société comme telle. La seconde phrase : deux mélanges sans racine fixe : (Mèdes + Arméniens + Libyens)= Maures , Perses + Gétules= Numides.
    Mazigh est-il l’aïeul de qui : des Maures ou des Numides ??? Et comment le prouve-t-on dans ce cas ????
    De la génétique (génomes) de qui , ose-t-on parler ??? Des Maures ou des Numides ??? Ou des deux ???
    Berbère – vient du romain barbaros = étranger aux Romains – n’est pas spécifique aux Maures ni aux Numides, c’est un terme général qui a occulté une tierce partie. Toute dérivation de ce mot ne peut les concerner comme tels.




    2



    9
    bougamouss
    12 décembre 2017 - 9 h 03 min

    La langue Amazigh, d’accord.Mais le drapeau jaune et vert n’est pas Algérien!!!




    5



    10
      frederic
      12 décembre 2017 - 11 h 06 min

      L’Algerie arabe meme à 10% serait un désastre. Ce que la Kabylie ne veut plus tolerer au nom de je ne sais quelle « unité ».




      9



      3
    ANONYME
    11 décembre 2017 - 17 h 05 min

    Les Algériens des 45 wilayas qui sont la majorité silencieuse sont ignoré ( pour ne pas dire méprise ) et réduit au silence par ce système qui dirige le pays, il ne vit et n écoute que les trois wilayas dont les populations sont très privilègiees dans tous les domaines politique, économique et surtout sociale, mais malheureusement des éternels insatisfaits car il y a des objectifs de déstabilisation du pays ni plus ni.moins et que ce que ce système n arrive pas a comprendre misant uniquement sur la.fourniture sans limite des biens materiels: sociaux, économiques et financiers pour les amadouer et avoir ainsi la paix du fauteuil, mais c est peine perdu faisant semblant d’ ignorer les véritables objectifs des gens de ces trois wilayas qui ont une feuille de route bien précisé.




    8



    12
      NON A' L'ETAT ARABE
      12 décembre 2017 - 9 h 07 min

      Non Mr, c’est que nous ne voudrions pas devenir comme vous: des faux arabes




      11



      3
    Abou Stroff
    11 décembre 2017 - 15 h 14 min

    je pense que seul notre bienaimé fakhamatouhou national a l’aura nécessaire pour désamorcer la crise. en effet, au regard de son omnipotence, de sa renommée et de son autorité incontestable, notre bienaimé fakhamatouhou national n’a qu’à s’adresser au peuple algérien (toutes tribus confondues) pour lui dire les quatre vérités que le peuple veut bien entendre.
    PS: les quatre vérités mentionnées plus haut reste à définir (…)




    7



    10
      reda
      11 décembre 2017 - 18 h 19 min

      nul ton commentaire! c’est du Stroff tout craché! c’est ca quand on pense sortir de la cuisse de jupiter! t’es riche comme Cresus! tu te permets de louer ton second appartement en devises? et tu insultes un système qui t’avantage comme personne. Ah l’ingratitude




      8



      6
      reda
      11 décembre 2017 - 18 h 23 min

      Seulsles partis islamistes n’ont pas utilisé la langue tamazight dans leurs affiches electorales pour les communales mais aussi pour les legislatives. La haine du kabyle …




      12



      6
    Felfel Har
    11 décembre 2017 - 15 h 00 min

    J’aurais intitulé cet article « Silence, on a la tête ailleurs » pour accuser nos autorités, gouvernement et autres institutions qui ne daignent pas communiquer avec le peuple, ni l’informer. Avez-vous entendu le gouvernement formellement démentir ces fausses rumeurs? L’APN a-t-elle vraiment informer le public sur ce qui a été décidé en la matière? On laisse le champ libre à toutes les spéculations, comme si on poussait toute la région au chaos et à l’embrasement pour ensuite l’accuser de faire le jeu du MAK ou de je-ne-sais quelle « main de l’étranger ». Que ce soit bien clair, le MAK ne représente pas la Kabylie, ni les Kabyles et c’est un Kabyle qui vous le dit. Que le gouvernement affirme aussi clairement que possible que Tamazight est une constante de notre pays et que son enseignement n’est pas remis en cause, qu’il mobilise ses media lourds pour diffuser cette information! Quand le gouvernement laisse la rumeur prendre de telles proportions sans la contredire, il est soit pyromane, soit incompétent, peut-être les deux.




    12



    3
    MELLO
    11 décembre 2017 - 14 h 02 min

    Y’a t il quelque chose qui se profile à l’horizon , au sein même du pouvoir ? Voudrait on écarter la Kabylie de ce qui se trame ? Au fil de l’histoire de l’Algérie indépendante, chaque provocation à l’encontre de l’Amazighité , fait bouger cette Kabylie pour faire passer leur plan machiavélique. C’est , en quelque sorte, un détournement de l’attention à des fins politiciennes. N ‘en déplaise à ZORO et à quelques énergumènes qui jouent sur cette fibre sensible, l’Amazighité reste et restera le vecteur porteur d’une Algérie en paix avec elle même. Tant qu’on y touche par des renoncements voulus, la stabilité sociale ne verra pas le jour, et malheureusement encouragera toute forme d’extrémisme comme ce MAK.




    7



    4
    Ath Ouacifs
    11 décembre 2017 - 12 h 59 min

    Marche pour dire Clair et net: on n’a pas à devenir arabes pour etre citoyens ni subir la fatalité de l’Etat arabe.




    19



    7
    awrassi
    11 décembre 2017 - 11 h 53 min

    Le MAK se terre à Paris et à Montréal, mais envoie de jeunes naïfs dans la rue … Jusqu’à présent, nos dirigeants ont super bien géré ce dossier en ignorant cet élément de déstabilisation de notre Algérie.




    10



    17
      LOUCIF
      11 décembre 2017 - 13 h 08 min

      Si comme on le dit aussi facilement c’est Le MAK qui est derrière ces manifestations, çà voudrait dire que l’autonomie ou l’indépendance de la kabylie c’est pour demain car il aura gagné tous les coeurs des kabyles … sans exception ! Il faut arrêter de voir dans chaque manifestation de la kabylie pour la démocratie , la liberté , les droits de l’homme et la langue Tamazight , la main de Ferhat Mehenni ! C’est un raccourcis, une simplification trop rapide !




      21



      7
    LOUCIF
    11 décembre 2017 - 10 h 18 min

    Je ne vois pas en quoi l’auteur de l’article compare ces manifestations à « la longue file scandaleuse des étudiants, le mois dernier, devant l’Institut de la culture française à Alger. » Où est le rapport !???

    Par contre, oui le pouvoir ne sait pas informer les citoyens, çà c’est vrai ! De toute façon, le pouvoir et le gouvernement ne savent pas communiquer ! Le seul moment où ils savent bien communiquer c’est quand il nous explique qu’ils sont d’accord avec Bouteflika et son programme !!




    20



    2
    lhadi
    11 décembre 2017 - 8 h 33 min

    N’en déplaise aux maitres du spectacle destiné aux enfants ; ces marionnettistes qui font parler et déplacer des marionnettes tout en racontant des histoires, l’Algérie, mosaïque de cultures, est une et indivisible et elle le sera éternellement car l’esprit de vigilance qui anime le pays d’un million et demi de martyrs se manifestera avec plus de force que jamais contre tous ceux qui se révèleront porteurs d’une idéologie séparatiste.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    7



    14
    Mokrane
    11 décembre 2017 - 4 h 08 min

    L’idiotie de nos pseudo-parlementaires n’a d’égal que la manipulation de ce groupuscule de voyous du MAK connus pour être au service de Mongole VI et de Fafa.




    11



    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.