Lancement officiel de la création d’une Commission parlementaire mixte Algérie-UE

Sender Parlement
Inés Ayala Sender. D. R.

La Conférence des présidents du Parlement européen a approuvé la création d’une commission parlementaire mixte Parlement algérien-Parlement européen en vue de rehausser le niveau du dialogue interparlementaire entre les deux institutions, a-t-on appris auprès d’une source européenne.

La décision de la Conférence des présidents du Parlement européen, haute instance composée des chefs des groupes politiques et du président du Parlement européen, prise lors d’une réunion tenue, jeudi, à Bruxelles, est «le fruit d’une coopération régulière et soutenue entre les deux institutions législatives, depuis plus de 30 ans», a-indiqué la même source.

La création de cette commission «concrétise ainsi la volonté exprimée par les parlementaires algériens et européens à l’occasion de la 15e rencontre interparlementaire tenue à Alger, le 3 novembre 2016, de rehausser le niveau du dialogue interparlementaire», a-t-on ajouté.

La présidente de la délégation du Parlement européen pour les relations avec les pays du Maghreb et l’Union du Maghreb arabe (DMAG), Inés Ayala Sender, a salué lors d’une réunion de la DMAG, tenue le jour même, la décision de la Conférence des présidents qui «viendra approfondir le dialogue politique et les relations bilatérales Algérie-UE».

La présidente de la DMAG a salué également «l’engagement réaffirmé» par les parlementaires algériens à l’occasion de la 16e rencontre interparlementaire, tenue le 19  octobre 2017 à Bruxelles, en faveur de la mise en place de cette commission parlementaire mixte.

L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, s’est félicité de «cette importante décision» et salué l’engagement des deux parties en faveur de la création de la commission parlementaire mixte Algérie-UE.

Cette commission «constituera un jalon supplémentaire dans le renforcement des relations bilatérales entre l’Algérie et l’UE et rehaussera le dialogue interparlementaire», a-t-il déclaré à l’APS.

Belani a rappelé à cette occasion le caractère «stratégique et multidimensionnel» du partenariat entre l’Algérie et l’UE, liées par un accord d’association entré en vigueur en 2005, soulignant que les deux parties ont également adopté en mars 2017 les priorités communes de partenariat dans le cadre de la politique européenne de voisinage, une première en Afrique du Nord.

«Les relations entre les deux partenaires se développent à très hauts niveaux dans différents domaines, à l’instar du partenariat énergétique stratégique et le dialogue informel de haut niveau sur la sécurité régionale et la lutte antiterroriste», a-t-il ajouté.

R. I.

 

Comment (4)

    anonyme
    13 janvier 2018 - 12 h 35 min

    Allez sur le site de l’UE et tapez « subventions ». Vous verrez en quoi l’UE nous apporte son aide (risible), et les contreparties qu’elle exige, dont une pseudo-harmonisation (mondialisation) des relations et des procédures. Bref, tout doit être fait comme « ils » veulent. Adieu le génie et la liberté des peuples ! « Ils », ce sont les F-M.

    anonyme
    13 janvier 2018 - 12 h 30 min

    Cette commission mixte aura quel objectif ? Former nos parlementaires à la démocratie ? Quelle démocratie ? On sait tous qu’en Europe (en Occident tout entier), ce sont les partis et l’argent qui font élire les députés et les sénateurs. Que les partis sont des entités fascistes (par exemple, un candidat convaincu des idées politiques ou économiques d’un parti se verra refuser l’investiture s’il objecte au mariage gay). L’Algérie est encore un singe qui singe. C’est triste. Je croyais que nous pouvions penser par nous-mêmes …

    IMAZIREN
    12 janvier 2018 - 19 h 43 min

    Et un caillou de plus dans la chaussure.
    A bon entendeur salut!!!

    5
    8
    BabEIOuedAchouhadas
    12 janvier 2018 - 19 h 02 min

    Une très bonne initiative qui va bouster le dossier de décolonisation du Sahara Occidental.

    9
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.