Affaire des sardines jetées à la mer : poursuites et sanctions contre les mis en cause

Les contrôleurs de l’Entreprise de gestion des ports et abris-pêche n’étaient pas sur les lieux
Des poursuites seront engagées contre le mandataire de la pêcherie La Salamandre. D. R.

Des poursuites seront engagées contre le mandataire de la pêcherie La Salamandre et des sanctions seront infligées contre les contrôleurs de l’Entreprise de gestion des ports et abris-pêche de la wilaya de Mostaganem, suite au tollé suscité par une vidéo montrant la destruction d’une grande quantité de sardines, a-t-on appris lundi auprès de la direction de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques.

Selon un communiqué de cette direction, dont une copie a été remise à l’APS, le mandataire de la pêcherie La Salamandre «est responsable de la destruction illégale et injustifiée de cette quantité de sardines montrée dans cette vidéo».

Les investigations menées dimanche sur instruction du wali de Mostaganem ont montré que la production halieutique détruite était impropre à la consommation et cette vidéo a été filmée en juillet dernier, lors de la campagne de pêche de la sardine, très abondante à cette période de grandes chaleurs.

«Le mandataire concerné n’a pas pu écouler la quantité pêchée à 300 dinars le kilo. Cette situation l’a conduit à jeter à la mer les quantités invendues et devenues impropres à la consommation du fait de la chaleur et de la non-utilisation de la glace», a-t-on indiqué dans le communiqué, précisant que «les procédures règlementaires d’usage en de pareils cas n’ont pas été respectées».

Selon le même document, l’enquête a également relevé que les contrôleurs de l’Entreprise de gestion des ports et abris-pêche n’étaient pas sur les lieux, alors que leur mission était d’appliquer la loi contre ce mandataire contrevenant.

L’Entreprise de gestion des ports et abris-pêche prendra des mesures disciplinaires contre ces agents défaillants «devant cet acte irresponsable et inacceptable», a-t-on précisé.

Par ailleurs, le communiqué précise qu’à l’issue des investigations, des mesures urgentes ont été prises pour que de pareils cas ne se reproduisent plus au niveau de toutes les pêcheries. Il s’agit, entre autres, d’imposer aux mandataires l’utilisation de la glace au niveau des pêcheries et des plans d’eau pour conserver leurs produits, de contrôler rigoureusement la destruction des produits avariés et d’informer les parties intéressées sur les méthodes règlementaires de destruction des quantités de poissons impropres à la consommation.

La diffusion, jeudi dernier sur les réseaux sociaux, d’une vidéo montrant des individus jetant à la mer des quantités de poisson a suscité une vague d’indignation des internautes à cause des propos tenus dans cette capsule, selon lesquels les pêcheurs ont préféré détruire cette production pour maintenir un prix d’achat élevé au niveau de la pêcherie de Mostaganem.

Les Mostaganémois avaient considéré cet acte «lâche et inhumain».

R. N.

Comment (17)

    ALGERIA
    27 décembre 2017 - 9 h 04 min

    Ce secteur comme tant d’autres est contrôlé par la maffia, l’état est absent, si ce n’est complice à certains niveaux.
    Un ami de Bouharoun, m’a raconté cette histoire qui remonte à une douzaine d’année.
    Un nouveau venu dans le secteur, s’est acheté a bateau et a fait sa première sortie en mer, au niveau de ce port. A sa rentrée et après une belle pêche, il se fait accosté en mer par un bateau « pirate » et les gros bras qui débarquèrent sur son bateau lui proposèrent de lui racheter son poisson et lui expliquèrent que tout ce qui arrive par ce port devait passer par eux pour la vente. Devant son refus obstiné, il le jetèrent par dessus bord. Heureusement pour lui qu’il était bon nageur et la mer clémente. Il aurait déposé plainte, mais comprenant la situation, il a du transférer son bateau à un port de l’Ouest où il avait de la famille et des soutiens.
    Çà se passe comme çà dans notre belle Algérie, démocratique et populaire.

    RamdaneABANE
    27 décembre 2017 - 7 h 06 min

    Vous prenez les gens pour ce que vous etes, des c…. Trop de mensonges pour des justificatifs

    pomme
    26 décembre 2017 - 21 h 16 min

    En Europe, les paysans faisaient la même chose en déversant des tonnes de lait dans les égouts, des montagnes de légumes devant les sièges des préfectures.
    A l’Etat de réguler ces marchés en imposant des prix minimaux qui permettent d’assurer des revenus aux pêcheurs et sanctionner tous les parasites qui gravitent autour d’eux.
    La mer est dangereuse, pêcher a un prix : main d’œuvre, gasoil, frais divers : il faut payer les produits au juste prix, quelque soit le produit.Tout cela n’excuse pas de rejeter à la mer ce qu’elle vous a donné.

      LE GHGATOCHE
      27 décembre 2017 - 5 h 27 min

      NOUS N’AVONS PAS À NOUS COMPARER À L’EUROPE
      QUI EST UNE SOCIÉTÉ DE CULTURE DIFFÉRENTE EN TOUT POINT DE VUE DE LA NOTRE.
      MAINTENANT JE COMPRENDS POURQUOI EST CE QUE LA PATATE VAUT PLUS QU’UNE POMME…!!!

    elgat
    26 décembre 2017 - 18 h 28 min

    On a pas encore compris comment marche l’économie de marché.Tant que l’argent gagné facilement inonde le marché la situation restera telle qu’elle est. Tant que le carburant est donné presque gratuitement , le pain est jeté aux poubelles a cause de son prix dérisoire,l’Etat ne connait pas ses pauvres et les riches profitent plus du systeme que les pauvres.Tant que les gens trouvent moins de difficulté a mendier qu’a travailler rien ne va changer.

    Anonyme
    26 décembre 2017 - 13 h 46 min

    Il y a quelques années à mon retour dans mon quartier après une longue absence je demande des nouvelles d’un voisin qui avait écopé d’une peine de prison pour vol. Me voyant m’apitoyer et m’inquiéter pour son avenir, mes voisins m’ont ri au nez et m’ont dit :  » Rassure toi, il a purgé sa peine et l’état lui a donné un bateau, il en possède encore un autre, aujourd’hui il est patron pécheur il s’est construit une villa, s’est acheté une voiture et roule sur des milliards. »
    Plus tard c’est au tour d’un bi-national s’émerveillant devant une immense maison à 5 étages de me poser la question : » A qui est cette jolie maison ? « . A un marchand de légumes qui n’a jamais payé ses impôts lui répondit un ami attablé avec moi au café. Le bi-national n’en revenait pas :  » Vous plaisantez, n’est ce pas ? En Europe les agriculteurs crèvent la dalle !  »
    Trêve de laxisme et de laisser-aller, l’état doit prendre et assumer ses responsabilités. Un voleur est un voleur, un escroc est un escroc, un délinquant est un délinquant, un malfrat est un malfrat. La loi doit s’appliquer à tout le monde, tout le monde doit payer ses impôts. Il n’y a pas de raison que ceux qui en font le moins dans ce pays continuent à être les mieux servis. Basta ! Sinon ce pays ira au diable et nous avec.

    8
    1
    Anonyme
    26 décembre 2017 - 13 h 32 min

    C’est une pratique courante dans tous les domaines en Algérie ,les agriculteurs aussi se livrent à de tels pratiques ils laissent la tomate pourrir dans les serres la pomme de terre dans le sol croyez moi j’ai vu de l’orange encore dans les arbres au moi de juin tout ça pour maintenir les prix très hauts.Qu’ils soient pêcheurs agriculteurs ou commerçants les algériens n’ont l’esprit de la concurrence pour que les prix chutent,ils sont les seuls au monde à s’entendre pour maintenir la mercantile en flamme.

    8
    1
    MIROU
    26 décembre 2017 - 12 h 58 min

    QUELLE DÉSOLATION, QUELLE TRISTESSE C’EST FINI ON AURA TOUT VU DANS NOTRE PAUVRE PAYS OU LES VOYOUS DE TOUT BORD ONT LE VENT EN POUPE. LES IMAGES QUE J’AI VU M’ONT FONDU LE CŒUR ET J’AVAIS LES LARMES AUX YEUX DEVANT CE QUE FAISAIENT CES CRIMINELS DE BAS ÉTAGE. IL FAUT LES CHÂTIER DE MANIÈRE EXEMPLAIRE CES ANIMAUX DE L’ÂGE SAUVAGE.
    APRÉS ÇA, SI CES FRIPOUILLES NE SONT PAS PENDUS HAUT ET COURT, MOI J’AURAI HONTE DE ME CONSIDÉRER ENCORE COMME CITOYEN ALGÉRIEN ET QU’ON VIENNE PLUS NOUS CHANTER LEUR DAWLATE EL GKGANOUNE. JE FULMINE ENCORE YA RABBE EL-ÂALAMINE…!!!!!!

    6
    2
    Massy
    26 décembre 2017 - 11 h 12 min

    Que font les services de l’état concernés ? Faudra t-il, à chaque fois, attendre une vidéo citoyenne ?
    Par ailleurs, le plus gros scandale est celui des produits pyrotechniques (pétards, …). Il revient chaque année et les trafiquants ne sont jamais inquiétés, alors qu’il suffit d’arrêter les revendeurs et remonter la filière.
    Nos services concernés doivent faire leur travail de protection de l’économie nationale et avoir aussi de l’imagination, car pour ce problème de sardines la solution pour la maffia est simple : rejeter en mer en toute quiétude.

    3
    1
    Zaatar
    26 décembre 2017 - 9 h 59 min

    Et que dire de la viande de baudet qu’on nous refile à chaque ramadan nous faisant croire que c’est du bœuf? Encore une pratique courante chez nous. D’ailleurs c’est à chaque ramadan que l’on retrouve ci et là dans la nature des têtes de baudets décapités….

    4
    1
    ça leur va si bien la ...onnerie
    26 décembre 2017 - 8 h 47 min

    j’ai vu la vidéo , c’était trop stupide , le groupe de pecheurs a préféré tout jeter à la mer et ne pas vendre à 500DA car ils voulaient vendre je crois à 700 DA !
    moi ce qui m’a choqué ce n’est pas le comportement irresponsable de ces individus (y’en a tellement en algerie) , mais plutot les tonnes de pauvres sardines sorties de leur habitat ( l’eau de mer ) pour RIEN !

    Salim
    26 décembre 2017 - 6 h 33 min

    C’est une pratique connue chez nous, cela touche tout les denrées alimentaires, les grossistes stockent les légumes et les patates avant chaque mois de ramadhan, pour provoquer une pénurie, s’ensuit une augmentation des prix. Quant à la sardine, j’ai toujours vu cette pratique au port de Dellys.
    Tout ce gâchis pour l’appât du gain

    11
    algerien révolté
    26 décembre 2017 - 1 h 02 min

    Ils nnous disent que cette marchandise était impropre a la consommation et qu’elle n’a pas pu etre vendu a 300 da le kg ! ne serions nous pas dans un pays ou les prix sont déterminés par le marché c’est a dire selon la loi de l’offre et la demande ,donc nous avons a faire a des hors la loi puisqu’ils ont voulu imposer des prix pré-établis dans d’autres pays qui se respect ces gens seront séverement puni n chez nous c’est VOGUE LA GALERE . ils vont toujours trouver des circonstances atténuantes qui fait que c’est CES GENS QUI FONT LA LOI .

    14
    Vox Populi
    25 décembre 2017 - 23 h 49 min

    Il est clair que ce geste est condamnable, vu son impact sur l’irrespect de la faune marine et sur la biodiversité. Ces sardines sont un don béni du ciel,pourquoi les pêcher pour les rejeter à l’eau après leur avoir ôter la vie? Ce triple sot de pêcheur,sait-il que la sardine est une espèce en voie de disparition ? il mérite bien sa punition !

    15
      algerien révolté
      26 décembre 2017 - 1 h 08 min

      A part la biodiversité dont vous semblez etre un adepte et c’est tout a votre honneur ,n’avez vous pas pensé a tous ces enfants qui ne mangent jamais de poisson a cause de son prix ?

      15
    Rayes Al Bahriya
    25 décembre 2017 - 23 h 28 min

    L’état leur donne des milliards pour se lancer en
    Affaires .
    En dernier ils jettent ces milliards à la mer.
    Ils détruisent la nature en déséquilibrant le
    Micro système planctonique .
    La pauvreté fait des ravages en algerue.
    Ils veulent faire un autre Rif ….
    Voilà le complot
    Honte à vous pêcheurs…. vous commettez le péché…..
    Vos actes sont ignobles…..

    20
    1
    Anonyme
    25 décembre 2017 - 23 h 24 min

    Il parait que c’est une pratique qui se fait au niveau de toutes les pêcheries des wilayas. De même pour les fruits et les légumes.

    14
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.