Les cours suspendus à l’université de Bouira après des affrontements entre étudiants

bouira étudiants affrontements
La situation est tendue à l'Université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira. D. R.

Par Hani Abdi – Toutes les activités pédagogiques sont suspendues momentanément à l’université de Bouira. La décision a été prise par le recteur après avoir consulté le conseil de l’université. Cette suspension prend effet aujourd’hui et durera le temps qu’il faudra pour ramener le calme dans les esprits. Le recteur motive cette fermeture momentanée de l’université par les dernières violences qui ont été enregistrées suite à des manifestations d’étudiants en faveur de la promotion de la langue amazighe.

«En raison des regrettables événements qu’a vécus l’université ces deux derniers jours, où des comportements irresponsables ont été observés, le conseil de l’université a décidé de suspendre les cours et toutes les activités pédagogiques et scientifiques de manière provisoire», lit-on dans la note du recteur, qui met en garde contre tout acte déplacé et contraire aux mœurs et pratiques universitaires.

Le recteur invite toute la famille universitaire à être vigilante et à éviter de tomber dans la manipulation qui conduirait à des dérives graves. La décision de fermer momentanément l’université de Bouira a été prise après les graves affrontements enregistrés hier entre des étudiants ayant voulu marcher pour réclamer comme partout en Kabylie la promotion de l’enseignement de tamazight et d’autres qui cherchent à les empêcher par la force. Des armes blanches auraient même été utilisées par certains individus, faisant plusieurs blessés parmi les manifestants.

Il est à rappeler que l’université de Béjaïa est paralysée depuis le début de l’effervescence pour tamazight. Les cours sont également à l’arrêt à Tizi-Ouzou. L’université de Boumerdès n’est pas en reste puisqu’il y a eu des journées de grève et une marche pacifique. A Alger, les étudiants mobilisés en faveur de la promotion de tamazight se sont contentés de rassemblements à l’intérieur des campus universitaires.

H. A.

Comment (7)

    Anonyme
    13 décembre 2017 - 16 h 58 min

    pkoi au Gouvernement personne ne se prononce sur ses incident qui secoue la Kabylie ; qu attend le PM pr parler et mettre un terme a ses violences et expliquer aux algériens qu est ce qu il se passe vraiment ; attend il des informations des services de renseignement pr pouvoir parler en connaissance de cause probablement ; c est vrai qu il ft tjrs prendre un peu de recul avt de se précipiter mais il ne faut pas que la maison brule non plus ; car il faut absolument rétablir l ordre ds cette région car force est a la loi quoi qu il en coute et ds chaque pays même les états de droits utilise tt ce qui est en leur pouvoir pr rétablir l ordre coute que coute ; il doit intervenir et apaiser les esprits car il en va de l intérêt suprême de l Algérie ; sa stabilité.




    9



    7
    Yacine
    13 décembre 2017 - 14 h 23 min

    Ceux qui ont agressé les étudiants qui manifestaient pour Tamazight sont connus et reconnus depuis toujours comme étant les relais des partis islamistes (Hamas , Nahda ) sous couverture d’organisation estudiantine , l’UGEL qui n’est ni plus ni moins qu’un satellite islamiste ! Le But , c’est d’empêcher l’université de Bouïra d’apporter sa contribution et sa solidarité avec les étudiants des autres wilaya !
    Ils ont en partie réussi , puisque le recteur a fermé l’université , mais le combat pour Tamazight continue !




    19



    15
    ANONYME
    13 décembre 2017 - 13 h 56 min

    Ce qui c est vraiment passé à l université de Bouira c est que les étudiants d origine kabyles qui voulaient sortir manifester dans la rue ont été empêché par la police, alors ils se sont attaqué injustement aux étudiants de L UGEL originaire pour la plupart des regions de l Ouest de Bouira. il y a eu plusieurs blessés graves et peut être même des morts dans les rangs de ces derniers.




    12



    15
    Soltane
    13 décembre 2017 - 13 h 42 min

    Vous n avez pas parlé de ceux qui ont déchiré la photo de Boumediene et ont allumé la mèche !…. on ne vous demandera pas qui sont ils…




    13



    12
    Anonyme
    13 décembre 2017 - 12 h 55 min

    CE N’EST RIEN D’AUTRE QUE DES VOYOUS QUI EMPECHENT LES AUTRES D’ETUDIER « EL KALBOUZA » VOILA QUI METTRA UN TERME A CES VOYOUS
    L’ETAT DOIT FRAPPER AVEC FORCE ET SANS PITIÉ CES DÉPRAVÉS!!!




    22



    14
      yahia
      13 décembre 2017 - 17 h 42 min

      Les baltagias qui usent de couteaux et d’épées sont connus de tous. c’est la nouvelle technique trouvée pour briser toute tentative de protestation populaire et c’est à l’image de la déliquescence ambiante. rebbi yester.
      Quant à tamazight, c’est honteux que ceux qui pleurent sur le sort des palestiniens applaudissent les mêmes agissements de ceux qui bafouent les droits élémentaires des authentiques maghrébins et veulent faire de Constantine la capitale des arabes.




      10



      6
        Anonyme
        13 décembre 2017 - 18 h 47 min

        Il n’y a que le colonisateur qui utilise les armes ( sif et coteaux )…..




        3



        6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.