Le bras d’honneur de Johnny Hallyday

Hallyday célébrité
Johnny Halliday a eu les honneurs de la nation française. D. R.

Par Mesloub Khider – Il s’en est allé comme il a vécu. Il s’est propulsé vers le firmament de la célébrité grâce à la jet set. Et il s’est envolé vers le ciel du trépas dans son jet privé. Elevé à la stature de Dieu par ceux qui ne croient même pas en leur personne tellement l’existence leur a ôté tout amour de soi, placé en leur vedette, Johnny tire sa révérence et affiche sa préférence. La star populaire dévoile ses affinités électives même au-delà de sa défection définitive. Il aura richement vécu loin de ses admirateurs, et il sera bourgeoisement enterré proche de ses congénères agioteurs, exploiteurs.

Il se sera enrichi grâce à l’argent de ses fans toujours prompts à acquérir toutes les babioles à l’effigie de leur idole, et les laissera comme ils ont toujours vécu : désargentés, orphelins de la vie. Ils pourront se consoler de la disparition de leur coqueluche, en écoutant sa musique de peluche. On l’oublie souvent : cette bête de la scène aura joué durant sa vie qu’une scène de bête. S’il a su composer richement sa vie, en revanche il n’a jamais su composer sa musique.

Cet esclave de la scène avait à sa disposition des nègres. Toutes ses chansons ont été fabriquées par ses proches pour lui permettre de se remplir artistiquement ses poches. Il a su donner pauvrement de la voix et se frayer richement sa voie. Il a su drainer des foules pour l’écouter sur scène soûl. Remplir les stades pour se déhancher sur les estrades.

Il a épousé fougueusement la vie. D’ailleurs, il a enchaîné les épousailles. Et déchaîné contre lui la justice. Non pour ses fresques musicales mais pour ses frasques fiscales. Il a subi plusieurs redressements fiscaux pour avoir dissimulé ses revenus musicaux. Et finir pour opter pour l’exil fiscal.

Johnny aura eu les honneurs de la nation. Et la vénération de ses admirateurs. D’aucuns ont comparé l’hommage national à celui rendu au grand écrivain Victor Hugo. Si tel est le cas, la France, vraiment, décline. D’ailleurs, avec la mort du célèbre immortel écrivain Jean d’Ormesson, c’est la France qui se meurt. Qui se meut en pays décadent. La France n’enchante plus. N’écrit plus son histoire. Son histoire contemporaine s’écoule, s’écroule.

Sur scène, Johnny se dépassait sans se la raconter, dans la vie aussi il dépensait sans compter. Selon les informations, il n’était pas avare de ses dépenses. Johnny avait un train de vie princier. Puisqu’il dépensait jusqu’à 400 000 euros par mois pour ses frais (plaisirs) personnels. Quand on sait que tous ses fans sont issus des classes populaires, voire pauvres, on ne peut qu’être interpellés, choqués. Il aura ainsi défrayé les chroniques judiciaires. Il n’aura frayé qu’avec ses congénères fortunés. Il nous aura effrayés par ses dépenses dispendieuses.

Pauvres fans prolos. Après vous avoir ignoré de son vivant par sa vie de nabab, il vous réserve un souverain mépris de sa tombe inaccessible. Vous n’avez pas pu le côtoyer de son vivant, il ne vous offrira même pas l’occasion d’approcher sa tombe. Il n’allait quand même pas permettre à des gueux venir se recueillir sur sa tombe. Salir sa tombe. Souiller sa personne, même décomposée au fond du cercueil.

Même mort, il aura opté pour l’exil sépulcral afin de ne pas honorer ses obligés, comme il avait opté pour l’exil fiscal pour ne pas honorer ses obligations. En revanche, ses amis fortunés s’offriront le luxe de fleurir sa tombe. Même dans l’au-delà… de la mer. Dans le capitalisme, le paradis terrestre n’est réservé qu’aux nantis.

M. K.

Comment (25)

    abder16
    19 décembre 2017 - 19 h 51 min

    Tout comme A Hafez. Johnny n’est pas auteur ni compositeur. Et alors cela n’est pas obligatoire! Il etait chanteur!! et il mouillait son maillot en scene lui. Contrairement aux scieurs de bois de ce site. Adieu l’artiste!!!

    Anonyme
    15 décembre 2017 - 9 h 49 min

    Il faut être irréprochable soit même avant d’envoyer une avalanche de critiques sur une personne qui ne nous est pas comparable du point de vu religieux culturel civilisationnel.
    Quoique en Algérie et dans de nombreux pays arabes ou l’ont voient des comportements d’individus ou Johnny comparer à ces gens là passe pour un gentil.
    Chab Rhaled n’est il pas vôtres icône comme vous dites.
    Pour ne cité que celui là.
    Que chacun s’occupe de ces moutons et les troupeaux seront bien garder.
    Comparons ce qui est comparable.

      Zaatar
      15 décembre 2017 - 10 h 39 min

      Comparons ce qui est comparable. Les êtres humains sur terre sont tous comparables. Et personne n’est irréprochable sur cette terre, à commencer par ceux qui écrivent ici. Moralité de l’histoire tout est relatif et chacun voit midi à sa porte, et la vérité toute relative est fonction d’une majorité dans la réponse à une question donnée. Résultat pour Johnny, il faudra se fier à ceux qui le voit comme une burne ou pas… Et je pense bien qu’une majorité le voit comme décrit par l’article de M.K.

    Vérité !!!
    13 décembre 2017 - 20 h 10 min

    MICHAEL JACKSON IS A KING OF POP il à détroné Elvis et le reste en terme musical et de recort de vente et la presse rasciste vous le cache. Par ce même moyens les satanistes quu détiennent les médiats, cinéma, musique ont voulu lui faire chanter des textes satanistes pour mieu nous manipuler chose qu’il à refusé plusieurs fois, c’est pour cela qu’ils ont assassiné son image et qu’il l’on assassiné en passant par son medecin facilement corruptible. Pourquoi parler d’un jonny ?

    Catherine
    12 décembre 2017 - 19 h 24 min

    Concernant l’exil fiscal de Johnny, les Français ne sont pas à un exilé fiscal ! On passe notre temps à nourrir, loger, soigner, etc… des non français. On nous pompe de l’argent H24! Alors que J. HALLYDAY se soit barré, on ne lui en veut pas plus que ça ! C’est pas lui notre problème pécuniaire premier. Johnny est loin d’être notre dieu, c’est une mémoire collective. Je suis persuadée qu’il faut être Français pour comprendre le phénomène Johnny.

    4
    2
      Zaatar
      13 décembre 2017 - 18 h 44 min

      Ah bon? vous passez votre temps à nourrir, loger, soigner, etc… des non français? rien que ça? Et qui nourrit, loge et soigne les Français alors? et avec quel argent ou quelle richesse? Vous ne devez pas ignoré qu’une bonne partie de la richesse Française est extirpée de ses anciennes colonies et une autre de ses territoires d’Outre-mer. Ce qui nous amène à dire que ce sont des non Français qui en fait nourrissent, logent et soignent des Français et non l’inverse. Moralité, c’est la France qui pompe l’argent H24 aux autres par divers subterfuges. Ceci étant, se barre avec l’argent du fisc, il n’est pas le seul d’ailleurs, c’est qu’il a entubé tous les Français venus lui rendre hommage et en sus va les obliger à payer pour qu’ils puisse se recueillir sur sa tombe à St barth, pour ceux qui le souhaitent du moins, ceux qui ont compris le phénomène Johnny…

      4
      1
    Anonyme
    12 décembre 2017 - 13 h 33 min

    Vous parlez d argent mais les gens qui l ont suivi l ont fait d une manière libre et indépendante.
    Il avait du talent d interprète, Johnny on l aime ou on ne l aime pas,adolescent j aimais bien ces chansons et beaucoup d algeriens de ma génération ont dansé sur ses tubes.
    Pour une certaine génération Johnny représente sa jeunesse et ses premières émotions, comme c est cette génération qui est aux commandes ils l ont fait surtout pour eux ,pour enterrer une partie de leur vie

    10
    1
    Mesloub Khider
    12 décembre 2017 - 0 h 55 min

    Erratum : dans la phrase suivante il faut lire
    On l’oublie souvent : cette bête DE scène aura joué durant sa vie QUE DES SCÈNES de bête.

    7
    6
    Catherine
    11 décembre 2017 - 23 h 18 min

    Il faut être Français pour comprendre le phénomène Johnny!

    11
    4
      zaatar
      12 décembre 2017 - 7 h 21 min

      On l’a très bien compris même en n’étant pas français. C’est un bonhomme qui cherchait la gloire et la richesse et a su trouver le filon. Tant mieux pour lui et sa famille. En attendant, il est dan son trou, comme tout le monde le sera, et le reste des Français vaqueront a leurs occupations.

      10
      4
      Smet
      12 décembre 2017 - 15 h 57 min

      La plupart de ceux qui ont posté un commentaire sur le décès de Johnny l’ont connu depuis qu’il avait commencé à devenir une star du rock. Tous ont connu dans la même période Richard Anthony, Adamo, Antoine « aux cheveux longs et aux idées courtes » dixit Johnny et tant d’autres comme Jacques Brel, Aznavour et Edith Piaf. Nous les avons compris parfaitement et nous avons chanté avec eux. A l’époque, nous étions tous administrativement Français comme vous, nous les Algériens du bled, ou ceux qui étaient installés en France (on ne disait pas encore « immigrés »). Mais contrairement à ce que VOUS VOUS faites croire, la « compréhension » et l’amour de la musique et des autres arts n’ont rien à voir avec la nationalité et la race. Johnny était de notre génération et de.On aimait Johnny sans que nous soyons vraiment Français – qui d’ailleurs était de nationalité belge, tout comme Adamo, en arrivant en France –on le comprenait et on l’aimait. Rien à voir avec l’intelligence non plus. D’ailleurs beaucoup de mes profs du Lycée d’Oran où j’étais à l’époque, détestaient Johnny et le Chevelu, c’est leur droit, et pourtant c’était de braves enseignants « patos » (pas pathos), c’est-à-dire originaires de la Métropole, donc bien français. Et vous Catherine, maintenant ou avant avez-vous aimé les Beatles, Ray Charles, Charlebois, Iglesias, Pavarotti, Camilio (Warum) etc. Pas un seul de ces non-français? Je ne parle pas de peinture, de sculpture, de théâtre, de cinéma… Ils ne sont pas Français. Si M. Mesloub Khider, l’auteur de l’article a un point de vue et une approche différents sur Johnny, c’est son opinion et son droit et l’écrire c’est aussi son droit. Ce texte n’est certainement pas une critique sur la musique de Johnny, c’est sur la vie de Johnny. D’ailleurs vous-même en disant « phénomène» vous incluez aussi bien son art que sa vie. On ne voit pas comment on pourrait séparer les deux chez Johnny.

      Catherine
      12 décembre 2017 - 18 h 17 min

      Il faut être Français pour comprendre le phénomène Johnny et être Français de Parents et grands parents Français. Même sans être un grand fan, ses musiques ont fait nos anniversaires, nos mariages, nos boums, etc.. nos parents nous ont raconté leur jeunesse  » yéyé », les bals, Drouot…
      Dans les années 80 nous avions de merveilleuses émissions TV avec Johnny, Sylvie, Eddy, Sardou.
      Voici une petite partie d’explication. De plus nous sommes nombreux à regretter notre France des années 60-70-80 . La mort de Johnny étrangement nous y renvoit. Une mémoire collective . Peu importe son mode de vie, ses femmes etc… Liberté chérie. Je suis dans RER, jour de grève encore,ésolée pour ce texte décousu

      7
      2
        zaatar
        13 décembre 2017 - 10 h 03 min

        Il faut remonter jusqu’où dans l’arbre généalogique pour être confirmé Français? car on finira inéluctablement par retrouver un arrière parent pas « français »… un arrière parent d’origine africaine par exemple. D’ailleurs, tous les scientifiques s’accordent que toute l’humanité provient d’Afrique, du Kenya et de l’Éthiopie plus précisément. Cela explique peut être pourquoi aussi ils sont nombreux à ne pas comprendre le phénomène johnny.

        1
        2
        Smet
        13 décembre 2017 - 11 h 27 min

        Ce n’est pas l’admiratrice ou la fan de Johnny qui parle. C’est une dame raciste qui s’amuse dans le RER pour passer le temps avant d’arriver au boulot. Rien ne dit que vous êtes physiologiquement française, on peut être sûr de sa mère mais pas de son père. D’ailleurs dans la religion juive, on est juif par sa mère, JAMAIS par son père. Douter est cartésien. Des milliers d’Africains du Nord, n’ayant pas d’ancêtres gaulois sont morts pour la France et enterrés à Verdun, Douaumont et même en Corse et ailleurs. On a même un ancien président de la République Algérien qui a « fait Monte Cassino », pendant que des « patriotes » bien français se livraient non pas à des activités dans la Résistance, mais qui bidouillaient et marchandaient avec les Occupants Allemands le prix d’un jambon de Bayonne authentique, d’un vrai Côte de Provence ou d’une petite soirée « élargie ». Phénomène français lui aussi, incontournable de l’Histoire de France qui ne pourra jamais être effacé. Des « phénomènes » comme Johnny il y a en eu sous tous les cieux des dizaines et des dizaines, les Beatles par exemple. Le monde entier les a admirés et aimés. Maintenant, si vous persistez à VOUS persuader que pour comprendre le phénomène Johnny, il faut être Français, et ainsi pour comprendre le phénomène Beatles , il faut être Anglais, c’est que votre cytologie neuronale est vraiment particulière. C’est vous qui êtes un «phénomène incompréhensible».

    HALIMA
    11 décembre 2017 - 21 h 51 min

    il n’arrive pas à la cheville de Brel et Edith Piaf !!!

    10
    5
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 19 h 22 min

    JOHNNY a battu son beurre en ce pays de l’hypocrisie raciale, il s’en alla , laissant derrière lui des fans aveuglés par ses rugissements sur scène, mais ignorants totalement les fondements de sa personnalité. Preuve qu’il ait choisi d’être mis sous terre loin , très loin de cette France aveugle de sa personnalité.

    10
    6
    mohamed
    11 décembre 2017 - 15 h 34 min

    monsieur ou messieur, magnifique article ,is wonderful , wallah vous avez tout dit ,tout résume …
    johnny etait un chanteur populaire , qui s est enrichie grace aux francais et à tous les beaufs qui l « adoraient »

    8
    4
    Nous ne sommes pas éternel !!!
    11 décembre 2017 - 15 h 19 min

    Il ne surclassera jamais l’oeuvre de MICHAEL JACKSON ! Maintenant faut comprendre que le bisness très juteux va reprendre de plus belle avec sa maison de production etc…

    5
    2
    zaatar
    11 décembre 2017 - 15 h 18 min

    A chacun son avis. Il y en a qui trouve ce bonhomme talentueux et d’autres pas. la question demeure donc dans l’absolu, à quoi reconnait on un talent et qui aura raison sur tel talent ou tel autre Toujours est il, ce bonhomme n’a jamais composé le moindre son de musique, n’a jamais écrit la moindre parole des textes qu’il a chanté, son seul apport est dans la voix et l’interprétation sur scène. Je ne voudrais pas faire de comparaison, mais est ce que le public Français (puisque c’est de la France qu’il s’agit) rendrait par exemple le même hommage à disons Jean Jacques Goldman? Aznavour? en signalant au passage que des artistes comme Brassens, Ferrat, Becaud, Ferré… n’ont pas eu le même Hommage.

    7
    5
      Krmo
      13 décembre 2017 - 19 h 00 min

      Zaatar,

      Mon bon ami, il a égrené quelques notes pour certaines chansons. Pas des tubes peut êtreɁ

      Au moins une dans son répertoire « La musique que j’aime » qui a connu du succès. Autrement ce n’était effectivement qu’un interprète de variétés. Le bonhomme quand il a commencé il s’est mis dos tous les grands critiques et même de simples interprètes de son acabit ( a l’exemple de Frank Alamo, ou pernicieusement Antoine) ne lui donnaient aucune chance de rester dans le monde de la variété française. Il a traversé toutes les périodes : rock – twist – yéyé – beatnik – hippy – psychédélic et tout ce qui s’en est suivi, alors que beaucoup plus talentueux dans le même registre ont disparu. L’autre chose qui l’a aidée c’est que la France franchouillarde avait aussi besoin d’une idole pour paraitre et ne pas être en reste par rapport aux américains et aux anglais qui véhiculaient une certaine image a travers le monde (tu devineras aisément de qui je veux parler), alors cette France via ses medias y a beaucoup contribué dans la culture de cette image. Faut bien que « douce france » existasse.

      Bien a toi

    nasser
    11 décembre 2017 - 14 h 16 min

    ne partageant pas cet article je dirais « et alors???? », le propre d’ un artiste de variétés c’ est de distraire son public, de le faire rêver et peut être de l’ accompagner dans les bons ou durs moments de la vie.On ne va quand même pas s’ autocensurer parce que nos avis divergent.Quand à l’ argent qu’ il à gagner tant mieux pour lui et au sujet de ces frasques fiscales certes ce n’ est pas pardonnables mais ça ne regarde que lui et la justice et c’ est du domaine de sa vie privée. son public était cosmopolite et j’ en faisais partie.Il état talentueux, un rocker au coeur brisé, alors laissons le reposer en paix.
    Adieu Johnny

    12
    3
    LOUCIF
    11 décembre 2017 - 10 h 21 min

    Magnifique article ! Merci Mesloub Khider

    30
    8
    AL HANIF
    11 décembre 2017 - 10 h 17 min

    MALHEUR AU PEUPLE QUI A BESOIN D’UNE ICÔNE!

    L’exercice de dictature émotionnelle qui a pris en otage tous les français pendant plusieurs jours et qui a culminé vers un éloge ‘national’ scénarisé, n’aura eu au final qu’un seul avantage.
    Celui de dévoiler le racisme assumé pour le petit peuple français, et celui affiché de plus longue date pour les Maghrébins (définis comme non-souchiens ) de l’académicien (ne riez pas!) et porte-parole communautaire Finkelkraut.

    Ulcéré par l’injonction  » d’Être tous Johnny », il convoque Marcel Proust pour instruire le procès de la décadence française qui veut faire de l’idole des jeunes devenus vieux, l’égal d’un Pair de la Nation, Victor Hugo.Pour cela, il exhibe, il est vrai un texte brillant appelé  » Eloge de la mauvaise musique » dans lequel l’écrivain (un vrai ) dénonçait l’affadissement de la culture et le conditionnement sociétal:
    « Le peuple-écrivait-il- la bourgeoisie,l’armée, la noblesse ont les mêmes facteurs porteurs du deuil qui les frappent ou du bonheur qui les comblent ; ils ont les mêmes messagers d’amour. La mauvaise musique. »

    Effectivement la mauvaise musique de la communication politique, érigée au rang de propagande d’Etat a fait endosser à la France cette identité là, celle d’un pays qui aurait marché avec la jambe gauche de Victor Hugo et la jambe droite de Johnny, le caméléon produit hexagonal du show business qui rêvait de s’enrôler chez Tsahal en 1967. Twist again et éloge oblique à cette Amérique fantasmée des grands espaces et de la mythique route 66 qui déversait tapis de bombes , napalm, et agent orange, sur l’héroïque peuple vietnamien.
    Eloge de cette Amérique qui envahit l’Irak et qui est dominée, annexée idéologiquement et culturellement par le libéralisme sauvage, qui à travers les frères Koch (4ème fortune mondiale) affirme haut et fort que le peuple ne compte pas et qu’il faut lui créer des fausses idoles et que:
     » Les politiciens ne font pas l’idéologie mais doivent la servir »!
    Il n’y a donc aucune surprise à voir Macron, en Master of Ceremony mortuaire, se retenant à grand-peine de se signer devant le cercueil quand dans le même temps, il donne instruction à faire de la laïcité la nouvelle religion d’Etat.

    Showbizness et personnel politique, bien campés dans la classe prédatrice ont donné le » La » de ce concert de mauvaise musique qui aurait fait se retourner l’auteur de ‘A la recherche du temps perdu’ dans sa tombe.
    Oui, au delà de tout ce cirque médiatique, il faut retenir ce constat: il y a une guerre des classes et ce sont les riches qui l’on emportée.

    Le lobby médiatique qui a sévi, et le néo-libéralisme ne sont pas des données naturelles et l’éloge fait à Johnny, le riche et fraudeur fiscal devant l’éternel,acte cette défaite de la classe laborieuse et l’état de son aliénation idéologique.
    L’aliénation de la conscience collective commence par construire des narrations hybrides qui feront d’un Johnny un monument national.
    Et ne me parlez pas de ‘la rue arabe’, cette autre preuve de l’impuissance politique car mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde.
    Eloge pour éloge, j’en ferai un à l’immense intellectuel Edward Said dont la maison ancestrale à Al Qods fut confisquée en 1948, et sert d’ambassade au mouvement sioniste chrétien depuis 1980, lui servant de vitrine pour un prosélitisme messianique qui compte des légions d’adeptes et qui peut expliquer la décision controversée de Trump.
    Pence, le vice-président, un born again est tout comme Bush un sioniste chrétien, mouvement qui a rompu les attaches avec le catholicisme pour devenir évangéliste et messianique.
    De grâce, ne regardons pas le doigt quand c’est la lune qui nous est désignée.
    Et l’astre noir a plus de lumières que les faux soleils!

    8
    5
    zaatar
    11 décembre 2017 - 9 h 44 min

    Bonjour Monsieur Khider. M;

    J’aime bien ce que vous venez d’écrire à propos de ce personnage. Telle est sa réalité en fait et de pas mal d’autres d’ailleurs. Ses neuf derniers mois de vie ont pris l’allure du texte d’une de ses premières chansons (une reprise en Français d’ailleurs d’un succès américain) noir c’est noir, il n y a plus d’espoir. Il est effectivement vrai qu’il n’a jamais composé aucune de ses chansons ni écrit aucune des paroles des textes qu’il a interprété. Il est élevé au rang de « dieu » par les Français tant sa popularité a, partout en France, explosé. Et de par ce qu’il a voulu pour sa fin, c’est effectivement un véritable bras d’honneur qu’il fait aux Français…

    15
    6
    awrassi
    11 décembre 2017 - 9 h 28 min

    Un sous-produit culturel américain qui faisait rêver les franchouillards incultes. Un sioniste qui avait envisagé de dans l’armée israélienne. Un bon goy qui aura enrichi ses producteurs juifs. Un hommage à la Charlie … Charlie, ce que sont devenus les Français depuis que la Banque Rothschild a remplacé la Banque de France comme créancier de l’Etat (quelques années après la récupération par la France de ses Juifs du Maghreb). Un Etat français soumis aux sionistes. Bref, pas de quoi reposer en paix, mon Johnny. Surtout que tu as bu, fumé, trompé ta femme, etc. !!!

    9
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.