ONU : un projet de résolution sur El-Qods en session urgente

résolution
Lundi, lors de la réunion du Conseil de sécurité, les Etats-Unis avaient opposé leur veto. D. R.

L’ONU examine, lors d’une session urgente, un projet de résolution condamnant la décision américaine de considérer la ville sainte d’El-Qods occupée comme capitale d’Israël, une décision ayant entraîné de vives réactions de réprobation dans le monde, rapporte l’agence nationale de presse APS.

A l’Assemblée générale de l’ONU, qui compte 193 membres et où le vote est prévu à 15h GMT ce jeudi, aucun pays n’a de droit de veto sur les résolutions, qui ne sont pas contraignantes. L’enjeu du scrutin résidera dans le nombre d’Etats qui approuveront la résolution.

Le texte, proposé par le Yémen et la Turquie, affirme que toute décision sur le statut d’El-Qods occupée «n’a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée» après que Washington a opposé son veto à un projet de résolution lui demandant de revenir sur sa décision. Il rappelle toutes les résolutions adoptées par l’ONU ayant trait à la colonisation de Territoires palestiniens et souligne que la question d’El-Qods doit faire partie d’un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

Les Etats-Unis ont mis leur veto lundi à une condamnation de la décision du président américain, votée par les 14 autres membres du Conseil de sécurité. Donald Trump a en outre menacé, mercredi, de couper les aides américaines aux pays qui vont voter jeudi pour la résolution condamnant sa décision sur El-Qods.

Le président de l’Assemblée générale a décidé de convoquer une session extraordinaire pour adopter cette résolution. Le texte reprend pratiquement les mêmes termes du projet de résolution rejeté lundi par le Conseil de sécurité lors d’un vote unanime qui a symbolisé l’isolement des Etats-Unis sur la question d’El-Qods.

La décision de M. Trump a déclenché des manifestations dans plusieurs pays du monde car le statut d’El-Qods est l’une des questions-clés à régler dans le cadre des négociations israélo-palestiniennes.

R. I.

Commentaires

    jaber
    21 décembre 2017 - 14 h 17 min

    Si cette résolution n’est pas contraignante, il n’y a aucun enjeu puisque les maitres du jeu sont les grandes puissances, ce ne sont pas des pays comme le Bouthan, la Jamaique ou le Lesotho qui vont décider du sort ou de l’avenir d’El-Qods, sachant que les monarques du Maroc, de Jordanie et de l’Arabie Saoudite, « gardiens des lieux saints de l’Islam » encouragent par leur léthargie l’occupation de la Palestine par les sionistes.

    Bonne soirée.




    5



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.