Transport routier de marchandises : un texte réglementaire en cours de préparation

poids lourds Chetaibi
Le transport routier de marchadises sera réglementé. New Riad

Un texte réglementaire codifiant le transport routier de marchandises est en cours de préparation au niveau du ministère des Travaux publics et des Transports, a déclaré, mercredi, à Médéa le directeur général des infrastructures, Boualem Chetaibi.

«Le ministère des Travaux publics et des Transports envisage de mettre en place un cadre réglementaire en mesure de solutionner le problème de surcharge, dans le but de préserver l’infrastructure routière et éviter le vieillissement et la dégradation de la chaussée», a indiqué le responsable en marge de la visite d’inspection du tronçon d’autoroute Ouzera-Berrouaghia, qu’a effectué sur site le wali de Médéa. «Nous avons constaté que la majorité des transporteurs de marchandises (agrégats, sables et matériaux de construction) ont tendance à dépasser le poids autorisé, fixé à 13 tonnes, avec parfois un excédent qui représente presque la moitié des limites autorisées», a déploré Chetaibi.

Il a rappelé que ce problème de surcharge constitue non seulement une infraction au code de la route, mais implique aussi des frais supplémentaires pour l’entretien de l’infrastructure routière, outre son incidence sur la sécurité des autres usagers de la route. «Parmi les solutions préconisées, en vue de réduire l’impact de ce problème de surcharge, qui devraient être contenues dans ce texte : l’installation de points de contrôle de poids, au niveau des entrées des autoroutes et certains axes routiers stratégiques, dotés d’appareils de pesage», a-t-il énuméré.

Ces points de contrôle vont permettre, selon ce responsable, de mieux gérer le trafic de transport de marchandise sur le réseau routier national et d’emmener, avec le temps, ces transporteurs à se conformer à la réglementation.

R. E.

Comment (4)

    Anonyme
    18 janvier 2018 - 7 h 20 min

    Encore du bouche trou. Mais monsieur epargnez l argent public, n achetez rien mais faite appliquer la loi et le code de la route. Arretez de creer des fausses depenses.




    1



    0
    timour
    17 janvier 2018 - 22 h 58 min

    « Pour moi, les ministres et les responsables au niveau de la wilaya chargés du transports sont » ….incompétents tout simplement. Responsables? Et puis encore quoi? A-t-on déjà vu un responsable condamné pour fautes, détournements, incompétences…C’est la politique du « on va faire »… et on fait rien.




    1



    1
    Diogéne
    17 janvier 2018 - 20 h 09 min

    « Parmi les solutions préconisées, en vue de réduire l’impact de ce problème de surcharge, qui devraient être contenues dans ce texte : l’installation de points de contrôle de poids, au niveau des entrées des autoroutes et certains axes routiers stratégiques, dotés d’appareils de pesage», a-t-il énuméré. » Dixit monsieur le directeur. Nos éminences « grises décolorés » ont réinventé l’eau chaude.Mais purée de …. ces bascules elles étaient présentes dans ce pays il y’a 60 ans et tous les pays qui se respectent les utilisent.Je veux aussi corriger le DG : la charge de 13 tonnes est la charge maximale d’un essieu. La charge des camions dépend de leur tonnage qui est lui même dépendant du nombre d’essieux et de la distance entre eux.




    1



    0
    nectar
    17 janvier 2018 - 18 h 36 min

    A l’époque coloniale ces bascules, pour contrôle de la charge à l’essieu, étaient installées à la sortie de chaque usine, mine, port, ferme etc..Tout ça a été abandonné par une gestion chaotique des voies publiques, par des apprentis-sorciers et le code de la route ne sert qu’à passer l’épreuve du permis. Un camion ou une remorque a été étudié avec un centre de gravité et des charges par essieu..Non seulement la charge à l’essieu n’est pas respectée, mais même le centre de gravité est faussé, par une transformation de la hauteur des ridelles ou de la benne, pour charger encore plus..Après on s’étonne des accidents causés sur nos routes, en plus de la déformation de la chaussée..Pour moi, les ministres et les responsables au niveau de la wilaya chargés du transports sont comptables devant leur créateur de beaucoup de crimes, pour avoir laisser faire, en plus d’avoir transformées nos routes en dos d’âne…




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.