Statut d’El-Qods : vers la victoire des peuples contre la terreur impérialiste

ONU exactions
Les Etats-Unis et Israël isolés à l'ONU. D. R.

Par Youcef Benzatat – Le jeudi 21 décembre 2017 est une date historique qui signifiera sans aucun doute le début de la fin de l’impunité des exactions américano-israéliennes dans le Moyen-Orient et des Américains et leurs alliés dans le monde. Ce jour, 128 nations sur les 193 membres de l’ONU avaient voté contre la décision américaine de reconnaître unilatéralement Jérusalem capitale de l’Etat sioniste colonialiste d’Israël. Ce fut un vote sans précédent contre une décision américaine de cette nature.

Les pouvoirs de ces 128 nations dans leur majorité avaient voté contre cette décision outrageuse au détriment de leurs intérêts financiers. Les Américains avaient coutume de distribuer gracieusement des dollars à ces pouvoirs corrompus pour acheter leurs complicités au profit de l’expansion de leur impérialisme dans le monde. Des dollars qui finissaient généralement dans les comptes bancaires offshores des membres de ces pouvoirs.

Alors que cette décision avait suscité l’indignation de leurs peuples, qui se sont exprimés massivement par des manifestations de dénonciation contre son caractère arbitraire et injuste et contre leur propre passivité complice, les gouvernements des pays ayant voté contre cette décision avaient opté plutôt pour le principe de quelques dollars en moins pour calmer l’ardeur de ces peuples afin de booster leur popularité et préserver ainsi leur pouvoir.

La pression des peuples avait de cette manière influé indirectement sur le vote de l’ONU et provoqué un précédent historique d’insoumission à la dictature impérialiste par le truchement de l’ONU. La victoire de l’alliance de la Russie, l’Iran et le Hezbollah libanais au côté du combat du peuple syrien contre les visées impérialo-sionistes avait détruit le mythe de l’invincibilité de cette entité criminelle dans la conscience collective et renforcé le sentiment de la nécessité de la résistance à l’injustice qu’ils répandaient dans le monde. Le combat pour la légalité et le droit international en est sorti renforcé et plus que jamais un impératif qui s’impose aux peuples marginalisés.

Les peuples ont désormais leur mot à dire dans la géopolitique et le respect du droit international. Ces concepts au fondement de la coexistence pacifique des nations et de la paix dans le monde échapperont à l’avenir de manière irréversible aux abus des dictateurs et à tous les autres satrapes qui décidaient au nom des peuples. A commencer par les nôtres qui ont osé faire profil bas en s’excusant devant la monarchie la plus réactionnaire dans la planète pour sa complicité active dans cette prise de décision outrageuse au détriment du droit des Palestiniens, au nom du peuple algérien pour une banderole qui dénonçait justement leur soutien à l’expansion impérialiste. Le dernier mot, celui qui compte, est la réplique du peuple dans son rejet de ces excuses honteuses et indignes, exprimée massivement sur les réseaux sociaux.

Il est du devoir des intellectuels «couchés» de dresser la nuque pour contribuer au renforcement de la détermination des peuples, auxquels ils appartiennent, dans leur résistance à l’impérialisme. Il y va de leur dignité de se distancer du discours démagogique et manipulateur qui consiste à faire croire que la lutte anti-impérialiste est un combat démodé. A commencer par céder à leur tour à quelques dollars en moins au détriment de leurs intérêts financiers, en galvanisant leurs peuples à lutter contre la soumission de leurs pouvoirs respectifs à la terreur impérialiste.

Y. B.

Commentaires

    Karamazov
    23 décembre 2017 - 14 h 20 min

    C’est ça ! Cause toujours! Ouqsimou billeh ghir tesralkoum kima hadek li tkel 3la nsibtou.

    Loukane il suffisait d’être un peuple pour être indépendant nous en serions encore fi 3ahd lkouloun. Comme l’ont dit deux de nos plus illustres présidents : Ferhat Abbas: « nous n’avons jamais été un Bled ». Et l’autre: Hemdoullah kimaranach bled. Est-ce pour cette raison que nous forçons à ne jouir que par procuration ?

    Sikhouna jubile comme le Coq qui , parce qu’il a fait une grossesse nerveuse ,croit avoir pondu.




    1



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.