Les licences d’importation de véhicules seront vendues aux enchères

importation véhicules
L’importation des véhicules ne sera pas totalement interdite. New Press

Par Hani Abdi – L’importation des véhicules ne sera pas totalement interdite en 2018. Sous la pression de l’Union européenne (UE), le ministère du Commerce annonce la mise en place d’un contingent quantitatif pour les véhicules automobiles, à l’exclusion des collections CKD/SKD destinées au montage de véhicules.

Le contingent portera sur les positions tarifaires 87-01, 87-02, 87-03, 87-04 et 87-05 (notamment les véhicules de tourisme, les véhicules de transport de marchandises et les véhicules de transport de personnes)», précise le ministère du Commerce qui affirme que «l’accès aux licences d’importation, et plus particulièrement celles devant régir les contingents tarifaires fixées dans le cadre de l’Accord d’association avec l’Union européenne, s’effectuera par voie d’adjudication, sur la base d’une mise à prix, par référence au modèle de cahier des charges approuvé par l’arrêté interministériel, fixant les conditions et les modalités d’accès par voie d’enchères au contingent ou à ses tranches».

Autrement dit, le contingent sera cédé au plus offrant. Une opération qui sera assurément rentable pour l’Etat en ce sens que l’importation de véhicules reste très demandée. Les importateurs sont prêts à mettre le prix fort pour qu’ils puissent reprendre ce commerce juteux. Le ministère du Commerce indique que «l’avis public d’ouverture du contingent précisera la nature et la consistance des marchandises dont l’importation est soumise à l’obtention d’une licence». «Seuls les opérateurs économiques dont l’activité de production ou de distribution est liée directement aux produits soumis au contingent ouvert peuvent soumissionner pour l’accès au contingent ou à ses tranches», ajoute le département de Mohamed Benmeradi.

Autres mesures encadrant les opérations de commerce extérieur : domiciliation bancaire des importations

«En application du règlement n° 05 du 25/10/2017 de la Banque d’Algérie, les domiciliations bancaires relatives à l’importation des marchandises destinées à la revente en l’état, et ne constituant pas un intrant industriel, doivent être accomplies dans un délai minimum d’un mois avant la date d’expédition de ces marchandises avec une couverture financière de 120% du montant de l’opération», souligne le ministère.

Les documents exigés au moment de la domiciliation bancaire sont le certificat phytosanitaire ou certificat vétérinaire, délivré par les services compétents du ministère de l’Agriculture, pour ce qui concerne l’importation de bananes, blé, viandes bovines, poisson (à l’exception de la sardine), orge et ail. Il y a aussi l’autorisation technique préalable, délivrée par les services du ministère du Commerce, relative à l’importation des produits cosmétiques et d’hygiène corporelle et les produits toxiques ou présentant un risque particulier. Il y a, en outre, un document officiel, établi par une autorité dûment habilitée dans le pays de provenance et/ou d’origine, attestant que les marchandises à importer sont effectivement et librement commercialisées sur leur territoire, conformément aux dispositions de l’article 12 du décret exécutif n° 12-203 du 6 mai 2012 relatif aux règles applicables en matière de sécurité des produits.

H. A.

Comment (4)

    nectar
    4 janvier 2018 - 15 h 35 min

    D’abord je ne crois pas qu’il y aura des licences d’importation, à part les amis du pouvoir qui se sont bien servis avec l’importation déguisée de véhicules à 99.99% finis chez le partenaire étranger..Cette mascarade de made in bled ne fait que saigner le pays de ses entrées en devises, au service des castes prédatrices, qui tirent leurs forces et son impunité d’un pouvoir illégitime..Ce qui est encore grave, Renault qui bénéficie de cette avantage, en trois ans elle n’a fait aucun effort d’intégration au moins des presses pour réaliser le châssis et la carrosserie de la Symbol hacha man yasmaa..L’industrie de l’automobile est un leurre qui va finir aux oubliettes, sauf si un cahier de charge fait pas des professionnels au service d’une réelle intégration est mis en place et avec strict respect sur une échéance qui ne dépasse pas deux années..Les équipements dans l’automobile, compte tenu de l’évolution rapide de ce secteur, doivent être amortis entre 4 et 5 ans maxi..




    1



    1
    MoiNews
    4 janvier 2018 - 6 h 22 min

    Une faillite programmée et les victimes se sont les modestes citoyens de notre pays




    1



    0
    Zaatar
    3 janvier 2018 - 7 h 26 min

    C’est ce qui s’appelle dans le langage explicite BLED MICKEY. Il y aura toujours une brèche dans l’armure que l’on veut déployer. Ce qui signifie que nos gouvernants ne maîtrisent rien dans tout ce qui concerne l’économie du pays. Ils savent par contre museler le peuple, chose qu’ils font depuis l’indépendance du pays.




    4



    0
    momo
    2 janvier 2018 - 18 h 29 min

    Le pouvoir sous la pression de l’UE a cédé et veut limiter les dégâts à travers les recettes fiscales, mais il doit aussi éviter les surfacturations et s »assurer que le citoyen ne soit pas le dindon de la farce.




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.