La Sonelgaz résolue à améliorer sa qualité de service et développer ses activités

L'Algérie vise à accroître la production d’électricité pour en exporter vers les pays voisins
Mohamed Arkab. D. R.

La Société nationale de distribution de l’électricité et du gaz (Sonelgaz) «est résolue à améliorer sa qualité de service et développer ses activités» en renforçant son réseau de distribution en vue d’accompagner le développement économique du pays, a affirmé lundi à Ghardaïa le président-directeur général (PDG) du groupe Sonelgaz.

S’exprimant en marge d’une rencontre régionale centre et sud-est portant sur la sécurité interne des entreprises du groupe Sonelgaz, Mohamed Arkab a indiqué que l’Algérie a investi dans le secteur énergétique «grâce à une stratégie ambitieuse visant à satisfaire la demande nationale» (domestique et industrielle) en énergie électrique pour accompagner le développement économique.

«Notre objectif à court terme est d’améliorer la qualité de service et de renforcer le réseau de distribution pour satisfaire la demande croissante, notamment pour les zones industrielles dans les différentes wilayas du pays», a-t-il précisé.

L’Algérie produit actuellement 16 000 MGW d’électricité et couvre l’ensemble de la demande nationale, a-t-il ajouté, avant d’annoncer que «notre objectif est d’accroître la production et d’exporter vers nos pays voisins».

Le PDG du groupe Sonelgaz a appelé à une optimisation et une rationalisation des moyens, tout en veillant à la préservation du patrimoine des entreprises et des travailleurs.

Cette rencontre régionale constitue une plateforme d’échange des expériences et des stratégies en matière de sécurité interne des entreprises afin de veiller à la préservation des biens et des personnes, a-t-il indiqué, ajoutant que l’objectif consiste à soutenir la stratégie de développement en matière énergétique et de renforcer la sécurité dans les zones du secteur.

Mohamed Arkab a visité une série de projets afférent à son secteur dont un chantier de réalisation d’un poste d’alimentation en énergie électrique (220/60 KV) au niveau du carrefour de la RN1 et de la RN49 reliant Ghardaïa à Ouargla pour un coût estimé à plus de 1,6 milliard de dinars.

Cet ouvrage permettra de renforcer la sécurité d’alimentation en énergie électrique dans la région, notamment les zones industrielles et agricoles, et de satisfaire la demande domestique, a-t-on fait savoir sur site.

Le PDG du groupe Sonelgaz a également inspecté la centrale solaire photovoltaïque expérimentale d’Oued N’chou, à une dizaine de kilomètres au nord de Ghardaïa.

Réalisée sur une superficie de 10 hectares pour un coût global de près de 900 millions DA, cette minicentrale d’une puissance de 1,1 mégawatt est dotée de 6 000 panneaux photovoltaïques, selon la fiche technique du projet.

Elle constitue ainsi «un laboratoire naturel» pour les études et recherches en matière d’énergie solaire, mais également comme «site d’essais» du matériel utilisé, afin de propager cette technologie à travers l’ensemble du territoire national.

M. Arkab a, en outre, relevé qu’il accorde un grand intérêt à la formation dans le domaine des énergies renouvelables, avec le développement d’un réseau de centres de formation dans les métiers des énergies renouvelables.

Le PDG de Sonelgaz a à cette occasion promu 48 cadres travailleurs de l’entreprise au niveau des wilayas de Ghardaïa, Ouargla, El-Oued, Biskra et Laghouat à des postes supérieurs.

R. E.

Commentaires

    zaatar
    12 décembre 2017 - 7 h 43 min

    Tous les efforts que l’on fait pour le développement de ce secteur stratégique sont louables. Cependant, il faut être raisonnable. D’après le PDG de Sonelgaz, l’Algérie produit actuellement 16000 MW (et non MGW, qui je suppose est un erreur de frappe). D’après une ministre du gouvernent, on devrait produire d’ici 2030 (objectif assigné) 22000 MW en renouvelables qui représenteraient 27% de la production totale du pays. J’avais fait un commentaire la dessus sur AP. CEla veut dire que notre production en 2030 sera de 122 000 MW. Cela parait un peu trop, pour ne pas dire utopique. En sus, 22 000 MW en renouvelable et on table beaucoup sur le photovoltaïque (on vient de lancer le programme 4000 MW en photovoltaïque). S’il a fallu 6000 panneaux pour 1,1 MW, il faudrait 132 Millions de panneaux pour les 22 000 MW. Et quelle est la surface d’un panneau?




    6



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.