Affaire Ramzi : arrestation d’une cinquième personne et fausse rumeur au sujet de la découverte de l’enfant

Gendarmerie Ramzi
Le petit Ramzi n'a pas encore été retrouvé et une autre personne a été arrêtée. New Press

Un cinquième individu suspecté d’être impliqué dans la disparition, mercredi dernier à Douaouda Marine (Tipaza), du petit Ramzi dans des circonstances «obscures», a été arrêté par les services de la Gendarmerie nationale de Tipasa qui ont démenti la rumeur selon laquelle l’enfant aurait été retrouvé dans la wilaya de Chlef, a appris dimanche l’APS de source sécuritaire.

Les services de la Gendarmerie nationale de Douaouda ont procédé, dans le cadre de l’enquête judiciaire diligentée suite à une plainte faisant état de la disparation du petit Ramzi Boudjeri (8 ans), à l’arrestation d’un cinquième individu suspecté d’être impliqué dans cette affaire avec quatre autres mis en cause présumés, précédemment arrêtés dans le cadre de cette enquête, a-t-on ajouté de même source. Le cinquième mis en cause dans cette affaire serait le propriétaire du véhicule saisi, dans le cadre de l’enquête judiciaire, a précisé la même source, sans donner de plus amples informations afin de préserver le secret de l’enquête, tout en s’engageant, néanmoins, à faire le maximum pour retrouver l’enfant sain et sauf .

La même source sécuritaire a, par ailleurs, démenti les informations relayées sur les réseaux sociaux, dont facebook notamment, dans la nuit de samedi à dimanche, selon lesquelles le petit Ramzi aurait été retrouvé dans la wilaya de Chlef, appelant, en outre, à éviter la diffusion de ce type d’informations erronées susceptibles de nuire à l’enquête et de faire du mal aux familles. L’information selon laquelle l’enfant aurait été retrouvé à Chlef «est une rumeur sans fondement», a affirmé la même source à l’APS.

Parallèlement, les forces de la Gendarmerie nationale poursuivent leurs recherches pour la quatrième journée consécutive, en mobilisant tous leurs moyens humains et techniques, dont les brigades canine et des plongeurs (pour la fouille des puits), tout en étendant le périmètre des recherches aux fermes et villes voisines de Douaouda Marine, a-t-on ajouté. Les enquêteurs, qui ont entamé leur enquête dès que le dispositif national d’alerte fut déclenché, ont également émis le signalement du petit Ramzi, soulignant qu’il était vêtu, lors de sa disparition, d’un survêtement gris et de chaussures noires. Il portait un sac à dos bleu. Le petit Ramzi, de corpulence chétive, les yeux marron et les cheveux noirs, n’est pas rentré chez lui à la ferme Morsli-Abdelkader de Douaouda Marine (Tipasa) après sa sortie mercredi, à 14 h 30, de l’école Saouli-Rabah où il était scolarisé, en 3e année primaire.

L’affaire de la disparition du petit Ramzi, qui a suscité un élan de sympathie et de solidarité dans la ville de Douaouda Marine et dans toute la wilaya de Tipasa, à travers le rassemblement de dizaines de citoyens devant la maison familiale, a été également relayée par les réseaux sociaux. Le petit Ramzi est issu d’une famille modeste, composée de ses deux parents et de deux frères.

R. N.

Comment (2)

    benchikh
    17 décembre 2017 - 20 h 32 min

    إِنَّا أَنزَلْنَا التَّوْرَاةَ فِيهَا هُدًى وَنُورٌ ۚ يَحْكُمُ بِهَا النَّبِيُّونَ الَّذِينَ أَسْلَمُوا لِلَّذِينَ هَادُوا وَالرَّبَّانِيُّونَ وَالْأَحْبَارُ بِمَا اسْتُحْفِظُوا مِن كِتَابِ اللَّهِ وَكَانُوا عَلَيْهِ شُهَدَاءَ ۚ فَلَا تَخْشَوُا النَّاسَ وَاخْشَوْنِ وَلَا تَشْتَرُوا بِآيَاتِي ثَمَنًا قَلِيلًا ۚ وَمَن لَّمْ يَحْكُم بِمَا أَنزَلَ اللَّهُ فَأُولَٰئِكَ هُمُ الْكَافِرُونَ (44) وَكَتَبْنَا عَلَيْهِمْ فِيهَا أَنَّ النَّفْسَ بِالنَّفْسِ وَالْعَيْنَ بِالْعَيْنِ وَالْأَنفَ بِالْأَنفِ وَالْأُذُنَ بِالْأُذُنِ وَالسِّنَّ بِالسِّنِّ وَالْجُرُوحَ قِصَاصٌ ۚ فَمَن تَصَدَّقَ بِهِ فَهُوَ كَفَّارَةٌ لَّهُ ۚ وَمَن لَّمْ يَحْكُم بِمَا أَنزَلَ اللَّهُ فَأُولَٰئِكَ هُمُ الظَّالِمُونَ (45 سورة المائدة

    (44) Nous avons fait descendre la Thora dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d’Allah, et ils en sont les témoins. Ne craignez donc pas les gens, mais craignez Moi. Et ne vendez pas Mes enseignements à vil prix. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.
    (45) Et Nous y avons prescrit pour eux vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Les blessures tombent sous la loi du talion. Après, quiconque y renonce par charité, cela lui vaudra une expiation. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes.Et on prétend être un état (Musulman),L’Islam non pratiquer à cause de manque de souveraineté. Comme a dit Churchill « “On ne peut être tué qu’une seule fois au combat, mais plusieurs fois en politique.”




    0



    0
    jaber
    17 décembre 2017 - 18 h 31 min

    Tant que ces criminels, kidnappeurs d’enfants, ne sont pas exécutés s’il s’avère qu’ils sont coupables, chaque parent vivra dans l’inquiétude. Pourquoi les autorités ne prennent pas des mesures radicales pour enrayer ce phénomène qui a tendance à prendre des proportions alarmantes et inquiétantes.

    Bonne soirée.




    5



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.