Défaite annoncée

Par Khider Cherif – Mathématiquement, les partis de l’opposition seront les grands perdants des prochaines législatives. Le constat vaut notamment pour les formations appartenant au camp dit laïc. Pourquoi une telle certitude ? Simple. Le Front des force socialistes (FFS), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ou encore le Mouvement démocratique et social (MDS) n’ont pas de candidats en suffisance pour couvrir l’ensemble des circonscriptions électorales.

Conscient de cet énorme handicap, le secrétaire général du RCD vient de mettre en place une stratégie de campagne qui consiste en gros à ne présenter des candidats que dans le centre du pays. Logique, puisque le périmètre géographique correspond grosso modo au réservoir électoral du parti. Il ne faudra donc pas s’attendre à ce que le RCD sorte de l’Algérois et de la Kabylie. Un peu plus ambitieux et surtout un peu plus populaire, le FFS a décidé, en revanche, de tenter sa chance dans le Constantinois, l’Oranie et le sud du pays. Mais tout comme le RCD, le FFS est obligé de se faire pragmatique et de choisir ses batailles.

En réalité, le grand défi pour ces deux formations sera d’essayer d’obtenir suffisamment de députés pour former un groupe parlementaire. Une telle option peut, en effet, offrir quelques avantages politiques. Pour s’assurer une meilleure représentativité, le FFS, le RCD et le MDS auraient sans doute gagné à unir leurs forces, surtout que, dans l’absolu, leurs programmes présentent beaucoup de similitudes. Ce n’est malheureusement pas le cas. Les divergences (souvent personnelles) entre leurs directions respectives éloignent pour le moment toute idée de rapprochement.

Les petites guéguerres que se livrent à fleurets mouchetés ces trois partis profiteront évidemment aux islamistes qui ont décidé de partir à ces élections en rangs serrés. Mais même comme ça, les islamistes ne sont pas assez nombreux pour avoir des candidats à travers tout le pays. Les seuls à pouvoir encore avoir des ambitions nationales sont le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND). C’est la raison pour laquelle, mathématiquement toujours, leur victoire ne fait pas l’ombre d’un doute. Après, les autres partis pourront toujours parler d’irrégularités ou de fraude pour expliquer leurs échecs. Aucune personne censée ne pourra néanmoins tenir compte d’un tel argument. Les chiffres ne mentent pas. Ils sont même implacables.

K. C.

Comment (5)

    Noureddine
    25 février 2017 - 18 h 53 min

    je ne comprends pas cette
    je ne comprends pas cette démarche de partir déjà perdant.L’enjeux de l’élection parlementaire , qui intervient à un moment après deux ans d’élection présidentielle avec une programme arrêté tout au moins pour trois ans, 2019 n’offre pas de plusieurs choix stratégique . Donc en fait , tout parti qui arrive au parlement n’a pas le choix quant au programme à engager, sauf d’instaurer la restriction faute de moyens financiers et d’établir un programme qui transformera les rentrées de devises provenant de la rente du pétrole en diversifiant l’économie et également en allant vers les investissements productifs et surtout avec une marge de compétitivité et d’innovation pour placer la production à l’export. Çà c’est le premier aspect, le deuxième choix est le renforcement de la démocratie et la transparence dans la gouvernance de ce pays.Alors le discours de l’opposition qui est tenté pour noircir le tableau le fait en fait juste par un calcul politicien et ne peut proposer autre chose que la mise en place de grandes réformes. Des réformes structurelles qui permettent au pays de sortir de la mono exportation des hydrocarbures et instaurer les énergies alternatives. Les débats d’aujourd’hui doivent implicitement tourner autour de ces thèmes, à charge des candidats quelque soit le parti ,de hisser le niveau des discussions afin d’attirer l’électeur. Les partis qui boycottent à mon avis ne veulent pas mouiller leur maillot et veulent se préserver pour les Présidentielles tout en jouant sur le vote blanc et l’abstention pour faire croire au peuple que c’est ce groupe qu’ils représentent. C’est un jeux improductif, il aurait mieux valu chercher des alliances.




    0



    0
    karimdz
    25 février 2017 - 12 h 49 min

    Pour au moins un parti le RCD
    Pour au moins un parti le RCD, dans une moindre mesure le FFS, mathématiquement, ils seront toujours minoritaires, pour la raison simple, c est que ces partis quoi que cela est moins vrai pour le FFS, sont regionalistes. Et il est clair que les algériens dans leur ensemble quand il s agit d enjeux nationaux, preferent voter pour des partis à plus large encrage.

    Ceci dit il y a d autres partis que les trois que vous avez mentionnés dans l opposition, en plus des partis dits religieux..

    Après le choix appartient aux algériens, sur la base des programmes présentés par chacun des partis.




    0



    0
    Cheikh kebab
    24 février 2017 - 23 h 38 min

    Les tenants du pouvoir sont
    Les tenants du pouvoir sont machiavéliques. Ils savent que plus de 50% du peuple n’est pas intéressé par la politique et ne votera pas. Les partis démocrates républicains sont désunis: ffs,rcd,mds,pt,jil djadid,benflis…tous c partis auraient dû s’unir soit pour des listes uniques selon les régions,doit le boycott. Le FLN usurpé profite du sigle du FLN historique qui est un vite refuge pour beaucoup d’algeriens nostalgiques mais trompés. Le RND est un parti de l’administration qui regroupe donc les proches de la mangeoire. FLN usurpé et RND ont toutes les facilités pour se réunir,paraître aux médias publics,des ministres cartés d’office,un président d’honneur président de la république une ugta embrigadée… Avec tous c moyens bien dûr sue les jeux sont faits. Et le fce… Si vous êtes au fce vos affaires vont prospérer sinon gare à vous… Alors il nous reste les yeux pour pleurer.




    0



    0
    Felfel Har
    24 février 2017 - 14 h 43 min

    El Faham yefhem!
    Mais oui, Mr., « Les chiffres ne mentent pas. Ils sont même implacables ». Vous savez pourquoi? Tout a été calculé, les résultats sont ficelés avant même que les citoyens n’aillent voter. Les jeux sont faits! L’opposition est prise dans un piège machiavélique. Le pouvoir ne lui offre aucune alternative: soit elle participe aux élections et elle ne récolte que des broutilles, soit elle s’abstient et elle perd tout. Le peuple sait ce qui se trame car il n’a pas oublié les expériences passées. Il se contente de rappeler à tous ceux qui s’égosillent à nous vendre « des élections libres, propres et honnètes » cette phrase, lourde de sens, qu’ Abraham Lincolm a immortalisée: « ….. you cannot fool all the people all the time ».




    0



    0
    SOUFIANE
    24 février 2017 - 14 h 22 min

    PRONOSTIC BIDON
    SUR QUELLE BASE VOUS AVANCER DES HYPOTHESES ET VOUS PROJETER DES RÉSULTATS…
    SANS UN SONDAGE RÉEL ET UN DÉROULEMENT TRANSPARENT DU VOTE..RIEN N’EST LOGIQUE EN ALGERIE.
    LE RESULTAT EST DEJA CONNU PAR BOUTEFLIKA ET CO. 1 AN A L’AVANCE.
    FLN RND 1ER
    ISLAMISTES 2EM
    AUTRES 3EM.
    >>. GOUVERNEMENT FLN-RND-ISLAMISTES (DÉCOR)
    POUR FAIRE SEMBLANT DE DÉMOCRATIQUE..

    SALAM.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.