Ouyahia inaugure le complexe gazier Reggane Nord

Reggane
Plateforme de production de gaz dans le Sud algérien. D. R.

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a inauguré samedi à Adrar le nouveau complexe gazier Reggane Nord, un des premiers projets développés dans le sud-ouest du pays, rapporte l’agence de presse nationale APS.

Les travaux de ce complexe, détenu par le groupement Reggane Nord (RGN) une association entre le groupe Sonatrach et ses partenaires Repsol (Espagne), RWE-DEA (Allemagne) et Edison (Italie), avaient été lancés en 2012 et confiés à la compagnie Petrofac.

Le groupement RGN est une association de type partage de production détenue par Sonatrach à hauteur de 40%, Repsol à 29,25%, Edison à 11,25% et RDE à 9,5%. Le complexe produira plus de 8 millions mètres/jour de gaz et 148 barils/jour de condensat, sachant que la période de plateau de production est de 12 années, avec une moyenne de production de 2,7 milliards de mètres cubes/an.

Reggane Nord, un investissement de 2,86 milliards de dollars, assure sa production à travers l’exploitation de 10 puits sur les 104 que compte le champ gazier de Reggane. Les réserves du champ gazier de Reggane, englobant les gisements de Reggane Nord, Kahlouche, Kahlouche Sud, Sali, Tiouliline et Azrafil Sud-Est, sont estimées à près de 88,6 milliards de mètres cubes dont 55 milliards récupérables.

Pour sa visite à Adrar, le Premier ministre est accompagné du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, du ministre de l’Energie Mustapha Guitouni, et du ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi.

Signature de plusieurs contrats pour le développement du champ de Tinhert

En marge de la visite ministérielle à Adrar, le groupe Sonatrach a signé samedi cinq contrats avec des entreprises publiques pour le développement du champ gazier de Tinhert (Illizi), en présence de M. Ouyahia. Les contrats ont été signés par le vice-président Amont de Sonatrach, Salah Mekmouche, et les P-DG de l’Entreprise nationale de canalisations (ENAC), de l’Entreprise nationale des grands travaux pétroliers (ENGTP), de la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB), de Cosider et de l’Entreprise nationale des travaux d’infrastructures des télécommunications et de l’énergétique (Infratele). Les contrats portent sur le raccordement de 50 puits producteurs sur les 154 du champ gazier Tinhert à travers un réseau de collecte d’une longueur cumulée de 330 kilomètres dans un délai de 20 mois.

Le plateau de production du champ Tinhert atteindra en 2025 une capacité de 27 millions de mètres cubes/jour, soit 10 milliards de m3/an.

Le projet de développement de Tinhert concerne 28 gisements d’hydrocarbures situés dans les périmètres de Tinhert, In Amenas et Alrar Sud, détenus à 100% par Sonatrach. Ce projet permettra de rallonger la durée de vie des complexes de gaz d’Ohanet et d’Alrar au-delà de 2040.

En marge de ces signatures, le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a indiqué que ces contrats s’inscrivaient dans la continuité de Sonatrach dans sa politique de promotion de l’outil de production nationale à travers le recours à l’expertise locale. Il a expliqué, à cet effet, que Sonatrach avait décidé d’annuler l’appel d’offre international lancé pour ce projet afin de confier les travaux à des sociétés algériennes.

R. N.

Comment (4)

    Fosfati
    16 décembre 2017 - 18 h 10 min

    Je dedie cet article au raton laveur du Makhnez Fatem95 qui ne peut pas vivre 30 minutes sans ressentir le besoi maladif d’aller fouiner dans la presse Algerienne. Pour ceux qui se demandent c’est qui, eh bien c’est un sans dents marouki qui s’est fait des cheveux blancs sur le plus radical des sites propagandiste du Gros-Porc-6. J’ai nommé Yabiladi.
    Alors cher Fatem vois tu même la Géologie maudit ton royaumes des Baghlate et des mendiants: du gaz en libye, du gaz en Mauritanie, beaucoup beaucoup de gaz en Algerie et… hrira au marueccos!
    Comme dirait un certain: el marouuuuk , makane walou.Et ça tout le monde le sait !

    2
    1
    HASSINA HAMMACHE INGENIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    16 décembre 2017 - 17 h 33 min

    effectivement c’est un plaisir de le lire : Une bonne coordination entre les différentes entreprises et en plus de renom pour leur travaux sur le terrain qu’elles ont déjà effectué,elles réussiront le pari bâtir algérien, et par la suite, elle vont exporter leur savoir en Afrique. A d’autres défis.

    12
    Anonyme
    16 décembre 2017 - 17 h 24 min

    Malheureusement l’Algérie n’a pas les dirigeants qu’elle mérite .

    2
    1
    RezkideBelcourt
    16 décembre 2017 - 17 h 14 min

    J’ai un immense plaisir de lire cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.