Une délégation du Bahreïn à Tel-Aviv : le Golfe se jette dans les bras d’Israël

Bahreïn
Hamad Bin Issa Al-Khalifa, émir du Bahreïn. D. R.

Par Houari Achouri – Des médias israéliens ont évoqué la visite en Israël d’une délégation officielle envoyée par le roi du Bahreïn, Hamad Bin Issa Al-Khalifa, dans le but d’exprimer sa volonté d’instaurer la coexistence pacifique entre l’entité sioniste et le petit émirat du Golfe. Le prétexte de cette visite est d’encourager la tolérance religieuse dans le monde.

En fait, Bahreïn veut être le premier Etat du Golfe à s’ouvrir et normaliser ses relations avec Israël, alors que, rappelons-le, il n’y a pas de relations diplomatiques entre ces deux pays. On parle d’une annonce dans ce sens qui serait faite cette année. Les dirigeants du Bahreïn estiment que leur ennemi n’est pas Israël, mais l’Iran. Ainsi, des contacts ont été établis entre les deux pays pour préparer le terrain à des visites réciproques autour des questions économiques et qui impliquent aussi la «société civile», dans la perspective de la signature d’accords – commerciaux dans un premier temps – qui s’élargiraient à d’autres domaines.

Il y a quelques mois, une délégation israélienne avait été reçue dans la capitale de ce très petit royaume du Golfe, Manama. Des sources israéliennes ont fait état de projets communs pour faciliter les séjours des citoyens bahreïnis en Israël, pour la construction conjointe d’un musée israélo-bahreïni en faveur de la «tolérance religieuse».

C’est le centre Simon-Wiesenthal, une organisation juive de droits de l’homme, établi Los Angeles, aux Etats-Unis, qui pilote la manœuvre du roi du Bahreïn. Les rabbins Marvin Hier et Abraham Cooper, qui dirigent le centre Simon-Wiesenthal, ont profité de leur séjour à Bahreïn l’an dernier pour inviter la délégation bahreïnie à visiter Israël. Et, selon les sources israéliennes, le roi n’y a vu aucun inconvénient.

L’initiative de l’émir du Bahreïn n’est pas isolée dans la région du Golfe. Elle fait partie d’une démarche qui implique également l’Arabie Saoudite, mais qui a été contrariée par le geste irresponsable et unilatéral du président américain Donald Trump qui a pris la décision de reconnaître El-Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des Etats-Unis. Cette décision, rappelons-le, a été condamnée par l’ONU presqu’à l’unanimité.

La logique anti-iranienne qui guide la politique des Etats du Golfe les pousse à se jeter dans les bras de l’entité sioniste. C’est ce qui explique la création, en gestation, d’une alliance entre l’Arabie Saoudite et Israël. La péripétie de la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri, fomentée par l’Arabie Saoudite pour entraîner Israël dans une aventure militaire au Liban, et à travers le Hezbollah, contre l’Iran, montre jusqu’où sont prêts à aller les dirigeants saoudiens. L’échec de cette manœuvre a ramené les pays du Golfe à leur politique des petits pas, pour créer les conditions de la normalisation des relations avec Israël et bâtir ensuite l’alliance anti-iranienne. La visite de la délégation bahreïnie en Israël s’inscrit dans ce cadre.

H. A.

Comment (13)

    Anonyme utile
    9 janvier 2018 - 22 h 51 min

    La narco monarchie marocaine qui soutient, preuve à l’appui, que Jérusalem est la capitale de l’entité sioniste, ainsi les monarchies féodales rétrogrades des émirats arabe unis, d’arabie saoudite tayhoudite, de bahreïne, de qatar, SONT TOUTES DES MONAR4CHIES DE LA HAUTE TRAHISON ET EN MÊME LES HONTES ETERNELLES DES MUSULMANS ET DES ARABES ET DE LA OUMMA.

    3
    2
    abdelkader
    9 janvier 2018 - 22 h 15 min

    Quand l’heure de vérité est arrivée, la Corée du nord et la Corée du sud se retrouvent et se parlent, quitte à fâcher un Trump de plus en plus malmené chez lui. Par contre on ne peut dire la même chose pour nos  »frères » ou je ne sais quoi arabes du golfe, ils ont laissé l’Irak se faire envahir pour en faire un pays pauvre et malheureux, idem pour la Syrie, la Libye, le Yémen, et maintenant ils se cherchent noise entre eux Arabie , EAU et Egypte contre le Qatar, Egypte contre le Soudan, et presque tous les pays arabes ont acquiescé ou peu manifesté aux desiderata de Trump au sujet d’El Quds au grand dam de nos frères palestiniens. Ils ne sont pas à une traîtrise prêt, l’histoire est là pour le prouver.

    3
    2
    Abder
    9 janvier 2018 - 19 h 49 min

    Nous algeriens sommes tous amazighs et tres lies a l’ arabite a laquelle nous sommes attaches.
    Alors les gens qui se comportent en sectaires doivent se calmer ne serait-ce que par respect au modele de toute l’ humanite notre prophete.

    10
    9
    Lghoul
    9 janvier 2018 - 18 h 58 min

    Sans le feu vert de l’arabie saoudite ils ne bougeront pas car ils veulent montrer qu’ils ne sont pas les seuls a visiter les boites de nuit de tel aviv.

    6
    1
    kilma
    9 janvier 2018 - 17 h 22 min

    Churchil avait dit  » la mort des arabes,c’est la mort de la traitrise »,,, dont acte.

    12
    5
    Mhand
    9 janvier 2018 - 16 h 56 min

    N’oublions pas que ces Bédouins sont cousins de sioniste avec le même maquillage ethnique, ils trouveront toujours le salut dans leurs bras. Dommage que notre pays ait perdu près de 56 ans de son existence en suivant ces buveurs d’urine de chamaux, combien nous aurions pu réaliser si nous avions notre propre identité et culture, mais il n’est jamais trop tard pour réparer les dégâts causés par la collision avec ces traîtres.

    21
    1
    moms
    9 janvier 2018 - 16 h 38 min

    salam! traiter avec les juifes n’est pas hlam!!! il faut juste poser des conditions et limites!!

    5
    15
      El Moussatene
      9 janvier 2018 - 19 h 16 min

      La question n’est pas de savoir si traiter avec des juifs est  » hram ». La question c’est de savoir quel est le degré d’immoralité et de traitrise à traiter avec l’entité sioniste coupable de tout les malheurs du peuple de Palestine occupée…

      13
      4
    Anonyme
    9 janvier 2018 - 16 h 13 min

    Enfin les arabes du golf deviennent de plus en plus réalistes ça ne peut que nous être bénéfique puisque c’est nos modèles identitaires.

    5
    19
    CHIBL
    9 janvier 2018 - 15 h 48 min

    (Les dirigeants du Bahreïn estiment que leur ennemi n’est pas Israël, mais l’Iran), vraiment débile de dire ça alors que le Bahrein est a majorité CHIITE gouverné par une minorité sunnite, ces gens ne pensent qu’a leur trône leur peuple ils s’en foutent.

    23
    1
    Tin-Hinane
    9 janvier 2018 - 14 h 57 min

    On ne peut que s’en réjouir, jusque là ces pays (l’Arabie et les petits états du golfe) étaient de fait les alliés d’israël mais en cachette, la seule différence aujourd’hui c’est qu’ils le proclament au grand jour et c’est bien car plus personne ne peut plus faire semblant. En fait les occidentaux et les juifs sionistes en plein déroute avec la défaite qu’ils ont pris on Syrie et celles qui les attendent ont contraint les arabes à dévoiler leur amitié et alliance avec eux, mais ce n’est pas une bonne idée. Cela étant dit de notre côté nous ne pouvons que les remercier d’avoir mis fin à un tel simulacre et une telle duplicité de la part des arabes.

    27
    1
    HMIi
    9 janvier 2018 - 14 h 05 min

    Les zarabo-musulmans. …on ne peut être mieux lotis : Hypochrisie, Médiocrité et Indigence intellectuelle….

    23
    5
    Anonyme
    9 janvier 2018 - 13 h 59 min

    Normal! Nouvel an oblige.

    7
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.