La presse occidentale prédit une année 2018 cauchemardesque à Mohammed VI

Après le Rif et son Hirak, c'est au tour de Jerada de se lever
La révolte du Rif fait tache d'huile. D. R.

Par Sadek Sahraoui – De nombreux grands titres de la presse européenne s’attendent à ce que les manifestations sociales au Maroc se poursuivent cette année avec encore plus d’intensité. Certaines publications, comme La Croix de Belgique, estiment que la population du Rif a brisé le mur de la peur qui empêchait jusque-là les Marocains de se plaindre et que le Makhzen n’a pas les moyens de répondre aux attentes de ses administrés, dont la majorité vit dans une extrême misère.

La même source rappelle, d’ailleurs, que Mohammed VI a lui-même reconnu dans son discours du trône, en octobre dernier, l’échec du modèle de développement du Maroc, qui laisse sur le bas-côté une grande partie de la population, et prôné «un temps d’arrêt pour engager une réflexion critique». Les médias occidentaux mentionnent que ce qui risque aussi de mettre le feu aux poudres, c’est que, malgré cet aveu d’échec, Mohammed VI n’a pas mis fin à se politique répressive.

Des centaines de manifestants croupissent actuellement dans les geôles du Makhzen. Plus de 300 manifestants ont été déférés devant les tribunaux d’Al-Hoceima et de Nador. Nombre d’entre eux ont été condamnés à de lourdes peines de prison. 54 manifestants, dont le leader du mouvement Nasser Zefzafi, détenus à Casablanca depuis plus de six mois ont été déférés devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca.

Le média belge fait remarquer dans un long article consacré cette semaine aux protestations au Maroc que la colère à Jerada a rejoint celle d’autres régions déshéritées du Maroc et mentionne que les manifestants ont baptisé leur mouvement «Hirak chaabi», «le mouvement populaire», en référence au Hirak qui a soulevé pendant des mois la ville d’Al-Hoceima, dans la région voisine du Rif.

Face à l’ampleur de la contestation, la presse française, qui est connue pour protéger Mohammed VI et le Makhzen, est obligée aussi de reconnaître que la vie au Maroc est loin d’être idyllique, comme elle a l’habitude de le dire. Radio France Internationale (RFI) avoue même que la protestation «s’élargit» de jour en jour.

Le journal La Tribune évoque, quant à lui, la crainte du gouvernement marocain de voir le mouvement s’étendre à d’autres régions ou déborder, comme ce fut le cas avec les événements d’Al-Hoceima de l’année dernière dans le Rif. Aux dernières nouvelles, effectivement, le sud du Maroc serait également en ébullition. Dans certaines localités, la population est dehors depuis déjà des semaines. Sauf qu’à la différence du Rif ou de Jerada, la presse observe un black-out sur ces régions déshéritées.

S. S.

Comment (33)

    aymen
    6 janvier 2018 - 18 h 00 min

    les touristes étrangers aux maroc ne sont pas tous des pédophiles..des touristes allemands , dont un ami que j’ai connu à Alger..m’a dit qu’ils avaient lui et sa femme les larmes aux yeux, devant l’ampleur de la misère qui sévit au maroc, il m’a dit qu’il lui est arrivé de sentir de la honte ..en entrant à l’hôtel de luxe, qu’il habitait après avoir fait la tournée des marchés des villes de mekness et de marakech, et de revenir à sa chambre avec des images désolantes, d’enfants errants, en bas ages, des fillettes de 8 ans 12 ans, pieds nus…sales..analphabètes , qui vendent n’importe quoi, des chapeaux, des poules des coquillages…certains dorment à même le sol, dans des cartons, des femmes jeunes…habillées en djellaba, mais dont les traits de visages vieillis…ridés reflètent une pauvreté et une détresse immense..au vu et au sus des nababs marocains, des commerçants esclavagistes, qui n’hésitent pas à frapper et brimer des gamins, exploites dans le transports de lourds fardeaux de légumes, de tissus…qui font le triple de leur frêles et chétifs corps,. des mendiants à chaque coins de rue..affamés …on se croirait aux marchés des romains du temps de césars…à mekness ville oubliée..des médias et des guides touristiques, une usine a fermé…il y a deux semaine, plus de 700 familles , avec des nuées d’enfants, ne trouvent rien à manger…l’aide sociale n’existe pas..les enfants ne vont pas à l’ecole..certains sont atteint de maladies du moyen age..comme la tuberculose, le rachitisme, la polio…faute de vaccins et de soins…c’est la misère à ciel ouvert au pays du tourisme, ou le luxe des hôtels qui ne profitent qu’aux étrangers ..contraste avec les décors de la misère et de la pauvreté qui s’affiche en plein jour, ….dans l’indifférence totale des pontes du régime marocain, qui circulent en voiture de luxe et traînent derrière eux sur les marchés de nombreux enfants …porteurs de paniers…serviteurs …esclaves…de la journée…




    1



    1
    Moha
    5 janvier 2018 - 12 h 50 min

    Que peut-on attendre d’un Régime tyrannique d’un pays où les femmes meurent piétinées pour un bol de riz et ou des pères de familles sont obligés de louer leurs gamins à des touristes pédophiles pour faire vivre leurs familles ???




    5



    4
    Anonyme
    5 janvier 2018 - 12 h 25 min

    Le peuple Marocain frere commence a manifester sa colere car la situation devient de plus en plus difficile pour la classe moyenne qui s apauvrit davantage a tel point qu elle tend a disparaitre pour voir une classe extremement riche autour du Makhzen et le reste du peuple au bord de la misere.Le commerce de la prostitution et de la pedophilie se developpe dans les zones touristiques,Marrakech est devenue la capitale du sexe dans le monde…. La drogue circule et s exporte librement,le holding royal se charge de blanchir les milliards de revenue du canabis dans ses banques dont Ettijari Wafa en Afrique.D apres les estimations de l ONU le Maroc,premier exportateur mondial en tire plus de 7 milliards de dollars par an…qui vont gonfler les comptes a l etranger du roi marocains et sa famille.L annee 2018 sera certainement l annee ou le peuple Marocain se soulevera contre ce royaume feodal extremement corrompu.




    7



    5
    Mustapha
    5 janvier 2018 - 12 h 07 min

    Ce dont je suis sûr pour 2018 est que : 1/- le Maroc n’adhèrera pas à la CEDEAO, 2/- le peuple marocain continuera à vivre dans la pauvreté absolue dans des conditions bcp plus humiliantes. 3/- le peuple du Sahara Occidental reprendra sa lutte armée pour son indépendance et le recouvrement de sa dignité.




    7



    6
    Moskosdz
    5 janvier 2018 - 9 h 54 min

    Une chose est sure,tout le malheur qu’à souhaité le royaume de la drogue à l’Algérie,se reproduira chez lui,le peuple Marocain est de plus en plus conscient de son état de servilité par la dernière monarchie féodale au monde.




    16



    8
    Hellali
    5 janvier 2018 - 9 h 50 min

    Un pays qui continue à creuser même après avoir touché le fond, c’est aussi cela le Maroc d’aujourd’hui.




    14



    8
    Anonymous
    5 janvier 2018 - 2 h 35 min

    Si 2018 serait un cauchemar pour le fils du Glaoui c’est aussi par la faute de Messahel et sa dernière déclaration relative à la « Machine à Laver » les narco-dollars du Roitelet M6 qui a pousser Interpol à être plus vigilant dès qu’il s’agit du Maroc.
    Pour preuve, pas plus loin que hier la police italienne vient d’intercepter un marocain fonctionnaire du Makhzen embarquant à Gênes sur un navire a destination du Maroc et en sa possession d’un demi million d’euros qui selon le début de l’enquête serait de l’argent provenant du Haschich marocain vendu en Italie et destiné pour le Holding financier appartenant au Palais et ce, dans le cadre d’une autre action de blanchiment des narco-euros du Makhnez.




    30



    10
      Yeoman
      5 janvier 2018 - 10 h 27 min

      Effectivement, si l’argen’y n’était pas destiné au Makhzen, il aurait essayé de le planquer n’importe où mais surtout pas au Maroc. Ceux qui croient que Messahel avait parlé sans savoir ce qu’il faisait se trompent lourdement.




      16



      9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.