Le MAE malien salue la disponibilité de l’Algérie à aider son pays pour l’élaboration d’une loi d’entente nationale

entente nationale
Tieman Hubert Coulibaly, ministre malien des Affaires étrangères. D. R.

Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tieman Hubert Coulibaly, a salué dimanche à Alger la disponibilité de l’Algérie à aider son pays en vue d’aboutir à une loi d’entente nationale en s’inspirant de la réconciliation nationale algérienne, rapporte l’agence officielle de presse APS.

«C’est une nécessité pour que nous ayons une charte sur l’entente nationale. Bien entendu, l’Algérie a annoncé qu’elle était disposée et disponible à participer à tout travail de conception et de réflexion pouvant aider le Mali, très rapidement, à concrétiser cette volonté présidentielle en vue d’élaborer une loi d’entente nationale», a déclaré M. Coulibaly au terme de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Le ministre malien a souligné que le président malien avait cité le cas de l’Algérie en matière de réconciliation nationale, notamment la loi sur la concorde civile et le tout le processus qui a été conduit en Algérie, «présentée aujourd’hui comme l’un des pays les plus sûrs du monde». Pour lui, le maintien de l’unité et de la cohésion nationales et la préservation de l’intégrité du territoire au Mali «nécessitent une entente entre les communautés qui habitent le même espace».

Le chef de la diplomatie malienne a relevé, par ailleurs, avoir évoqué avec M. Messahel les questions de sécurité dans la sous-région, les avancées pour la mise en œuvre de l’Accord de paix intermalien signé en 2015 ainsi que les perspectives de la coopération économique entre les deux pays.

De son côté, M. Messahel a indiqué avoir évoqué les relations «fortes et historiques» entre l’Algérie et le Mali, relevant l’existence d’une «concertation permanente» pour renforcer cette relation. Il a indiqué avoir eu également un échange de vues sur l’évolution enregistrée dans la mise en œuvre de l’Accord de paix au Mali, né du processus d’Alger.

Evoquant la coopération dans le domaine économique, M. Messahel a relevé que la participation de l’Algérie en tant qu’invité d’honneur à la 12e Foire internationale de Bamako (13 au 29 janvier 2018) traduit «un signal très fort et une volonté partagée de travailler ensemble». La situation sécuritaire dans la sous-région, notamment la lutte contre le terrorisme, la criminalité et la migration clandestine, ont été également évoqués, a-t-il dit, soulignant la nécessité de «coordonner les efforts et d’être vigilants pour y faire face».

R. N.

Commentaires

    mus
    15 janvier 2018 - 17 h 13 min

    Le Ministre malien et son gouvernement devraient songer a faire montre d’un peu plus de disponibilité a « aider l’Algérie » en récupérant leurs ressortissants qui infestent les trottoirs de nos villes et nos villages avec femmes et enfants pousses a la mendicité. Souvent les femmes portent dans leurs bras de fragiles bébés âgés de quelques mois, voire quelques jours. Qui doit assurer leur subsistance et leur sécurité en ces mois difficiles de froid et de pluie, eux qui sont habitues a un autre type de climat? et jusqu’à quand les autorités algériennes seront elles coupables de laisser trainer cette misérable situation? ces gens doivent être rapatries chez eux immédiatement, le contrôle aux frontières et la lutte contre l’immigration clandestine renforcés dans l’intérêt de ces gens et surtout de la sécurité de l’Algérie. Sinon, gare a la suite…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.