Pour une caricature…

Les dignitaires saoudiens sont montrés du doigt pour leur rôle dans le processus de normalisation avec Israël
Selon l’ambassadeur d’Arabie Saoudite en Algérie, son pays ne restera pas les bras croisés. D. R.

Par Kamel Moulfi – L’ambassadeur d’Arabie Saoudite à Alger, Samy ben Abdallah Salih, a menacé de «riposter» au déploiement, lors d’un match de football en Algérie, d’une caricature qui stigmatise la collusion entre les régimes saoudien et américain. Cela a l’air d’être un détail insignifiant, mais dans la nouvelle conjoncture créée par la décision de Trump de transférer l’ambassade des Etats-Unis à El-Qods pour en faire la capitale d’Israël, la réaction saoudienne est révélatrice de l’affolement des Al-Saoud qui constatent qu’ils se sont engagés dans un processus de «normalisation» avec l’entité sioniste porteur du risque de leur isolement dans le monde arabe et musulman dont ils prétendent assurer le leadership.

L’Arabie Saoudite est confrontée aux premières conséquences de la décision irresponsable de Trump. Elle ne peut se hisser au niveau de protestation anti-américaine et anti-israélienne fixée par la Turquie et par l’Iran. Et surtout, ce dernier pays n’apparaît plus dans le monde musulman comme l’ennemi tel que veut le présenter le régime saoudien. C’est cette obstination qui a poussé les Al-Saoud à se rapprocher d’Israël pour construire une nouvelle alliance appelée à regrouper d’autres pays arabes et musulmans. Mais cette démarche est finalement un échec, tout comme le sont l’aventure guerrière au Yémen et la tentative de déstabiliser le Liban en provoquant une attaque israélienne contre le mouvement de résistance Hezbollah.

En s’en prenant à une caricature dessinée sur une banderole déployée dans un stade à Alger, l’Arabie Saoudite se contente de peu. Mais, en même temps, elle confirmera que ses nouvelles orientations prétendument favorables aux libertés qui seraient enfin reconnues dans le royaume, ne sont que poudre aux yeux destiné à tromper l’opinion publique internationale, en premier lieu dans les pays occidentaux. L’Arabie Saoudite, qui s’apprête à autoriser l’ouverture de salles de cinéma après plus de trente-cinq ans d’interdiction, devra se résoudre à admettre la liberté d’expression des caricaturistes.

K. M.

Comment (5)

    Anonyme
    19 décembre 2017 - 9 h 22 min

    Et pourquoi cet Ambassadeur de cette Arabie Yahoudite n’a pas réagi quand la presse Occidentale à caricaturé notre Prophète (QSSL) en Terroriste ?
    À moins que ce guignol de pseudo-ambassadeur considère que son Roitelet Ben Salman est plus important que notre Prophète QSSL !!!

    9
    2
    BEKADDOUR MOHAMMED
    18 décembre 2017 - 21 h 38 min

    Troubler L’EAU EST une tentative vouée à l’échec, l’eau finit par se décanter ! Mais Les Chameliers ont une histoire d’eaux rares, et ces Saoudiens ne peuvent pas avoir appris, Les Juifs et les A3RAB, (Pas Arabes), ont de cruelles déceptions en promesse, l’humanité entière leur en voudra d’être ce qu’ils sont : Des assoiffés… de sang humain ! Nous Algériens, nous commandons chaque matin un simple café, EUX ils demandent un bol de sang… Vampires, vous existez, ce n’est pas une fable !+

    12
    1
    Dahmane
    18 décembre 2017 - 18 h 48 min

    Vivement un Printemps Civilisationnel pour faire dégager tous ces roitelets des féodales monarchies arabes absolues (pays du Golfe, Jordanie, Maroc).

    16
    Kader
    18 décembre 2017 - 18 h 45 min

    Merci au peuple Algérien qui vient de dire très haut ce que le pouvoir algérien pense tout bas pour des considérations diplomatiques bien entendu.
    MERCI ENCORE UNE FOIS

    19
    Saouds👎👎👉dehors
    18 décembre 2017 - 16 h 10 min

    Saouds a montré son vrais visage 😵 l’hypocrisie Wahabite… Saouds ont délaissé Allah pour suivre leurs Divinité Israel Usa…

    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.