L’Algérie, l’Egypte et la Tunisie préoccupées par l’expansion de la menace terroriste

crise libyenne ministres
Une première réunion sur la crise libyenne a déjà eu lieu en Algérie. D. R.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Algérie, de l’Egypte et la Tunisie ont relevé «la gravité de la situation dans la région avec, notamment, le retour des terroristes étrangers et l’expansion de la menace terroriste et du crime organisé», lors de la réunion ministérielle tripartite sur la Libye. Les trois pays ont décidé de «maintenir un degré élevé de vigilance en vue de faire face à ces défis».

Cette réunion, qui fait suite à celles tenues à Alger en juin 2017 et au Caire en novembre 2017, a été l’occasion pour les ministres des trois pays voisins de la Libye d’«examiner les derniers développements de la situation dans ce pays ainsi que les voies et moyens à même de permettre aux trois pays de soutenir les efforts de règlement que conduisent les Nations unies», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

«Dans ce cadre, souligne le communiqué, les trois ministres ont souligné que l’arrivée à échéance de l’Accord politique libyen ne doit en aucun cas signifier l’abandon de cette base juridique qui reste le seul cadre pour la recherche d’une solution politique à la crise libyenne, d’autant plus que le Conseil de sécurité des Nations unies a réaffirmé la continuité de cet Accord».

Alger, Le Caire et Tunis ont réitéré «leur soutien» aux efforts des Nations unies et au Représentant du secrétaire Général, Ghassan Salamé «en vue du règlement de la crise libyenne».

L. S.

Comment (4)

    Anonyme
    18 décembre 2017 - 16 h 47 min

    Deux pays ami du Mossad ; il est chez lui chez eux ; ensuite je veux pas être méchant avec nos voisins tunisiens ; ils sont en pleine crise et tapent ds ttes les gamelles France Usa Qatar ect ect et ils ont été incapable de se relever et de protéger leur frontières aux terroristes sortant et venant des conflits et c est l Algérie qui est venu les aider économiquement et qui a même protéger leur frontière donc leur pays entier ctre une déstabilisation de l extérieure ; si il avait seulement dis merci et bien non certains de leurs dirigeant n ont cessé de critiquer l Algérie et son peuple comme Sarko chez eux par exemple et il y a pleins d autres exemple qui font qu ils sont ingrat envers l Algérie les drones israélien qui nous espionne qui décolle de chez eux nous on croyait que c t les américains avec leurs base en Tunisie mais non après vérification de nos services compétents alors que nous les avons jamais laissé tombé à la différence des autres pays. ,ok si faut faire les hypocrites et faire comme eux pkoi pas mais ds ce cas l ANP et nos services de sécurité et de renseignements et c’est à vous que je m adresse pensez a un plan ABCDEFGHI si vs nos ministre ou dirigeants ont élaboré un plan A seulement avec ses deus pays qui ont déjà fuité l information a qui de droit USrael and Co mais bon je vs apprend rien….vaut mieux prévenir que guérir .




    2



    0
    Anonyme
    18 décembre 2017 - 12 h 46 min

    Ces pays veulent le beurre et l’argent du beurre, islamiser à fond leurs sociétés et lutter contre le terrorisme islamique.




    2



    0
    Anonyme
    18 décembre 2017 - 10 h 09 min

    L accord de Skhirat conclu sous la pression marocaine et l ex representant de l ONU l allemand Martine Kobler,comportait des pieges explosifs ….il faut obtenir la revision de cet accord de Skhirat et ne pas s aligner sur la position Tunisienne de vouloir faire avaler ce dangeureux accord.Il faut que la diplomatie Algerienne s active en prenant contact avec les Egyptiens et les Lybiens en accord avec Mr Ghassen Salama,le nouveau representant de l ONU.Il ne faut pas oublier que nous avons plus de 1400 kms de frontiere avec nos voisins Lybiens et pour cette raison nous sommes hautement concernes.La Lybie a besoin d un homme fort qui decide de rassembler les Lybiens et pour sauvegarder les interets de la Lybie et la stabilite de la region.Ce n est pas le ministre des affaires etrangeres tunisien,ancien representant de la Tunisie en Israel avec bureau a Tel Aviv,et son president Caied Essebsi qui l a choisi ,vont nous imposer leur conception pour resoudre le probleme Lybie.Il faut refaire le chemin et convoquer tous les belligerents a Alger et preparer definitivement la revision de l accord de Skhirat arrive a expiration donc succeptible d etre revise.point barre.




    3



    0
    jaber
    18 décembre 2017 - 8 h 33 min

    La véritable menace terroriste vient de leurs parrains. Lorsqu’on apprend que les Emirats arabes unis « cherchent à renforcer leur présence dans les zones pétrolifères de la Libye, sous prétexte de la lutte contre Daech », il est clair que le danger provient principalement des pays qui lorgnent sur les richesses d’autres nations et l’Algérie doit redoubler de vigilance pour déjouer toute tentative d’infiltration sur son territoire.

    Bonne journée.




    2



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.