Carburants : les nouveaux prix à la pompe applicables dès janvier 2018 rendus publics

Les nouveaux prix à la pompe sont applicables à compter du 1er janvier 2018. New Press

Les nouveaux prix à la pompe des carburants calculés en TTC (toutes taxes comprises), applicables à compter du 1er janvier 2018 à minuit sur tout le territoire national, conformément aux réajustements introduits par la loi de finances de 2018, ont été rendus publics jeudi par l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH) relevant du ministère de l’Energie.

Le prix de l’essence normale passera à 38,95 DA/litre (contre 32,69 DA en 2017), celui de l’essence super à 41,97 DA/litre (contre 35,72 DA en 2017), et celui de l’essence sans plomb à 41,62 DA/litre (contre 35,33 DA), indique un communiqué de l’ARH.

Le prix du gas-oil passera à 23,06 DA/litre (contre 20,42 DA) tandis que le prix du GPL-c restera inchangé par rapport à 2017 (9 DA/litre), selon la même source.

Ce réajustement vient en application de l’article 33 de la LF 2018 et de la décision de l’ARH n°76 du 25 décembre 2017, précise le communiqué.

La méthodologie d’ajustement du prix du pétrole brut entrée-raffinerie, utilisé dans la détermination du prix de vente des produits pétroliers sur le marché national, est quand à elle définie par le décret exécutif n°08-289 du 20 septembre 2008.

Pour rappel, la loi de finances de 2018 a introduit une augmentation de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) applicable sur les carburants.

Cette hausse est de 5 DA/litre pour l’essence et de 2 DA/litre pour le gasoil.

L’exposé des motifs du projet de cette loi avait expliqué que le réajustement des prix des carburants s’inscrivait dans le cadre d’une démarche globale et graduelle qui vise à rationaliser leur consommation, réduire leurs importations, augmenter les recettes fiscales, diminuer les subventions budgétaires, préserver l’environnement et endiguer le phénomène de la contrebande frontalière.

L’augmentation des prix des carburants en 2018 devrait générer des recettes supplémentaires de plus de 60 milliards DA.

R. E.

Comment (2)

    Le Direct .
    28 décembre 2017 - 21 h 28 min

    Aux Décideurs des augmentations de ce produit si précieux qui est le principal moteur de la relance économique du Pays , avez-vous pensez aux Agriculteurs et aux Pêcheurs de ces augmentations faramineuses qui vont mettre à plat beaucoup de ces pauvres gens pour la simple raison que vous n’avez jamais penser à eux et encore moins à les aides au moins de quelques malheurs Dinars sur le litre pour les encouragés , malheureusement ces choses chez nous en Algérie c’est de l’Utopie .Quelle Déception pour ces Gens là .ALLAH YAKOUN MA3KOUM INCHALLAH .




    2



    2
    elhadj
    28 décembre 2017 - 19 h 05 min

    en l espace de 3 ans les prix des carburants ont double, la valeur du dinar a dégringolé,les salaires et les retraites n ont connu que d insignifiantes augmentations soit 2 pour cent en moyenne,les prix des produits de première nécessité ont enregistre des hausses vertigineuses ,les charges qui ne cessent d augmenter sont devenues insupportables et voila que le citoyen est encore soumis a de nouvelles augmentations générées d office par les nouveaux tarifs des carburants.ainsi le citoyen moyen paupérisé dont le revenu ne lui permet guère de subvenir a ses besoins essentiels pour survivre est une fois de plus lamine




    6



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.